FITA 2021 : Neuf ministres africains seront présents aux côtés des plus grands bailleurs de fonds    Le programme des demi-finales de la Coupe de Tunisie    Ons Jabeur disputera deux finales aujourd'hui    Tunisie – La Météo du dimanche    Médenine: Un candidat au bac testé positif et la situation épidémique est stable selon le directeur régional de la santé préventive    Tunisie – L'image du jour    Ghar El Melh : Arrestation de deux personnes exploitant des parkings anarchiques    Tunisie – Kairouan : Couvre feu à partir de 17 heures    Changement de la loi animale en Tunisie: Ça commence à décoller à l'ARP...    NEWS: Houcine Rabii positif au coronavirus    Ligue des champions – Demi finale aller – EST-Al Ahly (0-1): Le métier d'Al Ahly...    Canicule: Adopter les gestes de prévention pour éviter les complications    Exposition de groupe «Itération» à la Galerie Aïn Répéter pour mieux dire    Participation du centre international de Tunisie pour l'économie culturelle numérique à la foire du livre du 17 juin au 27 juin à la cité de la culture: Des livres audios et six essais par des voix féminines au programme    SALON POLLUTEC La Tunisie en tant qu'invitée d'honneur    Réseau méditerranéen d'investissement ANIMA: La Tunisie, premier pays bénéficiaire    Protection contre la violence et la discrimination fondées sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre: Observations préliminaires sur la situation en Tunisie    65e Anniversaire de la création de l'Armée: Hommage à l'Armée nationale et gloire au soldat tunisien    Affaire Nabil Karoui — l'association tunisienne des experts judiciaires affirme : «Aucune mise en accusation n'a été formulée à l'encontre des experts»    Entretien avec Ridha Dhib (artiste visuel et marcheur): Le devenir territoire    Ammar Mahjoubi: L'histoire à Rome de César à Auguste    Ons Jabeur affronte Daria Kasatskina pour la finale du tournoi de Birmingham    Bizerte : Approbation de 8 projets d'un coût total de 10 millions de dinars    Un hôpital de campagne militaire à Kairouan sur ordre de la présidence de la République    Rafik Abdessalem : Le référendum donnera une couverture à une nouvelle dictature aliénée    Trabelsi appelle à des réformes dans l'espace de travail basées sur une approche participative    La vulnérabilité de 53% des terres en Tunisie est très élevée face au phénomène de la désertification (ministère)    Démarrage du festival Gabès Cinéma Fen : Découvrez le programme du 19 au 26 juin 2021    Ouverture d'une exposition de femmes rurales au Palais Ennejma Ezzahra    Tunisie : La production nationale de gaz naturel augmente de 62%    Programme TV du samedi 19 juin    Handball | Play-off (11e journée) : CA-EST décisif pour le titre    Un conseil ministériel régional dédié à Sfax prévu le 15 juillet    Pollutec 2021 : La Tunisie invitée d'honneur à Lyon    BH Bank: Med Salah Chebbi El Ahssen Président et Hichem Rebai Directeur général    Tunisie – Etats-Unis : Visite virtuelle de Wendy Sherman à Tunis    Euro: les matches de ce samedi    Un fils de la médina d'envergure universelle: Ibn Khaldoun    Houcine Abassi : Qui est Kaïs Saïed pour mettre en doute notre patriotisme ?    Haniyeh au Maroc, bien que le pays ait normalisé ses relations avec Israël    Cannes 2021 : la tunisienne Kaouther Ben Hania membre du jury de la compétition Courts métrages    Monde- Daily brief du 17 juin 2021: Fin de l'obligation du port du masque en extérieur en France    "La Tunisie un allié important pour les Etats-Unis et pour le continent africain" (Andrew M. Rohling)    La migration "irrégulière" vers l'Europe ne doit en aucun cas être résolue dans le cadre d'une approche sécuritaire (Saied)    Ce qui s'est passé en Algérie est-il un signe de la fin de l'ère des islamistes du Monde ?    Monde- Daily brief du 16 juin 2021: Sommet Poutine-Biden à Genève    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un film et une leçon à partager
Cinéma — Mandela, un long chemin vers la liberté
Publié dans La Presse de Tunisie le 25 - 04 - 2014

Le combat de Nelson Mandela pour son pays est une source d'inspiration pour un pays en transition comme le nôtre.
