Libye : URGENT : Haftar : L'Heure « H » pour l'assaut final sur Tripoli a sonné!    Tunisie – Mehdi Ben Gharbia annonce l'imminence du début du projet du nouveau pont de Bizerte    Mohamed Habib Jemli sollicite du Président de la République un délai supplémentaire d'un mois    Tunisie – CTN : Changement des dates des navettes Le Carthage et Le Tanit    La première Forêt Advans voit le jour à Oued Sbahiya Zaghouan    Pluies isolées sur le nord, demain    En vidéo: L'ami des animaux Ahmed Manai raconte son histoire    TUNIVISIONS reçoit une délégation de plus de 20 journalistes (hommes et femmes) libyens    La Tunisie de retour dans le Top 15 des pays attractifs en Afrique    Ligue 1 : Les arbitres de la 12ème journée    Coupe du monde des Clubs : Programme des quarts de finale    Le Club Africain se lance dans le sport électronique    La Méditerranée sur le point de se transformer en champ de guerre    Jalloul Ayed éventuellement dans le prochain gouvernement    Inauguration à Tunis du siège de l'Université de Tunis d'apprentissage tout au long de la vie par Mohamed Trabelsi et Dr Andreas Reinicke    La BCT lance un Comité Fintech et une Sandbox    Tunisair classée pire compagnie aérienne au monde en 2019    FIFA : Le CA Bizertin risque une grosse sanction    Tunisie : Une lettre de menace trouvée aux alentours d'un centre commercial au lac    Programme des vacances scolaires d'hiver à la cité des sciences de Tunis du 17 au 29 décembre 2019    Le footballeur Lilian Thuram à Tunis pour parler racisme au Lycée Pierre Mendès France    Une jeune femme est portée disparue    Nasfi : un nouveau front parlementaire avec 62 députés verra le jour    45 millions d'euros de la BERD pour rénover le TGM    Les détails des 13 projets de lois adoptés par le gouvernement sortant    Nouvel accord de coopération commerciale et technologique entre Tunisie Telecom et Cisco    Programme TV du jeudi 12 décembre    Ligue des champions : les qualifiés pour les huitièmes de finale    L'éducation de la santé sexuelle sera intégrée dans les programmes scolaires début 2020    Eliminatoires Mondial 2022 : tirage au sort le 21 janvier au Caire    Tunisie : Une secousse tellurique à Tajerouine    Concert de lancement de l'album « Fréquences Basses » de Slim Abida le 20 Décembre à l'IFT    Tunisie: Accidents de travail, augmentation de la rente octroyée aux victimes    La Tunisie encourage un système d'échange de droits d'émissions de gaz à effet de serre    La plus jeune première ministre au monde a 34 ans! Liste des jeunes dirigeants du monde en 2019    Tunisiens et Algériens projettent la création d'une Zone de détente et de loisirs au niveau des régions frontalières communes en plus d'autres projets    Le Parlement rejette la proposition d'appliquer une redevance de 30 euros aux touristes étrangers    L'émouvant message d'Amina Sta à son père...    Radio Nazaha : La première Web-Radio dédiée à la lutte contre la corruption est lancée (vidéo)    Le Syndicat des médecins du secteur privé mettent fin au contrat les liant à la CNAM    Crainte d'un bilan plus lourd en Nouvelle-Zélande après l'éruption d'un volcan    JTC 2019 : Nebil Daghsen & la LIPA tous les jours à l'Avenue de Tunis et le 12 Décembre au Mondial avec “Sangate Ebola”    Ce mardi 10 Décembre «Journée internationale des Droits de l'Homme», en Tunisie et ailleurs ! Et puis après…    Tunisie : Des foyers et restaurants universitaires en cours de construction dans 11 gouvernorats    Success Story TN : Saïda Meherzi : Entrepreneuse en écotourisme de Kesra    Robert Redford honoré au Festival international du film de Marrakech qui lui décerne l'Etoile d'Or    En vidéo : MG partenaire de la 5ème édition du Festival international des musiciens et artistes handicapés    Success Sotry TN: Nour Bellalouna de Nabeul, artisane et entrepreneuse (Vidéo)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trop, c'est trop !
Tunis victime des étals anarchiques
Publié dans La Presse de Tunisie le 15 - 03 - 2019

A l'approche d'une saison touristique prometteuse, les étals anarchiques poussent comme des champignons au cœur de Tunis échappant à toute action de contrôle économique et sécuritaire. Dans certains coins de la capitale, il est fréquent de se trouver coincé au milieu d'une foule de personnes tombées sous le charme des produits à bas prix exposés clandestinement. Mettre fin à ce phénomène serait une simple illusion, mais le maîtriser s'avère obligatoire.
