CONDOLEANCES    Gouvernement Fakhfakh : Afek Tounès ne votera pas la confiance    Gouvernement Fakhfakh : Al Karama juge que le problème n'a pas été résolu    Inclusion financière (I) : Privilégier les catégories marginalisées    Augmentation de capital de Carthage Cement : La souscription atteint 80%    Industries pharmaceutiques : La SIPHAT lutte pour retrouver une santé financière    De plus en plus de Libyens arrivent en Tunisie    Les priorités du nouveau gouvernement, selon Hichem Elloumi    En vidéo : Azza Filali lève le rideau sur son nouveau roman    Chemins de l'herméneutique : Le tournant heideggerien    «Queen & Slim» de Melina Matsoukas actuellement dans les salles : Le récit d'une cavale meurtrière    France | Décès de Jean Daniel à l'âge de 99 ans : Le 4e pouvoir perd l'une de ses plus belles plumes    Rien ne va plus à l'USM : La dégringolade!    Affaire terroriste de Mnihla : Peines allant de deux ans de prison à la perpétuité    Renouvellement de l'appel pour effectuer صلاة الاستسقاء    Siliana : Arrestation de l'un des agresseurs des 4 douaniers à Rouhia    Triathlon | Coupe d'Afrique : Cap sur le Zimbabwe    AGRICO.TN : Une place de marché agricole gratuite en Tunisie    Au travail !    La Tunisie condamne la double fusillade près de Francfort    Le stock de médicaments à la pharmacie centrale suffisant pour trois mois    Le Groupe de la Banque mondiale lance une initiative en faveur des femmes entrepreneures au Moyen-Orient et en Afrique du Nord    Europa League: résultats des 16è de finale aller    Programme TV du vendredi 21 février    Boxe | Tournoi qualificatif aux J.O de Tokyo : Tokyo via Dakar    Jean Daniel, le Tunisien, par Guy Sitbon    Une maman filme la détresse de son fils pour dénoncer le harcèlement scolaire    Rached Ghannouchi (avec un grand sourire) : La formation gouvernementale proposée par Elyès Fakhfakh est logique et équilibrée    Ligue des champions d'Asie/ Al Sadd : l'algérien Bounedjah suspendu 2 mois par l'AFC    Orange Tunisie et l'association SHANTI annoncent le lancement de la plateforme elmensej.tn de mise en valeur des produits des artisanes de la région de Nefta    Vaccin anti-coronavirus : la Chine prévoit des tests sur l'homme dès avril    Décès d'un tunisien en Libye    Météo : brume et brouillard le matin    Sihem Belkhodja dresse à Aix-en-Provence, avec 6 danseurs tunisiens, le portrait de la jeunesse tunisienne et ses espoirs après la Révolution    Wadii Jary renouvelle sa candidature pour la présidence de la FTF    Un cabinet de 30 ministres et de 2 secrétaires d'Etat : Vote de confiance mercredi pour le gouvernement Fakhfakh    Un grand ami de la Tunisie n'est plus    La justice suisse inculpe Nasser Al-Khelaïfi    Panoro annonce un puits supplémentaire et des niveaux élevés d'activités de production en Tunisie:    Le gouvernement de Fakhfakh va passer, selon Korchid    Ministère de l'agriculture : le niveau d'eau dans les barrages n'est pas alarmant    Avec Eloquence, Mohamed Zinelabidine tire sa révérence    Découvert par les forces sécuritaires et militaires : Un camp de terroristes sur les hauteurs de Kasserine    Tripoli suspend les pourparlers de paix après les violations de Haftar    La Maison de la poésie tunisienne lance un appel à candidature pour sélectionner des volontaires dans le cadre de la manifestation « Mars Poésie 2020 »    Conférence de presse: Les droits humains des migrants, victimes des politiques européennes en matière de migration    Libye: « nous n'avons pas de partenaire de paix », déplore le gouvernement    Monji Ben Raies: «Deal du siècle», deal de dupes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le sens de l'intérêt général perdu
Entre luttes partisanes et conflits de pouvoir
Publié dans La Presse de Tunisie le 18 - 01 - 2019

Sans être un orateur hors pair, Taboubi a réveillé, par son allocution belliqueuse à l'endroit du gouvernement, la vieille querelle qui oppose historiquement le principal syndicat tunisien aux régimes successifs, en résumant les faits d'armes de l'Union et les défaites cuisantes de ses opposants
Chose promise, chose due. L'Ugtt a mis à exécution sa menace. Une grève générale a paralysé hier le pays. La capitale, les grandes villes et les régions, les administrations et les secteurs publics étaient à l'arrêt, hormis quelques services vitaux qui tournaient au ralenti. Le secteur privé sans être directement concerné en a subi les dommages collatéraux. La circulation aux heures de pointe était anormalement fluide, les rues de Tunis étaient à moitié vides, guichets et comptoirs portes clauses et rideaux baissés. L'effervescence est à chercher ailleurs.
