Ahmed Souab : Mehdi Ben Gharbia est le bouc émissaire parfait !    Le Président Kais Saied [VIDEO]: « Nous lancerons un dialogue national impartial pour soulever ces questions »    Ephéméride – 20 octobre 2011 : Les rebelles islamistes assassinent Mouammar Khadafi    UEFA Europa Conference League : L'AS Roma de Mourinho humiliée 6-1    Europa League : Aymen Abdennour, consultant chez Bein Sports    Monde- Daily brief du 21 octobre 2021: La Turquie menace d'expulser 10 ambassadeurs occidentaux    Analyse financière : La dernière notation Moody's fait exploser le coût des titres de dette tunisienne à l'international    Une résolution du Parlement européen "pas trop mauvaise" pour Kaïs Saïed    Vient de paraître - Un nouveau recueil poétique de Abdelaziz Kacem : «Quatrains en déshérence»    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    Qui est Hassan Bedhief conseiller du président de la République chargé des Affaires économiques ?    "Rouhaniyet" Nefta sous le signe "Hanin" du 4 au 7 novembre 2021    Ligue 1(CS Sfaxien) : le Mauritanien Ismail Diakité officiellement qualifié    Abir Moussi: Je suis celle qui a révélé aux tunisiens ce qui ce passait à l'ARP    Le Yachting Festival de Gammarth, du 21 au 24 octobre, au Port Marina de Gammarth    Le Parc d'activités économiques de Zarzis s'ouvre à l'investissement des TRE    La bibliothèque présidentielle: une institution américaine    Quel avenir pour la culture du colza en Tunisie ?    Moody's baisse la notation des dépôts bancaires à long terme de quatre banques tunisiennes    Les ministères de l'Equipement et des Domaines de l'Etat veulent mieux coopérer    Tunisie Covid-19 : Vaccination complète pour 66% de la population âgée de 75 ans et plus    Ami Assurances : Pas d'obligation d'OPA pour la BNA    Crise de l'huile subventionnée à Sfax, le directeur régional du commerce se prononce    Des avocats manifestent pour demander la libération de Seïf Eddine Makhlouf    Reportage photo Sfax, la capitale du Sud, une poubelle à ciel ouvert    UEFA Champions League : Equipe type de la J3    Ministère des Affaires Sociales: Versement des aides scolaires et universitaires très prochainement    Les relations tuniso-libyennes: Cafouillage diplomatique    Kébili: Manifestation des agents de la société l'Environnement, de Plantation et de Jardinage    TRANSTU: Le métro léger n°4 roulera sur une seule voie du 22 au 28 octobre 2021    8ème Sfax Marathon International 2021, dimanche 7 Novembre    Entretien téléphonique Najla Bouden-Abdelhamid Dbeibah    Sommet virtuel de la FIFA le 20 décembre    ATB : Un PNB de 206,4 Millions de dinars à fin septembre    Europa League (Poules / 3è J) : les matches de ce jeudi    Samar Samoud : Nous ne devons pas crier victoire face à la situation pandémique !    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    Sénateur Bernie Sanders: Palestinians lives matter    La scène artistique tunisienne perdre le scénographe et artiste pluridisciplinaire Kais Rostom    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Zammour Trekking de retour pour une 4e édition du 4 au 8 novembre 2021 à Médenine    Barcelone vs Dynamo Kiev : Sur quelle chaîne regarder le match en direct et live streaming ?    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    Kairouan: Le ministre du Tourisme appelle à renforcer davantage le tourisme religieux et spirituel    La légende de Carthage en superstar à la Fashion Fair de Stockholm    Mahdia Des tensions suite au naufrage d'un bateau transportant des clandestins    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quand la pénurie de médicaments devient préoccupante...
Kairouan — Santé
Publié dans La Presse de Tunisie le 02 - 07 - 2018

Outre l'augmentation de beaucoup de produits vitaux, le chaos et la haine qui caractérisent la classe politique, le malaise général et le mal-être que vivent tous les citoyens, le taux élevé du chômage et du phénomène de suicide, l'on assiste depuis plus de 8 mois à un grave problème relatif à la pénurie de médicaments aussi bien dans les établissements hospitaliers que dans les officines privées où les stocks s'amenuisent comme peau de chagrin. Si elle perdure, cette pénurie finira par poser un grave problème de santé publique.
D'ailleurs, dans la plupart des hôpitaux et des dispensaires, on n'arrive pas à obtenir toutes les commandes de médicaments, et ce, à cause de la mauvaise gestion et du phénomène de la contrebande, une activité florissante notamment en ce qui concerne les antalgiques, les anti-inflammatoires et certains médicaments destinés au traitement des maladies neurologiques.
Par ailleurs, dans toutes les pharmacies, la pénurie touche surtout les produits importés, dont les antibiotiques, les anti-épileptiques et beaucoup d'autres médicaments concernant la gynécologie, le diabète, l'oncologie et l'anesthésie. A côté de cela, les pharmacies des hôpitaux et des dispensaires ne servent qu'une partie infime des médicaments inscrits sur les ordonnances médicales à charge par les patients, ce qui les oblige à acheter les autres médicaments dans les pharmacies.