A la place de la République de Tunis, plus précisément en face de la station de la République connue plutôt sous l'appellation du «Passage», ces étals semblent être plus puissants que les autorités. Opérant en toute clandestinité, ils s'affichent publiquement comme si c'était un droit acquis de s'installer sur ces lieux et vendre des produits dont l'origine est, certainement, inconnue. En plein jour et en heure de pointe, alors que des passants se précipitent pour rejoindre la station, ces étals occupent littéralement la voie publique, créant de véritables bouchons de circulation. Les piétons peinent, en effet, à trouver leur chemin au milieu de ces étals qui ressemblent à un gigantesque bazar à ciel ouvert où règne l'anarchie. D'ailleurs, certains se trouvent obligés de se faufiler au milieu de la foule. Et si cet endroit connaît une affluence record, c'est parce qu'on y trouve des marchandises et des produits pour tous les goûts et toutes les bourses. Quelques sous suffisent pour s'offrir ce dont vous avez besoin. Voiles pour femmes, livres, popcorn, vêtements contrefaits, sacs de fripe et même des fenouils prêts à être consommés… Tout est bon à vendre, en dépit des risques sanitaires.
Dans ce mini-écosystème économique, on entend les cris assourdissants de ces vendeurs clandestins qui vantent leurs produits, pourtant, de très mauvaise qualité. Un fait qui, vraisemblablement, ne pose aucun problème, puisque les passants sont nombreux à s'attarder devant ces étals. Pis encore, certains s'avèrent être des clients fidèles.
Jeu du chat et de la souris avec la police municipale
C'est le cas d'une jeune étudiante habitant à Oued Ellil qui choisit ses articles de beauté chez ces marchands ambulants. Pour elle, même des enseignes commerciales vendent des produits contrefaits alors que leur prix est très élevé. «Donnez-moi une seule raison qui me prive d'acheter un rouge à lèvres ou autre produit de beauté chez ces commerçants ambulants. Des boutiques de renom commercialisent des produits contrefaits alors que leur prix est extrêmement cher. Pour moi, qui est une simple étudiante dont le budget quotidien ne dépasse pas les cinq ou six dinars, je me contente de ces produits, même s'ils sont contrefaits ou présentent des risques sanitaires», explique-t-elle.
Dans les rues et ruelles et même artères de la capitale, l'activité de ces contrevenants, profitant d'un manque de contrôle, prospère. Mais ce qui rend le contrôle de ce phénomène encore plus difficile, c'est les stratégies d'évasion et de vigilance adoptées par ces commerçants ambulants. Car, selon les constats et les témoignages que nous avons recueillis, ils ont pu, en effet, mettre en place un réseau de vigiles, qui s'efforcent de suivre tous les pas des équipes de contrôle, et une fois le signal donné, ils disparaissent en un clin d'œil. C'est pour ce fait qu'il est fréquent d'apercevoir à Tunis, des marchands courant à toute vitesse et balançant leurs marchandises dans les ruelles de la capitale, évitant ainsi les amendes et leur saisie par les équipes de contrôle et la police municipale.
Dans ce sens, un marchand clandestin décrit son quotidien qui semble être peu confortable : «On joue au chat et à la souris avec les policiers, ils ne nous laissent jamais tranquilles, c'est vraiment inhumain. Voulons-nous travailler dans ces conditions ? La réponse est certainement non, mais nous sommes obligés de le faire, nous avons des bouches à nourrir et nous ne voulons pas mendier», témoigne-t-il.
Jouer au chat et à la souris, une expression qui pourrait résumer parfaitement la situation et qui explique pourquoi la municipalité de Tunis, comme d'ailleurs d'autres municipalités, peinent à éradiquer ce phénomène, car placer une infinité d'équipes de contrôle partout et régulièrement dans la capitale et environs serait simplement impossible.
La capitale Tunis souffre effectivement de nombreux points noirs dans chacun de ses coins. Il suffit de se rendre du côté de Bab El Jazira, la rue Charles de Gaulle, la rue d'Espagne, les alentours du marché central... on y trouve de véritables fourmilières de vendeurs ambulants hors la loi qui y opèrent en toute impunité.
D'ailleurs, le gouvernorat de Tunis avait mis en place en 2017, rappelons-le, cinq espaces consacrés à l'activité d'environ mille marchands ambulants dans les rues de Malte, Zarkoun, El Khirba, Mongi Slim, Sidi El Béchir et à Bab El Khadhra. Mais certains de ces espaces, jugés très loin de l'activité des citoyens, ont été boudés par ces vendeurs, qui optent toujours pour la clandestinité dans les artères de la capitale en vue d'accroître leurs marges de bénéfices.
Une clandestinité qui met en péril l'activité de ces vendeurs, mais aussi la santé des citoyens, car, selon l'Organisation de défense des consommateurs, tous les produits exposés de cette manière sont issus de circuits de distribution inconnus, et présentent des risques pour la santé des consommateurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.