Ali Laârayedh s'offre une sortie qui évoque le dernier repas du condamné    Importation de véhicules en Algérie: Le problème serait-il en voie de règlement?    Zaghouan : Récupération d'une terre domaniale agricole de 120 hectares à Djebel Oust    La Proparco et l'UIB renforcent leur soutien aux entrepreneurs tunisiens affectés par la crise sanitaire    Tunisie : Rached Ghannouchi reçoit l'ambassadeur de France    Le marché boursier termine la séance de mercredi, sur une note morose    Kais Saied: Nous n'avons pas de problèmes avec les juifs mais plutôt avec les colonisateurs    France : 3 ministres épinglés pour dissimulation de revenus ça fait beaucoup!    L'administration publique, un ''obstacle'' pour 3/4 des PME    Précisions du ministère de la Justice concernant le pass vaccinal    Dans une conférence de presse sans journalistes, Kaïs Saïed exprime son soutien à la Palestine    Affaire Khashoggi : le Saoudien arrêté à Paris ne serait pas le bon, Macron soulagé    Exode des cerveaux : 39 mille ingénieurs ont quitté la Tunisie    Tunisie : Vers une normalisation avec Israël ? Kais Saied tranche    Médenine: 36 élèves contaminés par le coronavirus    Coupe Arabe FIFA 2021 : Programme des quarts de finale les 11 et 12 décembre    Les pays où les habitants ont été le plus souvent ivres    Dr Rim Belhassine Cherif: Président du groupe régional pour l'Afrique de la Commission d'Etudes 13    Abdellatif Mekki : Les personnes qui gardent encore espoir en Kaïs Saïed n'ont rien compris !    TRANSTU: Changement du trafic du métro sur la ligne 1, entre les stations "Mohamed Ali" et "Kabaria"    NBA : Lakers et Knicks à la relance, Dallas renversé par Brooklyn    UCL : Le Barça pourrait se qualifier ce mercredi ?    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 08 Décembre 2021 à 11H00    Les accords commerciaux avec l'Afrique : Le continent d'avenir    Vers la vaccination des enfants de 5 ans et plus ?    Mandat de dépôt contre le policier ayant agressé le directeur du lycée 9 avril à Sidi Bouzid    Exposition photos, films, concerts et arts numériques au programme de la 1ère édition du "Nawaat Festival"    Variant «Omicron» — Reprise économique: L'imprévisibilité...!    Programme TV du mercredi 08 décembre    JTC: Les spectacles au programme du 8 décembre 2021    Sfax: Concert afro-tunisien au théâtre municipal [Vidéo]    CONDOLEANCES    Tunisie-officiel : Nouvelle date d'un jour férié    Comment rendre le système éducatif plus efficace en Tunisie ? Ridha Zahrouni s'exprime sur le sujet [Vidéo]    NEWS: Héni Amamou passe à l'EST    Handball — Mondial Dames d'Espagne — Congo-Tunisie (33-24): Un goût d'inachevé    L'équipe de Tunisie se ressaisit: Sursaut rageur et coup d'éclat    Programme de la Cinémathèque Tunisienne du 8 au 18 décembre 2021: Le cinéma fête le théâtre    Les JTC 2021 rendent hommage à la Troupe de la ville de Tunis : Une consécration pour l'Histoire et le parcours    «Corde inconnue, fragment 1» de Fatma ben Aissa à Atelier Y: Déambulation artistique    Tunisie: Augmentation de 14% des prix du fer de construction    Tunisie : Signature d'un contrat de concession pour la restauration «d'El Karaka » de la Goulette et sa transformation en musée de la céramique artisanale    Connect International : Une visite à la capitale sénégalaise Dakar    Coronavirus : Du nouveau concernant Omicron    JO d'hiver 2022 : Le Kremlin appelle à des JO libres de toute politique    Allemagne : Un gouvernement «pro-européen» à composante paritaire hommes/femmes    Malheureusement, la justice l'a innocent酠   Tunisie : Focus sur le projet de réaménagement du musée de Carthage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nébuleusement vôtre !
Arts Plastiques : Les pratiques de l'art en Tunisie et leur réception
Publié dans La Presse de Tunisie le 08 - 12 - 2010

Il n'y a pas de doute : la scène artistique dans notre pays, celle des arts plastiques plus précisément, est en pleine effervescence. Mais les choses ne vont pas, pour autant, pour le meilleur. Ce dynamisme a son pendant: un vrai dédale ! Chamboulement des pratiques et des modalités de réception, défaillance de la critique, pauvreté du cadre réglementaire, centralisation des espaces d'exposition…des donnes qui ne font qu'accentuer la nébuleuse qui entoure l'art contemporain.
C'est pour ces raisons mêmes, que les pratiques de l'art en Tunisie et leur réception on été le thème du colloque organisé, les 3, 4 et 5 décembre derniers à Hammamet, par l'Unité de recherche Pratiques artistiques modernes en Tunisie (Institut supérieur des Beaux-arts de Tunis).
A travers une quinzaine de communications scientifiques, dont il faut saluer au passage la qualité des débats et une table ronde, une pléiade de chercheurs, universitaires essentiellement, mais aussi des artistes, se sont attelés au diagnostic de la scène des arts plastiques tunisienne. Et il faut dire qu'ils ont mis le doigt là où le bât blesse !
Si la qualité et les tendances esthétiques qui prévalent dans les pratiques artistiques à l'heure actuelle, sous nos cieux, n'ont pas été débattues en profondeur (cela a été l'objet d'un précédent colloque), le marché de l'art avec ses différents acteurs, la critique d'art ainsi que la réception, ont été, principalement, mis sous le feu des projecteurs dans une tentative d'intellection de la scène plastique nationale. Il faut dire que le discours était pour le moins pessimiste et le ton direct…
La critique d'art sur le banc des accusés?
