Les « perroquets » d'Ennahdha s'attaquent à Mohamed Ammar    Bientôt une police de proximité dans toues les communes tunisiennes    Journée internationale des droits des femmes : Pas de société libre sans femmes libres, décrète Kais Saïed    Hasna Ben Slimane porte-parole du gouvernement    Mohamed Trabelsi : L'Etat a agi avec les moyens du bord !    TUNINDEX AU QUOTIDIEN ZOOM LUNDI 8 MARS 2021    Tunisie-Kef: Des membres de la commission des Finances en visite à la Société de Ciment d'Oum El Kelil [photos]    Tunisie-Ligue 2 : Programme de la 7e journée    Boxe : Khouloud Halimi participe au tournoi de Cologne    La Cité sportive de Sfax sera bel et bien réalisée, promet Sihem Ayadi    La démission de Rached Ghannouchi rendrait service à la Tunisie selon Ayachi Zammel    Foire du livre scientifique et de technologie les 17 et 18 Mars 2021 à la CST    L'UNESCO appelle à l'égalité des genres dans les secteurs culturel et créatif    Tournoi de Dubaï : Ons Jabeur cherche sa 305ème victoire    Pollution au barrage de Sidi Salem : Mechichi veut un rapport dans les 48 heures    Tunisie – Coronavirus : Une première quantité des vaccins Spoutnik, sera reçue mardi 09 mars 2021    Tunisie-Ministère de la Santé : La nouvelle liste des laboratoires autorisés à réaliser les tests PCR    Tunisie- Hichem Ben Ahmed: Il est impératif d'accélérer la vaccination pour avoir une chance de sauver la saison touristique    Ayachi Zammel : 800.000 doses des vaccins russe et chinois arrivent la semaine prochaine    Incidents du Clasico : La LNFP annonce aujourd'hui son verdict    Huit ans de prison ferme pour Sami El Fehri    En chiens de faïence    Météo | Pluies temporairement orageuses et températures en baisse    Tunisie [Vidéo]: Le PDL célèbre la Journée de Femme à Sfax    Bilan Covid-19 : 313 nouveaux cas et 24 décès en Tunisie    Non, Tunisair ne va pas renoncer à sa position sur le marché international    Bachar Al-Assad et sa femme Asma positifs au Coronavirus    Journée internationale de la femme : Leila Farah Mokaddem, une compétence tunisienne à la BAD    Les messages de Houcine Abassi aux trois présidents    L'ONU demande la fin des arrestations arbitraires    Les manifestants s'opposent toujours aux putschistes en Birmanie    La Tunisie au cœur d'un conflit des générations    Le Conseil de sécurité de l'ONU en échec sur le Tigré    «I have a dream», quitter le pays    Portraits de femmes ayant bravé la pression de la société    Anis LASSOUED, bio express    Interdiction du voile intégral en Suisse    Eaux usées, déchets et cadavres d'animaux au barrage Sidi Salem : La santé des Tunisiens de nouveau mise en jeu    Enquête de la CPI sur les crimes commis par Israël depuis 2014 : L'intervention de la Cour de La Haye, ligne rouge pour Washington    La comédie musicale "Alice" en avant-première le 13 mars 2021 au Théâtre de l'Opéra    Le festival "Tricky Women" débarque pour la première fois en Tunisie    Tunisie-Tunisair : Un atterrissage d'urgence d'un avion à destination de Lyon    Les indiscrétions d'Elyssa    Ligue 2 | 6e journée – Groupes 3 et 4 : Le réveil de l'ES Zarzis    D'un sport à l'autre | Khouloud Halimi met le cap sur l'Allemagne    Les héros de l'opération Ben Guerdane : Le Colonel Mahjoubi, en première ligne    M'Dinti, un GIE à La médina de Tunis: Pour une régénération urbaine    En Tunisie, une parodie de gouvernance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cinquantenaire du décès de Hassen Saadaoui: appel pour sa réhabilitation
Publié dans Leaders le 04 - 03 - 2013

Une centaine de personnes ont participé au cours de l'après-midi du 1 mars à l'espace El Teatro à la commémoration du cinquantième anniversaire du décès, le 12 février 1963, du militant syndicaliste et communiste Hassen Saadaoui.
