Le marché boursier entame la semaine sur une note d'optimisme    Coronavirus : 4 décès et 179 nouvelles contaminations, Bilan du 26 septembre    Tunisie Telecom réitère sa disposition à poursuivre le dialogue avec son partenaire social    Ooredoo soutient l'initiative « La classe digitale » au gouvernorat de Jendouba    Flat6Labs réalise le second closing de Anava Seed Fund pour le porter à 30 millions de dinars et accueille Sawari Ventures comme nouvel investisseur    L'INM appelle à la vigilance à cause des pluies attendues dans la soirée    Des organisations nationales appellent à fixer des échéances pour mettre fin à l'état d'exception    Huawei annonce un investissement de 150 millions $ dans des programmes inédits    Le sénateur Murphy: Tant que la démocratie n'est pas rétablie, nous devons revoir notre programme d'aide à la sécurité pour la Tunisie    Monde- Daily brief du 27 septembre 2021: Emmanuel Macron ciblé par un homme qui lui a lancé un œuf    Ministre de l'Education: Plus de 450 écoles seront réaménagées dans les prochains mois    La Tunisie s'illustre au Championnat d'Afrique d'échecs    Retour du Salon de la Création Artisanale du 1 au 10 octobre 2021 au Kram    Chiffre du jour : 141 millions de dinars, seulement, sont les crédits extérieurs nets mobilisés par la Tunisie    Démission collective à Ennahdha - Abdellatif Mekki : Nous n'étions plus qu'un fardeau    Slaheddine Dchicha: De «l'exception tunisienne» à l'état d'exception    Olaf Scholz, le probable chancelier d'Allemagne    Parti des Travailleurs: Kais Saied s'est donné tous les pouvoirs    Exposition Ouatann de Chiara Montenero, du 1er au 30 octobre 2021 à la galerie Alain Nadaud    Dernière minute- Affaire S17: Mandat de dépôt à l'encontre de Seif Eddine Makhlouf    Tunisie – Coronavirus: le taux de positivité des tests baisse à 6,62%    STEG: Des compteurs intelligents à partir de janvier 2022    Attaque de Kasar Hellal : le Parquet ordonne une instruction pour homicide volontaire    Décès du rédacteur en chef du journal Echaâb, Mokhtar Ghriss    Tunisie – ONU : Jerandi s'entretient à New York avec Lacroix    Ons Jabeur se hisse à la 16ème position au classement WTA    Ons Jabeur monte à la 16ème place du classement mondial !    Ali Larayedh: Les dernières mesures présidentielles menacent l'entité de l'Etat    Samir Dilou : Même notre prophète avait moins de prérogatives que Kaïs Saïed !    Covid-19 : 5 millions de tunisiens primo-vaccinés    Foot-Europe: le programme du jour    Supercoupe 2020-2021 (EST-CSS 1-0) : Les déclarations d'après-match    Clermont vs Monaco : Où regarder le match en direct et live streaming ?    La Fondation Orange lance la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Photo du jour : 2 millions de dinars dé    De retour à l'opéra: Une série de pièces de théâtre à la cité de la culture du 1 au 7 octobre    3 membres du congrès américain appellent Biden à intervenir en vue de rétablir le Parlement tunisien    Manchester United vs Aston villa en direct et live streaming : Comment regarder le match ?    Foot-Europe: le programme du jour    La Fondation Orange lance la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Tout savoir sur Les Araméens    JCC 2021 : Listes des films sélectionnés dans le cadre de Chabaka et Takmil    Envirofest à Bizerte en marge du Forum Mondial de la Mer (Programme)    Libye: Dbaïba rejette le retrait de confiance    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sécurité et souveraineté alimentaire en Tunisie : Trois questions fondamentales pour relever les défis de l'avenir (suite et fin)
Opinions
Publié dans La Presse de Tunisie le 26 - 02 - 2013


Par Ali FERCHICHI*
La première partie de cet article a posé la problématique de la sécurité et de la souveraineté alimentaire en Tunisie, et a essayé de traiter la première question fondamentale : quels défis à relever pour l'accroissement de la production agricole et l'amélioration du système alimentaire ?
Dans cette deuxième partie, il sera procédé à l'analyse des deux autres aspects fondamentaux de la sécurité alimentaire, à savoir peut-on améliorer la production agricole en Tunisie ? Entre sécurité et souveraineté alimentaire, quelle politique privilégier ?
En Tunisie, les terres cultivées s'étendent sur 4.037.390 ha, avec comme principales spéculations, l'arboriculture fruitière (2.201.710 ha), la céréaliculture (1.400.000 ha) et les cultures irriguées (400.000 ha). On dénombre près de 516.000 exploitations agricoles où prédominent le morcellement et la taille réduite (inférieure à 5 ha). Les grandes exploitations commerciales ne représentent que 3 à 5 % des superficies agricoles utiles.