La critique fait, sans doute aucun, partie des instances de légitimation des artistes et de leurs œuvres. Son rôle dans la détermination de la notoriété de l'artiste et même de sa cote – si cote il y a – est incontestable. Mais existe-t-il une critique d'art digne de ce nom en Tunisie ?
Les intervenants semblent, pratiquement, tous d'accord sur ce point : impressionnisme, arbitraire du goût et complaisance régissent, sauf quelques exceptions, ce domaine. Un fossé entre la critique d'art et la pratique plastique semble s'être creusé et la notoriété médiatique ne reflète pas forcément la notoriété (et la qualité) artistique.
Avec une culture artistique limitée, ne maîtrisant pas forcément les mécanismes de l'approche critique d'une œuvre d'art, la plupart des journalistes tombent dans le piège de la subjectivité, remarquent les chercheurs-plasticiens. Pis encore, les articles, informatifs ou dans une veine littéraire, sont souvent dictés par les penchants des uns et des autres, pour un style ou pour un artiste particuliers.
Or, la critique d'art se doit d'être un garde-fou et doit être régie par la seule objectivité. Argumentée, elle est tenue de situer l'œuvre dans son contexte historique et esthétique, etc. Si des analyses plastiques de qualité, réalisées dans le cadre de recherches académiques, existent, elles restent cantonnées dans les bibliothèques des structures universitaires et non accessibles au grand public.
L'art et la toile : opportunités ou mirages ?
Le rapport des artistes tunisiens aux nouvelles technologies a également été l'un des sujets traités par les chercheurs pendant ce colloque. Les intervenants ont expliqué comment les plasticiens tirent profit des opportunités nouvelles qu'offre le boom technologique, aussi bien en termes de visibilité que de pratique.
Grâce aux sites personnels (et ceux des galeries), aux forums, aux réseaux sociaux, notamment facebook et twitter, ils peuvent, en effet, montrer leurs œuvres, communiquer sur leurs expositions, débattre directement avec public et professionnels et s'exprimer librement. Certains artistes se sont également convertis au mode numérique remplaçant les médiums classiques (la peinture en l'occurrence) par les outils numériques. Une démarche sur laquelle les avis restent cependant partagés !
Dans tous les cas, une chose est certaine : avec son accessibilité illimitée, le Net ouvre des horizons nouveaux pour les artistes. Quant à la vente des œuvres d'art sur Internet en Tunisie, c'est toute une autre affaire ! Si un marché de l'art virtuel et interactif existe bel et bien à l'échelle internationale, les intervenants ont affirmé que nous sommes loin du compte ! Rares sont les plasticiens tunisiens, même les plus «branchés» qui réussissent, semble-t-il, à vendre leurs œuvres à travers la toile.
Cela est dû, en grande partie, à la complexité administrative et bancaire relative aux modalités de paiement et au scepticisme du Tunisien (artiste et acquéreur) quant à ce nouveau type de transactions. Beaucoup reste donc à faire de ce côté…
Marché de l'art : sous le signe de l'opacité
Le marché de l'art «classique» ne souffre pas, pour autant, de moins de problèmes ! Loin s'en faut. D'une manière générale, les participants à ce colloque ont relevé l'opacité et l'amateurisme qui caractérisent la scène des arts plastiques en Tunisie : absence de normes, collectionneurs «fantômes», acquéreurs incertains, culture artistique déficiente pour le public, manque d'informations et de base (s) de données, rareté des véritables spécialistes du marché…Le tableau n'est pas vraiment beau!
Pour sa part, la commission d'achat ne semble pas arranger les choses. Plus encore, tout porte à croire, selon les témoignages de certains participants, que c'est un «mal» dont souffrent les plasticiens, une grande partie du moins ! Sous la tutelle du ministère de la Culture et de la Sauvegarde du patrimoine, cette structure a pour buts de construire un fonds d'œuvres d'art contemporain qui sera exposé dans un musée — tant attendu —, et pour encourager les artistes tunisiens, dont la plupart peinent à vivre de leur art.
L'Etat est, de la sorte, le premier acquéreur des œuvres d'art dans le pays. Seulement, d'après les participants à ce colloque, cette commission semble parfois dévier, aujourd'hui, et d'une certaine manière, de la noble mission qui lui a été assignée au départ.
Les critères et modalités d'acquisition des œuvres ne font pas, en effet, l'unanimité…Rendre davantage transparent le travail de cette commission, organiser ses modes de fonctionnement (planning, budget,…), créer un catalogue des œuvres du fonds national des arts plastiques (avec les prix d'acquisition, les dates, le format…) et le rendre public ne peut qu'améliorer la situation et garantir la transparence.
Quel salut ?
Il ne s'agit ici que de quelques-unes des questions qui ont été soulevées lors du colloque «Pratiques de l'art en Tunisie et leur réception». Une rencontre qui s'inscrit dans les préoccupations actuelles et des chercheurs et des praticiens et qui a permis d'établir un état des lieux assez exhaustif de la scène des arts plastiques nationale. De la critique au public, en passant par les lieux et le marché de l'art ainsi que les disciplines scientifiques.
Mais si plusieurs défaillances ont été relevées par les chercheurs, les solutions concrètes n'ont pas été trouvées à toutes. Il s'agit là d'une responsabilité qui incombe certainement à tous les opérateurs du secteur, sans exception aucune : artistes, galeristes, chercheurs, journalistes et instances de tutelle…Ces derniers doivent non seulement trouver des issues aux difficultés actuelles, mais aussi développer des propositions pour le travail, à long terme, du département arts plastiques dans la Cité de la culture.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.