Coronavirus | L'UE va aider les pays de la rive sud de la méditerranée à acquérir le vaccin    Mechichi poursuit ses discussions avec les députés sur le PLF 2021    Coronavirus : 51 nouveaux décès et 1.168 nouvelles contaminations, Bilan du 25 novembre    L'ancien ambassadeur d'Allemagne à Tunis, Dr Andreas Reinicke, nommé conseiller pour la coopération digitale pour l'Afrique du Nord    Les représentants des structures judiciaires réclament la création d'un Fonds d'appui à la justice    BCT : 45% des transactions financières en Tunisie sont effectuées par chèques    Bourse de Tunis : Le Tunindex termine la séance de jeudi sur une note morose    Inauguration d'un nouveau centre de formation inter-entreprises dans le secteur du textile à Bizerte    Des manifestants menacent de fermer la vanne du Gazoduc de Sbikha    L'Iran et la Russie coopèrent sur un vaccin anti-Covid    Tunisie, Egypte et Liban grands bénéficiaires    Le président du Zamalek, Mortada Mansour «persona non grata» pour la finale !.    Repli tactique ou tentative pour sortir de la crise qu'il a pilotée ?    Damas dénonce encore une fois des frappes israéliennes    Retour, plein d'espoir, des Azerbaïdjanais    Des femmes militantes réduites au silence par les armes    Chiraz Latiri, ancienne ministre des affaires culturelles défend son bilan    Olga Malakhova et les archétypes    Les arts visuels dans tous leurs états    Le documentaire tunisien "Le disqualifié" de Hamza Ouni remporte la mention spéciale du jury du BIAFF Doc    La Tunisie, 2ème pays où les chercheurs ont amélioré le mieux la sécurité de Facebook    Le court métrage tunisien "Nour", de Rim Nakhli en lice au festival international du film du Caire    Violence faite aux femmes : Le ministère de la Femme signe un accord de partenariat avec l'Association femme et citoyenneté au Kef    Webinar sur les principales leçons tirées de Tfanen-Tunisie Créative le 3 décembre    Projet européen "REUSEMED" pour la création des réseaux de réutilisation des déchets    ARP : adoption du rapport relatif aux projet de loi de finances de 2021 et budget de l'Etat de 2021    Etoile du Sahel : un entraîneur brésilien sur le radar    En photos : En colère, les journalistes protestent à la Kasbah    DECES : Mahmoud TAAMALLAH    Echange de graves accusations entre deux hauts magistrats : Faut-il craindre pour l'indépendance de la justice ?    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 26 Novembre 2020 à 11H00    Calme plat et absence de production au bassin minier    Tunisie [Vidéo]: En direct, rassemblement des journalistes à Sfax    Coronavirus: De nouveaux décès à Sfax    NEWS | Shonga propose ses services à l'EST    Diego Maradona s'est éteint hier : Une légende s'en va !    Ligue des Champions : le Bayern et City qualifiés aux huitièmes de finale    La grève des magistrats prolongée de trois jours    Les derniers mots de Maradona dévoilés par une chaîne de télévision    [TRIBUNE] Deux siècles après, Haïti redevient le plus peuplé de la Caraïbe    Habib Ammar : la priorité est de protéger le secteur touristique de l'effondrement    Sénégal : la Banque africaine de développement renforce les capacités nationales pour accroître la performance de son portefeuille    La Chambre africaine de l'énergie propose un guide de réformes pour le secteur pétrolier et gazier de la Guinée équatoriale    Météo : Temps ensoleillé    Plus de la moitié des Tunisiens ayant obtenu la nationalité italienne ont rejoint la France    Des cercles de réflexion auront lieu à Dar Sebastien à partir du 27 novembre 2020    Times: L'ère de Poutine touche à sa fin    Audition du Ministre des affaires Culturelles: Le budget se réduit comme une peau de chagrin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un film et une leçon à partager
Cinéma — Mandela, un long chemin vers la liberté
Publié dans La Presse de Tunisie le 25 - 04 - 2014

Le combat de Nelson Mandela pour son pays est une source d'inspiration pour un pays en transition comme le nôtre.
L'ambassade d'Afrique du Sud a organisé, mardi dernier, une projection de presse pour le biopic du leader Nelson Mandela (1918-2013). Intitulé Mandela : un long chemin vers la liberté, ce film de 2h19 est réalisé par Justin Chadwick. Son producteur, le Sud-africain Anant Singh, a obtenu ses droits peu après la publication de l'autobiographie de Mandela en 1995. Le leader avait refusé des offres venant d'Hollywood et avait préféré confier son histoire à quelqu'un du pays. Sorti le 18 décembre 2013, le film n'est pas encore distribué en Tunisie. L'ambassade d'Afrique du Sud en Tunisie désire rendre cela possible. Elle organise dans ce sens une deuxième projection du film, le 29 du mois, dans un hôtel de la place.
