Les victimes dans le flou total    La polémique se poursuit    Sept suspects sous les verrous    Tunisie: Soutien financier saoudien de 2450 millions de dinars lors de la visite de Youssef Chahed    Le label «Art and craft from Tunisia» sera attribué en 20    La Tunisie s'engage à préserver l'écosystème marin    Tunis à la première place    Attaque en deux temps    Une déroute inexplicable et inexpliquée !...    On ne change pas une équipe qui gagne    Mohamed Salah, le meilleur !    Ligue 1-J13: Les rencontres de dimanche et le programme TV    Europe: Le programme de ce dimanche 16 décembre    Tunisie: Saisie à Sfax d'un lingot d'or et des bijoux à bord d'un voiture en provenance de Kasserine    Les scénarios possibles    Les jeunes, les premières victimes    Le MI appelle au respect du Code de la route    Histoires d'eau    Le coup de gueule de Yasmine Azaïez !    Une seconde vie… un nouveau souffle    Les Français font connaissance avec la « Poterie de Sejnane » lors d'une exposition à Aix-en-Provence    L'IVD présente ses conclusions en l'absence inquiétante des plus hautes autorités de l'Etat    LdC Afrique, Club Africain - Al Hilal: Formation probable et programme TV    Météo: Prévisions pour dimanche 16 décembre 2018    Le challenge Innovact de l'UBCI récompense des solutions bancaires innovantes    En vidéo: Le clip d'inspiration africaine de Myriem fares aurait pu éviter le Black face    Tunisie – Les experts comptables montent au créneau contre les dispositions de la loi de finances    France : Le 5ème samedi de manifestation des Gilets Jaunes : Le résumé de la journée    Tunisie – Yamina Zoghlmi aurait reçu des menaces de mort ?!    Coupe du monde des clubs : Le onze de départ d'Espérance de Tunis contre Al Ain    Un camouflet pour les solutions de facilité    Par Hatem Boulabiar : Le Mur des Cons !    Leurres et entêtement à imposer les décisions    Ecorché vif…    Situation morose et grogne de partout    La situation se décante et retour progressif à la normale    Complot contre l'Afrique subsaharienne    Les professionnels dans le théâtre appellent à remédier aux lacunes dans le secteur    La descente des terroristes de Jebal Mghila en ce moment n'est qu'une étonnante coïncidence    Le Salon « Maghreb-Orient des livres » tiendra sa 25ème édition du 8 au 10 Février 2019 à Paris    Coupe du monde des clubs : L'Espérance Sportive de Tunis entre en lice    Quatre Tunisiens jugés pour terrorisme en Italie    La dette mondiale globale est de 184 trillions de dollars    Trump ne doit plus soutenir l'Arabie Saoudite,selon le Sénat américain    Docteurs Taieb ACH et Adel SEKMA remportent la 21ème édition du Prix Sanofi de Recherche en santé    Tunisie: Hold-up d'une succursale bancaire à Kasserine précisions du ministère de l'Intérieur    L'Australie reconnaît Jérusalem comme capitale d'Israël    Tunisie – Abderraouf Cherif : Premiers dégâts et premiers dérapages de communication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Garantir et protéger les droits de l'enfant
59e anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant
Publié dans La Presse de Tunisie le 20 - 11 - 2018

La convention internationale des droits de l'enfant fête aujourd'hui ses 59 ans. Où en sont les choses en Tunisie, qu'est-ce qui a été fait et ce qui reste à faire ? Cette convention est-elle menacée aujourd'hui ? Entretien avec Moez Chérif, président de l'Association tunisienne de défense des droits de l'enfant.
Presque 60 ans après, pensez-vous que la Tunisie est en train de prendre une déviation par rapport à cette convention aujourd'hui ?
Depuis l'indépendance, il y avait une logique et une politique qui se sont développées et où les enfants faisaient partie d'un projet. Cette logique est aujourd'hui menacée car malheureusement les enfants ne font plus partie de ce projet. Ce qui est en train de se mettre en place avec le modèle de l'économie et de la politique libérales est plutôt un système d'élitisme.
Pourquoi selon vous ?
Nous sommes passés par trois périodes en termes des droits de l'enfant. La première après l'Indépendance où il y avait une véritable mission et un projet sociétal tunisien où on a misé sur le facteur humain avec l'éducation, la santé et le développement. Ceci a été très favorable aux enfants en Tunisie. C'est une période d'éducation qui a duré à peu près une vingtaine d'années. La deuxième période des années 80 à 2000 a été réservée à l'accessibilité et aux services à tout le monde y compris les enfants. Mais en principe ce projet visionnaire comportait dans sa troisième partie le passage à des services de qualité. C'est à ce moment-là qu'il y a eu une fracture, un changement radical de la politique sociale tunisienne vers une politique libérale où on est passé d'un système inclusif à un autre concurrentiel d'élitisme. On a des raisons de s'inquiéter parce que le projet sociétal tunisien est en train de dévier de sa trajectoire initiale. Le premier touché dans ce système est l'accès des enfants tunisiens à la culture, aux loisirs et au bien-être. Cet état de bien- être faisait que tous les enfants avaient un sentiment d'appartenance qui leur permet de rêver. Aujourd'hui, c'est un sentiment beaucoup plus pernicieux qui existe chez nos jeunes et nos adolescents et qui les pousse à s'engager dans des conflits idéologiques.
Et pourtant, cette dégradation qui porte préjudice aux droits de l'enfant ne devrait pas avoir lieu dans une société, aussi libérale soit-elle...
D'un système de développement solidaire, on a commencé à évoluer vers une société libérale sans qu'il y ait un accompagnement par des mécanismes sociaux adéquats qui amortissent ce passage. En l'absence de ces mécanismes de compensation, un sentiment d'exclusion s'est installé progressivement. A partir de là, on a commencé à voir la violence monter crescendo depuis la révolution. Résultat : les enfants assistent à un nouveau déferlement de violence de tout genre tout en étant marginalisés. Il y a aussi une volonté politique sur le plan régional d'essayer de limiter ce qu'on appelle «L'exception tunisienne». D'autre part, l'introduction de la culture wahhabite a également touché l'enfance comme on peut le voir avec les jardins d'enfants coraniques.
Peut-on espérer un jour se rattraper et poursuivre cette démarche constructive autour des droits de l'enfant?
Nous n'avons jamais arrêté cette démarche que ce soit au niveau de l'association de défense des droits de l'enfant qui a su rallier en cours de route un grand nombre d'associations de la société civile et les sensibiliser à la cause de l'enfant . En plus de tout ce qui est inscrit dans la constitution tunisienne pour les droits de l'enfant, il y a eu d'autres avancées sur le plan législatif que ce soit la loi contre la traite, l'adhésion de la Tunisie à la convention de Lanzarotte qui permet de lutter contre le phénomène d'exploitation sexuelle des enfants. Le code de protection de l'enfance est en vigueur et on est en train de l'adapter à la réalité actuelle pour y ajouter le principe de l'enfant victime. Mais ce qu'on a constaté jusqu'à aujourd'hui, c'est que pour la mise en action de ces principes et de ce cadre légal, nous avons besoin d'un investissement en capacité humaine ainsi que financier pour rendre tous ces droits effectifs sur le terrain. Tous les projets de loi qui ont tenté d'être mis à l'œuvre ne sont pas conformes à la philosophie de la Constitution et aux principes des conventions internationales. Au contraire, ils essaient de maintenir l'enfant comme un objet de droit et pas comme un sujet de droit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.