Mouvements de protestation des jeunes en colère | Appel à trouver des solutions urgentes    Chakchouk : Le nouveau système d'acquisition des billets de la CTN sera prêt au cours du dernier trimestre 2021    Tunisie: Doit-on arrêter de boire l'eau du robinet ?    Habib Ammar participe à distance à la 113 session du conseil exécutif de l'OMT    Hand – Mondial 2021 : Battue par l'Espagne, la Tunisie quitte la compétition    Tunisie-CPG : Reprise des activités après plus de 40 jours de grève    Tunisie : Dispersion d'une marche dans l'avenue Habib Bourguiba avec des tirs de gaz lacrymogène    Reprise des activités sportives dès samedi    L'efficacité du 2ème vaccin russe anti-Covid est de 100%    Des cours d'arabe destinés aux enfants des tunisiens résidents à l'étranger    Le ''patient zéro'' de l'épidémie pourrait ne jamais être retrouvé    Le comité directeur du Festival de la chanson tunisienne dévoile les grandes lignes de l'édition 2021    Centre 13 août, le nombre de demandeurs d'emploi en hausse    Machrou Tounès accuse Mechichi d'avoir cédé au chantage politique    Club Africain : le comité indépendant des élections examine mercredi la demande de superviser les élections    Le digital au féminin; Une exposition de Olfa Dabbabi à WeCode Land    Moez Joudi dénonce l'amateurisme dans le dossier des Fonds gelés en Suisse    STIP : Un chiffre d'affaires en augmentation de 43%    Covax, le dossier de la Tunisie est incomplet    Le sport, un secteur à la traîne !    Italie : Le Torino se sépare de son entraîneur Giampaolo    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 19 Janvier 2021 à 11H00    Foot-Europe: le programme du jour    Hand – Mondial 2021 : La Tunisie, la victoire et rien que la victoire !    Coronavirus: De nouvelles contaminations à Zaghouan    Tunisie: Rached Ghannouchi: "La Tunisie est votre maison, vous n'êtes pas locataires"    USA: Joe Biden serait-il capable d'offrir la citoyenneté à des millions d'immigrants?    La HAICA inflige des amendes de 5 mille dinars à El Hiwar Ettounsi, Attessia et Telvsa TV    Anissa ben Hassine, universitaire, auteure de « C'était un 14 janvier 2011 à Tunis », paru chez Leaders à La Presse: «On ne met pas sa propre vie de côté quand on vit une révolution»    Quid de la culture    L'INDUSTRIE 4.0 POUR STOPPER LA DESINDUSTRIALISATION DE LA TUNISIE    Chaos, troubles et actes de pillage nocturnes: Que révèlent ces longues nuits de violence?    Météo | Ciel voilé et températures en légère hausse    Le remaniement ministériel aura-t-il un impact sur le dialogue national initié par l'UGTT ?    CONDOLEANCES    Contrepoint | Populisme, trumpisme : nul génie qui vaille...    Pour la clarté de la vision et l'urgence de l'action    Les indiscrétions d'Elyssa    AI Africa Week : Quel(s) futur(s) pour l'intelligence artificielle ?    Slim Laghmani: La révolution et ses effets politiques et juridiques    Libye: L'ONU confirme officiellement le Slovaque Jan Kubis comme Envoyé spécial    Tunisie – Quand les présidents comprendront-ils que l'intérêt de la Tunisie est en jeu et qu'il est prioritaire ?    Le cinéma tunisien présent à la 18ème édition du FCAPA en ligne    Un virus asiatique dont le taux de mortalité atteint 75% préoccupe les chercheurs    Tunisie : Nouvelle session du programme "Octopus" de la FKL    Libye: Le Forum du dialogue politique vote sur le choix d'un mécanisme de sélection des candidats à l'autorité exécutive    Sombre fin de règne pour Trump Un ministre démissionne et dénonce les discours post-élection    Bruits et chuchotements    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une gouvernance urbaine pour mieux gérer le risque sanitaire
Publié dans Leaders le 16 - 12 - 2017

Ville primatiale, la commune de Tunis compte 2 444 500 habitants, soit 24% de la population urbaine du pays. La commune, qui affiche un taux d'urbanisation de 100%, fait face à des pressions environnementales de plus en plus fortes, avec la dégradation des zones urbaines et la pollution de l'environnement. La direction de l'hygiène de la commune de Tunis, dirigée par le Dr Omar Ennaifer, s'emploie à assurer les conditions d'hygiène et de sécurité aux administrés à travers plusieurs volets d'actions. Pour veiller à la sécurité sanitaire des aliments et contrôler les risques dans les commerces et les lieux de restauration, la direction de l'hygiène agit en coopération avec le laboratoire municipal qui analyse chaque jour 40 prélèvements de denrées issues des contrôles effectués quotidiennement.
