La Tunisie, l'Algérie et l'Egypte examinent la question libyenne à Tunis    La famille du berger égorgé à la montagne bloque la route entre Gabes et Gafsa    Libye : Trump s'entretient par téléphone avec Haftar sur la sécurisation des sources du pétrole    Tunisie-Le ministère de la santé lance une campagne de vaccination contre le pneumocoque    Démarrage des travaux de construction du port d'Enfidha en décembre 2019    Le gouvernement doit-il arrêter de travailler pour qu'on n'accuse plus Chahed de mener sa campagne, demande Iyed Dahmani    Tchap, la messagerie gouvernementale française, aussitôt lancée, aussitôt piratée !    Tunisie- Suspension de l'activité de toutes les lignes de la société régionale de transport de beja    Claudia Cardinale très entourée à Djerba – Elle jouera dans le film de Ridha Behi « L'île du pardon »    227 dossiers de corruption concernant le ministère des affaires sociales reçus à l'INLUCC    Tunisie- Une solution mettant fin aux problèmes de Tunisiair    Les enfants sur les Traces des Carthaginois à la découverte du Quartier Didon dimanche 21 avril    72ème édition du Festival de Cannes : Trois maghrébines en compétition dans la sélection parallèle « Un certain regard »    Real Madrid : Vinicius Junior revient déjà à l'entraînement    Tunisie: Rached Ghannouchi chez Béji Caïed Essebsi    La STA reçoit le prix Chery Outstanding After Sales Service    Ligue 1: Programme TV de la 20è journée    Et de 8 pour California Gym Soukra    Film Avengers Engame dès le 25 avril 2019 au Cinéma en Tunisie (Trailer et Synopsis)    A Tataouine, L'URT condamne les agressions contre les médecins    Tunisie- Sit-in ouvert dans quelques établissements universitaires à Gabes    TOPNET et Be Wireless Solutions signent un accord de partenariat pour le développement de solutions IoT    UIB : Des résultats en forte progression au cours du premier trimestre 2019    Tunisie – Alerte Météo : Vents forts à très forts, sur les régions côtières et le sud, de vendredi à dimanche    Tunisie : Taux d'inscription en ligne des élèves de 1ère année primaire a atteint 90%    Tunisie [Photos]: Noureddine Taboubi rencontre Olivier Poivre d'Arvor    Mehdi Jomâa dévoilera le programme économique et de développement de son parti Al Badil Ettounsi ce dimanche à Sousse    Daech aurait décapité un Tunisien à Jebal Orbata    Salon International du Livre de Sousse, 6ème édition du 19 au 28 Avril 2019    Youssef Chahed a supervisé à la Soukra la commémoration du 63ème anniversaire de la Fête des Forces de sécurité intérieure    Les joueurs du Club Africain réclament leurs dus    Tunisie- Des programmes tuniso-américains promouvant l'artisanat en Tunisie et à l'étranger    Le roi Mohammed VI consacre une subvention financière pour la restauration de la mosquée Al Aqsa    ITALCAR inaugure sa deuxième agence à Djerba    « Hors Lits Tunisie » se déroulera en 2019 à Mahdia, Sfax, Sidi Bouzid, Siliana et Tunis    Tunisie: 250.000 nouveaux inscrits sur les listes électorales en 9 jours, selon l'ISIE    BCE félicite l'Etoile Sportive du Sahel pour son sacre arabe concrétisé face à Al Hilal saoudien    L'Etoile Sportive du Sahel s'assoit sur le trône du Football arabe aux Emirats arabes unies    Ligue 1 : Programme de la 20ème journée    L'ESS sacrée championne de la Coupe arabe    Tunisie- La ville de Siliana rend hommage au sculpteur des femmes, Azzedine Alaïa    Coupe du Monde de football 2022 au Qatar : les inquiétudes européennes !    Libye: 205 morts et 913 blessés nouveau bilan des combats à Tripoli    Les entreprises des réseaux sociaux sanctionnées par l'Union Européenne    Les blessés Libyens pourront se faire soigner en Tunisie, selon le consulat libyen    Omar el-Béchir : Du palais présidentiel…à la prison Kober à Khartoum, mais pas devant la Cour pénale internationale    L'opération sécuritaire menée minutieusement au Kef confirme l'inexistence de terroristes dans la région ratissée    En photo : Le message de Maya Ksouri à Anissa Daoud…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les transes d'un Maloya rajeuni
MUSIQUE
Publié dans La Presse de Tunisie le 10 - 07 - 2013

Une génération d'artistes réunionnais a grandi avec du maloya plein les oreilles. Une musique qui change de couleurs, selon les générations : politique, électrique et... éclectique ?
