Tunisie-ligue 1: Classement général avant la 16ème journée    CONDOLEANCES : Kmar ZORRIGHE    CONDOLEANCES    Agression d'un Imam à La Marsa : Simple «scénario» mis en œuvre par l'Imam afin de faire pression sur les autorités concernées pour être « titularisé » !    En photos : Hend Sabri, sublime et stylée à la Fashion Week de Milan    Tunisie-Ligue 2: les matches de ce samedi    Bhiri : Celui qui croit qu'Ennahdha voulait plus de ministres n'a rien compris    L'ambassadeur de Chine à Tunis, Wang Wenbin : Avancée dans l'endiguement du Coronavirus et efforts de reprise du secteur économique fortement impacté    Arrestation d'une femme libyenne pour vol    Retour sur la rencontre Elyès Fakhfakh – Nabil karoui : entre «exclusion» et «non-accord de confiance au Gouvernement»    Foot-Europe: le programme du jour    Les premiers en « Afrique et dans le monde » !    L'huile de pépins de figue de barbarie – Sultane de la nouvelle cosmétique tunisienne : Lancement d'une nouvelle vidéo    Le Président de la République se rendra en visite officielle au Qatar les 25 et 26 Février    Météo : Temps passagèrement nuageux    L'hommage de Hafedh Caïd Essebsi à Jean Daniel, ‘'l'ami, le journaliste et l'écrivain...''    Gouvernement de Fakhfakh, qu'en pense Ahmed Néjib Chebbi ?    Candidature au patrimoine mondial de l'Unesco : L'île de Djerba répond aux critères requis    L'industrie automobile frappée de plein fouet par le Coronavirus    Selon Faycel Derbal: L'application des normes IFRS exige un nouveau texte de loi    Exposition : « Raffaello, le portraitiste », Reproduction en HD des plus célèbres portraits du peintre italien de la Renaissance    BakchicheLand, le dernier roman satirique de Abdelaziz Belkhodja    Coronavirus, trois italiens contaminés en Lombardie    Augmentation de capital de Carthage Cement : La souscription atteint 80%    De plus en plus de Libyens arrivent en Tunisie    Les priorités du nouveau gouvernement, selon Hichem Elloumi    En vidéo : Azza Filali lève le rideau sur son nouveau roman    Chemins de l'herméneutique : Le tournant heideggerien    «Queen & Slim» de Melina Matsoukas actuellement dans les salles : Le récit d'une cavale meurtrière    France | Décès de Jean Daniel à l'âge de 99 ans : Le 4e pouvoir perd l'une de ses plus belles plumes    Renouvellement de l'appel pour effectuer صلاة الاستسقاء    Rien ne va plus à l'USM : La dégringolade!    La Tunisie condamne la double fusillade près de Francfort    Boxe | Tournoi qualificatif aux J.O de Tokyo : Tokyo via Dakar    Triathlon | Coupe d'Afrique : Cap sur le Zimbabwe    Le Groupe de la Banque mondiale lance une initiative en faveur des femmes entrepreneures au Moyen-Orient et en Afrique du Nord    Jean Daniel, le Tunisien, par Guy Sitbon    Orange Tunisie et l'association SHANTI annoncent le lancement de la plateforme elmensej.tn de mise en valeur des produits des artisanes de la région de Nefta    Décès d'un tunisien en Libye    Météo : brume et brouillard le matin    Un grand ami de la Tunisie n'est plus    Wadii Jary renouvelle sa candidature pour la présidence de la FTF    La justice suisse inculpe Nasser Al-Khelaïfi    Découvert par les forces sécuritaires et militaires : Un camp de terroristes sur les hauteurs de Kasserine    Du 19 au 22 février 2020 : Mission d'hommes d'affaires tunisiens à Turquie    Conférence de presse: Les droits humains des migrants, victimes des politiques européennes en matière de migration    Libye: « nous n'avons pas de partenaire de paix », déplore le gouvernement    Monji Ben Raies: «Deal du siècle», deal de dupes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Ré-Existence» ou la liberté d'être soi
Festival de Hammamet
Publié dans La Presse de Tunisie le 18 - 08 - 2018

L'interactivité est totale, le spectateur est déstabilisé par ce foisonnement d'images et de gestes et par ces stratagèmes techniques et ô combien artistiques.
La danse à l‘honneur. Par une fraîche soirée d'août, le festival de Hammamet invite Nawal Skandrani et ses danseurs à se produire sur scène. «Ré-Existence» est un spectacle vivant, polyvalent, fait de son et lumière et dédié à la danse contemporaine. Diverses expressions n'y sont pas en reste, avec en primeur l'art vidéo conduit par Sergio Gazzo avec la collaboration artistique de David Brown.
