Le SNJT disposé à engager des poursuites contre le gouverneur de Ben Arous    Tunisie : Légère dépréciation du dinar face au dollar    Programme TV du samedi 29 janvier    Tunisie – Burkina Faso : Deux aniciens sélectionneurs encouragent les Aigles    Nafaâ Ennaifer appelle à défendre les exportations tunisiennes contre les mesures pénalisantes de l'Algérie    Algérie : Deux militaires meurent dans des affrontements avec des terroristes    CAN – Quarts de finale : Gambie – Cameroun, où regarder le match en direct et en live streaming    Corruption : Mandat de dépôt contre un ancien gouverneur et 2 autres responsables    CAN 2022 – Quarts de finale : Tunisie – Burkina Faso, où regarder le match en direct et en live streaming    CAN (Quarts de finale) : les matches de ce samedi    Tunisie: La compagnie "EasyJet" programme 3 vols par semaine Genève Enfidha    MEMOIRE : Hajja Khadija Bembla    Noureddine Taboubi : La Tunisie n'est pas à vendre!    CONDOLEANCES    Express    Les raisons de la dégradation de la note souveraine de la Tunisie : La solidité des finances publiques, le maillon faible    CAN 2021 : le classement final de la 9ème à la dernière place    CAN (1/4 de finale) : formation probable de la Tunisie contre le Burkina Faso    Lecture des premiers résultats de la consultation nationale électronique : Tendance vers un régime présidentiel, des réformes politiques et une justice indépendante !    Tunisie-Covid: 13 décès et 8660 nouvelles contaminations en 24 h !    Pourquoi? | Cimetière mal entretenu    Avec l'apparition du variant BA.2 : L'épidémie de Covid-19 touche-t-elle à sa fin ?    Rached Ghannouchi écope d'une amende de 10 mille dinars    30 migrants portés disparus au large de la Tunisie    Bizerte-Agriculture: Hausse de 12% de projets financés en 2021    Enquête judiciaire contre Ezzar pour des soupçons de spéculation    Tabboubi: Aucune partie ne peut délimiter le champ d'action de l'UGTT    Ouverture d'une procédure judiciaire à l'encontre de Abdelmajid Ezzar    Météo : Temps nuageux et températures en baisse, ce samedi    Tunisie : Ghannouchi rencontre une délégation de l'Alliance Civile Nationale    Taboubi : nous voulons un dialogue participatif des forces républicaines    Russie-Ukraine : Macron réussit là où Biden a lamentablement échoué    Un plan terroriste dans une région touristique déjoué    Tunisie : La Tunisie classée rouge par...    Bourses de création : Appel à projets aux artistes tunisiens    Coronavirus : Le Maroc rouvre son espace aérien    Don algérien de 1 million de doses de vaccin anti-Covid-19 à la Tunisie    EN : Kebaier et Ben Romdhane remis du Coronavirus !!    Neïla Sellini, déclarée morte par la CNRPS    Messenger vous dira quand quelqu'un prend une capture d'écran d'un chat    Adel Megdiche, le peintre qui s'en va avec son monde    Décès de l'artiste peintre Adel Megdiche    Attaque du Capitole: Donald J. Trump entre le marteau et l'enclume    César 2022 : l'acteur Sami Oitalbali nominé pour le César du meilleur espoir masculin    salon des créateurs MOOD TALENT: 6e anniversaire du 4 au 6 février 2022 à l'hôtel Dar El Marsa    Le chanteur Florent Pagny annule sa tournée à cause d'un cancer, sera-t-il présent à The Voice?    Google Doodle rend hommage à l'actrice Egyptienne Souad Hosni, la Cendrillon du monde arabe    Exposition au musée de l'Institut du Monde Arabe : Slimen Elkamel à cœur ouvert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sonia Mbarek: Pour un état d'urgence culturel (Vidéo)
Publié dans Leaders le 11 - 09 - 2015

Quels sont les trois dossiers qui risquent de miner la rentrée ? Quels enjeux représentent-ils ? Et quelles solutions appropriées proposer ? Dans sa dernière livraison (N°52) de septembre 2015, le magazine Leaders a sollicité les analyses de figures tunisiennes marquantes. Leurs avis variés offrent aux décisionnaires des éléments dont les décisionnaires peuvent faire leur profit. Ci-après l'analyse de Sonia Mbarek.


Nous sommes au paroxysme d'une crise culturelle qui trouve son écho le plus profond dans le projet politico-social, éducationnel et artistique de notre pays.
Les trois dossiers brûlants sur toile de fond culturelle interagissent et s'entremêlent pour influencer d'autres dossiers aussi importants que ceux économique et sécuritaire. A ce titre, ils méritent une réflexion de fond et des décisions urgentes.
La culture est partout
Quel projet culturel pour la Tunisie sous la deuxième République ? Quelles sont les valeurs à transmettre et par quels moyens?
Rappelons que parmi les défis de Bourguiba figure la réalisation du projet culturel sociétal moderniste. Il est arrivé à poser les jalons de ce projet grâce à un héritage culturel très riche, des réformateurs, des penseurs, des historiens, des religieux et des hommes politiques ainsi que des artistes.
Ce projet accuse aujourd'hui de nouveaux défis, avec la deuxième République. La démocratie, le droit à la différence, la liberté d'expression, l'égalité, le respect de la valeur humaine ne sont-ils pas des valeurs culturelles à inculquer?
Chedli Klibi, il y a 50 ans, entendait réaliser l'accès du plus grand nombre aux œuvres de l'esprit.par sa théorie du défi civilisationnel. C'est un combat primordial, entamé après l'indépendance mais toujours d'actualité aujourd'hui, tout est phénomène de culture. Comme le disait Anna Arendt, «un être cultivé, c'est un être capable de jugement.»
Dans le volet éducationnel
Quelles sont les valeurs que nous devons transmettre à nos enfants et par quels moyens?
L'objectif de toute éducation serait d'obtenir des esprits libres, c'est-à-dire capables d'innovation. A ce titre, la campagne entamée par le ministère de l'Education nationale de sensibilisation pour rénover les écoles devrait être suivie d'une campagne pour valoriser l'ouverture de l'école sur les nouvelles technologies, et toutes les formes de dialogue avec la société civile ainsi que l'ouverture à toutes les expressions artistiques, par des partenariats et des jumelages entre des écoles de la capitale et celles de l'intérieur du pays, et pourquoi pas au niveau international.
Le volet culturel et artistique
Les problématiques concernant le statut des festivals et des artistes, la promotion de leurs œuvres sont plus que jamais d'actualité
De nouvelles exigences sont aujourd'hui indispensables à réaliser:

* D'abord redéfinir la politique artistique (politique de formation de production artistique, d'animation culturelle et celle festivalière).
* Actualiser les dispositifs juridiques et administratifs de formation, de création, de production et de diffusion à mettre en place pour permettre aux musiciens, chanteurs et compositeurs, cinéastes, hommes de théâtre, danseurs tunisiens… de développer leurs carrières au niveau national et international.
* La loi sur le mécénat culturel promulguée en 2014 trouve tout son sens aujourd'hui lorsque la réalisation de l'équilibre entre financement public et privé de la culture devient plus qu'une nécessité, un devoir
* La décentralisation artistique et culturelle par le biais des centres et maisons de la culture.
Toutes ces questions devraient être au cœur du débat politique pour un nouveau contrat socioculturel.

S.M.
Artiste, chercheur universitaire
en sciences politiques et musicologie


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.