BE TOUNSI & Le HUB DESIGN NABEUL, organisent conjointement une soirée consacrée au lacement de la nouvelle marque YELITE    L'armée saoudienne intercepte deux missiles qui ciblaient La Mecque    Tunisie – Un homme d'affaire tunisien dirige une équipe d'admins de pages Facebook suspectes    France : Evacuation urgente de la tout Eiffel à Paris    Tunisie – Sbeitla : Une élève se suicide en se tranchant les veines    Tunisie – Décisions pour repêcher Tunisair dont le licenciement de plus de 1000 agents    Le Sénégal désire s'inspirer de la Tunisie pour le rachat de l'électricité renouvelable auprès des particuliers    La France accorde à la Tunisie une nouvelle subvention de 1,5 M€    Adieu aux plaques Bleues des voitures de Location    Par Anis Khelifi : ITIL dans les entreprises tunisiennes    L'ALECA sera ce qu'en feront les négociateurs tunisiens, déclare Olivier Poivre d'Arvor    Badderdine Ouali revient sur la station T et la fuite des ingénieurs    Tunisie : une secousse tellurique de 2,7 degrés enregistrée à Métlaoui    Cannes 2019 : l'acteur Mohamed Dhrif primé aux Critics Awards de l'ACC    Secousse tellurique d'une magnitude de 2,7 degrés à Métlaoui    Samsung Galaxy A70: caractéristiques    Tunisie: Des vendeurs ambulants de fripe protestent devant le gouvernorat à Bizerte    Tennis : Malek Jaziri continue de reculer au classement ATP et Ons Jabeur garde sa place    Les DRIVING NIGHTS by PEUGEOT    Suite à une décision de la justice tunisienne, l'association Shams rayonne de nouveau en toute légalité    Ligue 1 : Un arbitre égyptien pour le Classique CSS-ESS    En photos : Dorra Zarrouk resplendissante, sa robe rose enflamme le Tapis rouge à Cannes    DELICIOUS lance officiellement sa Nouvelle Collection « BOHO CLIC » ETE 2019    Dr Sonia Ben Cheikh participe à l'ouverture de la 72ème session de l'OMS à Genève    Le Tunisien Mansour Barnaoui remporte 1 million de dollars: ‘'J'achèterai une maison...''    Le premier téléviseur intelligent à commande vocale en arabe est lancé par LG    La Synagogue El Ghriba à Djerba sous haute surveillance – Prés de 7000 visiteurs attendus pour le pèlerinage juif    Musée Bardo Up : Une application pour explorer le musée avec la réalité augmentée (Vidéo)    Khémaïes Jhinaoui entame aujourd'hui sa visite officielle à Oslo, en Norvège    Youssef Chahed préside un CMR consacré spécialement au secteur des Transports et à Tunisair    Tunisie: Vidéo fuitée, Sofiène Toubel, accuse ces parties et promet d'en révéler davantage    Coupe de la CAF (Finale aller) : La RS Berkane s'imopse face au Zamalek    Belgique : Hamdi Harbaoui meilleur buteur pour la deuxième saison de suite    Prix Marc-Vivien Foé : l'Ivoirien Nicolas Pépé remporte l'édition 2019, Whabi Khazri deuxième    Manchester City : Kompany annonce son départ    Suppression des faux comptes par la société Facebook : Précisions de l'ISIE    Températures entre 20 et 25°C sur le nord, aujourd'hui    En photos : Quand deux célébrités portent la même robe à Cannes...    Suites aux sanctions de Trump, Huawei Android risque d'être privé des services de google    Le Hollandais Duncan Laurence remporte la 64e édition de l'Eurovision    Libye: La Turquie envoie 30 voitures blindées en soutien aux forces anti-Hafter    Egypte: Un bus touristique ciblé par une explosion devant un musée au Caire    Le Tunisien Farouk Ben Mustapha sacré « Meilleur gardien du championnat » en Arabie saoudite    En vidéo : Dorra Zarrouk à la soirée Chopard à Cannes, que pensez-vous de son look ?    La France s'explique sur les accusations d'«ingérence» en Algérie    Ciné Social au CinéMadart : 1ère édition du 22 au 26 mai 2019 (Programme)    En Italie, une amende de 3500 à 5500 euros pour chaque vie sauvée    Une mosquée incendiée dimanche dernier dans l'Etat du Connecticut aux Etats-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Tunisien vit-il au-dessus de ses moyens ?
Consommation
Publié dans La Presse de Tunisie le 01 - 09 - 2018

Quelque 850.000 familles tunisiennes sont endettées auprès des banques, majoritairement pour consommer. Flambée des prix, dégradation du pouvoir d'achat mais aussi émergence de nouveaux comportements de consommation... ces facteurs qui figurent au banc des accusés !
D'après une récente étude de l'Institut national de la consommation, le volume global des dettes des ménages tunisiens s'est envolé pour atteindre environ 23 milliards de dinars. Des emprunts bancaires effectués pour arrondir les fins de mois et consommer au quotidien et non pas pour investir ou placer de l'argent. Un fait qui s'explique fréquemment par la flambée des prix, la dégradation du pouvoir d'achat du Tunisien mais également par des comportements financiers et budgétaires malsains, ce qui nous porte à nous interroger si le Tunisien vit au-dessus de ses moyens!
