Le secrétaire américain à la défense : le rêve de la Tunisie d'un gouvernement indépendant est en danger    USA, Saïed, Macron … Les 5 infos de la journée    Tunisie – Trois enfants et trois femmes morts dans le naufrage d'une barque de clandestins    UEFA CL : Ferencváros et Laidouni largement dominés et éliminés    Coupe de la CAF : Le tirage complet du tour préliminaire    Au 8 août, 66462 tunisiens ont reçu une 4ème dose de vaccin anti-Covid    Entretien téléphonique entre Kais Saied et Emmanuel Macron    Siliana: 223 infractions économiques relevées    Macron a écouté Hollande : il revalide les plans de Saïed et mieux encore…    Le secrétaire américain à la défense : les USA soutiendront leur amis en Tunisie    Mandat de dépôt contre la mairesse de Tabarka    Monde : Daily Brief 09.08.22 Ukraine : Le président ukrainien Volodymyr Zelensky brandit le spectre de la catastrophe de Tchernobyl    Jeux de la solidarité islamique : 20 athlètes tunisiens en Turquie    Une marque lance un ''sac poubelle'' à 1700 euros    En Tunisie, faciliter l'accès à l'eau et l'émancipation des femmes    Les Britanniques perdent leur flegme face à l'inflation : ils ne veulent plus payer les factures    Tunisie-Officiel: Approbation de l'accord de prêt de 130 M$ avec la BIRD    SBS Informatique s'allie à Banque Zitouna pour offrir de meilleurs équipements aux gamers    Annulation de plusieurs vols en provenance de Bamako : Tunisair est-elle responsable ?    Rafik Abdessalem : de l'Etat des milliards de milliards à un Etat qui fait l'aumône    West Hunt, le jeu tunisien avec 82% de feedback positif sur Steam    Zaghouan: Arrestation d'un ex gouverneur et des fonctionnaires pour corruption    Interdiction du concert de "Dj Costa" : Le délégué de Haouaria précise (Audio)    Spectacle Lotfi Abdelli : La polémique va-t-elle mettre fin au one man show de l'humoriste Tunisien?    Lotfi Abdelli dénude les Tunisiens    « Orchestre du Bal de L'opéra de Vienne » au Festival international de musique symphonique d'El Jem : Un retour gagnant !    «The Jacksons» au Festival international de Carthage : Emouvant hommage à Michael    Galaxy Unpacked 2022 de Samsung : L'évènement de reveal en livestream le 10 août    Tunisie : Arrestation pour adultère d'une actrice de télévision connue...du nouveau    Culture et politique : Faut-il une révolution des esprits ?    ''Le Tunisien aime son pays mais n'aime pas l'Etat,'' selon Zargouni    3 millions de touristes ont visité la Tunisie jusqu'à fin juillet 2022    Kasserine: Concert de l'artiste Faia Younan (Vidéo)    Tunisie : la jeune handballeuse Ibtihel Soltana n'est plus    Tunisie: Les extraits de naissance pour les enfants seront numériques    Play-out | La commission nationale d'appel prononce son verdict aujourd'hui : Quelle planche de salut pour la FTF ?    Météo : Températures élevées et mer peu agitée    ESS | Mohamed Mkacher, nouvel entraîneur : L'appel du cœur !…    Prix au marché municipal de Gafsa [Vidéo]    Un nouveau virus inquiétant détecté    Tunisie : Un responsable interdit de voyager    Samir Saïed, ministre de l'Economie et de la Planification: Identifier de nouvelles perspectives de partenariat    Kyle Benson: A Commitment Mentor Emphasizing Intentional, Passionate & Safe Bonds Between Committed Partners    Chokri Hamada menace de ne plus sécuriser les spectacles portant atteinte au goût public    L'Iran arrête trois espions du Mossad    Tribune | Mon message d'Hiroshima    EXPATRIES | Un trophée pour Belarbi ?    Ons Jabeur exemptée du premier tour du tournoi de Toronto    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les déchets organiques : une ressource profitable
Les défis de l'environnement en Tunisie (IV)
Publié dans La Presse de Tunisie le 11 - 09 - 2011

Le volume des déchets sous toutes leurs formes ne cesse d'augmenter d'une année à l'autre. Les déchets organiques provenant des ménages constituent un vrai problème pour les autorités publiques. Malgré la mise en place de décharges contrôlées et de centres de transfert, les déchets continuent à polluer certains milieux réceptifs dans toutes les régions. Pourtant, ces déchets peuvent constituer —en utilisant certaines technologies qui ont fait leurs preuves— un élément bénéfique, comme les engrais pour fertiliser la terre. Des expériences ont été menées par le passé, mais elles n'ont pas été toujours concluantes, dans la mesure où les Tunisiens n'ont pas encore pris l'habitude de trier les déchets pour faciliter l'opération de leur transformation.
