Tunisie: Deux nouvelles infections au coronavirus à Kasserine dont l'une d'origine inconnue    Tunisie : L'arbitre Karim Khemiri annonce sa retraite    Tunisie – Mechichi s'intéresse demain au dossier de l'économie    Israël et les Emirats arabes unis ont signé un accord historique pour normaliser pleinement leurs relations    Covid-19 | 6 nouvelles contaminations locales enregistrées à Ben Arous    Retour sur la cérémonie officielle organisée au Palais de Carthage à l'occasion de la Fête nationale de la Femme    Méchichi promet de renforcer les moyens de la Justice, selon l'AMT    Nul équitable    Frappes israéliennes intensives sur Gaza    Athènes multiplie les efforts diplomatiques    Kamala Harris colistière de Joe Biden    Hommage à celles qui donnent la vie...    La galerie Essaadi célèbre la femme    Quatre œuvres lauréates dont un roman en Français    Une exposition en hommage à sa ville natale    Le président de la République au chevet de la comédienne Dalanda Abdou    Mercato – Handball : Nouveau challenge pour Marouène Maggaiez au Qatar    En vidéo: Kmar Ben Soltane parle de son rôle dans l'Albatros    Tunisie: Mutation de la Première Dame à Sfax, explications de l'ancien juge Ahmed Souab    Espérance de Tunis – Majdi Traoui [Audio] :"Nous méritons de gagner contre le CS Sfaxien"    FA Cup: la fédération anglaise supprime les 'replays'    Tunisie: Anas hammadi s'exprime sur le mouvement dans le corps des magistrats [vidéo]    Hssouna Nassfi : ça sera un gouvernement ami des partis politiques    Tunisie: Arrivée du 1er vol charter de Pologne à l'aéroport Djerba-Zarzis    Ces femmes tunisiennes, tireuses d'élite, qui sécurisent les prisons    A Kairouan, l'eau qui donne soif    Tunisie : Kais Said accorde la grâce présidentielle à 73 détenues    Quand Facebook nie avec constance les droits des palestiniens    Fête nationale de la femme | Saïed se rend à Mraïdeya et rencontre les ouvrières agricoles    Un décès dû au coronavirus à Gabès    Algérie : Secousse tellurique à Blida    Tunisie: BicyClean: Opération Mer Propre    Le Président Buhari finalise l'adhésion du Nigeria à l'Agence pour l'Assurance du Commerce en Afrique (ACA)    1499 nouveaux cas confirmés et 23 décès en 24 heures au Maroc    Chine : Le coronavirus découvert sur du poulet brésilien    CONDOLEANCES: Tarak BEN AISSA    Technopole de Gabès: Aménagement de la zone industrielle de Matmata    EST-CSS : 0-0: Il ne manquait que les buts !    Ligue 1 — 19e journée: Favorable à l'ESM et à l'UST    Athlétisme — Journée Nationale de la Femme: Le corps médical à l'honneur    « Certified Mail » de Hisham Saqr à Cinémadart et Ciné Amilcar: La dépression post-partum en toile de fond    GEOPOLITICUS | Le drame du Liban profitera-t-il aux intérêts de la France ?    Tunisie: 600 millions de dinars de manque à gagner pour la SNCFT    BCT : Hausse de la masse salariale de l'administration 13,5% en 2019    Salon International de la Bande Dessinée de Tazarka 2020: 24e édition digitale du 13 au 16 Août    Economie tunisienne : Le diagnostic de Marouane El Abassi    Tunisair : Nécessité de mise en place d'un plan de sauvetage    Prix Zoubeida Bchir 2019 : Quatre œuvres lauréates dont un roman en français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trop, c'est trop !
Tunis victime des étals anarchiques
Publié dans La Presse de Tunisie le 15 - 03 - 2019

A l'approche d'une saison touristique prometteuse, les étals anarchiques poussent comme des champignons au cœur de Tunis échappant à toute action de contrôle économique et sécuritaire. Dans certains coins de la capitale, il est fréquent de se trouver coincé au milieu d'une foule de personnes tombées sous le charme des produits à bas prix exposés clandestinement. Mettre fin à ce phénomène serait une simple illusion, mais le maîtriser s'avère obligatoire.
