Béji Caid Essbsi : Pour moi la Corée du Sud est un exemple    Le Président de la République se concerte avec le Secrétaire général de l'UGTT    51% des parisiens refuseraient de se mettre en couple avec un originaire d'un pays du Maghreb    Ligue 1 : US Ben Guerdane met fin au prêt du duo Clubiste    Tunisie: 158 millions de dinars manquent pour le versement des pensions de retraite du moi s de décembre    Le projet de loi organique sur la protection des données personnelles doit être revu, selon une experte européenne    Tunisie – VIDEO : Les enseignants laissent libre cours à leur colère sur l'avenue Bourguiba    Philips Lighting change de nom et devient Signify    Tunisie: coupure surprise de l'électricité sur le quartier des Jardins de Carthage    Les conditions exigées    On attend des réponses    Le quai d'Orsay remet les pendules à l'heure    Quels mécanismes de prévention ?    Le Barça a choisi de recruter Jeison Murillo, défenseur de Valence    Renforcement de la coopération bilatérale    Lancement d'une campagne de recouvrement des impayés    Tunisie: Arrestation de l'auteur d'un hold-up dans une banque de la Goulette    «Hors-lits» fait des petits !    «Le pardon»    Saisie de marchandises de contrebande d'une valeur de 73 mille dinars    Tunisie : Succès médical en matière de remplacement de valve aortique au CHU Habib Bourguiba Sfax (photos)    Sciences Po Tunis: Formation et certification d'Euro-lobbyistes au Parlement Européen et dans les institutions européennes    Jour de colère des AVOCATS ce mercredi 19 Décembre avec port du Brassard rouge    Tunisie: La baisse du taux de change du dinar ne favorise pas la compétitivité, selon Salem Labiadh    Club Africain : Les joueurs convoqués pour défier Al Hilal à Omdourman    Les meilleurs jeux mobiles de l'année 2018 sur Android    CM des Clubs: Le Real affronte Kashima pour une place en finale    Un jeune prodige tunisien lauréat d'un concours de programmation numérique aux Etats-Unis    L'approche juridique est insuffisante pour lutter contre la discrimination raciale envers les migrants, selon le FTDES    Les plantes: les antibiotiques de demain    Qui est Mohamed BOUGRIBA, nouveau Directeur Général de Vivo Energy Tunisie ?    Europe: Le programme de mercredi    Belgique: Démission du Premier ministre Charles Michel    Météo: Prévisions pour mercredi 19 décembre 2018    L'Espérance Sportive de Tunis bat le club méxicain Chivas Guadaljara aux tirs au but et s'empare de la 5ème place en Coupe du Monde des clubs champions    L'Espérance Sportive de Tunis jouera ce soir pour la 5ème place de la Coupe du Monde des Clubs champions    Le poète Badreddine Ben Henda, invité du Club Idhafet    Une libre expression picturale    Les méditations de Makhatch Magomedov    Hors-lits Tunisie 2019 se prépare! Jeunes des régions, postulez pour participer à la 9e édition    Présentation de la version arabe du livre du Pr. Iyadh Ben Achour « Tunisie : Révolution en pays d'Islam »    Coupe du Monde des Clubs 2018 : où regarder le Match Espérance Sportive de Tunis vs CD Guadalajara?    Tunisie: Assassinat de Khaled Ghozlani, les principaux meurtriers identifiés, selon le ministre de l'Intérieur    «Au cinéma, la nature autobiographique est complexifiée»    Selon l'OCDE, Israel serait le 4ème pays de destination des émigrés tunisiens    Projection en avant-première du film documentaire « Deportato » à El Teatro    En vidéos : Une jeune fille tente de se suicider, un selfie lui sauve la vie    Tunisie: Promesse d'assurer une source de revenu permanente à la famille Ghozlani    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un 9 avril à Deïr Yassine
Il y a soixante-six ans en palestine
Publié dans La Presse de Tunisie le 09 - 04 - 2014


Par Docteur Ali MENJOUR
Le 9 Avril de chaque année, le peuple tunisien commémore la manifestation de 1938 qui a été sauvagement réprimée par les forces coloniales françaises.
Dix ans après, jour pour jour, un autre peuple arabe a, lui aussi, été martyrisé. Il s'agit du peuple palestinien, et du massacre des villageois de Deïr Yassine perpétré par les sionistes au vu et au su de l'Angleterre, force mandatrice sur la Palestine à l'époque.
Il est certain que, de tous les crimes sionistes commis à l'encontre du peuple palestinien, celui de Deïr Yassine reste le plus connu.
La commémoration du soixante-sixième anniversaire de cette tuerie est une occasion pour évoquer l'objectif visé par ses auteurs qui n'est autre que la mainmise totale sur la ville sainte d'Al-Qods (Jérusalem).
Pour cela, commençons d'abord par prendre connaissance des événements historiques.
Le crime
Il existait autour d'Al Qods (Jérusalem) une multitude de petits villages éparpillés dans des champs d'oliviers, entrecoupés par endroits de jolis vergers. Se trouvant à l'ouest de la Ville sainte, le village de Deïr Yassine faisait partie de ce cadre pittoresque. Du moment qu'il n'était pas situé sur un axe routier stratégique et que, d'après les propres aveux des sionistes, il ne représentait pour eux aucune menace, rien donc ne laissait prévoir qu'il allait être le théâtre d'une des tueries les plus lâches de l'histoire de l'humanité. Ecoutons à ce propos le témoignage de David Shaltiel, commandant de la Haganah (Branche armée de la gauche sioniste, future Tsahal). Ignorant tout du plan secret « Daleth » conçu et élaboré par son leader politique David Ben Gourion, Shaltiel n'a pas pu cacher son étonnement sur le choix de ce paisible village. En effet, lorsqu'il a été informé par les commandants de L'Irgoun et du Lehi (Branches armées de la droite révisionniste) quelques heures seulement avant la tuerie, il leur a répondu « Qu'est ce qu'il y a à Deïr Yassine ? En fait, il y a un pacte de non-belligérance entre Givat Shaul (le village juif d'à-côté) et le Moukhtar de Deïr Yassine. Et il ne constitue pas non plus un obstacle du point de vue de la sécurité ».
