Démission de Slim Khalbous ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique    Ligue 1 : L'US Monastir et l'AS Solimane se neutralisent    Coupe du monde des clubs : L'Espérance de Tunis éliminée d'entrée    Tunisie – Les causes de la démission de Slim Khalbous du ministère de l'enseignement supérieur    Algérie : VIDEO : Tebboune répond aux propos « désobligeants » de Macron    Kaïs Saïed félicite le Président algérien élu Abdelmadjid Tebboune    Espérance de Tunis vs Al Hilal : où regarder le match des 1/4 de finale mondial des clubs 2019    Les Tunisiens remportent de nouvelles médailles au Championnat d'Afrique de Canoë Kayak qui se déroule en Egypte    L'Espérance Sportive de Tunis doit franchir le cap d'Al Hilal Saoudien pour accéder au carré d'Or en Coupe du monde des clubs    En vidéo: Destiné au enfants du Kef, tous les détails sur le don volé au port de la Goulette    Club Africain : Règlement du dossier d'Ibrahim Chenihi    Club Africain : Un club de la Ligue 1 piste Derrick Sasraku    A Sousse, un patient déclaré officiellement mort alors qu'il est en vie?    Graves violations des droits des demandeurs d'asile et réfugiés en Tunisie : une situation alarmante qui doit cesser    Tunisie [Photos]: Youssef Chahed supervise la cérémonie baptisant du nom de Mahmoud El Matri l'autoroute X2    Le Président de la République, Kais Saïed, s'adressera au Peuple tunisien le 17 Décembre    Baisse du volume des exportations tunisiennes    CM des clubs 2019 : "Nous avons remédié aux lacunes qui nous ont fait défaut lors des précédentes éditions" (Majdi Traoui)    France : Ce que l'on sait du marocain abattu par des policiers à la Défense    Affaire de l'assassinat de Khashoggi: Ultimatum d'un mois du Congrès américain à la CIA pour dévoiler les auteurs    Afrique du Nord : Appel à l'action pour renforcer la résilience côtière en Tunisie, Algérie, Maroc et Egypte    Tunisie : La banque centrale de Tunisie mise sur le digital, dans le cadre de son plan Stratégique 2019-2021    Quel temps fera-t-il ce week-end ?    Tunisie: Six étudiantes hospitalisées dans l'incendie d'un dortoir à Kasserine    Un timbre-poste sous le thème ''La Tunisie, membre non-permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies''    Tunisie : 51 cas de suspicion de conflit d'intérêts révélés par l'INLUCC    Avis aux étudiants tunisiens : 200 bourses pour étudier en Hongrie, comment postuler?    Le tunisien Samir Trabelsi, choisi chercheur de l'année au Canada    Payez vos factures d'électricité et de gaz de la STEG à partir de votre téléphone    Libye: Point sur la situation après l'ordre donné par Haftar à ses troupes d'entrer au cœur de Tripoli    Ooredoo Tunisie et Vivo Energy Tunisie s'allient pour une énergie nouvelle    L'Allemagne alloue à la Tunisie 300 Millions d'euros de fonds supplémentaires destinés au «Partenariat pour la réforme» et au soutien d'autres secteurs    25 blessés dans une explosion à Blankenburg, dans l'est de l'Allemagne    Projection ciné-concert du film mythique “SALAMMBÔ” de Pierre Marodon à la cité de la culture    Renforts sécuritaires et militaires sur tout le long des frontières tuniso-libyennes après le discours du maréchal Haftar    La composition du gouvernement toujours attendue, que dit la Constitution ?    Tunisie: Traversées du Tanit et Carthage, précisions de la CTN    Par Hadi Sraieb – Budget 2020 : Le subterfuge grossier du window dressing !    Une «Dictée géante en arabe» sera organisée le 15 Décembre en France    KARAKOUZ tunisien à Paris    En vidéo: L'ami des animaux Ahmed Manai raconte son histoire    La Tunisie de retour dans le Top 15 des pays attractifs en Afrique    Tunisie : Une secousse tellurique à Tajerouine    Concert de lancement de l'album « Fréquences Basses » de Slim Abida le 20 Décembre à l'IFT    La plus jeune première ministre au monde a 34 ans! Liste des jeunes dirigeants du monde en 2019    L'émouvant message d'Amina Sta à son père...    JTC 2019 : Nebil Daghsen & la LIPA tous les jours à l'Avenue de Tunis et le 12 Décembre au Mondial avec “Sangate Ebola”    Success Story TN : Saïda Meherzi : Entrepreneuse en écotourisme de Kesra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une plateforme d'échanges et de rencontres
Arts plastiques : Marrakech Art Fair 2 
Publié dans La Presse de Tunisie le 15 - 10 - 2011


• Les galeries et les artistes tunisiens en force.
Marrakech-la-rouge bouillonnait littéralement le week-end dernier. La cité, créée, souvenez-vous en, par Zeïneb, la Kairouanaise, brûlait joyeusement tout ce qu'elle avait adoré et se jetait à corps perdu dans la nouveauté. Oubliés les orientalistes qui avaient fait sa gloire, déboulonnée de son socle, Majorelle qui l'a tant exaltée, ringardisés les peintres de chevalet qui en illustrèrent si bien les subtilités. La cité tout entière adore un nouveau dieu : l'art contemporain. Et comme tout ce qui se fait à Marrakech, elle le fait bien.
