Tunisie – L'Union Européenne appelle Kaïs Saïed à établir un calendrier pour un retour à l'ordre constitutionnel    Coronavirus : 5 décès et 131 nouvelles contaminations, Bilan du 14 octobre    Tunisie : Nouvelles nominations au sein du MJS    Le nouveau gouvernement appelé à donner au secteur agricole et de la pêche la priorité absolue (UTAP)    Affaire Mosquée El Fath : Le ministère des Affaires religieuses explique    Najla Bouden préside son premier conseil ministériel    Tunisie – Moncef Marzouki sous le coup d'une enquête judiciaire    GB : Un député britannique poignardé à mort dans une église. La piste terroriste n'est pas écartée    Les membres du Grand Jury des JCC    PSG vs Angers : Où regarder le match en direct et live streaming ?    La championne olympique Raoua Tlili privée de son salaire !    Abir Moussi interdite d'accéder au carré des martyrs à Bizerte    Covid-19 : L'Allemagne retire la Tunisie de la liste des pays à haut risque    Tunisie: Si on ne sait pas où aller, on n'ira nulle part !    Orange Summer Challenge 2021 : L'innovation au service du recyclage des déchets plastiques    Journée internationale des femmes rurales : La question du transport des ouvrières agricoles reste pendante    L'expertise Bosch au cœur des stations-services Shell    Coupes d'Afrique des clubs : programme des matches de vendredi    Par Abdelaziz Gatri : Thomas Sankhara, ou l'Afrique assassinée    Les préparatifs de la fête du Mawlid à Béja [vidéo]    Revue de la semaine du 8 au 15 octobre 2021: Premier conseil des ministres après la formation du gouvernement    Journée internationale des femmes rurales : Engagement à défendre les droits des filles partout en Tunisie    Un jour férié à l'occasion des fêtes du Mouled        Foot – Premier League : ZIDANE, l'option des saoudiens de NEWCASTLE ?    Soirée Astronomique à la Cité des Sciences à Tunis sous le thème des Exoplanètes    Moody's- Mounira Ayari: C'est la 10e rétrogradation depuis 2011, ne faites pas semblant d'être surpris    Tunis, un gigantesque cadavre pourrissant    Qualifs Mondial 2022 : le Brésil de NEYMAR déroule et l'Argentine de MESSI assure    Gordon Gray: Kais Said n'apprécie pas le principe de la séparation des pouvoirs    Entreprises publiques- L'Etat est un mauvais gestionnaire selon Moez Joudi    Noureddine Tabboubi dénonce les appels à l'ingérence étrangère    Hichem Ajbouni- Le scénario libanais s'approche à grands pas    Ons Jabeur se qualifie à la demi-finale d'Indian Wells et accède au Top 10    Tunisie : Entrée gratuite aux musées et sites historiques vendredi 15 octobre    INLUCC : Les ministres du gouvernement Bouden déclarent leurs biens    Quarts de finale du Tournoi d'Indian Wells :Où regarder le match de Ons Jabeur du 14 octobre    Accès gratuit aux musées, sites et monuments historiques à cette date    Liban : 3 morts et 20 blessés dans une manifestation à Beyrouth    Exposition "La Syncope Du Mérou" de Belhassen Handous à Central Tunis    Francophonie : Le Vieux port de Bizerte accueille le concert littéraire "Lectures croisées autour de la mer"    Festival du film d'El Gouna : Le spectacle est maintenu malgré l'incendie    Secousse sismique à Gabès    Oscar 2022 : Le film Tunisien "Fartattou Dhehab" de Abdelhamid Bouchnak en lice pour le meilleur film international    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    Le chef de l'Etat assiste à l'éloge funèbre des militaires décédés dans le crash de leur hélicoptère    Nouvelle secousse sismique à Béjà    Jendouba-Bousalem-Béja sur le front de la plaque africaine : ça bouge ! explication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«La maltraitance est une forme de dictature»
Enfance
Publié dans La Presse de Tunisie le 17 - 04 - 2011

