Tunisie-Directeur de l'ENIS [VIDEO] : « Nous cherchons à améliorer le classement de nos universités dans le monde »    Où voir les matches d'Aissa Laidouni et Anis Ben Slimane en Europa League ?    Youssef Bouzakher : « La dissolution du CSM n'a jamais été évoquée par le chef de l'Etat »    Dr Rim Belhassine Cherif, Président du groupe régional pour l'Afrique de la Commission d'Etudes 13    Tunisie – Covid : Fermeture d'un troisième établissement scolaire à Djerba    Inauguration du nouveau siège de l'ambassade de l'Etat de Palestine en Tunisie    La Proparco et l'UIB renforcent leur soutien aux entrepreneurs tunisiens affectés par la crise sanitaire    Ali Laârayedh s'offre une sortie qui évoque le dernier repas du condamné    Importation de véhicules en Algérie: Le problème serait-il en voie de règlement?    Zaghouan : Récupération d'une terre domaniale agricole de 120 hectares à Djebel Oust    Kais Saied: Nous n'avons pas de problèmes avec les juifs mais plutôt avec les colonisateurs    France : 3 ministres épinglés pour dissimulation de revenus ça fait beaucoup!    Le marché boursier termine la séance de mercredi, sur une note morose    Tunisie : Rached Ghannouchi reçoit l'ambassadeur de France    L'administration publique, un ''obstacle'' pour 3/4 des PME    Précisions du ministère de la Justice concernant le pass vaccinal    Affaire Khashoggi : le Saoudien arrêté à Paris ne serait pas le bon, Macron soulagé    Coupe Arabe FIFA 2021 : Programme des quarts de finale les 11 et 12 décembre    Les pays où les habitants ont été le plus souvent ivres    Abdellatif Mekki : Les personnes qui gardent encore espoir en Kaïs Saïed n'ont rien compris !    TRANSTU: Changement du trafic du métro sur la ligne 1, entre les stations "Mohamed Ali" et "Kabaria"    NBA : Lakers et Knicks à la relance, Dallas renversé par Brooklyn    UCL : Le Barça pourrait se qualifier ce mercredi ?    Les accords commerciaux avec l'Afrique : Le continent d'avenir    Tunisie: Vers la vaccination des enfants âgés de 5 ans ?    Mandat de dépôt contre le policier ayant agressé le directeur du lycée 9 avril à Sidi Bouzid    Exposition photos, films, concerts et arts numériques au programme de la 1ère édition du "Nawaat Festival"    L'entreprise autrement: Le retard est devenu fatal    Variant «Omicron» — Reprise économique: L'imprévisibilité...!    JTC: Les spectacles au programme du 8 décembre 2021    Sfax: Concert afro-tunisien au théâtre municipal [Vidéo]    Handball — Mondial Dames d'Espagne — Congo-Tunisie (33-24): Un goût d'inachevé    L'équipe de Tunisie se ressaisit: Sursaut rageur et coup d'éclat    LC Europe (Poules / 6è j): le programme de ce mercredi    Le comité scientifique annonce une bonne nouvelle    Comment rendre le système éducatif plus efficace en Tunisie ? Ridha Zahrouni s'exprime sur le sujet [Vidéo]    CONDOLEANCES    Tunisie-officiel : Nouvelle date d'un jour férié    NEWS: Héni Amamou passe à l'EST    Programme de la Cinémathèque Tunisienne du 8 au 18 décembre 2021: Le cinéma fête le théâtre    Les JTC 2021 rendent hommage à la Troupe de la ville de Tunis : Une consécration pour l'Histoire et le parcours    «Corde inconnue, fragment 1» de Fatma ben Aissa à Atelier Y: Déambulation artistique    Tunisie: Augmentation de 14% des prix du fer de construction    Tunisie : Signature d'un contrat de concession pour la restauration «d'El Karaka » de la Goulette et sa transformation en musée de la céramique artisanale    Connect International : Une visite à la capitale sénégalaise Dakar    Coronavirus : Du nouveau concernant Omicron    JO d'hiver 2022 : Le Kremlin appelle à des JO libres de toute politique    Tunisie : Focus sur le projet de réaménagement du musée de Carthage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le pont Ajim-El Jorf : Le projet de toutes les controverses
Publié dans Leaders le 22 - 04 - 2019

Deux ministres et une Secrétaire d'Etat, respectivement de l'Equipement, des Domaines de l'Etat et à l'Environnement du côté tunisien, l'ambassadeur de Chine et des représentants de la société CCECC du côté chinois, la présence ostentatoire de tous les députés du gouvernorat, enjeu électoral oblige, tous étaient au rendez-vous à Djerba, samedi 13 avril. L'objet d'une telle présence massive résidait dans la présentation aux responsables locaux et régionaux et aux représentants de la société civile, savamment triés pour la circonstance, du projet tant controversé de construction du pont devant amarrer l'île de Djerba au continent.
Dotée d'un pont, Djerba est-elle dans le besoin d'un autre?
Avec ses trois voies d'accès en vigueur, terrestre au sud, par le biais de la chaussée romaine, maritime à l'ouest à travers la desserte assurée par les bacs, et aérienne au nord par l'aéroport international Djerba-Zarzis, l'île de Djerba est-elle dans le besoin d'un deuxième pont, certes acclamé par les uns, mais farouchement et objectivement contesté par bien d'autres?