La grogne générale, traversant les couches sociales et les secteurs d'activité a constitué le terreau fertile qui a alimenté la mobilisation des agents du secteur public, sensibles à l'appel syndical ou à la baisse record de leur pouvoir d'achat ou les deux. Objectif atteint donc. La Centrale peut se targuer d'avoir réussi sa démonstration de force. L'historique place Mohamed-Ali était noire de monde dès les premières heures du jour. La foule chauffée à blanc n'a ni plus ni moins exhumé les formules de la Révolution de 2011. Lancés par les meneurs, « dégage » et « le peuple veut renverser le régime » (echab yourid eskata ennidham), les slogans étaient repris en chœur. Un souffle d'insurrection planait dans l'air.
Du haut du balcon de la vieille bâtisse, siège de l'Union Générale des Travailleurs Tunisiens, Noureddine Taboubi en bras de chemise, le cou entouré d'une écharpe rouge à l'effigie du syndicat, flanqué de deux de ses secrétaires adjoints, brandissant le poing a prononcé un discours enflammé, important tant par la teneur que par le ton.
Un discours belliqueux
Sans être un orateur hors pair, Taboubi a réveillé par son allocution belliqueuse à l'endroit du gouvernement, la vieille querelle qui oppose historiquement le principal syndicat tunisien aux régimes successifs, en résumant les faits d'armes de l'Union et « les défaites cuisantes de ses opposants. » Hier, la grève générale a cristallisé une fois de plus ce conflit vieux comme le monde qui oppose les deux parties.
Quelques fondamentaux ont émaillé le discours de Noureddine Taboubi avec quelques variables de circonstance : « La souveraineté de l'Etat menacée par les injonctions du FMI, » un système économique favorisant les plus nantis, des fonctionnaires publics éreintés par le matraquage fiscal. Le secrétaire général est allé même à accuser les négociateurs gouvernementaux « de ruses et fourberies » contre lesquelles « l'intelligence syndicale » a eu raison. Dans cette « braderie » à ciel ouvert où le peuple tunisien est délesté de ses attributs, l'Ugtt s'érige « en rocher contre lequel toutes les velléités capitalistes et libérales viennent s'écraser. »
De fait, l'univers du discours transcende les revendications sociales et augmentations salariales pour se convertir en véritable bras de fer politique avec le pouvoir en place. Taboubi a appuyé son propos de références historiques lointaines ou actuelles. Il a fait appel à toutes « les forces vives du pays », à l'armée, à la police, aux jeunes, aux femmes, aux ouvriers, à la société civile, etc, au dessein de lever un front social voire populaire contre le gouvernement. La rupture semble totale.
La veille de la grève, le 16 au soir, le chef du gouvernement a tenté de prévenir les Tunisiens contre les dangers d'une grève générale, contre des augmentations telles que revendiquées par l'Ugtt qui auraient immanquablement des effets néfastes. Youssef Chahed, le ton grave, a mis en garde contre de nouveaux endettements qui risquent de compromettre davantage l'avenir de la Tunisie et d'aggraver une situation économique déjà désastreuse. Deux discours qui se rejoignent dans le diagnostic. Mais la comparaison s'arrête là. Pendant que Taboubi crie famine, Chahed brandit le spectre d'une faillite imminente.
Ce qui semble, entres autres, faire gravement défaut, c'est la solidarité nationale. Une solidarité en déficit qui a poussé chaque secteur d'activité, chaque partie, chaque profession, voire chaque individu et selon le vieil adage, après moi le déluge, à tirer la couverture à soi sans se soucier des autres. Nous l'avons vu au moment des élaborations des lois, et maintenant lors des négociations sociales, toutes les bonnes réformes, les bonnes décisions, sont bloquées par des divisions corporatistes sourdes et égoïstes. Une avocate nous a dit un jour, « je refuse de donner mon argent pour payer le salaire d'un fonctionnaire qui passe son temps à somnoler. ». Elle n'a pas, quelque part, totalement tort. Cependant, cette image anecdotique en dit long sur l'esprit qui règne entre les Tunisiens. La conscience nationale et le sens de l'intérêt général semblent être définitivement égarés entres les luttes partisanes et les conflits de pouvoir. La classe politique qui donne une piètre image d'elle-même en est la première responsable.
Quoi qu'il en soit, la grève du 17 janvier risque d'annoncer d'autres. Autant dire que la situation est grave voire sans issue. L'Ugtt a montré hier sa force de frappe, voire l'étendue de sa capacité de nuisance en paralysant le pays. Au-delà des revendications certaines légitimes et d'autres excessives, les enjeux politiques sont de taille. Entre des alliances qui se font et se défont dans cette redistribution préélectorale des cartes, l'Union syndicale a mis en garde tout le monde contre sa marginalisation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.