Météo: Températures comprises entre 8 et 12 degrés, ce mardi    Kasserine : Deux mandats de dépôt en prison contre le directeur de l'usine de chaux et un employé    Ooredoo s'allie à Fujifilm et lance une solution digitale d'impression photo    Tunisie : Reprise du lancement du projet de délivrance d'un passeport et d'une carte d'identité biométriques    Tunisie : Libération de l'avocate accusée d'avoir agressé un agent de sécurité à l'aéroport de Djerba Zarzis    CAN 2021 : Où regarder les 4 matches de mardi ?    Najla Bouden reçoit Slim Hentati et Faouzia Yacoubi    La bourse de Tunis renoue avec les pertes    Libération de Mustapha Khedher    CAN 2021 – Gr A : Le Burkina Faso décimé mais qualifié aux 1/8    France : Une autre grève générale qui tombe au plus mal pour Macron    Fermeture des écoles : Un membre du Comité scientifique tranche    Libération de Seif Eddine Makhlouf et Nidhal Saoudi    Autos-Renault: Les ventes de voitures en chute libre depuis 3 ans    Sommet de la Ligue arabe : Très mauvais pour Alger, pour le monde arabe    Bientôt un "programme sport pour tous au sein des administrations tunisiennes"    Coronavirus : Le PDG de Pfizer annonce une bonne nouvelle    Expo Dubai : 2e plainte contre le Cepex, cette fois Kais Saied devra taper    La toile émue à la vue de musiciens tunisiens quitter le pays à bord du même avion    Maroc – Allemagne : Vers la réconciliation ?    Eric Zemmour condamné à 10 000 € d'amende pour provocation à la haine    Hichem Djaït aux yeux de ses contemporains    Tunisie-officiel : Levée de la Résidence surveillée sur deux personnes    Tunisie – Sonede : Perturbation de la distribution de l'Eau dans le Grand Tunis    Le film 'STREAMS' de Mehdi Hmili projeté en Tunisie dès le 19 janvier (B.A. & Synopsis)    Covid-19 | Nabeul : 901 cas détectés dans le milieu scolaire    Autos-Maroc: La marque au lion bat son record de vente en 2021    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 17 Janvier 2022 à 11H00    CAN 2021 | Groupe F, 2e journée – Tunisie-Mauritanie (4-0) : Une si belle réaction !    La Tunisienne Sonia Ben Ammar ''heureuse'' de représenter ses origines    Les indiscrétions d'Elyssa    Tribune | La crise de l'art contemporain, un problème de discours ou de pratique ?    Tunisie : Taux de remplissage des barrages à près de 50%    Bechr Chebbi :'' Israël gérait la sécurité et l'armée lors de la manifestation du 14 janvier ''La réponse de Khalifa    Tunisie-coronavirus : La plupart des hospitalisés sont des non-vaccinés    JSK : On ne chôme pas...    NEWS | Sadok Selmi pour Cameroun-Cap Vert    Insecte tueur de cactus : Un danger qui guette des milliers d'hectares...    Météo : Légère hausse des températures    Express    La baguette magique de « Soumoud » pour sauver la Tunisie !    Tunisie : Un capitaine de la garde nationale retrouvé pendu, son avocate balance des dossiers    Open d'Australie : Ons Jabeur déclare forfait    Arts plastiques | Thameur Mejri au musée d'art contemporain de Lyon    Secousse tellurique à Gafsa    Maltraité, l'artiste Saja demande la récupération de ses tableaux du pavillon tunisien à l'Expo Dubai    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    Scandaleux : Le correspondant d'un journal français frappé par des policiers le14 janvier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Penser la ville autrement
Publications : ZAT (Zone artistique temporaire)
Publié dans La Presse de Tunisie le 05 - 10 - 2011

Bruit, bourdonnement, chuchotement, sifflement... A chaque rue son son et à chaque ville sa musique. Comment écouter ces pulsations intimes, comment les traduire et les expliquer et comment entrer en symbiose avec son espace public?
Ce sont là des questions que posent, depuis quatre ans, Sofiane et Selma Ouissi, des artistes contemporains. Ils ont conçu un festival (Dream City) où ils ont amené des créateurs, dans plusieurs disciplines, à conquérir l'espace public et à penser la ville artistiquement... Dans cette même optique, ils ont également lancé, par le collectif de Dream City, un magazine trimestriel gratuit où ils invitent les urbanistes, les architectes, les journalistes et tous ceux qui s'intéressent à l'art contemporain à partager aussi bien des témoignages que des réflexions sur l'art en espace public.