A l'origine de cet engouement largement partagé et remarquablement fédérateur, un jeune couple : Zeïneb et Hicham Daoudi. Lui, il dirige la première maison de vente du Maroc, crée une galerie, inaugure une revue d'art consacrée au monde arabe (Diptyk). Il est même cité par le quotidien économique français Les Echos, parmi les «cent Grands de demain». Elle, elle l'accompagne avec discrétion, grâce et efficacité. A eux deux, ils montaient, l'an dernier, la première édition de "Marrakech Art Fair".
Une identité et une spécificité
A ce premier projet maghrébin, il fallait donner une identité, une spécificité, dans un contexte qui commence à être encombré. Marrakech offrait déjà un atout maître, par son emplacement stratégique, sa réputation mythique, le caractère international de ses habitants et l'engouement, jamais affaibli, pour cette destination. Pour le reste, les Daoudi proposent une foire conviviale, propice aux rencontres, tirant sa spécificité de son caractère international, permettant de découvrir des scènes artistiques de différentes régions : le Maghreb qui, jusque-là, n'avait pas trouvé de plateforme pour le représenter, mais aussi l'Afrique, l'Occident ou le Moyen-Orient
Une première édition en 2010 attirait une vingtaine de galeries, et permettait de mettre en évidence l'émergence d'un marché de l'art au Maroc. Car les Marocains, par nationalisme peut-être, ne s'intéressaient et ne connaissaient que les artistes contemporains marocains. Cette première foire, soutenue par des expositions d'artistes étrangers, allait ouvrir ce marché.
Focus vidéo et photo
Pour la deuxième édition, on allait affiner le concept. Et si les vingt premières galeries sont toutes revenues, elles ont été rejointes par une trentaine d'autres. C'est ainsi que l'on pouvait voir, à Marrakech, aux côtés des galeries marocaines, sept galeries turques — la Turquie étant l'invité d'honneur du salon —, mais pas moins de cinq galeries tunisiennes qui, à elles toutes, offraient un panorama complet de l'art contemporain en Tunisie, des galeries françaises, italiennes, américaines, émiraties, saoudiennes, russes.
Une priorité était donnée à cette foire : la photo et la vidéo. Elle en a constitué le thème aussi.
«Une bonne foire doit surprendre son public. Il faut pouvoir lui montrer des choses auxquelles il ne s'attend pas», affirme Hicham Daoudi. Ces choses auxquelles il ne s'attend pas, c'était justement la vidéo sur laquelle Marrakech faisait un focus. Isabelle et Jean Conrad Lemaître, nouveaux Médicis de la jeune création, qui offraient généreusement la visite de leurs collections, célèbres dans la monde de l'art contemporain, aux participants de Marrakech Art Fair, déclaraient à ce propos: «La vidéo, c'est la peinture du XXIe siècle».
Et si on retrouvait ces deux médias à travers de nombreuses galeries dans le salon, c'est également à la photo et à la vidéo que Brahim Alaoui, l'ancien directeur de l'IMA, et actuel commissaire des plus grandes manifestations artistiques arabes, consacrait son exposition «Images Affranchies», Place Jemaâ El Fna
Off Off Marrakech
Puisque l'art contemporain avait conquis toute la ville et débordait largement le salon, les collectionneurs ouvraient leurs maisons et les galeristes montaient des expositions parallèles. Ceux dont les galeries sont à Casablanca ou ailleurs, investissaient des suites dans des hôtels qui proposaient, eux-mêmes, des expositions. Les golfs organisaient des circuits artys. L'ambassadeur de France recevait au consulat de Marrakech, et l'on en profitait pour admirer les superbes Majorelles de la collection. Et tout le monde courait assister aux débats et autres tables rondes organisés sur les problématiques les plus actuelles de l'art arabe, sa visualité, l'impact des révolutions… Là, ceux qui avaient résisté aux charmes de Marrakech, et ils étaient nombreux, rencontraient les plus grands critiques et historiens de l'art, les artistes, les galeristes, les curators, les conseillers artistiques, ce métier que nous ne connaissons pas encore. Et puis étaient présents Catherine Grenier, directeur du Centre Pompidou qui inaugure une nouvelle politique d'acquisitions d'art arabe, Jennifer Flay, directrice de la Fiac à Paris, Jérôme Sans, fondateur du Palais de Tokyo, Rosa Sandretto, membre du conseil d'administration du Moma, Carlos Urroz, directeur de la foire de l'Arco à Madrid…
Les galeries tunisiennes en force
C'est dire que tout le gratin de l'art contemporain était réuni et que c'est là que se dessinait la nouvelle géographie du marché de l'art arabe. Nos galeristes tunisiens l'ont bien compris et sont allés en force, représenter l'art contemporain tunisien. Cinq galeries (Ammar-Farhat, Kanvas, La Marsa, VB Contemporain et Le Violon Bleu) exposaient en bonne place. Et si les quatre premières représentaient, à elles toutes, une sélection intelligente et représentative du panorama de l'art en Tunisie, la dernière, le Violon Bleu, qui était la seule à avoir déjà exposé à Marrakech, rendait hommage à un artiste marocain. Et si la Turquie était l'invitée d'honneur de ce salon, constituant le dernier engouement des collectionneurs, la Tunisie se taillait une bonne place et certains artistes tunisiens, comme Meryem Bouderbala et Nicène Kossentini étaient également représentées dans d'autres galeries ou expositions internationales. Des fondations et des collectionneurs marocains , mais aussi étrangers, s'intéressaient à leur travail
Plateforme d'échanges entre marchands, artistes, collectionneurs et amateurs d'art, Marrakech n'est pas seulement un lieu où l'on vient vendre et acheter, mais aussi apprendre. C'est également, et surtout, la plus belle scène offerte jusque-là aux plasticiens maghrébins.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.