Ce phénomène ne cesse de s'aggraver en Tunisie. L'année dernière, les familles tunisiennes étaient endettées d'une somme s'élevant à 20,8 milliards alors que ce montant ne dépassait pas les 10,7 milliards en 2010. Le montant a donc doublé en moins de huit ans. Si les spécialistes en économie justifient souvent ce constat par un taux d'inflation assez élevé, une dépréciation de la monnaie nationale et un pouvoir d'achat en berne, d'autres facteurs pourraient donner plus d'explications.
En effet, à première vue, et sans forcément avoir des connaissances pointues des différentes théories en économie, deux facteurs visibles pourraient expliquer ces emprunts de plus en plus importants : l'effondrement du dinar et la dégradation du pouvoir d'achat. Mais ce qu'on n'avoue pas toujours, c'est l'émergence de nouveaux «besoins» de consommation, de nouveaux comportements de consommation ostentatoire et de formes de mauvaise gestion des budgets familiaux et ménagers.
Les résultats d'une étude menée, au mois de septembre 2017, toujours par l'INC, montre, en effet, comment de nouveaux comportements et formes de consommation ont considérablement pris le dessus, ces dernières années. Des dépenses qui exercent de nouvelles pressions sur les budgets financiers des familles tunisiennes.
S'endetter pour consommer, le cercle vicieux
Ces nouveaux comportements de consommation émanent de nouveaux «besoins» sans pour autant qu'ils soient accompagnés d'une budgétisation spéciale. Le tout, sous l'effet de la multiplication des occasions de consommation et le prolongement de leur durée, mais aussi le poids assez imposant des mécanismes de marketing qui poussent vers l'acte de l'achat.
Comme l'expliquent certains spécialistes en économie, le résultat est assez clair : le consommateur a tendance à dépenser pour couvrir ces nouveaux besoins sans les prendre en considération dans son budget, il recourt alors à l'endettement auprès des banques, une solution à sa portée.
Les crédits à la consommation dont la valeur ne dépasse généralement pas les 10 mille dinars servent en majorité à résoudre temporairement et parfois de manière peu efficace certains problèmes financiers conjoncturels, mais à moyen terme, certaines familles endettées pourraient se retrouver dans une impasse financière, comme le signale Hatem, un père de famille. «C'est la solution la plus facile et la plus accessible qui se soit présentée. Au début je ne savais pas que j'allais entrer dans une spirale d'endettement sans fin auprès des banques. Même si ces emprunts nous permettent de dépasser temporairement des difficultés financières, au bout de quelques mois on s'aperçoit de la dangerosité de la décision que nous avons prise».
En effet, comme l'explique ce père de famille, s'endetter auprès des banques sans prévoir des moyens supplémentaires et une stratégie financière concrète pour payer les dettes risque d'ouvrir la boîte de Pandore qui finira par ruiner le budget de certaines familles.
Vivre au-dessus de ses moyens
«En Tunisie, certaines familles issues notamment de la classe moyenne veulent être riches, beaucoup d'entre elles se comportent comme si elles étaient riches, alors qu'en réalité, elles ne le sont pas, elles paraissent riches et c'est là que réside la grande différence. Adopter des comportements de consommation ostentatoire au détriment de son budget et ses revenus réels pourrait avoir des incidences négatives considérables sur l'unité familiale et son autonomie financière», explique un sociologue, qui met en garde contre le fait de vivre au-dessus de ses moyens.
«Car dans l'imaginaire collectif , en Tunisie, et ailleurs, les riches sont souvent perçus comme étant des gens vivant dans le luxe et dépensant sans compter, possèdent maisons et voitures luxueuses, voyagent aux quatre coins du monde, organisent régulièrement des festivités somptueuses. Bien sûr, de telles personnes existent, mais représentent, en réalité, une faible proportion de la population, leur image constitue parfois de faux espoirs pour les autres classes sociales, qui vont jusqu'à imiter aveuglément ce niveau de vie au détriment de leurs revenus financiers limités», a-t-il encore expliqué.
La consommation ostentatoire désigne une forme de consommation destinée à montrer un statut social ou un mode de vie bien précis ou également à faire croire aux autres que l'on possède ce statut social. Il s'agit d'un concept qui pourrait ruiner en effet certains budgets familiaux. Selon plusieurs témoignages que nous avons recueillis, ce sont les activités de loisir, promues par la puissance des mécanismes de marketing et de publicité notamment via les réseaux sociaux, qui poussent certaines familles à exploser leurs budgets. En fait, ces familles vont jusqu'à s'endetter pour voyager, s'offrir un séjour en hôtel ou même acheter un Smartphone haut de gamme. «Je me suis endettée auprès d'une amie pour passer des vacances à Paris, avec la détérioration du dinar, les frais de voyage se sont multipliés, autrement on ne peut pas voyager. Ce n'est pas un besoin vital, mais quand même, je ne me suis pas privée de ce plaisir, même si c'était au détriment de mon budget», témoigne Asma, une jeune Tunisienne de 32 ans.
La santé financière des familles tunisiennes n'est pas des plus reluisantes, et dans une conjoncture économique nationale peu confortable, il est d'autant plus important de déjouer les écueils de ses comportements financiers, et d'éviter les pièges du marketing et de la publicité, mais aussi ceux de la consommation du "m'as-tu-vu".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.