Entretien téléphonique Najla Bouden-Abdelhamid Dbeibah    Les relations tuniso-libyennes: Cafouillage diplomatique    8ème Sfax Marathon International 2021, dimanche 7 Novembre    Aides exceptionnelles de 300 dinars: Les objections pourront être émises dés la semaine prochaine    Sidi Bouzid : corruption et falsification de documents    TRANSTU: Le métro léger n°4 roulera sur une seule voie du 22 au 28 octobre 2021    Attijari Leasing : Mises en force en hausse de 21%    "La présidence du Parlement" appelle les députés à défendre leur droit au travail    Foot Europe – Programme TV jeudi    UEFA Champions League : statistiques d'après J3    NBA : Les résultats des 11 matchs de la nuit de mercredi    Sommet virtuel de la FIFA le 20 décembre    Tunisie-Daily brief du 21 octobre 2021: Prise en charge sanitaire de deux députées    BNA : Le Produit ne bancaire en hausse de 27%    ATB : Un PNB de 206,4 Millions de dinars à fin septembre    Sousse- Démolition de parasols et de cabanes appartenant à un hôtel [vidéo]    Abdellatif Mekki appelle les médias à ne plus utiliser le terme de "Député gelé"    Europa League (Poules / 3è J) : les matches de ce jeudi    Elyès Jouini : Le temps des quicks-wins est révolu, nous sommes désormais «dans le dur»    Samar Samoud : Nous ne devons pas crier victoire face à la situation pandémique !    Sfax sans déchèterie, sans eau courante et sans électricité !    La Tunisie s'est-elle fait avoir sur le dossier de la Libye ?    Najla Bouden reçu au Palais de Carthage    Les déclarations contradictoires de Kaïs Saïed à propos de la Ligue arabe    Djaili Amadou Amal lauréate de la sixième édition du prix Goncourt en tournée en Tunisie    La nouvelle ministre de l'Equipement et de l'Habitat veut des logements abordables    Monde- Daily brief du 20 octobre 2021: Poutine décrète une semaine chômée payée pour freiner l'épidémie de Covid-19    Sénateur Bernie Sanders: Palestinians lives matter    La scène artistique tunisienne perdre le scénographe et artiste pluridisciplinaire Kais Rostom    FMI: Des entretiens sont prévus dans les prochains jours avec des membres du nouveau gouvernement tunisien    Donald Blome proposé ambassadeur auprès de la République Islamique du Pakistan    Vers une coopération entre le ministère de la Jeunesse et la Fédération du sport pour tous    Kaïs Saïed remercie la Ligue arabe pour son soutien à la Tunisie    Zammour Trekking de retour pour une 4e édition du 4 au 8 novembre 2021 à Médenine    JCC- Des détenus produisent leur propre film court métrage    Sopra Banking Summit 1er festival au service du monde financier de demain    BT : Légère hausse du PNB    Tunisie – Météo: Des pluies attendues et légère hausse des températures    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    LC Europe (poules / 3è J) : les matches de ce mercredi    Kairouan: Le ministre du Tourisme appelle à renforcer davantage le tourisme religieux et spirituel    La légende de Carthage en superstar à la Fashion Fair de Stockholm    Tunisie – Allemagne : Niels Annen reçu par Othman Jerandi    Monde- Daily brief du 19 octobre 2021: Etats-Unis: Une femme victime d'un viol dans un train, aucun passager n'intervient    Cycle de films Villes Tunisiennes et découvertes du 19 au 28 octobre 2021 par la Cinémathèque Tunisienne    Mahdia Des tensions suite au naufrage d'un bateau transportant des clandestins    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Médina de Tunis face à l'horreur architecturale des constructions anarchiques
Publié dans Business News le 24 - 12 - 2010

La Médina de Tunis évolue à deux vitesses. Certains de ses quartiers font l'objet de restauration, de grande attention et commencent à retrouver leur splendeur d'antan : restaurants huppés, ruelles propres et bien éclairées, demeures rénovées obéissant à un style architectural authentique et bien défini, etc. Le cachet architectural tunisois est sauvegardé !
D'autres quartiers sont cependant délaissés et les résidents y font ce qu'ils veulent : constructions anarchiques, maisons traditionnelles qui se transforment en R+1 ou R+2 sans aucune autorisation et, pire, dans un style qui ferait rougir de honte n'importe quel étudiant en architecture. Ces « berlingots » verticaux, d'une extrême laideur, défigurent la Médina et font rager les Tunisois ayant connu ces ruelles par le passé.
L'adage dit : quand le bâtiment va, tout va. Et c'est le cas de le dire chez nous. Un heureux constat qui dure depuis plusieurs années faisant de la Tunisie un des pays où le nombre de propriétaires de leurs logements est très élevé avec un taux atteignant les 80%.