La veuve de Hassen Saadaoui, Chérifa Dali, cette ancienne vice-présidente de l'Union des femmes de Tunisie (UFT) interdite en 1962, cette militante de toujours, en dépit de ses 83 ans, a fait un témoignage poignant sur la vie et l'œuvre de son mari, sur les circonstances obscures de sa mort dans le commissariat de police de la Kasbah, sur les allégations mensongères selon lesquelles on l'aurait retrouvé gisant dans la rue, sur l'interdiction qui a été faite à sa famille d'annoncer sur les journaux son décès, sur son inhumation à l'occasion d'une humble cérémonie, réduite à la présence de la famille et de quelques proches. Elle s'est appesantie sur l'accueil très hostile que certains responsables du ministère de l'intérieur lui ont réservé le lendemain de la mort de son mari, lorsqu'elle est allé s'enquérir auprès du ministre des circonstances de cette fin tragique dans un contexte politique dominé par le complot de 1962 et la tourmente politique qui en a résulté avec la dissolution du Parti communiste tunisien et d'autres associations tunisiennes.
Subjuguée par son récit, l'assistance n'en perdait pas un mot. De l'émotion à revendre, il y en avait au cours de cet après-midi pluvieux! D'abord sourde, elle a étreint de nombreux présents lorsque l'historien Habib Kazdaghli a évoqué le calvaire de Hassen Saadaoui qui a connu la prison et à la déportation à l'époque coloniale et rappelé une cérémonie de commémoration analogue organisée il y a trente ans et à laquelle avaient participé ses compagnons de route, Mohamad Ennafaa, Mohamed Harmel, Belhassen Khiari, Robert Meimon, Mohamed Jrad, Ahmed Ben Miled, figures de proue du mouvement démocratique et progressiste tunisien aujourd'hui disparus et feu le militant destourien Azzouz Rebaï, l'homme à la rose, celui qui arborait, comme Nehru, à la boutonnière de sa veste et à la hauteur de son cœur, dans un message d'amour, une rose avant que François Mitterrand n'en eût fait l'emblème du Parti socialiste français.
Puis l'émotion est devenue insoutenable lorsque Chérifa Dali, cette femme spontanée, courageuse et digne, cette battante, formée par son mari selon les confidences qu'elle a distillées, s'est remémorée, d'une voix brisée par l'émotion , la réplique d'un haut responsable du ministère de l'intérieur lui signifiant que son mari avait récolté ce qu'il avait semé et connu la fin de tous ceux qui osent se mêler de politique ! Comme ceux qui se tenaient à mes côtés, j'avais les larmes aux yeux lorsque Jamila Hached, la fille du grand leader nationaliste et syndicaliste disparu, est allée à la tribune embrasser la veuve de Hassen Saadaoui.
Jounaïdi Adeljaouad, au nom d'Ahmed Brahim, directeur d'Attariq Al Jadid ( à qui nous souhaitons un prompt rétablissement), Hichem Skik rédacteur en chef de cet hebdomadaire, Sami Tahri, directeur d'Echaab et membre du bureau exécutif de l'UGTT, Noureddine Hached, historien spécialiste de l'histoire du mouvement syndical en Tunisie et attaché à cette histoire par les liens du sang et le martyre de son père et président de la fondation Farhat Hached , co-organisatrice de l'évènement avec Attariq et Echaab, le doyen Habib Kazdaghli, celui qui connaît le mieux l'histoire du PCT se sont relayés à la tribune pour ressusciter une page de l'histoire du mouvement national et syndical tunisien et le parcours parallèle et commun de Farhat Hached et de Hassen Saadaoui de 1946 à décembre 1952, date de l'assassinat de Farhat Hached par la Main-rouge. Ils étaient unanimes à signifier que le peuple tunisien, ce peuple fondateur de civilisation avait toujours su transcender les clivages pour en faire, grâce à son génie et à sa tolérance, des différences qui l'enrichissent et le renforcent et ils ont mis en valeur la contribution du mouvement syndical au projet moderniste tunisien. Une leçon d'histoire qui vaut son pesant d'or, en cette période trouble de la transition démocratique, pour le présent et pour le futur de ce pays!
A la fin de la cérémonie, Chérifa Dali, mue par la fidélité à la mémoire de son mari et une détermination surprenante chez une octogénaire, s'est juré de connaître toute la vérité sur sa mort avant de tirer sa révérence. Dans sa foulée, de nombreux militants syndicalistes et démocrates de tous bords ont pris l'engagement solennel d'œuvrer pour la réhabilitation du leader Hassen Saadaoui et de remuer ciel et terre pour élucider les circonstances de son décès d'autant plus suspectes que des témoins de l'époque avaient pu constater des lésions sur son corps.
