62 décès et 2041 nouveaux cas en Tunisie    Tunisie-Culture: Autorisation aux espaces culturels et artistiques d'organiser leurs activités!    Voici pourquoi la souche britannique pourrait provoquer une mortalité accrue    Le bateau transportant des bovins soupçonnés d'avoir la maladie de la langue bleue interdit de débarquer au port de Bizerte    Mercato : Un attaquant ghanéen tout proche de l'Espérance de Tunis    Covid-19| »Toutes les mesures ont été prises pour garantir une rentrée scolaire sécurisée, lundi prochain »    Ligue 1 : Le CS Sfaxien freiné par le CA Bizertin, l'US Ben Guerdane 2ème    Les mouvements des grosses capitalisations marquent l'activité boursière de la semaine    Un nouveau record de décès dus au coronavirus enregistré le 21 janvier 2021 : 100 morts en une journée    Mondial des clubs au Qatar : test négatif au Covid-19 obligatoire pour les supporters    La Tunisie et le Maroc, meilleurs pays en termes de digitalisation à des fins économiques en Afrique du nord    Tunisie-dernière minute: Poursuite des cours scolaires    Signature d'une convention pour appuyer à la dépollution des îles Kerkennah des déchets plastiques    CONDOLEANCES : Om Kalthoum KANOUN    Tribune | Un peuple heureux ne se saborde pas...    DECES : Maître Slim CHELLI    Déficit et entreprises publiques : La mise en garde du FMI à la Tunisie    Programme TV du samedi 23 janvier    «Mâ lam tasqot mina elomôr... lam taôd khadra» (Celle qui ne tombe de l'âge... n'est plus verte), recueil de poèmes de Amor Daghrir : La patrie est une femme !    «200 Meters» de Amine Nayfeh : Un thriller réussi    ST : Absences de taille !    Tunisie – Conférence de presse du ministre de la Santé : Décalage Horaire    Covid-19 : 2389 nouvelles contaminations et 103 décès recensés le 21 janvier 2021    Météo : Des pluies éparses le matin et températures en baisse    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    CAB : Le moral en hausse !    JSK : L'incertitude qui désole !    [TRIBUNE] Olfa Hamdi (PDG de Tunisair) : La forme et le fond !    CAN-U21 : tirage au sort lundi prochain à Yaoundé (CAF)    Vers un second mandat pour la Tunisie à la tête de l'initiative MENA-OCDE    Sfax-[Vidéo]: Organisation d'un stand de protestation devant l'hôtel municipal    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    Twitter suspend un compte de l'ayatollah Ali Khamenei    JEEP RENEGADE best-seller en 2020    Tunisie : Le juge Mekki Ben Ammar, libéré    Le musée national du Bardo : Cinq ans après le terrible attentat du 18 mars 2015    Donner sa chance à la chanson tunisienne ?    Le film "Fathallah TV,10 ans et 1 révolution plus tard" disponible en ligne sur le site de la FCAPA    Selon L'UTICA, l'arrestation de Nabil Karoui n'est pas la solution    La présidence a-t-elle arrêté le dialogue national ?    Exposition personnelle «Des moments de peinture» de Qays Rostom à la galerie Saladin: Des actions de création    [ ETUDE ] – Tunisie : comment la crise sanitaire rebat les cartes du recrutement    Meherzia Labidi est décédée : la voix tonitruante d'Ennahdha au Bardo    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    De Trump à Biden: la force de la symbolique    Festival de la chanson tunisienne 2021: 35 artistes confirmés et émergents sont nominés    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Etat des lieux et perspectives
Arts plastiques maghrébins
Publié dans La Presse de Tunisie le 20 - 10 - 2011

Un colloque s'est tenu récemment à Dar El Médina, à La Kasbah de Tunis, sur «les arts plastiques maghrébins, autour du thème : «Art et mémoire», à l'initiative de la Fondation Kamel Lazaâr pour les arts et la culture.
La coordinatrice de la rencontre, Rachida Triki, a invité à ce colloque des historiens de l'art, des esthéticiens, des artistes, des critiques et des médiateurs pour réfléchir sur les lectures du passé artistique maghrébin et sur la nécessité de favoriser celles qui impliquent notamment une historisation et de nouvelles grilles de lecture esthétique.
Pour ce faire, un travail de recherche technique au niveau de la documentation est nécessaire pour revisiter notre mémoire, notre histoire passée et présente des mouvements artistiques à travers ses documents, ses institutions et ses différentes médiations.
