Le PDL a promis de l'argent aux signataires de sa motion    La KfW met à la disposition du Gouvernement Tunisien un prêt à taux concessionnel s'élevant à 100 M€    Covid-19 : la BAD mobilise 180 M€ pour soutenir la Tunisie dans sa réponse à la crise sanitaire    L'ibuprofène, un traitement contre le Covid-19 ?    Ça sent la privatisation et l'assainissement social    Où est passé l'argent? demande Nabil Karoui    Où est passé la neutralité légendaire de la Tunisie?    Deux scénarios pour boucler la coupe de la Ligue Africaine et celle de la CAF    Aujourd'hui, verdict du TAS sur l'affaire EST-WAC    Aujourd'hui, la reprise avec un effectif de 37 joueurs    La sélection nationale reprend les entrainements lundi prochain    Reprise de la circulation entre les régions    Bravo ! Les respirateurs fabriqués par les étudiants produits en série    Suspension de la production dans les champs de Nawara et El Waha    Précisions de l'INP sur les pièces du patrimoine tunisien en vente aux enchères à Paris    Report de la 56ème session pour 2021    Le ténor Italien Cristian Ricci dédie sa dernière vidéo filmée à Venise au peuple Tunisien (vidéos)    Faouzi Mahfoudh (Directeur de l'Institut National du Patrimoine)    Tunisie [Vidéo]: Une plénière de perte de temps et aucun député ne peut remplacer Rached Ghannouchi, Selon Seifeddine Makhlouf    Plateforme [email protected] d'AMEN BANK    Tunisie – Voitures de louage : Nouveau tarif et nouvelles règles    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 3 juin à 11H00    ARP : Le débat continu sur le déroulement de la séance et son ordre du jour    Projet PRACTICE-JAWDA PAQ-DGSU de l'Université de Carthage 2020-2024    La députée Olfa Terras s'élève contre «le populisme en appelant à placer l'intérêt de la Tunisie au-dessus des surenchères stériles et des antagonismes simulés»    Prolongation de la validité des certificats de visite technique    Reprise du secteur touristique : Le sauvetage est-il encore possible ?    Suppression puis réactivation de comptes d'« influenceurs » tunisiens : La mystérieuse affaire Facebook !    Arrestation du syndicaliste sécuritaire Walid Zarrouk : Deux versions et des contradictions    FARK : Professeur Mohamed Taher KHALFALLAH    Football : Le championnat portugais reprend ce soir    Club Africain : Deux favoris pour succéder à Abdessalam Younsi    COVID-19 | Coopération Tuniso-Coréenne face à la pandémie    Tribune | Statut de l'artiste en Tunisie : Supprimons cette censure que l'on ne saurait voir !    Tunisie – VIDEO : Ghannouchi doit partir… Il sera, même, incapable de répondre aux accusations    Boutar rafle le Golden YouTube Creator Rewards    Tarek Kahlaoui - L'opportunité diplomatique en Libye: Combler le vide de médiation crédible!    Reprise des activités de l'espace B7L9 : Un programme «phygital»    «Les Âmes fortes» de Jean Giono : L'œuvre qui met à nu l'âme humaine    Campagne #AfricaTogether contre la Covid-19 par la Croix-Rouge, Facebook et Plusieurs artistes    Coronavirus | Gafsa : Premier cas de décès à Métlaoui    Météo : temps partiellement voilé    Parlement : Ouverture d'un débat autour de la diplomatie parlementaire, le refus de toute intervention étrangère en Libye et rejet d'une base logistique en Tunisie    L'Ambassade de Suisse à Tunis recrute    Bizerte : Saidani demande de prendre en charge les travaux du stade 15 octobre    Tunisie: Après le tollé, Imed Khemiri annonce le rejet par Ennahdha de toute ingérence étrangère en Libye    Ghanouchi : La neutralité négative n'a pas de sens    Libye: L'ONU annonce l'acceptation de la reprise des pourparlers pour un cessez-le-feu par les parties en conflit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«24 parfums», au-delà de toute espérance
Soirée de clôture du festival de Carthage
Publié dans La Presse de Tunisie le 19 - 08 - 2018

Une diversité de styles, de cultures et de rythmes foisonnent dans l'unique unité, la Tunisie. Un moment d'art et quelque part politique a plané dans les airs
«24 parfums», Carthage l'a annoncé, non sans fierté, c'est son œuvre. Une production exclusive du festival signée par le pianiste et compositeur Mohamed-Ali Kammoun et chargée de clore en beauté la 54e édition. L'orchestre et chœur de l'Opéra de Tunis, sous la direction du maestro Mohamed Bouslama, était au complet. Kammoun au piano, la fête a pu prendre son envol vers 22h00, sous les applaudissements du public venu en masse faire honneur à un produit du cru célébrant la Tunisie des rythmes.
