ARP: Marathon de réunions sur la loi sur les chèques    Farouk Bouasker : Tous les candidats à la présidentielle sont égaux devant l'ISIE et de la loi électorale    Présidentielle 2024: Kaïs Saied retire le formulaire de parrainage    La mannequin d'origine palestinienne Bella Hadid retirée de la campagne de publicité de Adidas    Un drone qui a traversé trois pays et frappé Tel Aviv : Israël révèle les détails d'une attaque inédite    Sousse: Le ministre du Tourisme et de l'Artisanat inspecte les activités des unités hôtelières    La CIJ déclare que l'occupation des territoires palestiniens par Israël viole le droit international    Pourparlers de Genève sur le Soudan: l'ONU juge la première étape «encourageante»    Mourad Zeghidi exprime son soutien à tous les prisonniers du décret 54, depuis sa prison    «Appareil secret d'Ennahdha» : La Cour d'appel fixe l'audience au 1er août    Lancement d'un itinéraire touristique : Sur la route de l'harissa au Cap Bon    La situation financière de la BFPME demeure très critique, selon les commissaires aux comptes    Crise des docteurs chômeurs : Comment remédier à l'inadéquation entre les formations académiques et les besoins réels du marché du travail ?    Ce que révèle la 10e édition du baromètre EY : Les entreprises tunisiennes font preuve d'une résilience extraordinaire    Banque mondiale: L'économie marocaine a fait preuve de résilience et s'est redressée    Mercato : Yassine Ayari vers Blackburn    L'UST en pleine tourmente : Naufrage à l'horizon    Jeux paralympiques Paris 2024 (28 Août-8 Septembre) : Bouger pour vivre ensemble    Ils ont dit…    Kais Saïed, candidat à un nouveau mandat, lors de la présidentielle du 6 octobre prochain    Pourquoi | Les Dab et les billets abîmés    Population en Tunisie : 13 millions de Tunisiens dans 10 ans    Ouverture du Festival International de Carthage avec « Ayech Leghnayati » de Lotfi Bouchnak : Un demi-siècle de musique et de partage    Météo : Temps peu nuageux et températures stationnaires    Quand tombent les masques !    Barrages : Un taux de remplissage de 27,5%, 170 millions de m3 de moins qu'en 2023    Amor Jomni à Pékin: La calligraphie arabe...en chinois (Album photos)    Horoscope du 20 juillet : Une journée placée sous le signe de la Réflexion    France – Assemblée Nationale : Election des Vice-Présidents, Le RN Ecarté    Incendie dans l'Oasis de Tozeur : 600 palmiers endommagés    Kaïs Saïed se lance dans la course présidentielle depuis Borj El Khadra    Présidentielle - Le Tribunal administratif confirme la nécessité de présentation d'une procuration explicite    Voyage au cœur de l'étrange : Quels sont les hôtels les plus hantés du monde ?    Revue de la semaine du 12 au 19 juillet: Kaïs Saïed: Des mesures urgentes pour la réforme éducative    Panne informatique mondiale : Microsoft pointe du doigt une mise à jour défaillante    Météo en Tunisie : temps favorable à la baignade au nord et au golfe de Gabès    JO 2024 : Le pari de Paris    19 juillet : Une journée historique marquée par des événements mondiaux et des figures notables    Ballon d'Or 2024 : Qui sont les favoris après l'Euro et la Copa América ?    Encore une fois, Ursula von der Leyen à la tête de la Commission européenne    Ooredoo, sponsor officiel du Festival International de Carthage pour la troisième année consécutive    Festival de Carthage : Interdit aux moins de 6 ans ?    Joe Biden testé positif au Covid-19    Classement FIFA : La Tunisie maintient sa 41e place    Quand les Jeux Olympiques de Paris 2024 auront-ils lieu ?    Guerre en Palestine: Poursuite du carnage à Gaza… à huis clos    De Beykoz à Sidi Bou Saïd: Le verre voyageur dans tous ses éclats    JO 2024: Mehrez Boussayene, membre de la Commission de discipline    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tant qu'il y aura des films amateurs
25e Fifak (10-17 juillet)
Publié dans La Presse de Tunisie le 15 - 07 - 2010

La 25e édition du festival international du film amateur de Kélibia (Fifak) s'égrène depuis voilà quatre jours entre projections de films en compétition, rencontres et débats.
Chaque soir, vers 22h00, dans le théâtre de plein air, plein comme un œuf, assis sous un ciel étoilé et inconfortablement installé sur des bancs en ciment(!) le public fidèle de tout âge de cette manifestation vient au rendez-vous de la fête du cinéma amateur.
Tant qu'il y aura des films amateurs, le public viendra, malgré tout.
D'une section à l'autre, des opus se sont imposés, suscitant l'intérêt et créant le débat avec une mention spéciale pour les cinématographies russe, argentine, libanaise et iranienne. Mais parlons d'abord des productions tunisiennes découvertes jusqu'ici dans les trois compétitions confondues entre internationale, nationale et films d'école.
Made in Tunisia
Tunisino code de Zied Litayem est certes un film d'école de l'Isamm (Institut supérieur des arts de multimédia de la Manouba), mais sélectionné dans la compétition internationale. Voilà un opus qui ne manque pas d'imagination, fort d'une idée assez intéressante et d'un traitement moderne façon «matrix». Un auteur-réalisateur écrit en direct, sur son PC, le scénario de son film. Dans son monde virtuel, il alimente de plusieurs données la matrice de son ordinateur construisant et «manipulant» les personnages, les situations et les images grâce, entre autres, à un code politique.
