Béja: L'usine de sucre va reprendre son activité la semaine prochaine [Vidéo]    Hubert Tardy-Joubert : de l'IFT au cabinet de la ministre de l'Europe et des Affaires étrangères    Kaïs Saïed reprend son rôle d'explicateur    La Chine est-elle sur le point de se redresser sur le plan cyclique ?    Hédi Bouraoui élevé Académicien à vie à la Société Royale du Canada    Kais Saïed évoque le sujet de la fuite des médecins [Vidéo]    L'Algérie sera candidate à l'organisation de la CAN 2025    OTE : des pays européens ont l'intention de restreindre les transferts de fonds des résidents étrangers    Abid Briki menace de boycotter les élections législatives [Audio]    Foot-Europe: le programme du jour    Météo | Légère hausse des températures, aujourd'hui    Béja: Le secteur agricole en grève de 3 jours    Kais Saïed veut renforcer le dispositif sécuritaire aux alentours de l'hôpital La Rabta [Vidéo]    CHAN 2022 : La composition des poules de la compétition    Le Pr Tahar Gallali: Un grand homme de science    Deguiche : le ministère veillera à l'application de la loi malgré l'accord entre la FTF et les clubs    Saïed à la Rabta : nos médecins partent par centaines en Europe ! Qui est en train de prêter à l'autre ?    Tunisie – Noureddine Ben Ayed : Il est temps d'accorder à l'agriculture ce qu'elle mérite comme intérêt    NBA pré-saison : Sur quelles chaînes regarder les matches de samedi et dimanche ?    Jasmin Open Monastir : Liste des qualifiées au tableau principal    Tunisie – L'accord avec le FMI est nécessaire mais insuffisant !    Mahdia : La Corniche déclarée première plage écologique en Tunisie    Briki à Saïed : les élections sont en danger !    L'éducation au fil du temps qui passe : Que reste-t-il de l'école publique ?    Législatives anticipées : Quel avenir pour les partis politiques ?    L'édito de Taoufik Habaieb: S'attaquer aux démons    Tunisair pourrait se retrouver dans l'incapacité de payer les salaires de ses employés    En photos - Manifestation de soutien aux Iraniennes à Tunis    Monde-Daily brief du 30 septembre 2022: Guerre en Ukraine : Poutine officialise l'annexion de quatre régions occupées    Poutine facilite l'accès à la nationalité russe si...    Tunisie: 70% des personnes victimes d'une crise cardiaque sont des fumeurs    Ukraine : Poutine l'a fait… !    Razi Meliani : seulement 30% des médicaments sont disponibles à la Pharmacie centrale    Haykel Khadhraoui, nouveau DG par intérim de la BH Bank    Le policier filmé en train de toucher un pot-de-vin, placé en garde à vue    Le CS Chebba rejette les décisions de la FTF    Spectacle Mallasine Story interprété par Bilel Briki au 4ème art    Les plus beaux dessins de soutien aux Iraniennes    Inauguration de l'académie Africaine de tennis à Sousse : Un acquis irréversible    La France décore Slim Khalbous des insignes de Chevalier de l'ordre des Arts et des Lettres.    La vigilance éternelle    Dialogues éphémères | Considérations sur une politique anti-apocalyptique    Solidarité féminine: Une manifestation de soutien aux femmes Iraniennes    France : La fin de Macron, après la même bourde que Chirac en 1997?    Festival de l'Humour Francophone 'Normal Enti' à Tunis    Le DG de Hyundai Mobis élu président de l'Organisation internationale de normalisation    «Mirath Music : l'exposition sonore itinérante » au Goethe-Institut de Tunis : Musique itinérante    37e édition du Festival International du Film Francophone de Namur (FIFF) : Deux films tunisiens en compétition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Laïcité et démocratie
Publié dans La Presse de Tunisie le 06 - 09 - 2011


Par Jean BAUBEROT
Le débat sur la laïcité est hypothéqué par une vision tronquée où celle-ci est réduite à ce qui a fait dernièrement l'actualité en France. Or la première définition formalisée de la laïcité (F. Buisson, 1883) lui donne une ampleur beaucoup plus grande et la relie fortement à l'égalité et à la liberté. En 2005, une Déclaration internationale sur la laïcité au XXIe siècle, signée par 248 universitaires de 30 pays, est publiée. La laïcité est définie par l'articulation de trois principes : «respect de la liberté de conscience et de sa pratique individuelle et collective; autonomie du politique et de la société civile à l'égard des normes religieuses et philosophiques particulières; non-discrimination directe ou indirecte envers des êtres humains». La mise en avant des libertés laïques doit permettre de lutter contre toute falsification de la laïcité.