Intimement liées aux conditions climatiques, les productions agricoles sont variables. L'essentiel de la valeur de cette production reste assurée par l'agriculture pluviale (céréaliculture et oléiculture), les cultures irriguées et l'élevage. La production en céréales qui est en moyenne de 19 millions de quintaux ne couvre que partiellement les besoins (estimés à environ 25 millions de quintaux); le reste étant assuré par l'importation (16 millions q/an). La culture de l'olivier qui couvre plus de 30% des terres agricoles (1,68 million d'ha et 65,8 millions d'arbres) assure 45% des exportations agricoles avec une moyenne de 120.000 tonnes par an. L'huile d'olive représente 40 à 45% du total des exportations agricoles et constitue la cinquième source de devises du pays. Les cultures irriguées pratiquées par 30 % des exploitants agricoles contribue à hauteur de 25% dans les exportations alimentaires globales. Les rendements de ces cultures irriguées (40 à 70 t/ha pour les tomates; 30 t/ha pour les agrumes, 3 à 7 t/ha pour les palmiers dattiers) restent relativement bas par rapport aux rendements potentiels. L'élevage, avec un cheptel comptant environ 440.000 unités femelles bovines, 4.075.000 unités femelles ovines, 811.000 unités femelles caprines et 80.000 unités femelles camélines et environ 75.079.000 poulets de chair, contribue à près de 35-40% au PIB agricole. Ce secteur assure la couverture des besoins domestiques de près de 90% pour le lait et 95% pour les viandes rouges. La Tunisie est autosuffisante en viande blanche et en œufs, mais continue tout de même à importer des produits de l'élevage pour la consommation, surtout de la viande bovine réfrigérée ou congelée, les viandes conditionnées, les fromages et autres produits dérivés du lait.
Dans son ensemble, le secteur agricole, qui contribue à environ 11% du PIB, assure 15 à 20% des emplois et 5% de l'ensemble des exportations ainsi qu'un taux de couverture des produits alimentaires de 75%, fait face à des transformations qui combinent l'exode rural, le vieillissement des populations rurales, le morcellement des terres, la dégradation des sols, la rareté des ressources en eau et l'absentéisme. Cependant et en dépit de ces nombreuses contraintes, notre production céréalière, fruitière, légumière et en produits d'élevage dispose d'une marge importante de progression. Une amélioration de la productivité en céréales moyenne de 6 q/ha est susceptible de nous rapprocher de l'autosuffisance en cette denrée. Le rendement des cultures irriguées, très en deçà des attentes, pourrait être largement augmenté. Le même constat est pour l'élevage, où des améliorations génétiques et technologiques sont en mesure d'augmenter les productions de viande, de lait et de produits dérivés.
Entre sécurité et souveraineté alimentaire, quelle politique privilégier ?
La sécurité alimentaire, telle que définie lors du Sommet mondial de l'alimentation de 1996, est assurée quand toutes les personnes, en tout temps, ont économiquement, socialement et physiquement accès à une alimentation suffisante, sûre et nutritive qui satisfait leurs besoins nutritionnels et leurs préférences alimentaires pour leur permettre de mener une vie active et saine.
Cette définition fait néanmoins pleinement droit à l'aspect multidimensionnel de la sécurité alimentaire, qui se décline aussi bien quantitativement que qualitativement selon quatre aspects : la disponibilité alimentaire, l'accès à la nourriture, la stabilité de ces derniers et la salubrité. La sécurité alimentaire est souvent confondue dans l'esprit des gens avec l'autosuffisance alimentaire qui est la capacité de satisfaire tous les besoins alimentaires d'une population par la seule production nationale.
A l'inverse de la sécurité alimentaire, la souveraineté alimentaire a une orientation beaucoup plus politique. C'est un concept développé et présenté pour la première fois par Via Campesina (mouvement international qui coordonne des organisations de petits et moyens paysans, de travailleurs agricoles et de femmes rurales) lors du Sommet de l'alimentation organisé par la FAO à Rome en 1996. La souveraineté alimentaire prône un commerce international juste qui autorise des soutiens publics aux paysans et garantisse un niveau de prix agricoles suffisamment rémunérateurs pour que les agriculteurs pauvres puissent investir et sortir de la misère. Elle est donc une rupture par rapport à l'organisation actuelle des marchés agricoles mise en œuvre par l'OMC. Les cultures vivrières et l'agriculture familiale de petite échelle doivent être favorisées, du fait de leur plus grande efficacité économique, sociale et environnementale, comparée à l'agriculture industrielle et aux plantations de grande échelle où travaillent de nombreux salariés.
Le potentiel agricole de la Tunisie milite en faveur d'une politique combinant sécurité et souveraineté alimentaire et permettant d'assurer les deux niveaux de sécurité alimentaire : la sécurité alimentaire nationale cumulée et la sécurité alimentaire individuelle. La première consiste à faire disposer le pays d'assez de vivres pour subvenir aux besoins de sa population, que ce soit grâce à la production nationale ou à l'importation ou à une quelconque combinaison de ces moyens. La seconde, dite sécurité alimentaire individuelle, doit permettre à tous les habitants du pays un accès aux produits alimentaires en quantité suffisante. La sécurité alimentaire nationale est nécessaire mais pas suffisante pour assurer la sécurité alimentaire individuelle. En effet, un pays peut disposer d'assez de denrées, sans que ces dernières soient à la portée de tous ses habitants. C'est notamment le cas lorsque certaines personnes n'ont pas assez d'argent pour s'acheter à manger. Cette politique combinée (sécurité-souveraineté) doit aussi prôner un accès plus équitable à la terre pour les paysans pauvres, au moyen si nécessaire d'une réforme agraire et de mécanismes de sécurisation des droits d'usage du foncier. Elle vise à long terme à favoriser le maintien d'une agriculture de proximité destinée en priorité à alimenter les marchés nationaux et régionaux.
* (Institut national agronomique de Tunisie)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.