Selon les derniers chiffres, le nombre des logements est passé à 2.887.000 en 2009 contre 2.500.000 en 2004, soit une hausse de 2,91%, sachant que le nombre de logements n'ayant qu'une seule pièce a baissé pour se situer à 3,6%, toujours en 2009, alors que celui de logements composés de 3 pièces représente 46% du total des habitations.
Les prévisions pour le quinquennat tablent sur la construction de 300 mille nouveaux logements, faisant accroître le taux de familles tunisiennes propriétaires de leur logement à 90% en 2014, sans oublier que près de 70 mille bâtiments seront érigés, durant la même période, selon les critères d'efficacité énergétique.
Il s'agit là d'aspects bien positifs, mais cette course folle au « chez soi » entraîne certains dépassements difficiles à contrôler et à maîtriser étant donné leur nombre, de plus en plus croissant, et sans parler des cas sociaux qu'ils entraînent.
Les exemples les plus frappants sont, bien évidemment, ceux des constructions anarchiques qui voient le jour, presque quotidiennement, dans les quartiers dits populaires. Même si dans les cités huppées, le phénomène existe sous d'autres formes avec des litiges entre les voisins.
Les raisons sont les extensions non autorisées, le non respect des distances entre les deux bâtisses, l'ouverture de fenêtres supplémentaires, l'ajout d'un garage ou d'une petite cuisine ou encore le forage d'une piscine.
Or, là où le bât blesse, c'est le cas des vieux quartiers de la Médina de Tunis. En effet, si dans les artères « huppées » de cette Médina, dont notamment les rues de Tourbet El Bey, la rue du Pacha et les rues avoisinantes ainsi que les souks, la loi est, généralement bien respectée, il est tout autrement ailleurs.
Plus encore, on assiste à des opérations de rénovation et de restauration des grandes demeures, assimilables à de vrais palais, et qui sont transformées en restaurants de haut standing ou en espaces de loisirs.
Toutefois, un petit tour dans les ruelles et les impasses de certains quartiers, notamment à Bab Jedid, Bab El Fella, Sidi Mansour, El Hajjamine et autres artères environnantes, nous laisse perplexe quant à la « métamorphose » négative subie par les lieux.
Comment peut-on permettre à des maisons, style arabe (avec patio) de se transformer, carrément, en petits immeubles de R + 1, voire R + 2 ? Comment permettre des extensions dans une impasse large d'à peine 1 mètre ?
Au lieu de procéder à des réparations salvatrices, aussi bien des sols que des toits, les propriétaires de ces maisons préfèrent les extensions verticales pour faire loger le maximum de membres de la famille ou bien pour les louer à la pièce et au prix fort.
En effet, la plupart de ces maisons souffrent, déjà, de défaillances et d'anomalies. On citera, d'abord, un niveau très bas du sol par rapport à l'extérieur, ce qui engendre une montée des eaux usées chaque fois qu'il y a des pluies plus ou moins fortes. Lorsqu'il s'agit de pluies torrentielles, c'est un véritable drame !
Les toits de ces maisons sont faits de gravats et de poutres qui ne supporteraient pas la construction d'un ou deux niveaux supplémentaires.
Et les questions qui s'imposent sont : ces extensions anarchiques, souvent sans autorisation préalable, obéissent-elles aux normes de sécurité en vigueur ? Existe-t-il un avis d'architecte et d'un ingénieur en béton ?
Et les autorités municipales dans tout cela ? Et bien, dans la plupart des cas, pour ne pas dire toujours, les services municipaux sont les derniers à le savoir pour la simple raison que les « contrevenants » font des arrangements avec leurs voisins selon la fameuse formule : « une fois c'est vous ; une autre, c'est nous » !
Et quand la municipalité est mise au courant, c'est trop tard pour agir, le cas étant devenu plutôt social. Et dire que pour changer l'emplacement d'une porte ou d'une fenêtre, cela nécessite une étude et une autorisation spéciale des services concernés de l'Association de la sauvegarde de la médina et de l'Institut national du patrimoine.
Il faut avouer que les agents municipaux se rendent très rarement, pour ne pas dire « jamais », dans ces quartiers pour des rondes de contrôle, même de routine. Du coup, ce sont les riverains qui y « font la loi ».
La faute incomberait, également, aux propriétaires de ces habitations qui les ont délaissées pour aller s'installer dans les nouveaux quartiers modernes avoisinant Tunis. Du coup, les locataires ou les nouveaux propriétaires, qui ne sont pas conscients de la vraie valeur du « trésor » en leur possession, se comportent en « commerçants » et en petits « businessmen ».
Le résultat ne s'est pas fait attendre. Des maisons laides sous formes de « conteneurs » sans la moindre garantie en matière de critères et de normes de sécurité et absence totale de toute considération esthétique. Et on n'insistera jamais sur ce phénomène d'une Médina à deux vitesses, dû à un intérêt marqué pour l'une et un désintérêt poussé pour l'autre. Noureddine HLAOUI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.