Comment se font la prévention et le contrôle du risque alimentaire au niveau de la commune de Tunis?
La gestion du risque alimentaire est la mission principale de la direction de l'hygiène, une responsabilité partagée avec le ministère de la Santé publique et le ministère du Commerce. Les missions de contrôle sont systématiques, quotidiennes et multiples, elles peuvent aussi être diligentées suite à des plaintes de consommateurs. Ces contrôles assurent la sécurité des denrées alimentaires à tous les niveaux de la chaîne alimentaire, jusqu'à l'étape finale de consommation. Cette mission est assurée par 25 techniciens en hygiène, 3 vétérinaires à temps plein, 1 médecin spécialiste en hygiène et une équipe de police environnementale de 45 agents qui veillent quotidiennement au respect de l'environnement.
Comment s'effectuent les contrôles ?
Les services de la direction effectuent régulièrement différentes missions de contrôle et d'inspection touchant les 40 000 établissements ouverts au public, les 26 marchés municipaux permanents, l'abattoir municipal (El Ouardia) et 8 000 établissements classés (épiceries, pâtisseries, boucheries, confiseries, hôtels, centres commerciaux, grandes surfaces, restaurants, cafés, etc.) Nous procédons à la vérification des informations relatives à la conception et l'entretien des locaux et des équipements; l'hygiène pré-opérationnelle et post-opérationnelle, l'hygiène du personnel, et la lutte contre les insectes nuisibles ; la qualité de l'eau. Les denrées doivent justifier d'une origine contrôlée et répondant aux normes. En cas d'infraction constatée, une mise en demeure est prononcée, un procès-verbal est dressé. Les inspecteurs privilégient la sensibilisation, le suivi et la vérification des ajustements recommandés. S'ils restent sans effet, une amende de 60 dinars est infligée, et enfin la fermeture de l'établissement est imposée.
A titre d'exemple pour cette année, depuis le 1er janvier au 31 août 2017, la direction de l'hygiène de la ville de Tunis a effectué 32 443 opérations de contrôle, signalé des défaillances dans 12.000 établissements, 14 000 avertissements ont été émis, 5.385 prélèvements effectués et envoyés pour analyse au laboratoire municipal de la ville de Tunis. 2 600 amendes ont été infligées et 163 décisions de fermeture émises. La sensibilisation et l'information restent prioritaires. Outre la veille et les contrôles sanitaires, la direction de l'hygiène travaille via sa police environnementale à assainir l'environnement des établissements ouverts au public, en contrôlant la gestion des déchets par les commerçants et le respect des horaires et des endroits pour l'évacuation des ordures. A ce jour, la police environnementale a dressé 860 procès-verbaux, avertissements et amendes.
Comment se passent les contrôles des marchés municipaux à Tunis?
Nous avons une équipe permanente de quatre techniciens de l'hygiène au marché central municipal, avec un vétérinaire contrôleur. Les contrôles sont quotidiens et les équipes sont reliées à une équipe centrale au niveau de la direction de l'hygiène. Malgré l'observance des règles strictes et la présence de chambres froides, dans chaque marché, nous saisissons en moyenne 50 à 70 kg de volaille, poisson ou produits laitiers en état de putréfaction à cause de la rupture de la chaîne du froid. Concernant la filière de la viande rouge, l'abattoir municipal d'El Ouardia est le seul agréé par la ville de Tunis. Le contrôle y est rigoureux et effectué quotidiennement de façon continue par notre vétérinaire. Mais force est de constater que les fraudes sont nombreuses et que beaucoup de bouchers s'approvisionnent dans des abattoirs informels qui contournent le contrôle municipal. Par ailleurs, nous comptons sur la vigilance du consommateur qui doit refuser et boycotter ce genre de produits. Les cas de saisie de viande avariée sont multiples, et cela prouve l'efficacité de la veille et des contrôles. Rien que pour le mois de septembre, 600 kg de viande provenant d'abattages sauvages ont été saisis, ainsi que 200 kg de volaille impropre à la consommation.
Lire aussi
Manger… la peur au ventre: Sommes-nous en danger alimentaire ?
Agir avant que le produit risqué n'arrive au consommateur
La sécurité sanitaire est une chaîne et chaque maillon est essentiel
Une gouvernance urbaine pour mieux gérer le risque sanitaire
Sans psychose d'infection alimentaire en Tunisie: agir, responsabiliser et rassurer
Des lois sur la sécurité alimentaire et les produits industriels sont urgentes en Tunisie
Les corps de contrôle sanitaire en Tunisie sont dépassés


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.