Cet événement coïncidera avec la fête sud-africaine de la liberté (27 avril). Seront invités cinéastes, producteurs, société civile et même politiciens et membres de l'Assemblée constituante. «En Tunisie, vous avez une histoire riche et les monuments sont là pour en témoigner. Nous, nous avons l'histoire d'un combat à partager avec vous et avec le monde». Cette phrase, prononcée par Nelson Mandela à Bourguiba lors de sa visite en Tunisie en 1962, est d'actualité dans le contexte de transition démocratique par lequel passe la Tunisie. C'est aussi ce que pense le chargé d'affaires de la République d'Afrique du Sud, Shoayb Casoo, en visite dans notre pays.
La projection de Mandela: un long chemin vers la liberté a été une occasion pour discuter des exemples de transition en Tunisie et en Afrique du Sud. «Tout comme chez nous, les libertés en Tunisie sont désormais constitutionnalisées et garanties par les lois. Notre intérêt se dirige ces dernières décennies vers le progrès économique et social», a expliqué M. Casoo. Et d'ajouter : «Nous pouvons dans ce sens vous expliquer comment nous procédons pour organiser l'Etat et les institutions publiques ».
Son pays a créé des institutions comme le Protecteur public, qui contrôle en toute autonomie la bonne gestion des ressources de l'Etat, ou un parlement élu qui est au-dessus du président et du Premier ministre. «C'est un long processus et il faut être enthousiaste, positif, et travailler pour construire le pays», déclare-t-il.
Une bataille juste se nourrit de patience et de persévérance. Mandela : un long chemin vers la liberté en témoigne par son titre comme par son histoire. Ne pas virer vers la haine, voilà un autre enseignement important. Grâce à cela, Mandela est arrivé à traiter d'égal à égal avec ses ennemis politiques, en plein apartheid et dans un pays au bord de la guerre civile. C'était en 1990, peu avant sa libération. Il avait adressé un message à ses frères de sang, leur demandant d'opter pour le pardon, comme il l'a fait lui-même. Son élection en 1993 a permis de s'engager définitivement dans ce choix de paix avec un gouvernement de toutes les couleurs. Pour arriver à cette fin, le film montre Mandela depuis son enfance, et les principes avec lesquels il a été élevé dans sa tribu. Devenu ensuite le premier avocat noir en Afrique du Sud, sa bataille au sein du Congrès national africain (ANC) est passé du pacifisme à la lutte armée, puis à la clandestinité. Après quoi, il est emprisonné à vie avec ses camarades de combat. La suite du récit a marqué l'histoire de l'humanité...
En plus de la bataille politique, Mandela : un long chemin vers la liberté montre l'homme et l'être humain qu'était Mandela, sa vie privée, sa souffrance solitaire, son amour pour Winnie sa femme. Les années de prison et les divergences de points de vue politiques finiront par séparer le couple. Après l'emprisonnement de Mandela, Winnie a continué son combat avec bravoure, mais le leader n'a pu la suivre dans son choix en faveur de la lutte armée. Le film rend quand même justice à cette femme exceptionnelle en montrant toutes les injustices dont elle a souffert, d'où sa volonté de poursuivre la lutte armée.
Le film fait un survol exhaustif de l'histoire de Mandela, telle qu'il la raconte lui-même dans son autobiographie. Pour mettre en valeur ce combat unique, le réalisateur Justin Chadwick a choisi de laisser parler l'image, en la chargeant de force et de sens. La parole intervient pour compléter une atmosphère ou pour marquer une tournure dans les événements.
70 années sont racontées en deux heures et demie de temps. Des choix ont dû être faits. Ce que ne montre pas le film, selon M. Casoo, c'est par exemple la campagne de soutien internationale pour la libération de Mandela, le fait que des tierces parties ont voulu mettre des bâtons dans les roues de la transition et que Mandela a été considéré par beaucoup de Sud-africains noirs comme quelqu'un qui a trahi la cause. Mandela : un long chemin vers la liberté est à inscrire dans son contexte de biopic, qui assure le devoir de mémoire envers son personnage et qui garde une juste distance avec les événements qu'il narre. Un film à voir et une histoire à connaître et à partager.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.