L'ambassade d'Afrique du Sud a organisé, mardi dernier, une projection de presse pour le biopic du leader Nelson Mandela (1918-2013). Intitulé Mandela : un long chemin vers la liberté, ce film de 2h19 est réalisé par Justin Chadwick. Son producteur, le Sud-africain Anant Singh, a obtenu ses droits peu après la publication de l'autobiographie de Mandela en 1995. Le leader avait refusé des offres venant d'Hollywood et avait préféré confier son histoire à quelqu'un du pays. Sorti le 18 décembre 2013, le film n'est pas encore distribué en Tunisie. L'ambassade d'Afrique du Sud en Tunisie désire rendre cela possible. Elle organise dans ce sens une deuxième projection du film, le 29 du mois, dans un hôtel de la place.
Cet événement coïncidera avec la fête sud-africaine de la liberté (27 avril). Seront invités cinéastes, producteurs, société civile et même politiciens et membres de l'Assemblée constituante. «En Tunisie, vous avez une histoire riche et les monuments sont là pour en témoigner. Nous, nous avons l'histoire d'un combat à partager avec vous et avec le monde». Cette phrase, prononcée par Nelson Mandela à Bourguiba lors de sa visite en Tunisie en 1962, est d'actualité dans le contexte de transition démocratique par lequel passe la Tunisie. C'est aussi ce que pense le chargé d'affaires de la République d'Afrique du Sud, Shoayb Casoo, en visite dans notre pays.
La projection de Mandela: un long chemin vers la liberté a été une occasion pour discuter des exemples de transition en Tunisie et en Afrique du Sud. «Tout comme chez nous, les libertés en Tunisie sont désormais constitutionnalisées et garanties par les lois. Notre intérêt se dirige ces dernières décennies vers le progrès économique et social», a expliqué M. Casoo. Et d'ajouter : «Nous pouvons dans ce sens vous expliquer comment nous procédons pour organiser l'Etat et les institutions publiques ».
Son pays a créé des institutions comme le Protecteur public, qui contrôle en toute autonomie la bonne gestion des ressources de l'Etat, ou un parlement élu qui est au-dessus du président et du Premier ministre. «C'est un long processus et il faut être enthousiaste, positif, et travailler pour construire le pays», déclare-t-il.
Une bataille juste se nourrit de patience et de persévérance. Mandela : un long chemin vers la liberté en témoigne par son titre comme par son histoire. Ne pas virer vers la haine, voilà un autre enseignement important. Grâce à cela, Mandela est arrivé à traiter d'égal à égal avec ses ennemis politiques, en plein apartheid et dans un pays au bord de la guerre civile. C'était en 1990, peu avant sa libération. Il avait adressé un message à ses frères de sang, leur demandant d'opter pour le pardon, comme il l'a fait lui-même. Son élection en 1993 a permis de s'engager définitivement dans ce choix de paix avec un gouvernement de toutes les couleurs. Pour arriver à cette fin, le film montre Mandela depuis son enfance, et les principes avec lesquels il a été élevé dans sa tribu. Devenu ensuite le premier avocat noir en Afrique du Sud, sa bataille au sein du Congrès national africain (ANC) est passé du pacifisme à la lutte armée, puis à la clandestinité. Après quoi, il est emprisonné à vie avec ses camarades de combat. La suite du récit a marqué l'histoire de l'humanité...
En plus de la bataille politique, Mandela : un long chemin vers la liberté montre l'homme et l'être humain qu'était Mandela, sa vie privée, sa souffrance solitaire, son amour pour Winnie sa femme. Les années de prison et les divergences de points de vue politiques finiront par séparer le couple. Après l'emprisonnement de Mandela, Winnie a continué son combat avec bravoure, mais le leader n'a pu la suivre dans son choix en faveur de la lutte armée. Le film rend quand même justice à cette femme exceptionnelle en montrant toutes les injustices dont elle a souffert, d'où sa volonté de poursuivre la lutte armée.
Le film fait un survol exhaustif de l'histoire de Mandela, telle qu'il la raconte lui-même dans son autobiographie. Pour mettre en valeur ce combat unique, le réalisateur Justin Chadwick a choisi de laisser parler l'image, en la chargeant de force et de sens. La parole intervient pour compléter une atmosphère ou pour marquer une tournure dans les événements.
70 années sont racontées en deux heures et demie de temps. Des choix ont dû être faits. Ce que ne montre pas le film, selon M. Casoo, c'est par exemple la campagne de soutien internationale pour la libération de Mandela, le fait que des tierces parties ont voulu mettre des bâtons dans les roues de la transition et que Mandela a été considéré par beaucoup de Sud-africains noirs comme quelqu'un qui a trahi la cause. Mandela : un long chemin vers la liberté est à inscrire dans son contexte de biopic, qui assure le devoir de mémoire envers son personnage et qui garde une juste distance avec les événements qu'il narre. Un film à voir et une histoire à connaître et à partager.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.