Réactions de la presse internationale aux nouvelles mesures de Kaïs Saïed    Semaine Boursière : La BH consolide avec succès ses assises financières    Tunisie – Non lieu pour Mohamed Hentati    Les loueurs de voiture invités d'Alpha Hyundai Motor    Tunisie – Hausse de 185% de la redevance du passage du gaz algérien    Tunisie - Reprise des activités dans tous les espaces culturels    Ultra Mirage, le challenge se poursuit avec le soutien d'Assurances BIAT    AS Kasserine : Seif Ghezal, nouvel entraîneur    Ministère des Affaires Sociales: 620 000 familles ont profité de l'aide de 300 dinars    Carthage, patrimoine culturel ... en détresse    Vie et mort d'un fondateur de dynastie: Husseïn Bey 1er (1675-1740)    Chakchouk et Girardin la coopération tuniso-française en matière d'infrastructures portuaires    Djerba Music Land 2021 a enchanté les âmes et les yeux des festivaliers    Club Africain : Mehdi Ouedherfi prêté à Al-Akhdhar libyen    Dernière minute- Du nouveau sur le couvre-feu    UGTT : Non au marchandage entre liberté et monopolisation des pouvoirs !    JCC 2021 : Listes des films sélectionnés dans le cadre de Chabaka et Takmil    Finale de la Super Coupe de Tunisie 2020 – 2021 : EST vs CSS où regarder le match du 25 septembre    Appel à participation: Lancement de la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 24 Septembre 2021 à 11H00    La FTF approuve la liste internationale des arbitres    Des décisions du CSM annulées par le Tribunal administratif    Envirofest à Bizerte en marge du Forum Mondial de la Mer (Programme)    Covid-19 : 41% de la population tunisienne primo-vaccinés    Abir Moussi s'exprime sur l'arrêt des primes octroyées aux députés    Kalthoum Kannou future Ministre de la Femme?- La magistrate s'exprime sur le sujet    Hatem Boubakri salue les mesures prises par le président de la République    Abir Moussi : Le président veut barrer la route au PDL !    Tunisie : Le ministère de l'Enseignement supérieur recrute 1 130 chercheurs    Le ministère de l'Education invite ses affiliés à la vaccination    La Ligue des Etats arabes doit jouer un rôle important dans la résolution des conflits    « Meilleur Service Client de l'année 2021 » pour Ennakl Automobiles pour la deuxième année de suite    Flat6Labs Tunisie organise le Hub Day du premier cycle du projet Ignite Tunisia    LG lance un téléviseur géant DVLED 8K de 325 pouces    Livres et auteurs de langue française en états généraux à Tunis depuis ce jeudi (Album Photo)    Démarrage à Tunis des Etats généraux du livre en langue française dans le monde    Football : Programme TV de ce Jeudi 23 Septembre 2021    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 23 Septembre 2021 à 11H00    Monde- Daily brief du 22 septembre 2021: Le chef du gouvernement libyen rejette le retrait de confiance    Deux femmes héroïnes d'un évènement qui unit l'art et la littérature: Azza Filali et Chiara Montenero    Libye: Dbaïba rejette le retrait de confiance    Art'cot organise une exposition grand format à la Médina de Tunis    Egypte : Décès du maréchal Mohamed Hussein Tantaoui    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    Cinq enseignements à tirer de l'abominable gestion américaine de la tragédie afghane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La médina de Tunis, la meilleure parade à la tyrannie des 3 S
Publié dans Leaders le 14 - 05 - 2010

Vidée de ses habitants, clochardisée avec l'afflux de populations rurales dans les années 60, la médina de Tunis, la plus importante du pays avec ses trois cents hectares et ses dix mille habitations, inscrite au patrimoine de l'UNESCO depuis 1979, semblait, jusqu'à la fin des années 60, vouée à une mort lente et inexorable. C'était l'époque où l'on pensait que pour entrer dans la modernité, il fallait détruire les témoins du passé: Bab Ménara, ce qui restait des remparts de Tunis, le quartier de Bab El Fella et d'autres monuments furent rasés pour laisser la place à des constructions d'une laideur monstrueuse comme ces immeubles à l'entrée de Tunis du côté de l'échangeur de Bab Alioua. Heureusement, cela n'a pas duré longtemps. En 1967, la municipalité de Tunis, consciente des menaces qui pesaient sur cette ville-musée qui abritait une grande partie du patrimoine arabe du pays avec ses neuf cents monuments recensés, créait l'Association de Sauvegarde de la Médina (ASM). Elle sera épaulée quelques années plus tard par l'Agence de réhabilitation et de rénovation urbaine (ARRU). Aussitôt, de grands travaux étaient engagés: le projet de rénovation de la Hafsia, couronné par le prix Agha Khan de l'architecture islamique et celui des Oukalas qui allait permettre de sauver une grande partie des zaouias et médersas, pour la plupart des joyaux de l'architecture arabo-andalouse, en relogeant une grande partie de leurs occupants dans la banlieue de Tunis.
Aujourd'hui, la médina de Tunis renaît à la vie, à l'espoir. Le contre-exode, entamé timidement dès le début des années 90, s'est accéléré depuis les années 2000. Les habitants originels ou leurs enfants, aussitôt les problèmes d'héritage réglés, sont revenus pour restaurer leurs maisons qui menaçaient ruine et s'y installer définitivement. Des commerces fermés depuis trente ans sont rouverts. Des demeures patriciennes, converties en hôtels de charme, restaurants, salons de thé, galeries d'art, centres culturels. Depuis deux ou trois ans, les touristes qui ne se hasardaient jamais en dehors des souks des rues de la Kasbah et Jamaa Zitouna, ont fait leur apparition dans les rues adjacentes et notamment les rues du pacha et Sidi Ben Arous, méconnaissables après la restauration de leurs devantures faite avec beaucoup de goût et dans le respect l'architecture originelle. Les fils électriques qui défiguraient cette artère de la médina ont disparu après que la Steg ait finalement opté pour le passage des câbles en alimentation souterraine. La médina n'a jamais paru aussi belle. Un véritable plaisir pour les yeux même pour ses anciens habitants qui redécouvraient avec ravissement leur quartier restauré. Un signe qui ne trompe pas: les spéculateurs flairant la bonne affaire s'y intéressent de plus en plus et les prix des maisons qui étaient bradés il y a à peine trois ans, ont amorcé une légère hausse.
L'exemple de Marrakech
Les responsables du tourisme tunisien cherchent désespérément depuis de nombreuses années d'échapper à la "tyrannie" des 3 S: sea, sun, sand. La médina de Tunis, ainsi restaurée, leur en offre l'occasion. On pense inévitablement à Marrakech et à ses trois millions de visiteurs chaque année. Or, comme chacun sait, cette ville est distante de 300 kilomètres d'Agadir, la cité balnéaire la plus proche. Ce qui attire les touristes à Marrakech, ce sont ses monuments historiques, ses riadhs. Tunis regorge également de monuments et ses souks ressemblent à s'y méprendre à ceux de Marrakech puisqu'ils ont été construits à la même époque (au XIIIème siècle), par les Almohades (dans la ville marocaine) et par leurs gouverneurs à Tunis qui fonderont la dynastie hafside laquelle règnera jusqu'en 1535.
Il suffit de mettre en valeur ce patrimoine dans les dépliants touristiques et de poursuivre l'entreprise de restauration dans les autres quartiers comme ceux de Tourbet El Bey et Bab Ménara. Tunis a assurément sur ce plan des atouts qu'il faudra exploiter.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.