Noureddine Taboubi : nous sommes capables d'une solution tuniso-tunisienne    Jean-Yves Le Drian sur l'agression d'un journaliste français le 14 janvier : cela n'est pas acceptable    Météo : Ciel dégagé à peu nuageux sur la plupart des régions    Coronavirus: 2 décès et 3905 nouvelles contaminations, Bilan du 16 janvier 2022    Météo: Températures comprises entre 8 et 12 degrés, ce mardi    Tunisie : Reprise du lancement du projet de délivrance d'un passeport et d'une carte d'identité biométriques    Kasserine : Deux mandats de dépôt en prison contre le directeur de l'usine de chaux et un employé    Ooredoo s'allie à Fujifilm et lance une solution digitale d'impression photo    Tunisie : Libération de l'avocate accusée d'avoir agressé un agent de sécurité à l'aéroport de Djerba Zarzis    La bourse de Tunis renoue avec les pertes    CAN 2021 : Où regarder les 4 matches de mardi ?    CAN 2021 – Gr A : Le Burkina Faso décimé mais qualifié aux 1/8    France : Une autre grève générale qui tombe au plus mal pour Macron    Covid-19 : Mahjoub Aouni écarte le recours à la suspension des cours    Libération de Seif Eddine Makhlouf et Nidhal Saoudi    Autos-Renault: Les ventes de voitures en chute libre depuis 3 ans    Sommet de la Ligue arabe : Très mauvais pour Alger, pour le monde arabe    Bientôt un "programme sport pour tous au sein des administrations tunisiennes"    Coronavirus : Le PDG de Pfizer annonce une bonne nouvelle    Expo Dubai : 2e plainte contre le Cepex, cette fois Kais Saied devra taper    La toile émue à la vue de musiciens tunisiens quitter le pays à bord du même avion    Maroc – Allemagne : Vers la réconciliation ?    Eric Zemmour condamné à 10 000 € d'amende pour provocation à la haine    Hichem Djaït aux yeux de ses contemporains    Tunisie-officiel : Levée de la Résidence surveillée sur deux personnes    Tunisie – Sonede : Perturbation de la distribution de l'Eau dans le Grand Tunis    Le film 'STREAMS' de Mehdi Hmili projeté en Tunisie dès le 19 janvier (B.A. & Synopsis)    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 17 Janvier 2022 à 11H00    Autos-Maroc: La marque au lion bat son record de vente en 2021    CAN 2021 | Groupe F, 2e journée – Tunisie-Mauritanie (4-0) : Une si belle réaction !    La Tunisienne Sonia Ben Ammar ''heureuse'' de représenter ses origines    Les indiscrétions d'Elyssa    Tribune | La crise de l'art contemporain, un problème de discours ou de pratique ?    JSK : On ne chôme pas...    NEWS | Sadok Selmi pour Cameroun-Cap Vert    Tunisie : Taux de remplissage des barrages à près de 50%    Bechr Chebbi :'' Israël gérait la sécurité et l'armée lors de la manifestation du 14 janvier ''La réponse de Khalifa    Insecte tueur de cactus : Un danger qui guette des milliers d'hectares...    Météo : Légère hausse des températures    Express    La baguette magique de « Soumoud » pour sauver la Tunisie !    Tunisie : Un capitaine de la garde nationale retrouvé pendu, son avocate balance des dossiers    Open d'Australie : Ons Jabeur déclare forfait    Arts plastiques | Thameur Mejri au musée d'art contemporain de Lyon    Secousse tellurique à Gafsa    Maltraité, l'artiste Saja demande la récupération de ses tableaux du pavillon tunisien à l'Expo Dubai    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    Scandaleux : Le correspondant d'un journal français frappé par des policiers le14 janvier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le triste sort d'une médina
Sfax
Publié dans La Presse de Tunisie le 10 - 10 - 2011

Agonisante, la médina de Sfax résiste encore et refuse de rendre l'âme. Laissée pour compte, cette cité représente un patrimoine historique que chacun de ses habitants est dans l'obligation absolue de préserver. La beauté intrinsèque de cet héritage culturel mais aussi spirituel ne doit pas être oubliée en la laissant cloîtrée derrière les remparts hauts et solides de cette ville vieille de plusieurs siècles. La préservation de la médina de Sfax et sa promotion à l'échelle nationale et internationale est une responsabilité commune des pouvoirs publics, mais aussi des différentes composantes de la société civile.
C'est dans cet esprit que vient de naître l'Association Bab Addiwan. Un nouveau-né dont les moyens sont certes limités, mais qui est animé d'une grande volonté à même de contribuer à la préservation de toute une mémoire de plusieurs générations ayant habité la médina. Une ville millénaire qui ne cesse de séduire même ceux qui ont quitté le pays depuis des dizaines d'années. C'est le cas du docteur Naceur Benarab, qui vit en France depuis 1965. Consultant en anesthésie-réanimation, il a vécu les derniers événements de Libye au centre médical de Benghazi. Il a également une maîtrise de Lettres et d'Histoire arabo-musulmane obtenue à la Sorbonne. De retour dans sa ville natale, il a décidé de créer, avec d'autres amis, l'Association de Bab Addiwan, dont il est président. Partant d'un objectif essentiel consistant en l'entretien de la mémoire d'une médina millénaire, ladite association a organisé des manifestations culturelles, artisanales et traditionnelles propres à la médina de Sfax. Il s'agit également de la mobilisation de la jeunesse et de leur implication dans la restauration des maisons et de l'embellissement des ruelles de la médina.
Sur le plan international, l'association œuvre à faciliter l'élection de la médina de Sfax au patrimoine mondial au sein de l'Unesco. Cela sans oublier le projet de lancement d'un festival méditerranéen des villes médiévales.
Sauvons la médina
Jadis prospère et cœur battant de la vie de toute la région sfaxienne, la médina vit actuellement une situation catastrophique, marquée essentiellement par la dégradation et la destruction des maisons traditionnelles, véritables bijoux architecturaux. Egouts endommagés et infiltrations dans les maisons et les remparts, la vie dans la médina devient insupportable pour ses habitants. Ajoutons à cela l'absence de ramassage des ordures ménagères et la dégradation continue de la chaussée. Certains anciens habitants de la médina, qui ont refusé de la quitter, nous racontent que leur cité donnait l'exemple autrefois en matière de propreté. Chaque jour, ses ruelles étaient lavées. De nos jours, la médina devient invivable à cause notamment de la malpropreté et des maisons menaçant ruine. Certains habitants parlent de serpents qui ont investi des maisons désertées. D'autres parlent de malfrats et de repris de justice qui se baladent dans les ruelles d'une médina laissée à son triste sort.
Par ailleurs, la médina devient de plus en plus un vaste chantier de cordonniers qui n'hésitent pas à transformer des maisons entières en ateliers. Chose qui a entraîné la disparition de plusieurs métiers ainsi que de l'artisanat.
Mais, pour sauver une médina en danger, il n'est pas forcément nécessaire de détruire un héritage culturel et spirituel précieux pour bâtir ensuite de nouvelles constructions sans âme !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.