Notons que cette grave pénurie est due au non-paiement des dettes des établissements hospitaliers publics au profit de la PCT et à la hausse des opérations de contrebande vers l'étranger. D'ailleurs, comme la Pharmacie centrale de Tunisie n'a pas pu payer ses fournisseurs dans les délais impartis, cela a entraîné le ralentissement d'approvisionnement en médicaments importés et même la suspension de livraison par certains laboratoires.
Notons dans ce contexte que le CMR du 11 juin 2018 a permis de prendre une série de mesures en vue de pallier les lacunes observées et redresser la situation de la PCT en payant ses dettes dues aux impayés de la Cnss et de la Cnrps.
Recours aux génériques
En faisant le tour de quelques officines dont celle de Taoufik Dhib située à l'entrée des souks, de Moncef Ahoudi à Kairouan-Sud et celle de Hend Guith à Kairouan-Nord, nous avons constaté que beaucoup de médicaments sont en rupture de stock; on citerait, à titre d'exemple, les traitements de l'hypertension (Aprovac, Tritazid, Aldactazir, Physioter à 0,4mg), du diabète (Lantus injectable, Januvia, Glucore à 100), des psychotropes (Abilyfi 15mg, Depamid Depakine 500, Gardenal à 100, Phénobartical) en anesthésie (l'unicaire) et en ophtalmologie (lumigan, Duotrav).
Il va sans dire que cela a beaucoup perturbé les patients qui sont, souvent, obligés d'aller revoir leur médecin traitant afin qu'il leur prescrive un autre médicament de substitution.
M. Taoufik Dib nous confie dans ce contexte : «Personnellement, il m'est arrivé de contacter par téléphone des médecins à Sousse et à Monastir pour leur demander de changer tel ou tel remède par un générique, et ce, afin de ne pas mettre la vie des malades en danger. Et puis, la loi de substitution des médicaments existe depuis longtemps mais les textes d'application ne sont pas encore apparus.
Il serait donc souhaitable d'activer les textes définissant les groupes des génériques, ce qui permettra aux pharmaciens de pallier les problèmes de pénurie pour les produits substituables. L'autre problème concerne la peur et la réticence de certains malades qui refusent le changement et qui veulent à tout prix acheter le médicament qu'ils ont l'habitude de prendre depuis des décennies. En fait, il y a un côté affectif dans cette situation. Alors, on essaie de leur expliquer calmement et avec diplomatie que cette pénurie peut durer encore plusieurs mois...».
Et pour connaître le calvaire des citoyens qui souffrent de cette situation dramatique, nous avons recueilli les témoignages de quelques-uns d'entre eux.
Messaouda Rebhi, 37 ans , nous dit que son médecin traitant est à Monastir, ce qui l'a obligé à faire des déplacements coûteux pour se faire changer de médicaments qui ont disparu des officines : «Pour moi, c'était la galère à cause des frais de déplacement, de la perte de temps et du côté psychologique car cela fait plus de 10 ans que je me suis habituée à un médicament efficace. Alors, aujourd'hui, je ne sais pas si avec le générique ça va être la même chose !».
Ali Meftah, 50 ans, en a ras-le-bol de faire le tour des pharmacies dans toutes les délégations pour essayer de trouver le Depakine, ce remède qui prévient les crises de convulsions et d'épilepsie : «Heureusement que j'ai fini par trouver dans une pharmacie à Chrarda un seul paquet, jusqu'à quand cela va-t-il durer ?».
Mahmoud Fersi, 63 ans, renchérit : «Franchement, cela devient difficile de vivre dans un pays en crise économique et où les prix augmentent de jour en jour et qu'on a fini par accepter à contrecœur. Mais ce qui est insupportable, c'est qu'on soit privé d'acquérir les médicaments dont on a besoin pour vivre ou plutôt pour survivre. Si j'avais 20 ans de moins, j'aurais choisi l'exil...».
- Quant à Mohamed Harrathi, 75 ans, il est plutôt optimiste et a opté pour la médecine traditionnelle pour se faire guérir des petits bobos quotidiens : «Après tout, nos arrière-grands-parents ne disposaient pas de tout cet arsenal de nouveaux médicaments et, pourtant, ils ont vécu en bonne santé physique et mentale malgré quelques épidémies. C'est pourquoi j'ai choisi d'oublier les hôpitaux et les pharmacies et de me procurer des extraits de plantes aromatiques, des huiles essentielles, des tisanes et toutes sortes d'herbes et de graines. Au moins, je suis sûr qu'ils ne risquent pas de provoquer des allergies ou des urticaires. Evidemment, il faut que l'individu accepte psychologiquement ce genre de remède traditionnel pour que ce soit efficace. C'est comme les remèdes homéopathiques...».
Enfin, Khadija Rammah, 37 ans, mère de 3 enfants, se fait du souci, étant donné que ses pilules contraceptives préférées sont introuvables : «Et comme je n'ai plus envie d'avoir d'autres enfants, je m'inquiète énormément quant à un éventuel avortement. J'espère qu'on assainira la situation financière de la PCT, des caisses sociales et des structures hospitalières pour s'éloigner du spectre de la pénurie. Et puis, il faut que les génériques de substitution et les solutions alternatives ne mettent pas la santé du malade en jeu...».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.