Aux Tunisiens d'inventer leur propre laïcité, dans le contexte de leur révolution démocratique. Cette affirmation peut sembler banale. Effectivement, ce n'est pas à un non-Tunisien, citoyen de l'ancienne puissance coloniale de surcroît, d'indiquer quelle doit être la laïcité en Tunisie. Pourtant l'affaire est plus complexe. En effet, le terme même de « laïcité » est saturé d'un imaginaire où la France occupe la première place. D'autre part, la classe politique et les médias, en France, utilisent beaucoup le vocable « laïcité », à tort et à raison. Il faut donc, paradoxalement, qu'un Français mette les choses au point quant à la laïcité, pour contribuer, dans la mesure du possible, à ce que l'invention d'une laïcité tunisienne ne soit pas dépendante d'un pseudo-modèle français.
La définition originelle de la laïcité
Le mot même de «laïcité» provient de la France de la fin du XIXe siècle. Le philosophe Ferdinand Buisson, adjoint du ministre Jules Ferry qui a laïcisé l'école publique, en donne la première définition formalisée, en 1883. Dans une sorte de toile de fond, il prend un point de départ historique non déterminé où existent «la confusion de tous les pouvoirs et tous les domaines» et la «subordination de toutes les autorités à une autorité unique, celle de la religion». Le décor ainsi planté, Buisson indique que, «par le lent travail des siècles», diverses institutions (administration, armée, justice…) se sont distinguées les unes des autres et progressivement affranchies d'une «tutelle étroite» de la religion. Dans ce processus de laïcisation, la laïcité survient, selon notre auteur, avec la Déclaration des droits de l'Homme et du citoyen de 1789. On ne saurait mieux dire que la laïcité et la démocratie sont liées, qu'une laïcité autoritaire n'est pas une véritable laïcité.
Buisson donne quatre caractéristiques à la laïcité. Deux concernent l'Etat : «L'Etat laïque est l'Etat neutre entre tous les cultes, indépendant de tous les clergés, dégagé de toute conception théologique». Mais la neutralité de l'Etat et sa séparation d'avec la religion ne sont pas des fins en soi. Leurs finalités concernent l'égalité et la liberté des citoyens : «l'égalité de tous devant la loi» par «l'exercice de tous les droits civils désormais assurés en dehors de toute conviction religieuse»; «la liberté de tous les cultes», indépendants de l'Etat, gérant eux-mêmes leurs propres affaires. Buisson termine en affirmant qu'avec la laïcisation de l'école publique, la France est devenue la «société la plus laïque d'Europe». Il estime donc que d'autres pays européens sont également laïques, quoiqu'à un degré moindre. Et que certains pays, hors d'Europe, le sont davantage que la France. Le «père» de la loi de séparation française des Eglises et de l'Etat, Aristide Briand, en cite une demi-douzaine en 1905.
