CAN 2022 : Programme des huitièmes de finale et Live TV et streaming pour regarder les Matchs    Entretien téléphonique Saïed-Macron: « Les réformes aspirent à préserver la liberté et à établir la justice »    Syrie : 4e jour de combat entre Daech et les Kurdes, plus de 120 morts    Justice transitionnelle — Abdallah Kallel et d'anciens cadres sécuritaires interdits de voyage: La lenteur de la justice bafoue les droits des victimes et ceux des accusés    Foot-Europe: le programme du jour    CAN 2021 : L'historique des matches en CAN opposant les Aigles aux Super Eagles    CAN 2021 — Huitièmes de finale — Tunisie-Nigeria (Ce soir à 20h00) : Sauver la face    Coronavirus : 10 décès de plus et 10031 contaminations en 24h    Tunisie-coronavirus : Plus de 14 mille vaccinés en 24H    Mes odyssées en Méditerranée | Michel Giliberti: «Tunisie. L'inhérence d'une errance»    On a vu pour vous : « Are you Lonesome Tonight ? », de Shipei Wen : Thriller chinois    CAN 2021 — Huitièmes de finale — Tunisie-Nigeria (Ce soir à 20h00): Tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir !    Médecins, dentistes et pharmaciens de la santé publique en grève, le 25 janvier    Tunisie: Ali Abdi testé positif au Covid19    Récupération politique    Urbanisme et planification urbaine    La Presse Magazine du Dimanche 23 janvier 2022 consultable sur notre site    Des astuces pour protéger les plantes du froid    Les perroquets    Migraine : la covid-19, un facteur déclencheur    Ali Graja, ancien attaquant international du CSS: «Dans la vie, il n' y a pas que l'argent ! »    La Fédération Nationale des Urbanistes Tunisiens (Fnut) lève le voile sur les défis de l'urbanisme en Tunisie: Un chantier en cache un autre...    Loi de finances : Bouden corrige le tir avec la Conect après l'avoir zappée    Rapport – BCT : Les risques des crédits de l'Office des céréales pèsent lourdement sur le secteur bancaire    Nigeria – Tunisie : Sur quelle chaîne et à quelle heure regarder le match en direct – 23 janvier 2022    Etude – Le changement climatique diminuera la production céréalière de 30 à 50% par an    Saïed a parlé à Macron, a donné des gages mais droit dans ses bottes    Steg : plusieurs quartiers à Sousse, Monastir et Sfax sans électricité dimanche    Meurtre du commandant Houimli : 3 condamnations dont une peine de mort    STEG : Des coupures à Sousse, Monastir et Sfax ce dimanche    Les membres du CSM pleurent-ils pour leurs privilèges ou pour l'atteinte au pouvoir judiciaire ?    Semaine boursière : Le Tunindex en mauvaise posture    Antonio Guterres espère un rétablissement des institutions démocratiques en Tunisie    Mouhiba Chaker, romancière : «Ecrire en français n'est pas pour moi un choix réfléchi !»    Industrie : Les obstacles n'ont pas freiné le développement du secteur aéronautique en Tunisie    BNA Bank réalise un PNB en hausse de 20% en 2021    Evènement "Les Nuits de la lecture" en ligne: 6ème édition sous le thème de l'AMOUR    11 Tunisiens meurent noyés dans le naufrage de leur embarcation    Le chanteur hip-hop Balti et Elyanna réunis dans une chanson tuniso-palestinienne (vidéo)    Syrie: Daech attaque une grande prison et libère plusieurs terroristes    Sculpture sur un minéral ancestral, le lapis specularis    Gabès Cinéma Fen 2022: les inscriptions pour les films sont ouvertes    Tunisie-La Marsa : Kobbet Lahoua classé monument historique national    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Porter sa vue au loin...
Conférence : Henri Penaruiz à l'Institut de recherche sur le Maghreb contemporain
Publié dans La Presse de Tunisie le 07 - 05 - 2012

«La laïcité n'est pas l'athéisme. Elle n'est ni contre l'Islam ni contre aucune religion», insistait, vendredi dernier, Henri Penaruiz, écrivain et philosophe, à l'Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC). Cette conférence, intitulée «Nouveaux enjeux de la laïcité», a été organisée dans le cadre du programme «Religion et processus de démocratisation dans le pourtour méditerranéen», dirigé par Chérif Ferjani.