Interprétée par une kyrielle de jeunes et passionnés danseurs, Houssemeddine Achouri, Haroun Ayari, Achref Ben Hadi M'barek, Mariem Ben Hamida, Moayyed Ghazouani, Serra Mokaddem et Malek Zouaici, l'histoire, parce qu'il y en a une, raconte les affres intrinsèquement liées à la vie d'artiste. C'est la trame de l'œuvre.
Sous le regard bienveillant de la chorégraphe en titre Nawal Skandrani qui avait pris place sur le côté avec le chanteur et musicien Jawhar Basti, ce spectacle d'une heure et demie se présente comme un périple à travers l'intériorité d'un individu, certes doué mais poursuivi par une malédiction. Les cris, les mimiques, la gestuelle étirée ou contorsionnée dévoilent des corps en souffrance et des âmes frustrées. Cette vie racontée en trois temps est représentée par trois teintes. Celles ternes qui enveloppent les danseurs au début pour exprimer leur amour de la danse et leurs souffrances aussi. Ceux-ci se parent ensuite de couleurs chatoyantes, vert, rose, bleu et rouge, pour marquer en solo ou à l'unisson, une deuxième étape de leurs parcours, peut-être en phase avec leurs aspirations. Des tenues blanches et aériennes sont portées au final.
Interactivité complète
Au commencement de tout, pointe la naissance. Mais la mise au monde d'un artiste ne peut être ordinaire, normale. Recroquevillés sur eux-mêmes et enveloppés de draps blancs attachés aux structures en métal du plafond, quatre jeunes danseurs commencent à entrouvrir la boule de tissu et apparaître aux yeux du monde pour opérer leur descente vers le sol, la tête en avant.
Ils sont éjectés hors de la matrice, dans la vie, sur scène et commencent à révéler déjà par leur corps leur mal-être et l'incompréhension d'un entourage hostile. Ils dansent et parlent, déclamant des textes défilant sur la toile blanche. A travers une frontière poreuse, un va-et-vient s'opère alors entre deux espaces : le réel et le virtuel, le rêve et la réalité. Le comédien-danseur est sur scène, son double est projeté sur écran. La scène et l'écran se confondent et se superposent. L'interprète en chair et en os et en mouvement se meut sur le plateau mais sa tête émerge hors de l'eau. Le carrelage du fond d'une piscine relie l'écran aux planches pour atteindre les premières rangées dans les gradins. L'interactivité est totale, le spectateur est détabilisé par ce foisonnement d'images et de gestes et par ces stratagèmes techniques et ô combien artistiques.
Un orchestre à lui tout seul
Des bribes de vie sont racontées alors et l'éternelle thématique de l'artiste incompris s'y déploie à loisir. Ce jeune, qui, contraint et forcé, s'inscrit dans une quelconque formation mais finit par retrouver ses premières amours et se consacre exclusivement à la danse. Une autre qui revendique le droit de faire et la danse et « Ponts et chaussées ». Une conscience qui se veut libre de choisir l'art et des études dites « sérieuses ». Deux processus parallèles se croisent et s'opposent et des incursions dans la vie et en soi-même mettent à mal ces jeunes et fragiles personnes.
Jawhar Basti par sa voix, ses sonorités métissées et sa guitare sensible et puissante les accompagnait en s'impliquant par moments. Un orchestre à lui tout seul qui raconte en chantant la dérive d'un pays, les morts inutiles de jeunes vaincus par la mer ou plus légèrement la belle ambiance d'une soirée. La comédienne Nadia Boussetta faisait partie du jeu plutôt à titre de danseuse et pour rappeler d'autres formes d'art. Unis dans la diversité artistique et la même galère, les artistes du monde se tiennent la main.
Nawal Skandrani était debout, tout de blanc vêtue, à travers son corps, devenu par la magie de la technique virtuelle un plateau sur lequel évoluait une danseuse. La scène finale regroupe la totalité de la compagnie unie dans un cercle déstructuré, compacte et solidaire se mouvant vers le public et faisant de discrets signes de victoire. Ce spectacle de danse et de chant, tout en révélant un grand travail en amont, dénonce de fait un contexte politico-social étouffant. A ce détail près, précédée par le préfixe ré, l'existence est revécue à travers le filtre artistique. Est-ce le signe d'une victoire, en tout cas d'une liberté d'être soi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.