Tunisie – AUDIO : Nida Tounes en train de « recruter » des personnalités politiques qui constitueront une surprise    La Russie confirme que Daech est en train de se redéployer aux frontières de la Tunisie    Les terroristes d'Al Qaeda trouvent refuge dans les hôpitaux gouvernementaux en Turquie    Les USA ciblés par de attaques cybernétiques en provenance de Chine et d'Iran    Le Ministère de l'Intérieur annonce de nouvelles nominations    Albert Memmi livre son Journal de guerre 1939-1943 à Tunis    Temps localement brumeux demain matin    Tunisie: L'UTICA réagit à la hausse du taux d'intérêt directeur de la BCT    Détective Bilel : qu'apprenons-nous à nos enfants ?    Le Gouverneur de la BCT annonce une baisse du Taux d'inflation suite à l'augmentation du Taux d'intérêt directeur    Société Générale signe un partenariat avec Rugby Afrique    Tunisie – Foot Super coupe: report du match EST-CA suite à la demande de la Fédération de football qatarie    Tunisie- Reprise de la production du phosphate dans les différents districts de la compagnie de phosphate de Gafsa    100Artisanes Tunisiennes à Paris du 5 au 7 avril 2019 pour promouvoir le patrimoine tunisien    Le vol de matériel d'électricité estimé à 120 milles dinars à Gammarth cause une coupure du courant    Les athlètes Tunisiens remportent 9 médailles au Handisport Meeting de Sharjah    Inter : les détails de l'offre pour Ivan Rakitic    Tunisie: Ridha Belhaj toujours remonté contre certains dirigeants de Nidaa Tounes pour avoir gelé son adhésion    Le duo Jihed Bedoui / Houyem Ghattas fait son show !    JAC 2019: Bumcello le duo trip hop au feu sacré    JAC 2019: Charlie Winston    Tunisie : CORP et Acacias For All lancent le premier cursus de reconversion professionnelle en agroécologie    La Steg étouffe    Le travail en commun s'intensifie    La loi du silence    Les admis réclament leur intégration    L'impact de la famille sur la guérison    Des équipes médicales chinoises déployées en Tunisie    Le président Caïd Essebsi décore Hamdi Meddeb    La professionnalisation pour décoller…    Tel un bateau ivre    Attaché à la stabilité gouvernementale    Des mesures en faveur des potières de Sejnane    Pour impulser les projets en suspens dans la région    Est-ce le retour à Tyr ?    Le projet de fixer le seuil électoral à 5% cache une mauvaise foi gouvernementale, d'après Ghazi Chaouachi    Orange Tunisie propose à ses clients de télécharger gratuitement l'application Anghami Plus    Tunisie- Les conséquences du maintient de la Tunisie sur la liste noire selon Fitch Raitings    Ouverture du premier Club Astro à la Cité des sciences du 27 février au 29 mai 2019    Volley, CACC: Programme des quarts de finale    BCE plongé dans Facebook lors de sa rencontre avec Khaled Koubaa, l'Expert international et Haut cadre de Facebook pour l'Afrique du Nord    Tunisie- Retour aux négociations entre le ministère de l'enseignement et l'UGTT    Bochra, Wided et Emma avec Macron pour l'égalité entre les femmes et les hommes    France: Plusieurs blessés dans une attaque à l'arme blanche à Marseille    La Tunisie exprime sa satisfaction    La situation économique de la Tunisie reste son seul point faible, selon Gilles Kepel    Encore quelques jours pour le programme d'entreprenariat de la Fondation Tony Elumelu    Libération des 14 travailleurs tunisiens enlevés en Libye : Satisfaction des autorités tunisiennes et libyennes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Garantir et protéger les droits de l'enfant
59e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant
Publié dans La Presse de Tunisie le 20 - 11 - 2018

La convention internationale des droits de l'enfant fête aujourd'hui ses 59 ans. Où en sont les choses en Tunisie, qu'est-ce qui a été fait et ce qui reste à faire ? Cette convention est-elle menacée aujourd'hui ? Entretien avec Moez Chérif, président de l'Association tunisienne de défense des droits de l'enfant.