A la Réunion, l'île du métissage par excellence, la créativité s'épanouit librement. Electro, hip-hop, ragga, maloya traditionnel, tous les genres musicaux coexistent et se «pollinisent», pour donner naissance à une scène bâtarde et féconde. Dans la transe ou dans la danse, le maloya traditionnel connaît une nouvelle jeunesse avec Christine Salem ou Olivier Araste, le chanteur de Lindigo. Mais plus discrètement, une génération de trentenaires s'appuie sur le maloya pour aller voir ailleurs: vers la chanson, le jazz ou les musiques traditionnelles d'Afrique, d'Inde ou du Moyen-Orient.
Parapente
A priori, pas grand-chose à voir entre la musique de Maya Kamaty, le trio Lo Griyo et le groupe Grèn Semé. Ils sont Réunionnais, jouent du maloya chanson, un jazz électrodub ou une musique sans étiquette. Les uns chantent en français, en créole, les autres prônent une musique instrumentale mondialisée, où la flûte pygmée côtoie le drum'n'bass. Pourtant, on entend de loin en loin, des références communes au maloya : sa rythmique ternaire ou les instruments traditionnels comme le kayamb, percussion en tige de canne, le triangle, le roulé, pulsation vitale du maloya.
Trentenaires, ils appartiennent à la génération Mitterrand, ce qui sur l'île de la Réunion a un sens bien particulier. En 1981, avec l'arrivée de la Gauche au pouvoir en France, le maloya sort de la clandestinité. Symbole d'une identité métisse, le genre explose. Il est porté en étendard et inonde les ondes des radios privées. Au fil des années 1980, Gilbert Pounia, leader de Ziskakan (et père de Maya Kamaty), lui fait prendre un tour folk rock, avec une guitare, basse et batterie. Trente ans plus tard, émerge une génération de musiciens, qui a grandi bercée par le maloya et qui l'emmène vagabonder joyeusement vers la chanson, le jazz ou l'électro. «La politique est le pire ennemi de la musique», explique Sami Pageaux-Waro, du trio Lo Griyo. Et d'ajouter : «Maintenant, on fait du maloya pour la musique. Du coup, il n'a jamais autant évolué que ces dernières années». Pour Carlo de Sacco, le chanteur de Grèn Sémé, «si une culture n'évolue pas, elle se folklorise. Nous sommes une génération mondialisée. Il y a foisonnement autour du maloya, parce que la Réunion est en train de s'apercevoir de sa profondeur». Récompensé par plusieurs prix de langue créole, sélectionné aux Francofolies de la Rochelle en 2011, puis au Printemps de Bourges en 2012, Carlo de Sacco insiste: «Je ne suis la relève de rien, car rien n'est tombé. Les vieux nous ont donné le maloya. C'est comme si c'était un parapente : il ne faut pas le laisser dans le garage, il faut qu'il vole». Dans le délicat premier album de Grèn Sémé, on entend le kayamb, le roulèr, mais aussi des qarqabu gnaoua, de l'électro, du jazz, une poésie et une diction qui rappellent celle de Danyel Waro.
Carri
Assise en tailleur sur la plage de Saint-Pierre, Maya Kamaty explique simplement : «Tout a commencé avec Davy Sicard et son maloya kabossé. Il a chanté en français, ce qui était rare dans le maloya. Et puis, quand même, il faut rendre hommage à Ziskakan qui a été le premier groupe à sortir le maloya du registre traditionnel !»
Fille du chanteur Gilbert Pounia, elle s'apprête à sortir début 2014 un premier album de maloya chanson et revendique des influences au large spectre, de Billie Holiday à Camille. «Dans le groupe, nous sommes quatre Créoles réunionnais. Nous écoutons du jazz, du dub step, du pop, du folk, etc. On mélange tout ça avec nos influences et on fait un bon carri», s'amuse-t-elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.