Ibn Khaldoun évoquait la question de la violence à l'égard des enfants en la rattachant à certaines formes de pratiques éducatives. Il dit : «Le comportement autoritaire dans l'éducation est à la source de paresse et handicap mental dans l'acquisition des valeurs du savoir» et ajoute que le sujet éduqué par la violence «perd le sens créatif, perd toute activité d'esprit et s'enfonce dans le mensonge et la délinquance». C'est autour de ce thème autrefois tabou qu'a eu lieu récemment à Tunis un colloque intitulé «La maltraitance des enfants : préciser, comprendre et prévenir», et ce, à l'initiative du ministère des Affaires de la femme. Ce colloque s'inscrit dans une thématique plus large qui englobe la violence à l'encontre des femmes et des personnes âgées. Le débat s'est voulu une opportunité pour réfléchir et répondre aux besoins de l'enfant, en présence de tous les corps intéressés, responsables et spécialistes, en l'occurrence des psychologues, médecins, inspecteurs de la jeunesse et de l'enfance, éducateurs…
Ainsi, la maltraitance est une façon d'agir sans parole, de faire taire l'autre par la violence psychique ou physique pour imposer son propre discours. «La maltraitance est une forme de dictature», ont indiqué les spécialistes présents à ce débat, ajoutant que ce concept difficilement définissable, parce que généralement rapporté à un ensemble de valeurs et normes, reste tabou.
Maltraiter quelqu'un correspond toujours à un abus de pouvoir, apparent ou moins apparent. Par ailleurs, il n'existe pas une seule forme de maltraitance mais plusieurs, à savoir la violence physique, la violence psychique ou morale, sexuelle, matérielle ou financière, médicale ou médicamenteuse ou encore celles d'une privation ou violation de droits. Ce débat s'est voulu une plateforme de réflexions et de solutions afin de mieux protéger les maltraités. Il s'est articulé autour des axes de droits de l'enfant et son bien-être, l'éthique éducative et la violence et la prévention et la stratégie d'intervention.
«Les enfants réfugiés à Ras Jedir entre menaces et protection»
Mme Wafa Ammar, psychologue clinicienne, a abordé un thème d'actualité qui est la guerre comme moment de rupture sociale et qui met en péril la socialisation de l'enfant. Elle est reconnue parmi les formes de maltraitance auxquelles peut être exposé un enfant.
Il s'agit d'une maltraitance qui menace le physique et le psychique. L'enfant représente une population vulnérable du fait de son immaturité psycho-physiologique. Le séjour au camp de Ras Jedir et la guerre ont amené les politiques à décider de prendre en charge ces enfants par une équipe de spécialistes qui a pour objectif la réduction des risques de survenue ultérieure d'état de stress post-traumatique. Il s'agit de proposer aussi bien à l'enfant qu'à ses parents un accueil rassurant, une écoute, un soutien et repérer les sujets fragiles. La prise en charge a porté également sur la réparation des interactions mère-enfant et des échanges corporels.
Une autre communication a évoqué la violence dans les institutions de la petite enfance. Les enfants victimes de mauvais traitement présentent toute une gamme de troubles physiques, affectifs et de développement qui peuvent les empêcher de mener une vie saine.
Outre des problèmes de santé, ces enfants auront des difficultés scolaires, seront des délinquants (toxicomanie et démêlés avec la justice). Ainsi, il s'agit d'un problème de santé publique d'une importance capitale. La violence en crèche s'articule autour de l'abandon affectif, de l'environnement des bébés et enfants, de la télévision et les enfants, outre la maltraitance dans les jardins d'enfants sous forme de violences physiques, psychiques, négligences et sévices sexuels. D'autres communications ont évoqué la maltraitance de l'enfant et l'outil thérapeutique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.