Maison de l'image: Concours de production d'un film documentaire    Concentrix célèbre ses 15 années en Tunisie !    La Sélection tunisienne de pétanque remporte le Championnat d'Afrique et se qualifie pour le Championnat du monde 2020 en Suisse    Un employé de banque s'évapore avec 420.000 dinars détournés des comptes de deux clients    Tunisie – Bac 2019: Examen de Physique pour les sections Sciences Exper., Maths, Techniques et Sport    Offciel: Maurizio Sarri nouvel entraîneur de la Juventus    Après le chaos qui a suivi les frappes aériennes de l'OTAN et le meurtre de Kadhafi, OBAMA a reconnu qu'il s'agissait de la « pire erreur de sa vie »    CAN 2019 : Les matchs de l'équipe nationale diffusés sur Al Wataniya !    Tunisie- Le park Friguia répond à la polémique du trafic des quatre tigres blancs    Protestation et blocage de la route suite à la fermeture d'une usine de briques à Kasserine    Tunisie – été 2019 : Liste des plages interdites à la baignade (21 plages polluées dans 6 gouvernorats)    REGARDE-MOI de Nejib Belkadhi remporte 4 prix au festival du cinéma tunisien    Une idée sur les salaires des Présidents, Chefs de gouvernement, et Chanceliers…    CAN-2019 – Mali : la liste des 23 enfin dévoilée    Handball : Kamel Akkeb nouvel entraîneur de l'ESS    Températures en légère baisse, aujourd'hui    Tunisie- Un incendie se déclare dans un hammam pour femmes à Kairouan    CAN 2019: les Aigles de Carthage terminent leurs préparatifs ce soir    Tunisie: Démission d'un membre du Bureau des relations extérieures d'Ennahdha    Nous sommes aujourd'hui sur le Titanic selon Nabil Karoui    Le Nidaa historique, déjà peine perdue    Tunisie – VIDEO : Abir Moussi présente à Nice le programme du PDL pour les tunisiens à l'étranger    Tunisie – AUDIO : Ben Ahmed dément sa proposition pour la présidence du gouvernement    En vidéos : Douja Gharbi et Samar Louati lancent RedStart et Briding Angels    Nouvelle Zélande : Levée de l'alerte au Tsunami après un séisme de magnitude 7.4    Cristiano Ronaldo embarrassé par l'affaire du viol intentée contre lui par Kathryn Mayorga : Il est assigné à comparaître aux Etats-Unis    Tunisie: Officiel, Nabil Ajroud nouveau directeur du cabinet du président de la République    MOOD TALENT devient partenaire de LA SAISON BLEUE    Retour sur les décisions prises en faveur du secteur sportif à l'occasion de la Journée nationale du sport    Après l'incarcération des 2 Premiers ministres algériens Ouyahia et Sellal, les anciens hauts responsables ont la peur au ventre    Six orphelins de djihadistes de l'EI rapatriés en Belgique    Devant la mascarade survenue à l'ARP : Nabil Karoui est plus que jamais attaché à son droit constitutionnel de se présenter aux élections    Tunisie: Le ministère de l'Intérieur annonce un nouveau plan contre la migration clandestine    Le marketing d'influence, quand Instagram rapporte des sous !    Pétroliers attaqués : Washington accuse Téhéran, qui dément    Smartfuture, partenaire de Microsoft et représentant officiel de Certiport en Tunisie, organise le Championnat Microsoft Office Specialist Tunisie 2019    Dabchy, la seule startup Tunisienne qui participe au programme d'accélération Womentum 2019    Rencontre-débat : Violations des droits de l'Homme le long des frontières extérieures de l'UE au Sahel    Festival International De Poésie de Sidi Bou Saïd 2019 du 14 au 16 juin    En vidéo: Attijari Bank et la compagnie maritime GNV signent une convention de partenariat en faveur des Tunisiens Résidant à l'Etranger    Attaques de deux pétroliers en mer d'Oman-Washington accusée de “sabotage diplomatique”    « Boulevard Paris 13 », ou le premier Louvre du Street Art conçu par le franco-tunisien Mehdi Ben Cheikh    BardoFest du 19 au 30 juin 2019 avec du théâtre, du cinéma et du jazz (Programme)    TTS accueille le premier vol charter touristique via Iraqi Airways de retour en Tunisie depuis 28 ans    Tunisair Express et Tunisie Telecom, une confiance renouvelée    Organisé par Le Pont Genève, huit maires tunisiens en voyage d'échange en Suisse    L'association Jeunesse et Horizons, en partenariat avec la Fondation Orange, organise la 5ème édition du TABARKA SKY LANTERN FESTIVAL    Le producteur de musique Jamel Saibi victime d'un sérieux accident    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les transes d'un Maloya rajeuni
MUSIQUE
Publié dans La Presse de Tunisie le 10 - 07 - 2013

Une génération d'artistes réunionnais a grandi avec du maloya plein les oreilles. Une musique qui change de couleurs, selon les générations : politique, électrique et... éclectique ?
