Crise libyenne : Position ferme de la Tunisie et appui à la légalité internationale    Le navire « Tanit » de la CTN, quitte la Tunisie sans voyageurs et y retourne avec 2000 passagers    Covid-19 : 2 années de croissance de perdues en matière de monétique    Budget de l'Etat : Aggravation du déficit de 88% à 2,7 milliards DT    Covid – Classification des pays : Une actualisation permanente de la liste selon la progression de la situation    CONDOLEANCES : Halima ABDESSALEM    Réouverture de l'hôtel THE PEARL à Sousse    Israël Palestine : A-t-on enterré la paix ?    Espérance de Tunis : Tayeb Meziani sur le départ    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 2 juillet à 11H00    FARK : Néziha ZAOUALI    Tunisie: Une Candidate infectée par coronavirus passe les examens de la neuvième depuis le centre de quarantaine à Monastir    Tunisie [vidéo]: Interdits d'accéder à l'hôpital Farhat Hached, des citoyens essaient de prendre d'assaut l'établissement    CA | Yassine Chammakhi claque la porte : «Je ne tournerai pas le dos au CA !»    « Samsam» de Tanguy de Kermel actuellement dans les salles : La part belle au cinéma d'animation    Danemark : distances non respectées, la finale de la Coupe brièvement arrêtée    En marge de la parité entre le CA et le ST | Jalel Kadri : «Convaincu par trois jeunes» – Lassaâd Dridi : «Volume de jeu rassurant»    Météo : persistance du temps chaud    Poursuite de la baisse des cours mondiaux du pétrole brut sous l'impact de la crise du Covid-19    Coronavirus : "Pas de plan B" non plus pour l'Europa League (Ceferin )    Report du festival de la chanson tunisienne à 2021    Les communicantes de Carthage: Nadia Akacha, Rachida Ennaifer, Rym Gacem et Hella Lahbib    Tunisie : Les vols de rapatriement programmés ce jeudi    Carthage Cement approvisionne l'Europe en ciment certifi    Grève de 3 jours dans toutes les compagnies pétrolières à Tataouine    Tunisie: Interpellation à El Kabaria d'une femme pour trafic de drogue    Zouhaier TAMBOURA dévoile les perspectives futures de l'ATL Leasing    Biens des étrangers : Approbation de 16 dossiers de cession en 2020    ES Zarzis : l'AG élective le 23 juillet    Manchester City – Liverpool : Sur quelle chaîne voir le match ?    Le retour des TREs objet de la rencontre entre Kais Saied et Noureddine Erray    La coopération militaire au centre d'un entretien entre le ministre de la Défense et l'ambassadeur turc    Nouveau partenariat entre le MAMC et deux institutions culturelles publiques    Accord entre le SMLT et la CNAM pour élaborer une nouvelle convention    Le secteur de la pêche frappé de plein fouet    Déclaration de la Tunisie et la France suite à l'adoption de la résolution sur la pandémie    Sit In de Tunisiens sans tests PCR au port de Gênes    Le plus grand franchisé américain de Pizza Hut dépose le bilan sous le chapitre 11    La France et ses alliés sahéliens tiennent sommet à Nouakchott    Cinq ans de prison pour l'anthropologue franco-iranienne    Du bonheur d'être triste    Une magnifique histoire d'amour de la mer et des voyages    Le Film palestinien "It Must be Heaven" d'Elia Suleiman projeté en Tunisie (B.A. & Synopsis)    Personne ne peut prétendre détenir la solution militaire ou politique pour apaiser la Libye    Chiraz Laatiri, ministre des affaires culturelles, à La Presse : «Le zonage pour assurer le bon déroulement des festivals»    Pris sur le vif : De littérature et d'esthétique    Tunisie: Un bateau de pêche tunisien arraisonné par des garde-côtes libyens    Le Festival de la chanson tunisienne reporté à 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une gouvernance urbaine pour mieux gérer le risque sanitaire
Publié dans Leaders le 16 - 12 - 2017

Ville primatiale, la commune de Tunis compte 2 444 500 habitants, soit 24% de la population urbaine du pays. La commune, qui affiche un taux d'urbanisation de 100%, fait face à des pressions environnementales de plus en plus fortes, avec la dégradation des zones urbaines et la pollution de l'environnement. La direction de l'hygiène de la commune de Tunis, dirigée par le Dr Omar Ennaifer, s'emploie à assurer les conditions d'hygiène et de sécurité aux administrés à travers plusieurs volets d'actions. Pour veiller à la sécurité sanitaire des aliments et contrôler les risques dans les commerces et les lieux de restauration, la direction de l'hygiène agit en coopération avec le laboratoire municipal qui analyse chaque jour 40 prélèvements de denrées issues des contrôles effectués quotidiennement.
