Tunisie-Directeur de l'ENIS [VIDEO] : « Nous cherchons à améliorer le classement de nos universités dans le monde »    Où voir les matches d'Aissa Laidouni et Anis Ben Slimane en Europa League ?    Youssef Bouzakher : « La dissolution du CSM n'a jamais été évoquée par le chef de l'Etat »    Dr Rim Belhassine Cherif, Président du groupe régional pour l'Afrique de la Commission d'Etudes 13    Tunisie – Covid : Fermeture d'un troisième établissement scolaire à Djerba    Inauguration du nouveau siège de l'ambassade de l'Etat de Palestine en Tunisie    La Proparco et l'UIB renforcent leur soutien aux entrepreneurs tunisiens affectés par la crise sanitaire    Ali Laârayedh s'offre une sortie qui évoque le dernier repas du condamné    Importation de véhicules en Algérie: Le problème serait-il en voie de règlement?    Zaghouan : Récupération d'une terre domaniale agricole de 120 hectares à Djebel Oust    Kais Saied: Nous n'avons pas de problèmes avec les juifs mais plutôt avec les colonisateurs    France : 3 ministres épinglés pour dissimulation de revenus ça fait beaucoup!    Le marché boursier termine la séance de mercredi, sur une note morose    Tunisie : Rached Ghannouchi reçoit l'ambassadeur de France    L'administration publique, un ''obstacle'' pour 3/4 des PME    Précisions du ministère de la Justice concernant le pass vaccinal    Affaire Khashoggi : le Saoudien arrêté à Paris ne serait pas le bon, Macron soulagé    Coupe Arabe FIFA 2021 : Programme des quarts de finale les 11 et 12 décembre    Les pays où les habitants ont été le plus souvent ivres    Abdellatif Mekki : Les personnes qui gardent encore espoir en Kaïs Saïed n'ont rien compris !    TRANSTU: Changement du trafic du métro sur la ligne 1, entre les stations "Mohamed Ali" et "Kabaria"    NBA : Lakers et Knicks à la relance, Dallas renversé par Brooklyn    UCL : Le Barça pourrait se qualifier ce mercredi ?    Les accords commerciaux avec l'Afrique : Le continent d'avenir    Tunisie: Vers la vaccination des enfants âgés de 5 ans ?    Mandat de dépôt contre le policier ayant agressé le directeur du lycée 9 avril à Sidi Bouzid    Exposition photos, films, concerts et arts numériques au programme de la 1ère édition du "Nawaat Festival"    L'entreprise autrement: Le retard est devenu fatal    Variant «Omicron» — Reprise économique: L'imprévisibilité...!    JTC: Les spectacles au programme du 8 décembre 2021    Sfax: Concert afro-tunisien au théâtre municipal [Vidéo]    Handball — Mondial Dames d'Espagne — Congo-Tunisie (33-24): Un goût d'inachevé    L'équipe de Tunisie se ressaisit: Sursaut rageur et coup d'éclat    LC Europe (Poules / 6è j): le programme de ce mercredi    Le comité scientifique annonce une bonne nouvelle    Comment rendre le système éducatif plus efficace en Tunisie ? Ridha Zahrouni s'exprime sur le sujet [Vidéo]    CONDOLEANCES    Tunisie-officiel : Nouvelle date d'un jour férié    NEWS: Héni Amamou passe à l'EST    Programme de la Cinémathèque Tunisienne du 8 au 18 décembre 2021: Le cinéma fête le théâtre    Les JTC 2021 rendent hommage à la Troupe de la ville de Tunis : Une consécration pour l'Histoire et le parcours    «Corde inconnue, fragment 1» de Fatma ben Aissa à Atelier Y: Déambulation artistique    Tunisie: Augmentation de 14% des prix du fer de construction    Tunisie : Signature d'un contrat de concession pour la restauration «d'El Karaka » de la Goulette et sa transformation en musée de la céramique artisanale    Connect International : Une visite à la capitale sénégalaise Dakar    Coronavirus : Du nouveau concernant Omicron    JO d'hiver 2022 : Le Kremlin appelle à des JO libres de toute politique    Tunisie : Focus sur le projet de réaménagement du musée de Carthage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les choses ne sont pas aussi simples…
Lutte contre les espaces anarchiques pour enfants
Publié dans La Presse de Tunisie le 24 - 01 - 2019

Limiter la propagation du nombre d'espaces anarchiques qui accueillent illégalement les enfants passe nécessairement par le contrôle et le suivi continus de la situation de l'enfance tunisienne qui nécessite la multiplication des visites d'inspection effectuées par le Comité régional d'inspection et de suivi des espaces anarchiques pour enfants. Mais sur le terrain, les choses ne sont pas aussi simples, reconnaît Fethi Lengliz, commissaire régional aux affaires de la femme, de la famille et de l'enfance à Nabeul, puisque les infractions qui ont été détectées dans les différents espaces vont du non-respect du cahier des charges jusqu'au viol d'enfant.
La situation se complique
Depuis plusieurs années, la Tunisie a fait le choix d'ouvrir la porte à la privatisation du secteur. Les chiffres font, aujourd'hui, froid dans le dos. Dans le gouvernorat de Nabeul, on dénombre pas moins de 411 jardins d'enfants (dont six structures publiques seulement), 83 garderies scolaires, 20 crèches, 26 clubs étatiques pour enfants et 299 clubs privés. Pour écarter tout amalgame, Lengliz nous explique que, contrairement aux jardins d'enfants privés, ceux publics, qui sont des établissements municipaux, ne relevant pas du ministère de la Femme mais de celui des Affaires locales et de l'Environnement.