A la Réunion, l'île du métissage par excellence, la créativité s'épanouit librement. Electro, hip-hop, ragga, maloya traditionnel, tous les genres musicaux coexistent et se «pollinisent», pour donner naissance à une scène bâtarde et féconde. Dans la transe ou dans la danse, le maloya traditionnel connaît une nouvelle jeunesse avec Christine Salem ou Olivier Araste, le chanteur de Lindigo. Mais plus discrètement, une génération de trentenaires s'appuie sur le maloya pour aller voir ailleurs: vers la chanson, le jazz ou les musiques traditionnelles d'Afrique, d'Inde ou du Moyen-Orient.
Parapente
A priori, pas grand-chose à voir entre la musique de Maya Kamaty, le trio Lo Griyo et le groupe Grèn Semé. Ils sont Réunionnais, jouent du maloya chanson, un jazz électrodub ou une musique sans étiquette. Les uns chantent en français, en créole, les autres prônent une musique instrumentale mondialisée, où la flûte pygmée côtoie le drum'n'bass. Pourtant, on entend de loin en loin, des références communes au maloya : sa rythmique ternaire ou les instruments traditionnels comme le kayamb, percussion en tige de canne, le triangle, le roulé, pulsation vitale du maloya.
Trentenaires, ils appartiennent à la génération Mitterrand, ce qui sur l'île de la Réunion a un sens bien particulier. En 1981, avec l'arrivée de la Gauche au pouvoir en France, le maloya sort de la clandestinité. Symbole d'une identité métisse, le genre explose. Il est porté en étendard et inonde les ondes des radios privées. Au fil des années 1980, Gilbert Pounia, leader de Ziskakan (et père de Maya Kamaty), lui fait prendre un tour folk rock, avec une guitare, basse et batterie. Trente ans plus tard, émerge une génération de musiciens, qui a grandi bercée par le maloya et qui l'emmène vagabonder joyeusement vers la chanson, le jazz ou l'électro. «La politique est le pire ennemi de la musique», explique Sami Pageaux-Waro, du trio Lo Griyo. Et d'ajouter : «Maintenant, on fait du maloya pour la musique. Du coup, il n'a jamais autant évolué que ces dernières années». Pour Carlo de Sacco, le chanteur de Grèn Sémé, «si une culture n'évolue pas, elle se folklorise. Nous sommes une génération mondialisée. Il y a foisonnement autour du maloya, parce que la Réunion est en train de s'apercevoir de sa profondeur». Récompensé par plusieurs prix de langue créole, sélectionné aux Francofolies de la Rochelle en 2011, puis au Printemps de Bourges en 2012, Carlo de Sacco insiste: «Je ne suis la relève de rien, car rien n'est tombé. Les vieux nous ont donné le maloya. C'est comme si c'était un parapente : il ne faut pas le laisser dans le garage, il faut qu'il vole». Dans le délicat premier album de Grèn Sémé, on entend le kayamb, le roulèr, mais aussi des qarqabu gnaoua, de l'électro, du jazz, une poésie et une diction qui rappellent celle de Danyel Waro.
Carri
Assise en tailleur sur la plage de Saint-Pierre, Maya Kamaty explique simplement : «Tout a commencé avec Davy Sicard et son maloya kabossé. Il a chanté en français, ce qui était rare dans le maloya. Et puis, quand même, il faut rendre hommage à Ziskakan qui a été le premier groupe à sortir le maloya du registre traditionnel !»
Fille du chanteur Gilbert Pounia, elle s'apprête à sortir début 2014 un premier album de maloya chanson et revendique des influences au large spectre, de Billie Holiday à Camille. «Dans le groupe, nous sommes quatre Créoles réunionnais. Nous écoutons du jazz, du dub step, du pop, du folk, etc. On mélange tout ça avec nos influences et on fait un bon carri», s'amuse-t-elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.