Le magazine s'intitule ZAT (Zone artistique temporaire). Publié en petit format, il est facile à glisser dans la poche ou à feuilleter dans un train ou un métro. «On pourrait même le laisser quelque part pour que quelqu'un d'autre le prenne et le lise, à son tour», explique Aurélie Machghoul, la rédactrice en chef. Ce magazine «ambulant» s'inscrit, en fait, dans une logique de partage et de proximité. Il se veut le compagnon de route qui décrit, explique et raconte quelques histoires d'artistes qui se sont investis dans les rues et dans les villes.
Chaque numéro s'articule autour d'une thématique, développée à travers trois catégories, à savoir «Habiter», «Territoires», «Itinérance». Chaque catégorie comprend des rubriques telles que «Regard d'artistes», «Droit de cité», «Lieux publics», «Etat des lieux», «En chantier»...
Le premier numéro, lancé lors du festival de Dream City, a été réservé à la notion d'art en espace public. C'était une entrée en matière expliquant la nouvelle relation nouée entre l'artiste, son public et son environnement.
Laâroussa, hors des sentiers battus
La deuxième édition s'est intéressée aux artistes de la révolution, à ceux qui ont créé les slogons, à ceux qui ont meublé facebook et surtout à ceux qui ont couvert les murs de graffitis, de pochoirs, de signes, de textes... 
Dans ce numéro, l'historienne-urbaniste Jamila Binous raconte l'histoire de l'artère principale de Tunis, l'Avenue Habib-Bourguiba, qui a brutalement changé de visage et d'allure. La réflexion s'oriente naturellement vers les nouvelles pratiques artistiques en espace public. La révolution a brisé les murs, libéré la parole et déchaîné les corps. Comment a-t-elle aussi touché l'art contemporain ? Comment pourra-t-elle l'aider à sortir de son ghetto et à aller vers la rue, lieu de liberté et d'échange ?
Le troisième numéro a été entièrement dédié à une action artistique communautaire «Laâroussa» (la poupée), qui a été menée, de février à juin 2011, à Sejnane. Le collectif Dream City et leurs partenaires, «La Luna», des plasticiennes spécialisées dans le travail des quartiers et des populations sont allés à la rencontre des femmes potières de la région. La revue présente également les œuvres de la Tunisienne Sonia Kallel et de la Béninoise Tobi Ayédajou, qui ont été réalisées au cours de cette rencontre et qui ont été inspirées du savoir-faire artisanal régional basé sur la terre. Il offre aussi un reportage décrivant la vie quotidienne de ces femmes artistes qui luttent, à travers ce savoir-faire, pour survivre et faire vivre leurs enfants. «C'est avec la terre que je me suis modelée», est le titre de la rubrique "Rumeurs". Une rubrique originale qui jette la lumière sur les chants et la musique transmis de génération en génération.
ZAT s'arrête dans les lieux publics. Et c'est dans la gare de Sejnane que les lecteurs découvrent un drôle de personnage, "Haj Kacem", qui n'est d'autre que le flamant rose, interviewé par Ahmed Blaïech. Pourquoi une action artistique collective en milieu rural ? «Mettre le monde en œuvre, créer de nouveaux modes opératoires artistiques, travailler sur les corps intensifs en quête de savoir et de sensibilité, produire une esthétique des relations sociales et lancer un défi à toute dictature, à toute forme de radicalisation ou de marginalisation; ce qui est précisément le matériau du collectif du Dream City», expliquent dans un article du magazine Selma et Sofiane Ouissi.
Rappelons que ces chorégraphes ont débarqué, il y a quelques années, de France, pleins de volonté et d'ambition. Aujourd'hui, ils concrétisent progressivement leur rêve d'une manière originale et audacieuse. A la médina de Tunis, ils ont créé un théâtre des ruelles et des impasses. A Sejnane, ils ont modelé une terre invisible en dansant avec la lumière et avec l'argile... Ces deux jeunes sont capables de plus, parce qu'ils ont réussi à conquérir la liberté d'agir et de penser.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.