A la place de la République de Tunis, plus précisément en face de la station de la République connue plutôt sous l'appellation du «Passage», ces étals semblent être plus puissants que les autorités. Opérant en toute clandestinité, ils s'affichent publiquement comme si c'était un droit acquis de s'installer sur ces lieux et vendre des produits dont l'origine est, certainement, inconnue. En plein jour et en heure de pointe, alors que des passants se précipitent pour rejoindre la station, ces étals occupent littéralement la voie publique, créant de véritables bouchons de circulation. Les piétons peinent, en effet, à trouver leur chemin au milieu de ces étals qui ressemblent à un gigantesque bazar à ciel ouvert où règne l'anarchie. D'ailleurs, certains se trouvent obligés de se faufiler au milieu de la foule. Et si cet endroit connaît une affluence record, c'est parce qu'on y trouve des marchandises et des produits pour tous les goûts et toutes les bourses. Quelques sous suffisent pour s'offrir ce dont vous avez besoin. Voiles pour femmes, livres, popcorn, vêtements contrefaits, sacs de fripe et même des fenouils prêts à être consommés… Tout est bon à vendre, en dépit des risques sanitaires.
Dans ce mini-écosystème économique, on entend les cris assourdissants de ces vendeurs clandestins qui vantent leurs produits, pourtant, de très mauvaise qualité. Un fait qui, vraisemblablement, ne pose aucun problème, puisque les passants sont nombreux à s'attarder devant ces étals. Pis encore, certains s'avèrent être des clients fidèles.
Jeu du chat et de la souris avec la police municipale
C'est le cas d'une jeune étudiante habitant à Oued Ellil qui choisit ses articles de beauté chez ces marchands ambulants. Pour elle, même des enseignes commerciales vendent des produits contrefaits alors que leur prix est très élevé. «Donnez-moi une seule raison qui me prive d'acheter un rouge à lèvres ou autre produit de beauté chez ces commerçants ambulants. Des boutiques de renom commercialisent des produits contrefaits alors que leur prix est extrêmement cher. Pour moi, qui est une simple étudiante dont le budget quotidien ne dépasse pas les cinq ou six dinars, je me contente de ces produits, même s'ils sont contrefaits ou présentent des risques sanitaires», explique-t-elle.
Dans les rues et ruelles et même artères de la capitale, l'activité de ces contrevenants, profitant d'un manque de contrôle, prospère. Mais ce qui rend le contrôle de ce phénomène encore plus difficile, c'est les stratégies d'évasion et de vigilance adoptées par ces commerçants ambulants. Car, selon les constats et les témoignages que nous avons recueillis, ils ont pu, en effet, mettre en place un réseau de vigiles, qui s'efforcent de suivre tous les pas des équipes de contrôle, et une fois le signal donné, ils disparaissent en un clin d'œil. C'est pour ce fait qu'il est fréquent d'apercevoir à Tunis, des marchands courant à toute vitesse et balançant leurs marchandises dans les ruelles de la capitale, évitant ainsi les amendes et leur saisie par les équipes de contrôle et la police municipale.
Dans ce sens, un marchand clandestin décrit son quotidien qui semble être peu confortable : «On joue au chat et à la souris avec les policiers, ils ne nous laissent jamais tranquilles, c'est vraiment inhumain. Voulons-nous travailler dans ces conditions ? La réponse est certainement non, mais nous sommes obligés de le faire, nous avons des bouches à nourrir et nous ne voulons pas mendier», témoigne-t-il.
Jouer au chat et à la souris, une expression qui pourrait résumer parfaitement la situation et qui explique pourquoi la municipalité de Tunis, comme d'ailleurs d'autres municipalités, peinent à éradiquer ce phénomène, car placer une infinité d'équipes de contrôle partout et régulièrement dans la capitale et environs serait simplement impossible.
La capitale Tunis souffre effectivement de nombreux points noirs dans chacun de ses coins. Il suffit de se rendre du côté de Bab El Jazira, la rue Charles de Gaulle, la rue d'Espagne, les alentours du marché central... on y trouve de véritables fourmilières de vendeurs ambulants hors la loi qui y opèrent en toute impunité.
D'ailleurs, le gouvernorat de Tunis avait mis en place en 2017, rappelons-le, cinq espaces consacrés à l'activité d'environ mille marchands ambulants dans les rues de Malte, Zarkoun, El Khirba, Mongi Slim, Sidi El Béchir et à Bab El Khadhra. Mais certains de ces espaces, jugés très loin de l'activité des citoyens, ont été boudés par ces vendeurs, qui optent toujours pour la clandestinité dans les artères de la capitale en vue d'accroître leurs marges de bénéfices.
Une clandestinité qui met en péril l'activité de ces vendeurs, mais aussi la santé des citoyens, car, selon l'Organisation de défense des consommateurs, tous les produits exposés de cette manière sont issus de circuits de distribution inconnus, et présentent des risques pour la santé des consommateurs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.