La Tunisie salue le cessez-le-feu au Yémen, annoncé par la coalition arabe    Covid-19 : la Banque africaine de développement crée un fonds doté de 10 milliards de dollars    Coronavirus: Ooredoo lance trois nouvelles actions de sensibilisation    Ennahdha solidaire avec les personnalités faisant l'objet de menaces terroristes    Gafsa | Covid-19 : Deux personnes infectées transférées vers un centre d'isolement à Monastir    Coronavirus : 15 nouveaux cas confirmés    Covid-19:Le Conseil de sécurité de l'ONU discute aujourd'hui la proposition tunisienne    Le double champion olympique Oussama Mellouli testé négatif au Covid-19    Coronavirus – Royaume-Uni : 881 décès les dernières 24 heures    Coronavirus : Pas de nouvelles contaminations à Tozeur    Tunisie: Des unités d'intervention de la Police de Béja désinfectent les rues    Nouvelles nominations au sein du ministère de la jeunesse et des sports    Coronavirus : la FTF veut fabriquer des masques pour les joueurs    Importation de 60 tonnes de viande bovine pour le mois de Ramadan    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 09 Avril à 11H00 :    Tunisie : Une cérémonie restreinte à Bizerte pour commémorer la fête des martyrs    L'avion militaire de retour de Hong Kong arrive cet après-midi à Tunis    Abdellatif El Mekki et Slim Choura examinent à Sousse les perspectives de coopération et de partenariat entre les deux ministères    LA FTF reporte le remboursement des dettes des clubs    Les 3 Présidents se rendent au Carré des Martyrs à Sijoumi    Nissaf Ben Alaya : la diminution du nombre des cas confirmés enregistrés ces derniers jours est le résultat du respect de la quarantaine globale par les citoyens    L'ANETI lance sa plateforme digitale de formation en ligne : «ANETI Tkawen» !    La Tunisie rend un vibrant hommage à ses Martyrs à l'occasion du 82ème anniversaire des évènements du 9 Avril 1938    Covid-19 : l'UPMI appelle les entreprises à préserver l'emploi de l'ensemble de leurs salariés    Mourinho viole le confinement et s'excuse    Ras-le-bol et manque de moyens    Ronaldinho quitte la prison    Décès d'Antic, ex-coach du Real et de l'Atlético Madrid    Prolongement des contrats des joueurs expirant le 30 juin    D'une main sèche et brûlante…    L'UE en échec sur la réponse économique au virus    Trump menace de suspendre la contribution américaine    Toujours aucun cas confirmé de coronavirus    La Poste Tunisienne émet deux timbres- poste pour rendre hommage à Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi    Assurances Maghrebia reporte la tenue de son AGO à une date ultérieure    Un gain budgétaire de 6,6 milliards DT    La Tunisie jugée désormais « conforme pour l'essentiel »    Artistes et intellectuels, comment vivent-ils le confinement (II)    Créer dans l'urgence et la solidarité    Vers quelles autres manipulations ?    Prolongement du Confinement au-delà du 15 avril pour la France    COVID-19: le fondateur de Twitter donne 1 milliard de dollars    Covid-19 | Trump menace de suspendre la contribution américaine à l'OMS    Michèle Gazier : Il était une fois Leila Menchari    Beit El Hikma se dote d'une cellule de veille pour suivre les données relatives au Covid-19    La Fondation Kamel Lazaar lance l'appel à projets “Culture Solidaire”    Olivier Poivre d'Arvor: Leïla Menchari, ma reine de Carthage    Retour sur le décès de la célèbre décoratrice tunisienne Leïla Menchari, emportée par le Coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pour Ghannouchi, Chokri Belaïd, Lotfi Naqedh et Lotfi Kallel: un même assassinat
Publié dans Leaders le 10 - 02 - 2013

