Tunisie – VIDEO : Pourquoi 9alb Tounes a-t-il approuvé le PLF complémentaire ?    Tunisie – VIDEO : Les protestataires d'Al Kamour haussent le ton et menacent    Tunisie – Plus de la moitié des PME vont fermer !    En photos : Le futur chef de la diplomatie américaine un joker pour la Tunisie ?    Tunisie | Covid-19 : 485 nouvelles contaminations et 41 décès recensés en 24 heures    Fitch Rating baisse la perspective de la Tunisie de "stable" à "négative"    Tunizi, le dataset pour comprendre le dialecte tunisien    Tunisie : Historique ! une femme à la tête du Club olympique des Transports    Contre les insultes à l'ARP, Hassouna Nasfi propose une motion    Le marché boursier termine la séance sur une note quasi-stable    Pour Taoufik Hasnaoui, la diplomatie tunisienne vit une crise    Une étude analytique de 86 textes de loi sur l'approche du genre, recommande l'élimination de la discrimination entre les sexes sur les lieux de travail    Le groupe PDL présente un projet de motion pour classant les Frères Musulmans, organisation terroriste    Le médicament de la langue bleue sera disponible l'année prochaine    «J'allais faire une véritable révolution au sein de l'administration pour la moderniser»    Pandémie, allégement de la dette et lutte pour le climat, en débat    Huit morts dans des tirs de roquettes    Les terribles conditions de vie des réfugiés éthiopiens    Epson désigne des «chasseurs d'idées reçues» pour déconstruire les mythes sur les imprimantes Jet d'Encre    Méchichi va-t-il céder au chantage de « son matelas » ?    Le court métrage "A moitié d'âme" propose une image qui interpelle le cœur dans une société où l'argent est le maître du monde    Tunisie : Kais Saïed remet les lettres de créances à quatre nouveaux ambassadeurs tunisiens    Accusations échangées entre deux magistrats : L'ordre judiciaire se réunit mardi    Arwa Mrad hisse le drapeau tunisien au sommet le plus haut d'Afrique    Intempéries : Interruption de la circulation sur certaines routes    Ennahdha réitère son appel à un dialogue économique et social    Des participants au dialogue libyen auraient reçu des pots-de-vin, l'ONU mène l'enquête    Voici les prix des vaccins anti-Covid-19    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 23 Novembre 2020 à 11H00    Ali Abbès nommé chef du contentieux de l'Etat Tunisienne    Dans l'impasse à cause d'un vrai faux problème    FIFA : Ahmad Ahmad suspendu pour 5 ans    A sfax, un sit-in en taxis pour protester contre la pénurie des bouteilles de gaz    La pandémie, une opportunité pour l'e-recrutement !    En vidéo, Enfin une nouvelle chanson pour la diva Amina Fakhet    Tunisie-Météo : Pluies orageuses sur la plupart des régions    Mes odyssées en Méditerranée | Siciliens de Tunisie – les Ciscardi : De la Sicile à la Tunisie, la route de l'espoir...    Fadhel Jaziri à La Presse : «Notre politique culturelle n'est plus articulée sur un marché»    Les indiscrétions d'Elyssa    Revues d'effectifs : Le CSS bien affûté    Par Amine Ben Gamra : La Tunisie face à un risque systémique majeur causé par la crise sanitaire    Tunisie : Les journalistes portent les brassards rouges ,à partir d'aujourd'hui, pour défendre leurs droits    D'un sport à l'autre    France: Nicolas Sarkozy jugé pour corruption et trafic d'influence    Votes d'outre-tombe*, ou, quand les morts comptent triple**    Nouvel ouvrage de Sahraoui Gamaoun sur l'histoire et le patrimoine de sa ville natale Akouda    "Non à la Démolition", une campagne artistique virtuelle pour sauvegarder le bâtiment de l'Hôtel du Lac à Tunis    Gastronomie: "Couscous" et "Charfiya " vers l'inscription au patrimoine immatériel de l'humanité de l'UNESCO    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ankara pourrait expulser 100.000 clandestins arméniens
