Un fort séisme secoue Taïwan    Barça vs Real Madrid en direct et live streaming : Comment regarder le match?    Tunisie – DERNIERE MINUTE : Nouvelle alerte météo !    Sousse : Arrestation d'un criminel faisant l'objet de dix avis de recherche    Anthony Fauci au cœur d'un scandale impliquant un laboratoire en Tunisie    LC Afrique (2e tour retour) – Espérance ST : obligation de résultat pour retrouver la phase de poules    Foot-Europe: le programme du jour    NBA : les Bulls toujours invaincus, Cleveland enfin vainqueur    Man United – Liverpool : les compos probables    Deux décès à cause des pluies à Kasserine    Tunisie – Suspension de la circulation du métro léger et prolongement des trajets des bus de correspondance    Tunisie – Intempéries : Décès de deux personnes à Thala    Ammar Mahjoubi: Violence et insécurité à l'époque romaine    Jerandi reçoit un appel téléphonique de James Cleverly    Hausse de l'encours de la dette publique de 12,2%, à 101,2 milliards de dinars, à fin août 2021    Anas Hmaidi : En Tunisie, les deux tiers des prisonniers sont dans l'attente de leur jugement    Erdogan expulse dix ambassadeurs dont ceux de la France, des USA et de l'Allemagne    Nabeul : Saisie de 4 tonnes de semoule et 47658 litres de lait    Affaire des licences de taxis collectifs : 11 suspects dont deux anciens gouverneurs    Photo du jour : Un « bijou » architectural construit à des dizaines de mètres de la présidence du gouvernement !    Tunisie : Le monde change, la STEG « évolue »    Des policiers agressent le président de l'ESS La FTF dénonce    Dernière minute – Chiffres officiels : Quasi-blocage de l'investissement, fin septembre 2021    Nouvelles mesures imposées aux voyageurs en prévision d'une nouvelle vague Covid-19    Tunisie : L'état d'exception face aux tentations d'ingérence internationale    Importation des voitures de luxe : L'austérité doit concerner les voitures administratives et non pas les voitures privées    La cheffe du gouvernement reçoit Ons Jabeur    Monopole, spéculation et contrebande : cinq ministères s'engagent dans la lutte    Commémoration du 8ème anniversaire de l'Attaque terroriste du 23 octobre 2013    Tunisie : Le Pass vaccinal obligatoire pour accéder presque partout dès le 22 décembre 2021    Décès de l'ancien ministre Abdelbaki Hermassi    Forum des DSI : "Tunisie Telecom veut être le label de confiance pour les PME/PMI dans la transformation digitale"    21ème édition du festival de l'Asbu : Six prix pour la Tunisie    Tunisie – Météo: Retour progressif d'un temps hivernal avec baisse des températures    Dialogue national- Noureddine Tabboubi appelle à la participation des partis politiques    Foot Tunisie : Programme des matches de samedi    La Grenade de Gabès avec label AOC débarque sur les marchés de la région    Processus politique : L'ONU confiante en la Tunisie    Le comité de défense de Mehdi Ben Gharbia dénonce les violations à son droit à la santé    Abdelaziz Kacem: L'intelligentsia ou la ménopause du cogito    Migration clandestine Mahdia : mandat de dépôt contre les passeurs    Le ministère des Affaires culturelles rend hommage au scénographe Kais Rostom    Ephéméride – 20 octobre 2011 : Les rebelles islamistes assassinent Mouammar Khadafi    Monde- Daily brief du 21 octobre 2021: La Turquie menace d'expulser 10 ambassadeurs occidentaux    Vient de paraître - Un nouveau recueil poétique de Abdelaziz Kacem : «Quatrains en déshérence»    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    "Rouhaniyet" Nefta sous le signe "Hanin" du 4 au 7 novembre 2021    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les chercheurs de poux
Autrement dit... -par Bady Ben Naceur-
Publié dans La Presse de Tunisie le 11 - 12 - 2010

Grand merci à Arthur Rimbaud, de m'avoir prêté le titre de l'un de ses poèmes pour la rubrique de ce jour! Les «chercheurs de poux» sont quelques-uns de nos universitaires — heureusement pas tous — qui grognent encore contre la presse écrite et, notamment, la critique artistique qu'ils mettent sur le banc des accusés, chaque fois qu'ils se réunissent en conclave. D'un revers de la main, ils effacent tout ce qui a été fait depuis une quarantaine d'années, maintenant. D'avoir encouragé les arts plastiques et graphiques au même titre, que nous l'avons fait pour le livre, la musique, le 4e art, le cinéma; d'avoir favorisé l'épanouissement des artistes eux-mêmes, dont beaucoup sont partis miséreux, sans avoir eu la chance de participer à un véritable marché de l'art, sans avoir revu leurs propres œuvres dans un quelconque musée d'art contemporain, et, ou moderne, dans un milieu sans infrastructure requise… C'est le travail de la critique que l'on dit encore «impressionniste, arbitraire, qui ne reflète pas l'objectivité, la réalité des choses», ainsi que celui des galeries qui se comptaient sur les doigts de la main, il y a une vingtaine d'années et qui ont fait un travail remarquable dans la présence des arts en Tunisie.
Et, c'est pourtant avec ces «matériaux»-là, matériaux mûrement arrachés à la lèpre du temps, mûrement amassés et triés sur le tas, que nos «chercheurs de poux» au lieu de les rationaliser à travers leurs «analyses plastiques de qualité» pour les rendre plus accessibles au grand public, renient en bloc, ce qu'ils appellent «les pratiques de l'art en Tunisie et leur réception». Ils mettent sur le banc des accusés la critique qui doit être argumentée et tenue de situer l'œuvre dans son contexte historique et esthétique comme si nous avions une histoire lointaine en ce domaine et une esthétique plusieurs fois remise en question à cause, ou grâce à des mouvements et des tendances qui auraient fait leurs riches heures!…
Ce que l'on demande à nos universitaires, et beaucoup le font bien à travers les suppléments hebdomadaires de notre propre journal, c'est d'apporter leurs connaissances et leur savoir-faire sur le terrain. Trouver des solutions à toutes ces défaillances auxquelles nous-mêmes, depuis des décades, n'avons pu pallier. Avec le projet de la Cité de la culture et certaines orientations courageuses prises par le ministère de tutelle, orientations de partenariat dans le domaine privé, les choses iront mieux, je le pense.
Nos jeunes journalistes, qui font dans la critique d'art actuellement (certains sont des diplômés des arts, d'autres viennent de l'Ipsi), ont acquis certaines connaissances de base sur l'art occidental, possèdent un jugement d'appréciation du point de vue esthétique, critique selon Diderot, Baudelaire, critique de la raison pure, celle de Kant, etc.
Il faut seulement les aider à y voir plus clair dans ce maelstrom, où tout ou presque ira à sa déperdition, si on n'y prenait garde. Il faut leur apprendre surtout qui ont été nos artistes, ce qu'ils ont fait : des pionniers aux novateurs, sans parler de ce qu'il se passe actuellement.
Et ça, c'est le travail de nos universitaires. Quant à la critique objective, dans le domaine de l'art, on peut cogiter là-dessus. Pour moi, elle n'existe pas, hormis bien sûr, en les connaissances élémentaires de base, à partir desquelles elle peut s'exprimer. Ce qui fait tout son charme encore, c'est le règne de la subjectivité dans laquelle elle se meut. Anatole France ne disait-il pas que «le bon critique d'art est celui qui raconte les aventures de son âme au milieu des chefs-d'œuvre» ! On peut toujours en discuter…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.