Il est pour le moins curieux que Hassen Saadaoui qui a œuvré en 1956 pour l'unité du mouvement syndical tunisien en mettant fin à l'activité de l'Union syndicale des travailleurs de Tunisie (USTT) et en mettant les militants de l'USTT, son personnel à la disposition de l'UGTT, son siège (celui de la rue de Grèce), son centre médico-social ( situé à la rue Essadikia) à la disposition de l'Etat qui les a rétrocédés à l'UGTT, n'ait pas dans l'histoire de la Tunisie la place qu'il mérite aux côtés de Mhamed Ali El Hammi, Farhat Hached, Ahmed Tlili et Habib Achour et qu'il ne soit pas considéré par l'UGTT comme une icône du mouvement syndical national.
Pourquoi l'UGTT ne réhabiliterait-elle, comme elle l'a fait pour Mokhtar Ayari, compagnon communiste de Mhamed Ali , cet homme qui s'est battu pour l'indépendance de son pays et pour la justice sociale, qui a été accueilli avec les honneurs dans les capitales du monde, qui a abandonné de son propre chef, dans l'intérêt du pays, la direction de l'USTT pour terminer sa vie comme simple ouvrier à l'Hôpital Aziza Othmana et simple adhérent à l'UGTT?
Ô ma Tunisie, carrefour des cultures et des civilisations, terre de brassage, dépositaire des nobles valeurs de l'humanité grâce aux multiples et différents legs des peuples qui ont accosté à tes rivages et qui t'ont aimée, combien je te bénis !
Ô ma patrie, terre bénie de la tolérance et de la non-violence, toi qui as enfanté les martyrs Farhat Hached, Chokri Belaïd, dont les combats, associés à celui de Hassen Saadaoui, ont été célébrés au cours de cette cérémonie, ô ma patrie, je te salue !
Ô ma patrie, terre de nos ancêtres, les Berbères, les Phéniciens, les Arabes, les Bédouins, les Andalous, les Turcs, partie de L'Ifriqiya où naquirent Saint-Augustin et Apulée de Madaure ; terre natale du grand militant communiste et nationaliste, Georges Adda et du chanteur talentueux, Slah Mosbah ; terreau fertile de la résistance passive, terreau des glorieuses révolutions, celle d'Ali Ben Ghedhahem contre l'autocratie des beys, celle de janvier 1952 préparée non seulement par le Néo-Destour et Habib Bourguiba mais aussi par des militants du mouvement progressiste tunisien de la trempe de Hassen Saadaoui, celle citoyenne et sociale d'un autre mois de janvier, celui de 2011, où la jeunesse s'est révoltée pour l'avènement de la démocratie et de la justice sociale dans la continuité des luttes initiées par Farhat Hached, Hassen Saadaoui, par leurs compagnons et leurs successeurs, je t'aime telle que l'Histoire t'a modelée et telle qu'en toi-même le futur te change.
Ô ma Tunisie, que j'aime tous ceux qui comme Hassen Saadaoui et Chérifa Dali sont ta merveilleuse et parfaite incarnation !
L'hommage rendu à la mémoire de Hassen Saadaoui, ce vendredi 1 mars était un hommage à cette Tunisie trois fois millénaire, à ces Tunisiens fiers de leur histoire, de leur appartenance plurielle mais toujours soucieux de ne pas aller à contre-courant du sens de l'Histoire !
Hassen Saadaoui et Chérifa Dali ont compris que ce souci était l'un des éléments fondateurs de la tunisianité. Chérifa Dali, cette femme émancipée et dévoilée, vraisemblablement sous l'influence du mouvement féminin tunisien, a raconté avec beaucoup d'humour et de malice comment, invité dans le Berlin dévasté de l'après-guerre pour participer à un congrès mondial des femmes où elle comptait évoquer la question tunisienne, elle avait convenu d'un commun accord avec son mari qu'elle voyagerait sans voile mais qu'à sa descente d'avion, elle porterait le sefsari pour signifier avec force sa tunisianité. Elle a aussi révélé comment elle avait marqué à chaque marche de la passerelle un temps d'arrêt pour être mitraillée par les flashs des photographes si bien que le lendemain elle avait fait la une des journaux berlinois et avait été la vedette du congrès. Quelle belle leçon de patriotisme ! L'action politique au sens noble du terme, n'est-elle pas mue comme le souligne Dostoïevski par l'amour de la patrie ?
Habib Mellakh,
universitaire, syndicaliste,
professeur de littérature française à la FLAHM


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.