Presque 60 ans après, pensez-vous que la Tunisie est en train de prendre une déviation par rapport à cette convention aujourd'hui ?
Depuis l'indépendance, il y avait une logique et une politique qui se sont développées et où les enfants faisaient partie d'un projet. Cette logique est aujourd'hui menacée car malheureusement les enfants ne font plus partie de ce projet. Ce qui est en train de se mettre en place avec le modèle de l'économie et de la politique libérales est plutôt un système d'élitisme.
Pourquoi selon vous ?
Nous sommes passés par trois périodes en termes des droits de l'enfant. La première après l'Indépendance où il y avait une véritable mission et un projet sociétal tunisien où on a misé sur le facteur humain avec l'éducation, la santé et le développement. Ceci a été très favorable aux enfants en Tunisie. C'est une période d'éducation qui a duré à peu près une vingtaine d'années. La deuxième période des années 80 à 2000 a été réservée à l'accessibilité et aux services à tout le monde y compris les enfants. Mais en principe ce projet visionnaire comportait dans sa troisième partie le passage à des services de qualité. C'est à ce moment-là qu'il y a eu une fracture, un changement radical de la politique sociale tunisienne vers une politique libérale où on est passé d'un système inclusif à un autre concurrentiel d'élitisme. On a des raisons de s'inquiéter parce que le projet sociétal tunisien est en train de dévier de sa trajectoire initiale. Le premier touché dans ce système est l'accès des enfants tunisiens à la culture, aux loisirs et au bien-être. Cet état de bien- être faisait que tous les enfants avaient un sentiment d'appartenance qui leur permet de rêver. Aujourd'hui, c'est un sentiment beaucoup plus pernicieux qui existe chez nos jeunes et nos adolescents et qui les pousse à s'engager dans des conflits idéologiques.
Et pourtant, cette dégradation qui porte préjudice aux droits de l'enfant ne devrait pas avoir lieu dans une société, aussi libérale soit-elle...
D'un système de développement solidaire, on a commencé à évoluer vers une société libérale sans qu'il y ait un accompagnement par des mécanismes sociaux adéquats qui amortissent ce passage. En l'absence de ces mécanismes de compensation, un sentiment d'exclusion s'est installé progressivement. A partir de là, on a commencé à voir la violence monter crescendo depuis la révolution. Résultat : les enfants assistent à un nouveau déferlement de violence de tout genre tout en étant marginalisés. Il y a aussi une volonté politique sur le plan régional d'essayer de limiter ce qu'on appelle «L'exception tunisienne». D'autre part, l'introduction de la culture wahhabite a également touché l'enfance comme on peut le voir avec les jardins d'enfants coraniques.
Peut-on espérer un jour se rattraper et poursuivre cette démarche constructive autour des droits de l'enfant?
Nous n'avons jamais arrêté cette démarche que ce soit au niveau de l'association de défense des droits de l'enfant qui a su rallier en cours de route un grand nombre d'associations de la société civile et les sensibiliser à la cause de l'enfant . En plus de tout ce qui est inscrit dans la constitution tunisienne pour les droits de l'enfant, il y a eu d'autres avancées sur le plan législatif que ce soit la loi contre la traite, l'adhésion de la Tunisie à la convention de Lanzarotte qui permet de lutter contre le phénomène d'exploitation sexuelle des enfants. Le code de protection de l'enfance est en vigueur et on est en train de l'adapter à la réalité actuelle pour y ajouter le principe de l'enfant victime. Mais ce qu'on a constaté jusqu'à aujourd'hui, c'est que pour la mise en action de ces principes et de ce cadre légal, nous avons besoin d'un investissement en capacité humaine ainsi que financier pour rendre tous ces droits effectifs sur le terrain. Tous les projets de loi qui ont tenté d'être mis à l'œuvre ne sont pas conformes à la philosophie de la Constitution et aux principes des conventions internationales. Au contraire, ils essaient de maintenir l'enfant comme un objet de droit et pas comme un sujet de droit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.