Démantèlement d'un groupuscule terroriste à Kasserine    L'UIB réalise un résultat net de 117,1 millions de dinars en 2019    Enseignement à distance : Huawei soutient les étudiants tunisiens    Les impacts de la crise actuelle examinés par Fakhfakh    Sérieuses menaces contre Zouheir Maghzaoui    Aïda Caïd Essebsi Fourati    DERNIERE MINUTE – Coronavirus – Algérie : 20 nouveaux décès les dernières 24 heures    Coronavirus : 9 nouveaux cas à la Manouba    Tunisie – Coronavirus: Toutes les délégations de l'île de Djerba désinfectées    Confinement | Hichem Mechichi : la loi sera désormais appliquée dans toute sa rigueur    Angleterre – coronavirus : Liverpool renonce à mettre son personnel au chômage partiel    Coronavirus | Kasserine : Six personnes en voie de guérison    Mercato : pas de contact entre Farouk Ben Mustapha et l'Espérance de Tunis    Installation d'une caméra thermique au Marché de gros de Bir El Kassaa    Coronavirus : Un décès à Sousse    Découverte de failles de sécurité dans l'application de vidéoconférence Zoom: L'ANSI met garde    Coronavirus : les clubs italiens d'accord pour la baisse des salaires, les joueurs se révoltent    Etoile du Sahel : une réunion attendue entre Yassine Chikhaoui et Ridha Charfeddine    Funérailles de Bourguiba : choses vues et entendues…    Pandémie de COVID-19 : L'Agence Universitaire de la Francophonie adopte un plan spécial    OMS: L'Afrique ne sera pas un terrain d'essai pour les vaccins contre le COVID-19    Tennis : confinée à New York, Ons Jabeur passe du tennis à la danse    Météo | Prévisions pour aujourd'hui, mardi 07 avril 2020    Michèle Gazier : Il était une fois Leila Menchari    Les joueurs ont besoin de deux semaines pour être prêts    La FIFA recommande de reporter tous les matches internationaux de juin    "Allez vers les hauteurs…"    L'ONU appelle à la cessation des hostilités en Libye    La recette pour combler un dimanche de confinement    Des délégués et des Omdas se servent les premiers    Baisse dérisoire des prix de certains hydrocarbures    La BCT lance officiellement l'application "Flouss"    Les têtes de Jound Al Khilafa continuent de tomber    Des cours à distance pour les élèves !    Le TAS fixe au 29 mai l'audience de l'appel des Marocains    Wafa Gabsi (Archivart) : « J'essaie d'apprécier autrement les choses simples et… de méditer »    La culture, en arme puissante contre le Covid-19    La culture, un lien qui rapproche et réduit les distances    Elizabeth II aux britanniques: “C'est un temps de disruption dans la vie de notre pays”    Coronavirus : Le nombre de morts repart à la hausse en Italie    Beit El Hikma se dote d'une cellule de veille pour suivre les données relatives au Covid-19    La Fondation Kamel Lazaar lance l'appel à projets “Culture Solidaire”    Olivier Poivre d'Arvor: Leïla Menchari, ma reine de Carthage    Retour sur le décès de la célèbre décoratrice tunisienne Leïla Menchari, emportée par le Coronavirus    Sauvons la Libye : Covid-19, guerre civile, catastrophe humanitaire et désastre financier, face à un silence complice    Au grand bonheur des cinéphiles confinés !    Les USA ne négocient pas avec l'Arabie et la Russie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'expérience tunisienne sous la loupe
Transitions démocratiques dans le monde arabe
Publié dans La Presse de Tunisie le 28 - 03 - 2013

«Les transitions démocratiques dans le monde arabe: l'expérience tunisienne en tant que modèle», tel est le thème autour duquel plancheront les 29 et 30 mars, à l'initiative du Centre des études de l'islam et de la démocratie, quelque 400 personnalités étrangères et tunisiennes représentant le monde politique, les sphères académiques et la société civile.