Une Déclaration internationale sur la laïcité
Ainsi les pères fondateurs de la laïcité française n'ont jamais pensé qu'il existait un modèle unique de laïcité. Un siècle plus tard, cette idée des pluralités laïques a été reprise par une Déclaration internationale sur la laïcité au XXIe siècle, signée par 248 universitaires de 30 pays. Ce texte commence par affirmer «la liberté de conscience» qui implique «la liberté d'adhérer à une religion ou à des convictions philosophiques non religieuses» et le «respect par l'Etat, dans les limites d'un ordre public démocratique (…) de l'autonomie des religions et des convictions». Ensuite, «pour que les Etats soient en mesure d'assurer un traitement égal des êtres humains et des différentes religions et convictions», une «dissociation de la loi civile et des normes religieuses ou philosophique particulières» est nécessaire. «Les religions et les groupes de conviction peuvent participer librement aux débats de la société civile», sans «imposer a priori des doctrines et des comportements». Enfin, l'égalité implique «qu'aucune discrimination ne soit exercée contre des êtres humains dans l'exercice de leurs droits (…) quelle que soit leur appartenance» religieuse ou convictionnelle. Et, comme les signataires n'ignorent pas que la culture, la façon de vivre d'un pays, même laïque, restent marqués par des «traditions nationales issues de groupes majoritaires», ils demandent des «accommodements raisonnables» pour les «groupes minoritaires».
A partir de là, la laïcité est définie «comme l'harmonisation, dans diverses conjonctures socio-historiques et géopolitiques, des trois principes déjà indiqués : respect de la liberté de conscience et de sa pratique individuelle et collective; autonomie du politique et de la société civile à l'égard des normes religieuses et philosophiques particulières; non-discrimination directe ou indirecte envers des êtres humains». Avec le vocabulaire et les enjeux du XXIe siècle, on retrouve des préoccupations analogues à celles de Buisson. Surtout la laïcité est présentée, dans les deux cas, comme l'articulation de plusieurs principes (3 ou 4) ce qui fait d'elle un équilibre entre ces principes. «La laïcité ainsi conçue, ajoute la Déclaration, constitue un élément clef de la vie démocratique»; elle accompagne «l'avancée de la démocratie, la reconnaissance des droits fondamentaux et l'acceptation sociale et politique du pluralisme»; elle n'est «l'apanage d'aucune culture, d'aucune nation, d'aucun continent».
Les libertés laïques
La Déclaration continue en énonçant les principaux «débats de la laïcité» et «les défis du XXIe siècle» auxquels celle-ci est confrontée. Tout citer déborderait le cadre de cet article. L'essentiel est de récuser une conception répressive de la laïcité à l'égard du religieux. Cette conception est actuellement mise en avant par les éléments les plus à droite de la majorité gouvernementale française, mais ils suscitent des remous au sein de la droite elle-même. Rappelons que le Premier ministre, François Fillon, a refusé d'assister au pseudo-débat sur la «laïcité», initié par le secrétaire général de l'UMP, J.-F. Copé, en avril dernier. En fait, dans ce contexte, l'invocation de la laïcité n'est qu'un masque pour tenter de cacher une politique qui va à l'encontre des libertés et qui est hostile aux migrants. C'est une laïcité falsifiée.
Mais, au-delà de cette caricature, il faut clarifier le sens d'une expression par laquelle on résume souvent la laïcité : «la religion affaire privée». Cette formule est à la fois exacte et fausse. Elle est pertinente si elle signifie que la religion est une réalité collective qui doit être validée par les choix personnels («privés» en ce sens-là) des croyants. C'est la traduction moderne du «pas de contrainte en matière de religion». Cela signifie que les citoyens d'un pays ne sont pas tous membres de la même religion et que l'appartenance à une religion peut être différente suivant les personnes. Cela n'implique nullement, en revanche, la réduction de la religion à la «sphère privée». La liberté de l'expression publique de la religion doit être garantie et les religions peuvent participer aux débats de la société, sans imposer leurs vues a priori. Cela fait partie des libertés laïques.
Le souhait que je peux exprimer pour ce pays si attachant qu'est la Tunisie, serait d'inscrire la laïcité, les libertés laïques et le respect des croyances dans la prochaine Constitution. La Tunisie est, certes, de culture musulmane, et cela se marque dans son paysage, mais le rapport que chacun de ses citoyens entretient avec l'Islam doit être libre, pour pouvoir être authentique. A moyen et long terme, cette liberté est le meilleur atout pour l'Islam lui-même.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.