Après les résolutions américaine et suédoise accréditant la thèse du génocide de 1915
Publié dans La Presse de Tunisie le 18 - 03 - 2010


ANKARA (Reuters) — Le gouvernement turc menace d'expulser jusqu'à 100.000 personnes d'origine arménienne, après l'adoption par les parlements américain et suédois de résolutions accréditant la thèse du génocide de 1915. Le Parlement suédois a qualifié la semaine dernière de génocide le massacre des Arméniens par l'armée ottomane en 1915. Ankara a rappelé son ambassadeur à Stockholm et le Premier ministre turc, Tayyip Erdogan, a annulé une visite en Suède. Une semaine plus tôt, la Turquie avait rappelé son ambassadeur aux Etats-Unis après un vote analogue à la commission des affaires étrangères de la Chambre des Représentants. Bien qu'elle reconnaisse la mort de nombreux Arméniens chrétiens dans les massacres qui débutèrent en 1915, la Turquie refuse d'admettre que près d'un million et demi de personnes aient été tuées et que l'on évoque à ce propos un génocide — terme qu'emploient en l'occurrence de nombreux historiens occidentaux. "Il y a actuellement 170.000 Arméniens vivant dans notre pays. Seuls 70.000 possèdent la citoyenneté turque, et nous tolérons les 100.000 restants", a déclaré Erdogan dans une interview mardi au service turc de la BBC. "Si c'est nécessaire, je pourrais avoir à annoncer à ces 100.000 personnes qu'ils doivent rentrer dans leur pays car ils ne sont pas mes compatriotes. Je n'ai pas à les garder dans mon pays", a-t-il ajouté. Aris Nalci, journaliste à l'hebdomadaire turco-arménien Agos, a relativisé les menaces d'Erdogan, en soulignant que ce dernier les avait déjà formulées dans le passé. "Nous ne les considérons pas comme sérieuses", a-t-il ajouté. Suat Kiniklioglu, porte-parole pour l'international du Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir, a lui aussi minimisé la portée des déclarations du Premier ministre, en estimant qu'il s'agissait d'un simple "rappel" et en expliquant qu'Erdogan ne "parlait pas de quelque chose qui allait se passer aujourd'hui ou demain". Erdogan accuse la diaspora arménienne La majorité des Arméniens installés en Turquie vivent et travaillent à Istanbul. Beaucoup d'entre eux y sont arrivés après le tremblement de terre qui a frappé leur pays en 1988 et ils y travaillent illégalement, en envoyant de l'argent à leurs familles restées au pays. La Turquie et l'Arménie sont convenues l'an dernier de nouer des liens diplomatiques et d'ouvrir leur frontière si leurs parlements respectifs approuvaient des accords de paix, mais aucun vote n'a encore eu lieu à cette fin et les deux gouvernements se sont accusés de chercher à modifier les textes. Pour ratifier un accord de paix, Ankara exige que des Arméniens de souche se retirent des lignes de front dans la région montagneuse disputée du Haut-Karabakh, enclave arménienne en Azerbaïdjan. Le Parlement d'Azerbaïdjan a dénoncé le vote des représentants américains, estimant qu'il portait atteinte à la stabilité régionale et nuisait aux efforts de règlement du conflit du Haut-Karabakh. Selon le gouvernement de Bakou, allié traditionnel de la Turquie, une telle marque de soutien ne peut que renforcer l'intransigeance de l'Arménie sur ce dossier. Dans son entretien à la BBC, le Premier ministre turc accuse la diaspora arménienne d'être à l'origine des résolutions américaine et suédoise et exhorte l'Arménie et les principales puissances à ne pas se laisser influencer par cette campagne. "L'Arménie a une décision importante à prendre. Elle devrait se libérer de son attachement à la diaspora. Tous les pays qui ont le souci de l'Arménie, à savoir les Etats-Unis, la France et la Russie, devraient avant tout aider l'Arménie à se libérer de l'influence de la diaspora", estime Tayyip Erdogan.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.