Ainsi, avec un nombre très restreint et insuffisant de jardins d'enfants publics, la seule alternative pour répondre aux besoins actuels de la famille, que l'Etat ne peut pas assumer, reste l'espace privé. Mais cette politique n'est pas sans risque, puisque on constate, tous les jours, des dépassements importants dans tous les établissements préscolaires. Durant l'année scolaire écoulée (2017-2018), pas moins de 67 espaces anarchiques pour enfants ont été fermés dans le gouvernorat de Nabeul car plusieurs dépassements sont enregistrés dans les locaux de ce genre. Il y a plusieurs raisons derrière cette décision : non-respect du cahier des charges élaboré par le ministère de la Femme surtout en ce qui concerne les normes de l'espace et les règles d'hygiène, des programmes pédagogiques non autorisés par le ministère de tutelle, maltraitance des enfants…
Par manque de moyens humains (inspecteurs) et matériels (faible budget consacré à l'enfance), de nombreux établissements ont déjà ouvert leurs portes sans même passer par le ministère de la Femme. «Toutes les parties prenantes, à leur tête les parents qui peuvent vérifier si la structure a obtenu son autorisation ou pas, doivent signaler ces établissements illégaux et s'impliquer dans la lutte contre ces espaces anarchiques. Le ministère travaille d'arrache-pied pour le renforcement du nombre de délégués à l'enfance et l'amélioration du contrôle dans tous les espaces anarchiques ainsi que l'implication des composantes de la société civile dans ce programme. D'où l'importance et la nécessité de renforcer la coordination entre les différents départements afin de lutter efficacement contre la prolifération des espaces anarchiques», explique Lengliz, ajoutant que la fermeture de ces espaces anarchiques garantira la protection des enfants et que ces endroits pourraient reprendre leurs activités après la régularisation de leur situation et l'obtention du reçu de dépôt légal.
Un phénomène qui va crescendo
Lengliz indique que, depuis la Révolution, on constate une augmentation continue du nombre d'espaces anarchiques pour enfants (espaces préscolaires, clubs d'enfants, écoles coraniques, jardins d'enfants et crèches) dans toutes les régions. Il s'agit là d'un dérapage intolérable et dangereux qui a coûté cher car l'enjeu est de taille surtout qu'il s'agit de former et prendre soin des enfants. Face à cette situation, les autorités concernées ne sont pas restées les bras croisés à travers la mise en œuvre du Comité régional de suivi et de contrôle créé suite à une décision mixte entre le ministère de la Femme, de la Famille et de l'Enfance et le ministère de l'Intérieur le 20 août 2014.
Aujourd'hui, il y a une forte mobilisation contre les endroits anarchiques afin de réglementer ce secteur et réhabiliter les différents espaces dédiés à l'enfance. Ce comité est bien actif dans beaucoup de régions du pays et travaille à un rythme très soutenu car chacun de son côté fait de son mieux pour faire progresser l'action et la réflexion dans ce domaine. Les parents assument, aussi, une part de cette responsabilité, car avant de choisir l'espace où l'enfant va jouer, manger, dormir, faire des activités de tout ordre…et passer une grande partie de sa journée, il faut s'assurer que cet endroit a obtenu le reçu de dépôt légal qui doit être visible pour tout le monde. «Tous les espaces d'enfants sont dans le viseur des parents qui doivent exiger la qualité de l'encadrement, des activités multiples et différentes, des normes conformes au cahier des charges, les règles d'hygiène… La conciliation vie familiale-vie professionnelle reste un véritable casse-tête pour les parents. C'est une réalité qui s'impose, puisque le nombre de femmes qui travaillent s'est notablement accru. Donc, le choix d'un bon endroit pour leur enfant est et restera au cœur de leurs préoccupations. Dommage que les parents ne cherchent pas trop dans ce sens puisque les critères de sélection passent en premier par la compatibilité entre les horaires de l'institution et ceux de leurs boulots, la proximité avec le travail ou la maison, le prix…», explique Lengliz.
Le manque de formation, l'autre souci...
La création de jardins d'enfants ou de garderies n'est pas restreinte uniquement aux personnes ayant suivi une formation spécialisée. Toute personne désireuse de monter un tel projet ne trouve aucune contrainte pédagogique à réaliser son objectif. L'essentiel est de fournir les documents qui sont demandés dans le cahier des charges. Donc, l'absence ou le manque de formation du personnel est une vérité qui dérange et est bien réelle.
«On manque énormément de personnel qualifié, aussi bien sur le plan de la formation qu'en termes d'ambition. Malheureusement, les étudiants issus de l'Institut supérieur des cadres de l'enfance (Carthage-Dermech) considèrent que leur passage dans les crèches, les clubs et les jardins d'enfants privés n'est que temporaire. Donc, la plupart du personnel ne maîtrise pas le programme et est loin d'être capable de planifier les activités compatibles avec les compétences à faire acquérir aux enfants. Tous ces facteurs poussent vers ce constat : au niveau du personnel, il y a un manque flagrant de savoir-faire, de savoir-être, du sens de l'observation et du relationnel… Là, c'est le grand problème», explique Amal, directrice d'une garderie scolaire et d'un jardin d'enfants privé.
Pour combler cette lacune, qui existait depuis des années, le ministère de tutelle a mis au point un projet orienté pour la petite enfance. Ce dernier qui vient de commencer consiste en une formation professionnelle de type BTP et BTS avec un programme bien élaboré. «Un objectif ambitieux mais le chemin à parcourir est encore long et beaucoup reste à faire», conclut-elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.