Par définition, la laïcité désigne la séparation entre le politique et le religieux. «Cela ne veut pas dire que ce processus exclut la croyance, mais, au contraire, il la protège contre toute oppression, au même titre que la non-croyance», explique le philosophe. La pensée laïque a répondu à une question essentielle à la survie d'une communauté aux diverses cultures, en France, en particulier : comment peut-on vivre ensemble en se respectant et en se reconnaissant dans un même Etat civil ? Comment peut-on assurer l'égalité des droits tout en préservant les diversités ethniques ? Comment définir les règles fondamentales pour vivre ensemble? Comment construire un peuple avec des traditions diverses ? «Dans un Etat laïque, il y a de la place pour tout le monde. Le cadre juridique garantit l'unité de vivre ensemble à partir de la diversité », affirme encore le conférencier...
Mais cet exemple de laïcité peut-il être appliqué dans un Etat d'une culture et d'une croyance «homogène» qu'est l'Islam ? Henri Penaruiz élargit son éventail de recherche pour englober toute l'Humanité. Sa vision est particulière et surtout pertinente. Pour lui, les êtres humains sont les mêmes dans tout le globe. «Mais à force de s'enfermer dans la différence, ils oublient leur ressemblance», précise-t-il. Ce qui fait leur union, c'est la raison. L'homme pense, se cultive et prend soin de lui-même pour atteindre le meilleur de soi.
A ce stade de la réflexion, le philosophe se heurte à deux concepts de la culture : le premier veut que la culture soit dynamique et qu'elle consiste à transformer la nature et la pensée humaines. Dans l'autre, elle est figée et elle est constituée d'un ensemble de traditions transmises par générations et qui font perdurer la soumission. Comment alors ces êtres de raison s'adaptent-ils à cette culture hybride qui est en eux ?
La laïcité n'est pas propre à l'Occident
«Il faut rappeler qu'en Occident le sang a coulé à flots, avant que la démocratie ne soit imposée», avance Penaruiz. Et d'ajouter : «Les trois religions monothéistes engendrent leur propre fanatisme et leur propre terrorisme», ce qui a engendré les critiques, voire les révoltes, à travers les siècles. Avicenne impose un travail d'interprétation au texte sacré et Spinoza va jusqu'à mettre en cause la doctrine du peuple élu, mentionnée dans l'ancien Testament, et à la base de laquelle Israël continue sa politique de colonisation de la «Terre promise».
Jusqu'à aujourd'hui, « cette injustice fait des Palestiniens des éternels exilés dans leur propre terre», relève-t-il... Plus tard, les femmes de France se sont révoltées contre la notion «machiste du chef de famille», inspirée par les catholiques, ainsi que pour leur droit au vote... «L'être humain se construit à partir de l'idée de la liberté. On porte en soi le germe de la résistance», explique encore le conférencier. Selon lui, l'émancipation est au cœur de la démocratie. Une émancipation synonyme d'autonomie et d'indépendance, qui ne sont autres que les principes de laïcité sur lesquels doivent se baser toutes les lois.
«Certes, la liberté n'est pas le droit de faire tout et n'importe quoi et la démocratie n'est pas l'anarchie», ajoute-t-il. Cela conduirait, selon lui, à la loi du plus fort et à un retour certain à la tyrannie. Le respect de l'Autre est essentiel. Libre à chacun de faire ce qu'il veut, de pratiquer, s'il est croyant, sa religion à sa guise, pourvu qu'il respecte la liberté des autres à être ce qu'ils veulent et à choisir leur vie, sans violence.
Pour ce philosophe, la laïcité est la neutralité de la puissance publique. Elle n'est pas propre à la France ni à l'Occident. Elle est loin d'être un principe de colonisateur qui croit à la supériorité et à l'universalité de sa culture, mais plutôt un idéal humanitaire qui rejette les lois autoritaires s'imposant à tous sans aucune considération personnelle. «Et comme a dit Rousseau : Quand on veut étudier les hommes, il faut regarder près de soi mais pour étudier l'homme, il faut apprendre à porter sa vue au loin», a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.