Tunisie – Arrestation d'un jeune faussaire    Tunisie – La BCT décide une forte augmentation de son taux directeur    TOPNET remporte le Trophée Tunisia RSE Awards 2022    La police israélienne arrête le protecteur du cercueil de Shirine Abou Akleh    Tunisie – L'ISIE a adressé ses recommandations par un courrier adressé à la présidence    Play-offs Ligue 1 Pro : L'USMo bat le CSS et redistribue les cartes    Poutine exulte : Le front européen se fissure, l'Italie paye son gaz en roubles    Abdellatif Mekki : Kaïs Saïed commence à se rendre compte qu'il s'agit d'un putsch    La bonne nouvelle du jour : La Tunisie est de nouveau exportatrice de phosphates    Trois jeunes arrêtés à Gabès pour avoir dessiné une fresque de Omar Laâbidi    Béja: Un quadragénaire s'immole par le feu    Bilan Covid-19 : 592 nouveaux cas et 5 décès en une semaine    Circuit 404 HERITAGE NOT FOUND : Visitez la médina de Tunis autrement avec Africvs    Tunisie Telecom fait son cinéma à Gabès    Référendum constitutionnel : Et si l'alternative existait ?    Présidée par Ayachi Hammami : l'Instance nationale pour les libertés et la démocratie voit le jour    Ooredoo remporte le prix du meilleur programme RSE Tounes T3ich    La BNA, Sponsor Officiel de la 13ème Edition du SMA MED FOOD    Des peines de six à trois mois de prison dans l'affaire dite de l'«aéroport»    Mondial 2022 : L'amicale Sénégal – Brésil annulée !!    NBA 2022 : Programme des finales des Conférences Est et Ouest    Italie : Chiellini fait ses adieux aux tifosi de la Juventus    Libye : 3ème assaut contre la capitale, les USA et l'UE craignent le pire    Choc laitier en Tunisie : la production laitière traverse une crise sans précédent    Le consulat tunisien à Tripoli appelle les Tunisiens à la vigilance    Hechmi Miliani, président de la Chambre Syndicale des Promoteurs immobiliers de l'Utica Sousse à La Presse : La promotion immobilière souffre de plusieurs maux...    Le Tunisien Ali Baklouti, primé meilleur mathématicien en Afrique    Informations sur la démission de Bouden-Ghazi Chaouachi: Je porterai plainte contre la ministre de la Justice    Express    Pourquoi | Les Tunisiens et la conduite automobile    Zarzis : Une tempête dans un verre d'eau    L'EST s'installe en tête du classement : Sans éclat !    Ligue 1 | 5e journée (USM-CSS 16h00) – CSS : Un virage important    Sheikh Zayed Book Award 2022 : L'auteur tunisien Mohamed Al-Maztouri, primé    On nous écrit | À propos du cinéma de Ghassen Salhab : Entre réalité et illusion    1ère édition du Master International Film Festival (MIFF), du 4 au 11 juin 2022 : Un nouveau-né à double vocation    Explosion au domicile du ministre de l'Intérieur : Une fuite de gaz serait à l'origine de l'incident    Taïeb Dridi: Toujours à Odessa pour exporter des céréales et des féculents    Coupe de Tunisie : le tirage au sort des premiers tours    "Nuit des musées tunisiens": 15 musées ouvrent leurs portes gratuitement pour des visites nocturnes    Cacophonie médiatique    Espérance de Tunis : Le marocain Sabir Bougrine indisponible 3 à 4 semaines    Météo de ce mardi    Tunisie : L'UGTT rend hommage à l'artiste Marcel Khalifé    Festival du film de Yasmine Hammamet-Laajimi : "La projection des films n'est pas commerciale"    Des amis d'enfance juifs ouvrent un restaurant de couscous tunisien à Paris    Ukraine: Trois hommes d'affaires tunisiens face à la guerre    Lancement du PREMIER MEDIA FEMINISTE de la MEDITERRANEE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une épouse martyrisée par un époux déprimé
Publié dans Le Temps le 25 - 10 - 2009

Le bonheur conjugal, d'après Léon Tolstoï existe lorsque, en plus de l'amour, tout est partagé entre le couple.
Il suffit que des époux cessent de regarder dans la même direction pour que tout bascule.
Petit à petit, surviennent l'ennui et la monotonie, sur lesquels s'imbriquent des problèmes qui vont en s'accumulant, pour engendrer des animosités.
Il suffit que l'un des époux soit ailleurs, pour que ce bonheur conjugal, qui était fondé sur l'amour, se transforme en discorde voire en haine. Dès lors ils se transforment en ennemis jurés.
Dans le cas d'espèce, les choses ont commencé le plus normalement du monde entre deux jeunes époux qui se sont épris l'un de l'autre, et se sont promis amour et fidélités mutuelles.
Le mari travaillait comme conducteur d'engin dans une société industrielle, et son épouse consentit à garder le foyer afin de s'occuper des travaux ménagers, ainsi que de l'éducation de sa fillette qui vint égayer le foyer, constituant une fleur supplémentaire dans leur petit jardin du bonheur.
Mais tout commença à basculer, le jour où le mari perdit son emploi.
Son comportement avait changé brusquement et il devint constamment sur les nerfs.
Les scènes de ménage se multiplièrent, et le mari devenant violent, n'hésitait pas à battre son épouse.
Ce qui incita cette dernière à quitter le foyer conjugal, pour s'installer chez ses parents et demander le divorce pour préjudice, au tort du mari.
Cependant, le mari fit intervenir les membres de sa famille pour des bons offices et faisant profil bas, il pria son épouse de réintégrer le foyer conjugal, en lui promettant de ne plus la violenter, et en lui expliquant qu'il l'aimait et qu'il ne pouvait aucunement vivre sans elle.
L'épouse amadouée, consentit à pardonner à son mari et de passer l'éponge sur le passé. D'autant que c'était dans l'intérêt de sa fillette d'être entourées d'affection par ses parents.
Mais, quelques jours après, le mari revint à la charge.
Il était de plus en plus nerveux et cherchait des prétextes afin de créer des problèmes à sa pauvre épouse.
Le jour des faits, une violente scène éclata entre les deux époux.
Furieux, ce dernier commença par battre son épouse à coups de bâton.
Elle se tordait de douleurs, mais il faisait fi de ses supplications et ses larmes, en la frappant de plus en plus fort.
Puis il lui ligota les pieds et les mains avec une corde à linge et lui fit subir des sévices à l'électricité, en lui plaçant un fil alimenté sur des endroits sensibles du corps.
Ce supplice se poursuivit, jusqu'à ce qu'elle perdît connaissance.
Elle se réveilla quelque temps plus tard, et profita de son absence pour fuir chez ses parents, accompagnée de sa fillette, qui était traumatisée.
Suite à la plainte qu'elle déposa quelque temps plus tard, contre son tortionnaire et néanmoins époux, les agents de la brigade criminelle, ne tardèrent pas à mettre la main sur ce dernier, qui fut écroué et inculpé de séquestration et de violences graves sur la personne de son épouse.
Devant le tribunal, il ne put que faire part de ses regrets et son avocat a soulevé que son client était sujet à des crises de nerfs, sollicitant qu'il soit soumis à une expertise psychiatrique.
L'affaire a été renvoyée à cet effet.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.