Le propos, pas toujours clair, se focalise sur les évènements et tourments qui agitent certaines régions du monde, telles la Palestine et l'Irak.
Puis de s'intéresser enfin, lors de la phase du climax (le culminement de l'action), à des problèmes qui nous sont plus propres, entre autres la condition de l'artiste sous nos cieux. Très applaudi par le public Tunisino code vaut notamment par la forme enlevée, séduisante et dans l'air du temps.
Toujours dans la compétition internationale Le parfum de la terre montre l'évolution cinématographique de Abdelaziz Bouchmel, du club «El Hamma» (ayant remporté l'année écoulée, le deuxième prix de la compétition nationale). Ce film documentaire traite du quotidien de villages du sud du pays.
Le rapport à la nature, la difficulté de vivre de ces paysans du sud sont montrés dans des scènes pas du tout misérabilistes, enveloppées d'airs de la gasba (flûte), un peu longs toutefois, et de beaux chants de femmes.
Cependant, il manque à ce documentaire un angle plus précis de traitement, bien que le réalisateur ait tenté plusieurs pistes (la rareté de l'eau par exemple) mais sans oser s'aventurer plus avant. «le parfum de la terre» reste en retrait de tout point de vue réellement affiché.
Quid des autres films tunisiens, programmés dans le reste des sections.
Côté section films d'école, évoquons L'ascenseur de Aymen Marzouka, produit par l'Isban (Institut supérieur des beaux arts de Nabeul) qui se distingue par un certain effort d'animation à propos de relations amoureuses inspirées par des couples qui prennent l'ascenseur.
Histoire d'un amour (Hikayatou ishkin), où le réalisateur Heythem Othmani de l'Isam (Institut supérieur des arts et métiers) de Kairouan rend hommage aux fictions télévisuelles, entre séries et feuilletons. De Hadj klouf et Ommi Traki à Sayd Errim en passant par Khottab al bab, Bin ethenaya, Ghada, Matos s'égrène une enfilade de situations, les unes plus indigentes et maladroites que les autres et sans intérêt aucun. Il faut dire que notre cinéaste en herbe n'a que des références télévisuelles. L'on ne comprend pas ce que vient faire ce court métrage dans le programme car il n'est pas nécessaire de sélectionner à tout-va si l'on veut garantir le niveau et la qualité. Dans la section nationale, signalons A louer, de Nidhal Sehili (club Monastir 2) où un jeune à la recherche d'un travail est contraint au final à jouer les mannequins dans la vitrine d'une boutique de vêtements.
A louer, qui pêche par la mollesse des situations, au milieu du film et un son saturé, se caractérise par une belle attaque et un bel épilogue (chute). Enfin, Suicide d'un artiste, de Ahmed Hermassi, cinéaste amateur indépendant, filme, lui, la performance d'un étudiant de l'Institut des beaux- arts de Sousse dans le cadre d'une rencontre universitaire nationale. Cette performance a créé une intense polémique, s'agissant de la simulation d'un suicide, par pendaison, d'un artiste mais qui a, malgré tout, beaucoup choqué les étudiants.
Ce documentaire, en fait un reportage, agite le problème de la création et de la créativité et de leur limite : pourquoi pas? Mais faudrait-il encore que le traitement soit clair et conséquent. Or, le traitement est loin d'être limpide et si le spectateur n'a, auparavant, aucune idée sur cet événement, il ne comprendra pas grand- chose, ni aux tenants ni aux aboutissants de l'histoire. Il s'agit d'un collage très confus et cahotique de témoignages d'étudiants. Seule la scène de la performance assez dangereuse et choquante, du reste, suscite un certain intérêt.
Maintenant, concernant les films étrangers de la compétition internationale, certains ont jusqu'ici émergé du lot.
Citons-en Absence de J.F.Budnik (Argentine), The frame of memory de Mohamed Ridha Mouradi (Iran), Forma d'Aleksey Trosenko (Russie) qui ont prévalu par la clarté du propos, la force de l'imagination et la qualité de la technique. Mais le film ayant surclassé l'ensemble est Tom du Libanais Karim Ghorayeb. Ce film d'école en compétition internationale s'est imposé par la fraîcheur et l'originalité aussi bien du propos que du traitement. La question fondamentale qu'il pose étant la suivante : peut-on effacer ses souvenirs et laver la mémoire aussi bien des bons que des mauvais souvenirs?
« Impossible, répond Tom, car plus on insiste plus on essaie de les effacer, plus ils remontent à la surface de notre mémoire».
Tous ces souvenirs sont représentés par des assiettes que Tom lave et astique fortement afin de se débarrasser de tout ce qui lui rappelle le passé, en vain. Mais à force de s'adonner à cet exercice de «lavage de mémoire», Tom invente un système de machine à laver. Traitant du rapport au temps, à l'histoire et à la mémoire, ce film d'école réussit à convaincre, surtout grâce à l'imagination débridée, l'économie des moyens, l'ingéniosité du décor des lumières et du jeu. Et ce n'est pas là la première fois que les films d'écoles libanais forcent l'admiration et le respect.
A suivre donc.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.