Justice transitionnelle — Abdallah Kallel et d'anciens cadres sécuritaires interdits de voyage: La lenteur de la justice bafoue les droits des victimes et ceux des accusés    Entretien téléphonique Saïed-Macron: « Les réformes aspirent à préserver la liberté et à établir la justice »    Syrie : 4e jour de combat entre Daech et les Kurdes, plus de 120 morts    Foot-Europe: le programme du jour    CAN 2021 : L'historique des matches en CAN opposant les Aigles aux Super Eagles    CAN 2021 — Huitièmes de finale — Tunisie-Nigeria (Ce soir à 20h00) : Sauver la face    Coronavirus : 10 décès de plus et 10031 contaminations en 24h    Tunisie-coronavirus : Plus de 14 mille vaccinés en 24H    Mes odyssées en Méditerranée | Michel Giliberti: «Tunisie. L'inhérence d'une errance»    On a vu pour vous : « Are you Lonesome Tonight ? », de Shipei Wen : Thriller chinois    CAN 2021 — Huitièmes de finale — Tunisie-Nigeria (Ce soir à 20h00): Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir !    Médecins, dentistes et pharmaciens de la santé publique en grève, le 25 janvier    Tunisie: Ali Abdi testé positif au Covid19    Récupération politique    La Fédération Nationale des Urbanistes Tunisiens (Fnut) lève le voile sur les défis de l'urbanisme en Tunisie: Un chantier en cache un autre...    Urbanisme et planification urbaine    Des astuces pour protéger les plantes du froid    Les perroquets    Migraine : la covid-19, un facteur déclencheur    Ali Graja, ancien attaquant international du CSS: «Dans la vie, il n' y a pas que l'argent ! »    La Presse Magazine du Dimanche 23 janvier 2022 consultable sur notre site    Loi de finances : Bouden corrige le tir avec la Conect après l'avoir zappée    Sur quelles chaînes regarder les matches européens de dimanche ?    Rapport – BCT : Les risques des crédits de l'Office des céréales pèsent lourdement sur le secteur bancaire    Nigeria – Tunisie : Sur quelle chaîne et à quelle heure regarder le match en direct – 23 janvier 2022    Etude – Le changement climatique diminuera la production céréalière de 30 à 50% par an    Saïed a parlé à Macron, a donné des gages mais droit dans ses bottes    Steg : plusieurs quartiers à Sousse, Monastir et Sfax sans électricité dimanche    Meurtre du commandant Houimli : 3 condamnations dont une peine de mort    STEG : Des coupures à Sousse, Monastir et Sfax ce dimanche    Les membres du CSM pleurent-ils pour leurs privilèges ou pour l'atteinte au pouvoir judiciaire ?    Semaine boursière : Le Tunindex en mauvaise posture    Antonio Guterres espère un rétablissement des institutions démocratiques en Tunisie    Mouhiba Chaker, romancière : «Ecrire en français n'est pas pour moi un choix réfléchi !»    Industrie : Les obstacles n'ont pas freiné le développement du secteur aéronautique en Tunisie    BNA Bank réalise un PNB en hausse de 20% en 2021    Evènement "Les Nuits de la lecture" en ligne: 6ème édition sous le thème de l'AMOUR    11 Tunisiens meurent noyés dans le naufrage de leur embarcation    Le chanteur hip-hop Balti et Elyanna réunis dans une chanson tuniso-palestinienne (vidéo)    Syrie: Daech attaque une grande prison et libère plusieurs terroristes    Sculpture sur un minéral ancestral, le lapis specularis    Gabès Cinéma Fen 2022: les inscriptions pour les films sont ouvertes    Tunisie-La Marsa : Kobbet Lahoua classé monument historique national    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'amour et la haine, tout est illusion
Festival International du cinéma russe en Tunisie : Anna Karénine de Alexandre Zarkhi
Publié dans La Presse de Tunisie le 06 - 04 - 2012

Anna Karénine, «ce n'est rien, une femme qui aime un officier et qui se tue», disait Tolstoï. Pourtant, ce chef-d'œuvre de la littérature russe, écrit en 1877, a été adapté neuf fois à la télévision et au cinéma.
Le festival du cinéma russe, qui se déroule depuis samedi dernier à la capitale, entre la salle le Parnasse, la maison de la culture Ibn-Rachiq et le Centre russe des sciences et de la culture, a choisi pour le public tunisien, sous la section «retrouvailles», une de ces adaptations, purement soviétique, réalisée par Alexandre Zarkhi. Ce film est sorti sur les écrans de l'ex-URSS en 1967.
«Toutes les familles heureuses se ressemblent, chaque famille malheureuse est malheureuse à sa façon». Par cette phrase débute le livre et par un regard commence l'intrigue du film. Tatiana Samoïlova, dans le rôle d'Anna Karénine, se croyait heureuse, jusqu'au jour où elle découvre la passion en descendant les marches d'un train. Le coup de foudre. Ecartelée entre l'amour et son devoir, elle tombe malade. Son mari lui pardonne. Mais malgré ses efforts, elle ne trouve pas la force de quitter l'homme dont elle s'est éprise. Au nom de l'amour, elle défie la morale en vigueur dans la haute société, renonçant à son fils et à son confort... En face de ce couple tragique, un autre s'unit, heureux et répandant le bien autour de lui, celui de Kitty et de Lévine. Comme si chacun cherche le sens à donner à sa vie...
Pendant presque deux heures et demie, on s'introduit dans le monde élégant de la Russie du XIXème siècle : les bals avec leurs valses et leurs ballades ; les théâtres et leurs chants lyriques ; les dîners et les brillantes toilettes... Mais tout est sombre dans ce film. Les rondes ressemblent plus à une descente vertigineuse qu'à une danse ; la musique est criarde, presque stridente. Les acteurs évoluent dans des cadres moroses, à commencer par la maison des Karénine. Des murs rapprochés et des espaces vides où résonnent la voix monotone du mari, ses pas nerveux martelant le sol et les portes grinçantes qui s'ouvrent et se ferment... On traduit le malaise et l'étouffement d'une femme qui se révolte. «Elle (Anna) n'éprouvait plus envers son mari que la répulsion du bon nageur à l'égard du noyé qui s'accroche à lui et dont il se débarrasse pour ne pas couler», avait écrit Tolstoï. Le regard vacillant de Tatiana le confirme. L'amour et la haine se confondent dans une quête de l'absolu. La fidélité rejoint le mensonge et la vertu n'est qu'hypocrisie. Le mari d'Anna est représenté, dans ce film, comme l'ange et le diable. Il est l'incarnation parfaite du monde auquel il appartient, plus soucieux des apparences que de la trahison de sa femme. Il accorde à cette dernière son pardon, lui arrange des entretiens avec son amant. Il affiche, en même temps, sa souffrance, sa douleur et parfois sa rancune. Mais Anna ne sait ni mentir ni tricher et assume pleinement sa passion adultère. Au fil des jours, cet amour interdit perd de sa pureté et de sa flamme. Vronski, l'amant, finalement lassé, retrouvera les plaisirs de la vie mondaine, alors qu'Anna s'enfonce dans la solitude. Rien ne lui paraît réel. Tout est illusion, même sa propre existence. Sa quête de la vérité est vaine, elle devient une «femme perdue». Coincée entre les trains qui semblent «scier» l'écran, elle s'abandonne à la mort.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.