Les préjudices, que font subir aux pauvres usagers les retards incessants et les perturbations affectant la régularité de la desserte maritime entre le continent et l'île de Djerba, ne laissent pas d'autres choix à certains que d'admettre, bon gré mal gré, l'alternative du pont, quelque irrationnelle qu'elle soit. Mais, qu'ont fait le ministère de l'Equipement et les services régionaux y afférents pour rappeler à l'ordre le personnel en charge de la desserte, souvent zélé à outrance et agissant selon son humeur du jour ? Qu'il pleuve, qu'il vente ou qu'il fasse un soleil de plomb, ils demeurent de marbre face aux longues files d'attente et des souffrances des usagers, se plaisant à garder invariable la fréquence des dessertes et le nombre de bacs à mettre en œuvre. Lorsque tout est prétexte pour mettre les bacs aux arrêts et compromettre la fréquence régulière des dessertes : conditions atmosphériques prétendument défavorables, zèle coutumier du personnel, défaillances mécaniques, il n'est plus surprenant aujourd'hui de voir des citoyens se résoudre, non avec enthousiasme et conviction, à s'allier avec le diable pourvu que le calvaire de la longue attente cesse.
Le projet du pont : la solution de la fuite en avant
Au lieu de parer à de telles défaillances, somme toute aisément remédiables moyennant une bonne volonté, nos responsables, mus par on ne sait quel dessein inavoué, optent, en revanche, pour les solutions les plus insensées et les plus effrontées.
Au cas où, par malheur, le projet irait de l'avant, et en attendant que les travaux de construction dudit pont, si entamés, prennent fin, d'ici au moins quatre ans, que comptent faire ces voix qui montent pour appeler à sa réalisation et qui sont déjà parties en guerre contre celles et ceux qui leur sont contraires d'avis ? Taire leurs souffrances et tout le calvaire encore à endurer pour de longues années, ou réclamer d'urgence, auprès de qui de devoir d'agir et de sévir, la cessation immédiate de ces agissements révoltants et irresponsables des agents chargés de la gestion de la desserte, et exiger des mesures concrètes urgentes de rénovation de la flotte vétuste, ou à défaut, une volonté libératrice de privatisation ? Car, de telles mesures ne feront que régulariser la fréquence des dessertes, qu'écourter, donc, la durée de l'attente, et que faire changer d'avis à beaucoup qui, en désespoir de cause, revendiquent,aujourd'hui, vivement le pont.
La fin des travaux du tronçon de l'autoroute Gabès-Médenine est annoncée à décembre 2019 ; les travaux de réfection du tronçon Médenine-Zarzis sont quasiment à leur fin, et emprunter ces voies pour accéder à l'île de Djerba s'avèrera une sérieuse alternative, O combien avantageuse, qui fera oublier à plusieurs celle des bacs.
Un projet contraire aux normes et procédés d'aménagement des zones sensibles
L'Article2 du Décret n°98-2092 du 28 octobre 1998, fixant la liste des agglomérations urbaines et des zones sensibles qui nécessitent l'élaboration d'un schéma directeur d'aménagement, stipule : « Est considérée zone sensible au sens du présent article, toute zone qui présente des caractéristiques naturelles spécifiques, qui constituent un écosystème fragile ou un élément ou un ensemble d'éléments dans ce système et qui requiert, pour sa protection contre la dégradation, la mise en œuvre de normes et de procédés d'aménagement prenant en compte ses spécificités et préservant les sites naturels y existants. » Et aux ministères de l'Environnement et de l'Aménagement du territoire et de l'Equipement et de l'Habitat, de veiller, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent décret, comme le stipule l'Article3 du même décret.
En vertu de ce décret, le ministère de l'Equipement, de l'Habitat et de l'Aménagement du territoire, en partenariat avec l'Agence de protection et d'aménagement du littoral (APAL) et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), a enfin chargé un bureau d'étude « Dirasset International » d'élaborer le schéma directeur d'aménagement de l'île de Djerba. Le rapport provisoire de la Phase I remis, en janvier 2019 par ce bureau d'études,a fait état, en rapport avec le projet du pont envisagé, de ce qui suit : « Le pont, long de 2 km, permettra, certes, de régler définitivement les problèmes engendrés par l'utilisation peu efficace des bacs, mais risque d'avoir des conséquences néfastes et négatives sur l'île et d'entrainer davantage de déséquilibres à tous les points de vue. Le pont permettra d'augmenter au moins par trois la fréquentation de l'île, cela engendrera la multiplication de la population par au moins trois, soit une population de plus de 600 000 habitants concentrés sur un espace réduit pendant les trois mois de la période estivale. Cette population augmentera la consommation de l'eau potable, la génération des déchets, la saturation des stations d'épuration, la pression foncière sur les terres agricoles, …La capacité de saturation de l'île sera vite atteinte, ce qui impactera forcément son développement et rendra problématique sa durabilité. »
Un pont aux impacts environnementaux alarmants :
Pr.Mongi Bourgou, géomorphologue et membre de l'Académie de Tunis Beit El Hikma, tient à souligner que l'aménagement d'un tel pont risque de gêner le transit littoral et l'échange de la faune entre la partie Ouest du golfe de Gabès et la lagune de Bou Ghrara, de nuire davantage à l'eutrophisation de la lagune de Bou Ghrara, déjà gravement affectée, et il met en garde contre la perturbation de l'hydrologie des oueds sous-marins dans le "canal" d'Ajim.
A-t-on pensé aux milliers de pêcheurs d'Ajim, du Jorf, d'El Grine, de Boughrara, de Rsifet, qui puisent l'essentiel de leurs ressources dans cette mer bénie ? Ils ont toujours porté l'espoir que d'autres ouvertures sous la chaussée soient aménagées et qu'un dragage des fonds soit effectué pour faciliter les échanges hydrologiques entre la lagune de Boughrara et la mer et atténuer le déficit d'eutrophisation de la lagune ; en revanche, et en guise de réponse à leurs doléances légitimes, ils auraient droit à un deuxième pont à l'ouest pour aggraver leur cas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.