Hier, le président du Centre, Radhouane Masmoudi, a souligné devant les quelques journalistes qui ont répondu à son invitation que la conférence est «essentiellement académique et elle est destinée aux décideurs. 80% des intervenants ont déjà envoyé leurs communications qui ont été traduites et seront distribuées aux participants.
L'objectif recherché par notre centre est de susciter un débat sérieux et approfondi sur les expériences démocratiques dans le monde arabe, d'évaluer ce qui a été déjà réalisé en Tunisie depuis le 14 janvier 2011, de rectifier les erreurs commises et de nous inspirer des expériences des autres pays qui ont devancé le Printemps arabe et qui ont réussi à faire conduire leurs transitions à bon port».
S'agit-il d'un congrès de dialogue national parallèle du moment que les forces politiques nationales ont échoué jusqu'ici et ne sont pas parvenues à dépasser leurs divisions pour organiser ce débat national tant attendu ?
«Oui, il s'agit d'un dialogue national, réplique Dr Masmoudi, mais il n'est pas parallèle. Le rôle de la société civile est bien d'éviter les tiraillements politiques et de rapprocher les points de vue des uns et des autres. Notre centre a déjà organisé plusieurs ateliers de réflexion sur les principaux chapitres de la future constitution, sur fond de recherche de l'édification de la culture de la coexistence entre les différents partis présents sur la scène politique nationale, de l'écoute de l'autre et du respect du droit à la différence et à l'opinion contraire».
Quant aux partis politiques tunisiens invités au congrès, «il sera accordé à chacun (10 partis en tout que le centre considère comme les plus importants) dix minutes pour présenter leurs approches sur les meilleurs moyens à mettre en œuvre afin de dépasser les difficultés qu'affronte à l'heure actuelle la transition démocratique en Tunisie. En tous les cas, les partis politiques ne domineront pas les travaux de la conférence puisqu'une seule séance de deux heures leur sera consacrée».
«Une exception tout de même : Rached Ghannouchi, président d'Ennahdha, aura droit à une conférence qu'il prononcera en sa qualité de l'un des penseurs islamiques les plus éminents sur la scène mondiale», reconnaît Radouane Masmoudi.
A la lecture du programme de la conférence et des personnalités et penseurs qui meubleront les travaux, on découvre que les intellectuels tunisiens de renom et les universitaires qui sont connus pour être spécialisés en la matière sont absents.
Le président du Csid précise : «Nous n'avons écarté aucun nom tunisien. Nous avons envoyé un e-mail à tous les intéressés leur demandant de nous faire parvenir leurs communications sur le thème de la conférence. Malheureusement, personne n'a répondu dans les délais. Toutefois, nous les avons invités à assister à nos travaux et à participer aux débats. Les associations tunisiennes de la société civile dites de gauche ont été, elles aussi, sollicitées mais elles n'ont pas répondu à nos appels».
Il est à préciser que la séance d'ouverture de la conférence, prévue demain 29 mars, sera présidée par Ali Laârayedh, chef du gouvernement.
Les principales communications
Les participants à la conférence auront à écouter les principales communications suivantes :
– Les relations entre les laïcs et les islamistes : l'expérience turque, par Ahmed Kourou
– Le Printemps arabe et le droit constitutionnel : comparaison entre les Assemblées constituantes en Tunisie et en Egyptge, par Petro Longo
– La formule électorale et l'Assemblée nationale constituante tunisienne, par John Kerry (USA)
– Les forces antirévolutionnaires : la police politique tunisienne avant et après la chute du régime de Ben Ali, par Philippe Hoffman (USA)
– L'Islam et l'Etat civil et la relation entre la religion et la politique, par Abderrahmane Cherif (Soudan).
– L'expérience des partis islamiques en Algérie : lecture du phénomène des divisions, par Amor Arbaoui (Algérie).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.