Rached Ghannouchi est en mode « apaisement et rassemblement » après le séisme politique provoqué par le meurtre de Chokri Belaid et l'initiative de Hamadi Jebali. Intervenant samedi matin à Gammarth, à la tribune du Centre Islam & Démocratie (fondé par Radwan Masmoudi à Washington), il n'en a épargné aucun signe : dénonciation du «lâche assassinat du militant Chokri Belaïd », récitation de la fatiha à sa mémoire et celles « des autres victimes assassinées Lotfi Naqedh, Lotfi Kallel et Lotfi Ezzar », démenti de tout soupçon de responsabilité porté contre son parti Ennahdha et lui-même dans le meurtre de Belaïd, condamnation de la violence, versets coraniques à l'appui, rejet des actes de vandalisme et appel à « la reconnaissance de tous par tous ».
Pendant plus de 45 minutes, dans une conférence-débat retransmise en direct sur Al Jazeera Mubasher, il s'est employé à bien choisir ses termes pour prôner « l'indispensable réussite d'un modèle tunisien de large coalition entre séculiers et islamistes modérés ». Sans omettre de lancer au passage des fléchettes à la France, suite aux déclarations de Manuel Valls, mais aussi à « des pays étrangers et arabes qui se sentent menacés par ce modèle» et « un gouvernement profond, invisible, constitué de résidus de l'ancien régime et de contre-révolutionnaires ».

Pour Rached Ghannouchi, « les trois grandes familles politiques tunisiennes ont été visées par des assassinats pour jeter le trouble et la suscpiscion et déclencher la fitna : Lotfi Naqedh, destourien, Lotfi Kallel et un autre cheikh de Tabgligh, tous deux salafistes pacifistes et Chokri Belaïd, séculier. A ces trois s'ajoute le brigadier de Police, Lotfi Ezzar ». « A qui peuvent profiter des crimes ? » s'est-il demandé. « Aux résidus, et à des pays étrangers et arabes » affirme-t-il sans plus de précision.

Les attaques contre les mausolées, relèvent selon Ghannouchi du même stratagème. « Ce gouvernement invisible peut-il en être dédouané ? Difficile à croire, déclare-t-il. Certains les attribuent aussi à des factions salafistes qui considèrent ces mausolées comme une bidaa pour l'Islam authentique. Les présomptions sont possibles ».

Analysant les origines profondes de la violence qui déferle sur la Tunisie, le chef d'Ennahdha a cité « les convictions idéologiques, les engagements politiques et les considérations sociales et économiques, notamment dans les quartiers les plus défavorisés qui n'ont bénéficié en rien de la révolution ». Les fondements idéologiques et politiques sont à ses yeux les plus dangereux. « Certains partis, affirme-t-il, ont constitué des associations en bonne et due forme au titre de former des gardiens d'entreprises et les ont formés et préparés pour intervenir dans la vie politique. C'est une organisation de la violence instituée au profit des politiques. Seul l'Etat doit détenir le monopole de la violence, dans le respect de la loi ».

Ghannouchi poursuit son plaidoyer contre la violence organisée, sans pointer du doigt ni ses auteurs, ni ses commanditaires, dément toute implication d'Ennahdha et appelle à la vigilance et au rassemblement. Il reviendra longuement sur la tolérance de l'Islam, son respect des libertés et ses valeurs consensuelles, avant d'indiquer que « diverses formations islamistes, notamment Ennahdha depuis 1981, avaient procédé à la révisions de leurs références et thèses, en espérant que d'autres partis de gauche fassent de même ».

Sa conclusion est de « tout faire pour éviter une confrontation entre séculiers et islamistes, œuvrer pour leur coexistence, éradiquer les fondements de la violence et resserrer les liens de l'unité nationale. » Une profession de foi mise au goût du jour ou un nouvel engagement ?

Quand, à la fin de la conférence, des journalistes lui demandent concrètement s'il appuie l'initiative de Hamadi Jebali de s'affranchir des partis pour constituer un gouvernement de non-politiques, il persistera dans une énigmatique réponse : « c'est à l'étude ! »

Tags : rached ghannouchi ennahdha hamadi jebali la Tunisie les salafistes chokri belaid lotfi naqedh lotfi kallel manuel valls France mausolées


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.