Dans la stratégie diabolique de Ben Gourion, ce genre de village paisible doit justement constituer la meilleure cible afin que la population palestinienne soit continuellement hantée par la peur et la terreur. C'était le meilleur moyen, d'après le leader sioniste Ben Gourion, de forcer ces populations vers l'exode.
Du moment que leur choix est fait, les bourreaux sont passés à l'action.
Dans la matinée du 9 avril, 120 miliciens de l'Irgoun et du Lehi donnent l'assaut à Deïr Yassine. Spécialistes du terrorisme anti-Arabe, Alain Gresh et Dominique Vidal écrivent : «Les miliciens de Menahem Begin et D' Itzhak Shamir se livrent à une véritable boucherie : après avoir massacré les familles une à une , ils ratissent le village et abattent les survivants ».
Les récits du massacre décrits par les témoins de l'époque sont nombreux. Soucieux de préserver l'objectivité dans la description de cet événement, nous avons préféré faire parvenir aux lecteurs les aveux de deux militaires sionistes et du représentant de la Croix-Rouge internationale en poste à l'époque en Palestine.
Dans une interview accordée au quotidien Israélien Yediot Aharonot en date du 4 avril 1972 , Meir Pail, Professeur d'histoire militaire à l'université de Tel-Aviv, et qui a été au moment du massacre présent en sa qualité d'officier de liaison de la Hagana, a ainsi décrit la fin de la tuerie : «Vers midi, la bataille était terminée et les coups de feu avaient cessé. Les hommes de L'Irgoun et du Lehi sortirent de leurs cachettes et commencèrent à « nettoyer » les maisons. Ils tiraient sur tout ce qu'ils voyaient. Y compris les femmes et les enfants. Les commandants n'essayèrent pas d'arrêter le massacre. J'implorais le commandant d'ordonner à ses hommes de cesser le feu. Mais en vain. Au même moment, 25 Arabes avaient été chargés dans un camion, on les emmena à la carrière entre Deïr Yassine et Givat Shaul et ils furent assassinés de sang -froid ».
Après ce témoignage, écoutons celui de Zvi Ankori, l'officier de la Haganah chargé d'occuper le village après le massacre : « Je suis entré dans soixante-sept maisons, j'ai vu des parties génitales coupées et des ventres de femmes broyés. A voir les traces des balles sur les corps, il s'agissait purement et simplement de meurtres ».
De toutes les scènes du drame, celle décrite par Jacques De Reynier, représentant à l'époque de la Croix-Rouge internationale en Palestine dans son livre. «A Jérusalem un drapeau flottait sur la ligne de feu» est de loin la plus significative du degré de barbarie atteint par les sionistes. Qu'un hommage soit rendu à cette courageuse personnalité pour tous ses efforts afin de préserver le sang de tant d'innocentes victimes. A propos de Deïr Yassine voilà ce qu'il a notamment écrit : «J'arrive avec mon convoi au village, la troupe est en tenue de campagne. Tous des jeunes gens et même des adolescents , hommes et femmes , armés jusqu'aux dents : pistolets , mitraillettes, grenades, mais aussi de grands coutelas qu'ils tiennent à la main, la plupart encore ensanglantés. Une jeune fille belle, mais aux yeux de criminelle, me montre le sien, encore dégoulinant, qu'elle promène comme un trophée : c'est l'équipe de nettoyage qui accomplit très consciencieusement son travail. Je cherche partout, déplace chaque cadavre et finis par trouver un petit pied encore chaud. C'est une fillette de dix ans, bien abîmée par une grenade, mais encore vivante. Comme je veux l'emporter, l'officier me l'interdit, je le bouscule et passe avec mon précieux fardeau, j'entre alors dans une des plus belle colères de mon existence, disant à ces criminels tout ce que je pense de leur façons d'agir»... et de continuer : «Le nettoyage de Deïr Yassine se fit à la mitraillette, puis à la grenade et enfin au couteau ».
Le lendemain, David Ben Gourion, président de l'agence juive (sorte de gouvernement regroupant toutes les factions des tendances sionistes avant la création d'Israël le 14 mai 1948 ) a adressé un message d'excuse au roi Abdallah de Transjordanie.
Selon l'historiographie officielle Israélienne, le massacre de Deïr Yassine n'était qu'une «bavure» dont la responsabilité reviendrait aux troupes révisionnistes.
La vérité est bien différente : avant même que le plan général qui visait à dégager l'axe Tel-Aviv-Jérusalem de toute présence palestinienne ne soit dévoilé au public, le communiqué de L'Irgoun en réponse aux accusations de la gauche sioniste est clair à ce propos. On y lit : « Le commandement de la Haganah a menti sciemment quand il a affirmé, après l'attaque de Deïr Yassine, qu'elle était contraire au « plan général ». La vérité toute nue, c'est que la conquête de Deïr Yassine faisait partie de son propre plan ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.