D'après un expert international dans le domaine de l'environnement «dans le secteur des déchets solides, trois actions majeures peuvent être proposées. La première se situe en amont de la chaîne : c'est le compostage. Les deux autres en aval: la valorisation électrique du CH4 et la mise en torchère». Et d'expliquer que «le compostage permet de réduire considérablement la quantité des déchets fermentés cibles en décharge et, par conséquent, les émissions de CH4. Le développement de stations de compostage de déchets organiques nécessite, au préalable, la mise en place de dispositifs adéquats de collecte sélective à la source. Il nécessite, par ailleurs, le développement d'un marché captif du compost, à proximité des stations de compostage, permettant de rentabiliser les installations de compostage».
Les déchets peuvent également être une source inépuisable d'énergie dont on peut faire profiter les habitants, notamment ceux qui résident dans certaines zones d'accès difficile. Selon notre interlocuteur «la récupération du méthane des décharges pourra être envisagée dans les zones fortement urbanisées. Deux options s'offrent à ce mode d'exploitation, à savoir la valorisation électrique du CH4, à envisager dans les décharges de grande taille. Cette électricité pourrait être utilisée pour les usages internes de la décharge, mais l'essentiel serait injecté dans le réseau électrique».
Réduire l'émission de gaz carbonique
D'autre part, «la mise en torchère, à retenir dans les décharges de petite taille, est techniquement plus simple et coûte moins cher à l'investissement que la valorisation électrique. La technique consiste à récupérer les gaz et à les faire brûler en torchère, ce qui réduit les risques d'incendie et d'explosion accidentelle dans les décharges».
Même le secteur de l'assainissement des eaux usées peut fournir de l'énergie en recourant à certaines techniques. Pour M. Wahid Jenhani, il y a deux options dont le choix dépend du procédé de traitement. «Dans le cas de la digestion anaérobie, l'option la plus avantageuse est celle de la valorisation énergétique du biogaz pour des usages thermiques et électriques. Dans le cas des stations à procédé aérobie (en général de petite et moyenne taille), l'option proposée est celle d'un second traitement aérobie. En dépit des contraintes de coût et d'espace, cette option permet de réduire de moitié les émissions de CH4».
Au niveau officiel, on rappelle que l'Agence de gestion des déchets (Anged) a réalisé des décharges contrôlées et des centres de transfert dans plusieurs régions pour remplacer les décharges anarchiques, lesquelles sont aménagées pour être transformées, par exemple, en espaces verts ou en squares. L'entrée en exploitation de ces décharges contrôlées a permis de traiter plus de 800 mille tonnes de déchets par an, soit près de 45% de l'ensemble des déchets ménagers dans tout le pays.
En outre, dans le cadre du mécanisme international du développement propre et du Protocole de Kyoto, et avec l'appui de la Banque mondiale, le Fonds carbone offre de nouvelles opportunités pour les pays qui veulent réduire l'émission de gaz carbonique dans les décharges contre l'octroi de fonds importants. La Tunisie avait conclu deux contrats pour la «vente» des émissions de gaz provenant de la décharge de Jebel Chakir et des décharges se trouvant dans plusieurs gouvernorats. Les quantités de gaz à vendre ont été estimées à 3 millions de tonnes correspondant à une valeur de 21 millions de dinars.
Les travaux ont concerné aussi le traitement des gaz à la décharge contrôlée de Jebel Chakir pour les brûler. D'autres projets d'extraction et de traitement des gaz dans des décharges contrôlées se trouvant dans d'autres régions du pays ont été créés. Dans une première étape, les gaz extraits ont été brûlés. Dans une deuxième phase, et après une vérification des quantités et de la qualité des gaz, il est possible de les valoriser en vue de produire de l'énergie électrique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.