Le compositeur, à qui revient la création orchestrale de ce spectacle aux multiples fragrances, ne s'est pas limité à ramener de chaque gouvernorat un choriste pour exécuter une chanson et s'en aller, la démarche a été culturelle, anthropologique, presque.
Voilà deux ans, avec pour sponsor et principal appui le ministère des Affaires culturelles, une caravane d'artistes dirigée par le même Kammoun a pérégriné à travers les territoires. Sur place, des ateliers désignés par «workshops-concerts» ont vu le jour. Des artistes locaux, ceux «détenteurs de patrimoine», ont alors pris part à ce qu'il est convenu d'appeler désormais un portrait musical et authentique de la Tunisie. C'est ce qu'il a été donné au public de voir et écouter en ce mémorable vendredi soir. Quelques officiels ont fait le déplacement, le ministre de la Culture était, lui, présent.
Un moment d'art
Il était clairement perceptible que le maître d'œuvre de cet ambitieux projet a abordé les rythmes, chansons traditionnelles et airs de mariage de chaque région comme une entité mue par une histoire, une âme et des musicalités. Les costumes, les instruments, les pas de danse et célébrités locales ont alors raconté Zaghouan et sa subtilité andalouse, Tataouine et ses cadences bédouines. A travers des incursions, expérimentations et échanges, le must spécifique à chaque terroir a été saisi pour le décliner en chants et musiques. Nabeul, Le Kef, Sousse, Kasserine, Médenine, tout autant d'héritages musicaux exhumés et remis au goût du jour.
Tout au long de presque trois heures, sans répit et sans baisse de forme ni de rythme, une identité musicale et inclusive d'un pays a été offerte à des Tunisiens subjugués, impressionnés par la beauté du résultat et le travail abattu. Un prélude musical, auquel succèdent des chansons traditionnelles recueillies et arrangées, est alors présenté par des musiciens exercés et un chœur joyeux et dansant. Chaque nouvelle découverte est saluée par des hourras et des applaudissements nourris. Une diversité de styles, de cultures et de rythmes foisonnent dans l'unique unité, la Tunisie. Un moment d'art et quelque part politique a plané dans les airs.
Il n'en fallait pas plus pour Mohamed-Ali Kammoun pour donner libre cours à son émotion. Jouant du piano, dirigeant chœur et solistes, il se lève parfois d'un bond, effectue des mouvements de danse, interpelle le public, chante à l'occasion et regagne son clavier heureux et reconnaissant.
Sans verser dans le folklore
Bémol, tout de même, pour conjurer le mauvais œil, peut-être, la sono n'était pas minutieusement réglée. Quelques effets larsen, des bruits parasites et perçants ont altéré par moments la qualité du son. Notons également un manque de maîtrise manifeste quant à la variété des volumes des instruments. Qu'il s'agisse d'une composition instrumentale ou pour accompagner un chanteur, les niveaux sonores émis n'ont pas été modulés selon les cas. Certaines voix, pourtant très belles, ont été littéralement couvertes par l'orchestre, n'ayant pu se distinguer par-dessus les instruments qui les accompagnent, d'autres chanteurs ont été poussés à carrément hurler pour se faire entendre.
Toujours est-il, plus d'une centaine de personnes ont uni leurs efforts et savoir-faire pour mettre au point ce travail titanesque qui a, pour entre autres objectifs, de « valoriser le patrimoine musical de la Tunisie sous un angle authentique et innovant. » Défi relevé haut la main par Raouf Karray pour le design graphique, Eduardo Serrano dans la création vidéo. Des chanteurs traditionnels ont ramené dans leurs bagages des sons et des senteurs, ont plu et ému, à l'instar de Mohamed Salah Issaoui, Mahmoud Arfaoui, Hassan Saada, Mondher Jebabli, Sofiane Zaidi, Mootacem Laamir. La liste est longue. Côté musiciens, Lotfi Soua à la percussion, Zied Zouari au violon, Ahmed Litaiem au « nây, » Mohamed-Ali Werda à la «zokra» et d'autres ont excellé à travers des envolées musicales en solo et avec l'orchestre. Quelques choristes, Chade Hichri en sa qualité de chef de chœur, mais encore Eya Daghnouj, Allem Aoun et bien d'autres encore, toutes générations et régions confondues, se sont alternés en harmonie sur le devant de la scène en jebba, malya et «kachabia». Des danseurs et danseuses ont apporté leurs touches propres. Epoustouflant, celui en burnous noir, incarnant le célèbre personnage des contes, «Boussaadia».
Sans verser dans le kitch ni le folklore, le patrimoine immatériel de la Tunisie a été à l'honneur dans cette soirée de clôture. Un spectacle qui a suscité, bien plus que le plaisir, un sentiment fort d'appartenance. C'est au-delà de toute espérance. Merci !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.