Comment se font la prévention et le contrôle du risque alimentaire au niveau de la commune de Tunis?
La gestion du risque alimentaire est la mission principale de la direction de l'hygiène, une responsabilité partagée avec le ministère de la Santé publique et le ministère du Commerce. Les missions de contrôle sont systématiques, quotidiennes et multiples, elles peuvent aussi être diligentées suite à des plaintes de consommateurs. Ces contrôles assurent la sécurité des denrées alimentaires à tous les niveaux de la chaîne alimentaire, jusqu'à l'étape finale de consommation. Cette mission est assurée par 25 techniciens en hygiène, 3 vétérinaires à temps plein, 1 médecin spécialiste en hygiène et une équipe de police environnementale de 45 agents qui veillent quotidiennement au respect de l'environnement.
Comment s'effectuent les contrôles ?
Les services de la direction effectuent régulièrement différentes missions de contrôle et d'inspection touchant les 40 000 établissements ouverts au public, les 26 marchés municipaux permanents, l'abattoir municipal (El Ouardia) et 8 000 établissements classés (épiceries, pâtisseries, boucheries, confiseries, hôtels, centres commerciaux, grandes surfaces, restaurants, cafés, etc.) Nous procédons à la vérification des informations relatives à la conception et l'entretien des locaux et des équipements; l'hygiène pré-opérationnelle et post-opérationnelle, l'hygiène du personnel, et la lutte contre les insectes nuisibles ; la qualité de l'eau. Les denrées doivent justifier d'une origine contrôlée et répondant aux normes. En cas d'infraction constatée, une mise en demeure est prononcée, un procès-verbal est dressé. Les inspecteurs privilégient la sensibilisation, le suivi et la vérification des ajustements recommandés. S'ils restent sans effet, une amende de 60 dinars est infligée, et enfin la fermeture de l'établissement est imposée.
A titre d'exemple pour cette année, depuis le 1er janvier au 31 août 2017, la direction de l'hygiène de la ville de Tunis a effectué 32 443 opérations de contrôle, signalé des défaillances dans 12.000 établissements, 14 000 avertissements ont été émis, 5.385 prélèvements effectués et envoyés pour analyse au laboratoire municipal de la ville de Tunis. 2 600 amendes ont été infligées et 163 décisions de fermeture émises. La sensibilisation et l'information restent prioritaires. Outre la veille et les contrôles sanitaires, la direction de l'hygiène travaille via sa police environnementale à assainir l'environnement des établissements ouverts au public, en contrôlant la gestion des déchets par les commerçants et le respect des horaires et des endroits pour l'évacuation des ordures. A ce jour, la police environnementale a dressé 860 procès-verbaux, avertissements et amendes.
Comment se passent les contrôles des marchés municipaux à Tunis?
Nous avons une équipe permanente de quatre techniciens de l'hygiène au marché central municipal, avec un vétérinaire contrôleur. Les contrôles sont quotidiens et les équipes sont reliées à une équipe centrale au niveau de la direction de l'hygiène. Malgré l'observance des règles strictes et la présence de chambres froides, dans chaque marché, nous saisissons en moyenne 50 à 70 kg de volaille, poisson ou produits laitiers en état de putréfaction à cause de la rupture de la chaîne du froid. Concernant la filière de la viande rouge, l'abattoir municipal d'El Ouardia est le seul agréé par la ville de Tunis. Le contrôle y est rigoureux et effectué quotidiennement de façon continue par notre vétérinaire. Mais force est de constater que les fraudes sont nombreuses et que beaucoup de bouchers s'approvisionnent dans des abattoirs informels qui contournent le contrôle municipal. Par ailleurs, nous comptons sur la vigilance du consommateur qui doit refuser et boycotter ce genre de produits. Les cas de saisie de viande avariée sont multiples, et cela prouve l'efficacité de la veille et des contrôles. Rien que pour le mois de septembre, 600 kg de viande provenant d'abattages sauvages ont été saisis, ainsi que 200 kg de volaille impropre à la consommation.
Lire aussi
Manger… la peur au ventre: Sommes-nous en danger alimentaire ?
Agir avant que le produit risqué n'arrive au consommateur
La sécurité sanitaire est une chaîne et chaque maillon est essentiel
Une gouvernance urbaine pour mieux gérer le risque sanitaire
Sans psychose d'infection alimentaire en Tunisie: agir, responsabiliser et rassurer
Des lois sur la sécurité alimentaire et les produits industriels sont urgentes en Tunisie
Les corps de contrôle sanitaire en Tunisie sont dépassés


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.