Trois tables rondes ont été organisées pour traiter de la problématique soulevée. La première a été consacrée à l'histoire des arts plastiques au Maghreb et à la nécessité d'instaurer une lecture de ses ruptures, afin d'historiciser ses modes de développement.
Nadira Laggoune, professeur d'art à l'Ecole des beaux-arts d'Alger, qui a suivi avec intérêt les voies de développement des arts plastiques algériens, a montré pourquoi il faut se réapproprier l'histoire des arts par une relecture critique.
Anissa Bouayed, historienne, a parlé du peintre constantinois Jean Atlan, davantage connu en France, en essayant de lui prêter un rôle dans la naissance du mouvement plastique algérien.
Le Tunisien Houcine Tlili a proposé une lecture historiciste des ruptures opérées dans le mouvement pictural tunisien et maghrébin, en esquissant une lecture dynamique de l'évolution de l'histoire des arts plastiques au Maghreb entre orientalisme et patrimoine.
Farid Zahi, historien de l'art marocain, a montré que le jeu de mémoire est un travail sur soi pour se réapproprier son patrimoine.
Sami Ben Ameur, quant à lui, a tenté de décrire et de lire les péripéties et les ruptures du développement des arts plastiques en Tunisie à travers les activités des galeries de Tunis.
La deuxième table ronde a examiné les activités des institutions s'occupant de formation artistique, de médiation d'associations, de musées, de promotion des arts plastiques au Maghreb.
Une intervention très remarquée a été faite par le chercheur et conservateur marocain Mohamed Rachdi qui a concrètement illustré ses contacts par la mise en valeur d'une structure muséale de mécénat. Cette structure a permis l'installation d'un musée réalisé par la Société Générale Maroc, au profit des peintres marocains.
Mme Sana Tamzini, directrice de la «Maison des arts» du Belvédère a fait de sa tentative de dynamiser le «Centre national d'art vivant» en lui insufflant le souffle de la créativité et de la générosité d'un programme multidimensionnel.
Samir Triki, directeur de l'Institut supérieur des beaux-arts de Tunis renseigna le public sur le secteur de la formation artistique en Tunisie, qui possède une infrastructure de 13 instituts d'art et de 20.000 étudiants dans ce domaine. «Le problème est de définir les missions de ces structures, d'établir des programmes de formation et d'aboutir à créer des emplois pour les 20.000 futurs diplômés d'art», a-t-il dit.
Il a aussi mis l'accent sur la nécessité de mettre en place des structures adéquates de recherche et de documentation en matière d'art plastique.
Hamadi Chérif a relaté son itinéraire de galeriste et de promoteur du centre culturel de Djerba où il a réussi à marier la promotion polydimensionnelle des arts (musique, peinture) régionaux et internationaux. L'ouverture de Hamadi Chérif sur le marché international de l'art est intéressante et exemplaire comme l'est la pratique de Mohamed El Ayeb, à la galerie «Aïn».
La troisième table ronde du colloque a été consacrée aux témoignages et aux perspectives de développement du secteur des arts plastiques au Maghreb.
Akila Mouhoubï a présenté son expérience d'animation dans le cadre de son association Rivages aussi bien en France qu'en Algérie, son pays d'origine, où elle s'est réinstallée.
Les recommandations issues du colloque soulignent la nécessité de promouvoir des annales communes numérisées des arts plastiques maghrébins. Les intervenants proposent également la création d'un centre maghrébin de documentation et de recherche en arts plastiques et de l'image.
Ils proposent que le Maghreb participe en tant que tel aux manifestations et expositions les plus avancées d'arts plastiques comme à Venise, surtout, et dans d'autres manifestations de qualité dans le monde.
Ils recommandent aussi de créer dans les futures institutions muséales maghrébines, des collections d'art, vouées à rassembler les œuvres produites par les artistes maghrébins.
Ils soulignent, par ailleurs, la nécessité de créer des ponts entre les instituts de formation et de recherche maghrébins et de promouvoir des échanges entre eux, grâce à des séjours d'étude et à des bourses (ateliers communs), au profit des étudiants et des enseignants d'arts plastiques, d'histoire de l'art et d'esthétique.
Il serait judicieux, selon les participants à ce colloque, d'instaurer des enseignements théoriques et pratiques communs dans les instituts d'arts maghrébins. Il serait également judicieux de créer des prix intermaghrébins pour les jeunes plasticiens et pour les meilleurs critiques d'art maghrébins.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.