Un fort séisme secoue Taïwan    Barça vs Real Madrid en direct et live streaming : Comment regarder le match?    Tunisie – DERNIERE MINUTE : Nouvelle alerte météo !    Sousse : Arrestation d'un criminel faisant l'objet de dix avis de recherche    Anthony Fauci au cœur d'un scandale impliquant un laboratoire en Tunisie    LC Afrique (2e tour retour) – Espérance ST : obligation de résultat pour retrouver la phase de poules    Foot-Europe: le programme du jour    NBA : les Bulls toujours invaincus, Cleveland enfin vainqueur    Man United – Liverpool : les compos probables    Deux décès à cause des pluies à Kasserine    Tunisie – Suspension de la circulation du métro léger et prolongement des trajets des bus de correspondance    Tunisie – Intempéries : Décès de deux personnes à Thala    Ammar Mahjoubi: Violence et insécurité à l'époque romaine    Jerandi reçoit un appel téléphonique de James Cleverly    Hausse de l'encours de la dette publique de 12,2%, à 101,2 milliards de dinars, à fin août 2021    Anas Hmaidi : En Tunisie, les deux tiers des prisonniers sont dans l'attente de leur jugement    Erdogan expulse dix ambassadeurs dont ceux de la France, des USA et de l'Allemagne    Nabeul : Saisie de 4 tonnes de semoule et 47658 litres de lait    Affaire des licences de taxis collectifs : 11 suspects dont deux anciens gouverneurs    Photo du jour : Un « bijou » architectural construit à des dizaines de mètres de la présidence du gouvernement !    Tunisie : Le monde change, la STEG « évolue »    Des policiers agressent le président de l'ESS La FTF dénonce    Dernière minute – Chiffres officiels : Quasi-blocage de l'investissement, fin septembre 2021    Nouvelles mesures imposées aux voyageurs en prévision d'une nouvelle vague Covid-19    Tunisie : L'état d'exception face aux tentations d'ingérence internationale    Importation des voitures de luxe : L'austérité doit concerner les voitures administratives et non pas les voitures privées    La cheffe du gouvernement reçoit Ons Jabeur    Monopole, spéculation et contrebande : cinq ministères s'engagent dans la lutte    Commémoration du 8ème anniversaire de l'Attaque terroriste du 23 octobre 2013    Tunisie : Le Pass vaccinal obligatoire pour accéder presque partout dès le 22 décembre 2021    Décès de l'ancien ministre Abdelbaki Hermassi    Forum des DSI : "Tunisie Telecom veut être le label de confiance pour les PME/PMI dans la transformation digitale"    21ème édition du festival de l'Asbu : Six prix pour la Tunisie    Tunisie – Météo: Retour progressif d'un temps hivernal avec baisse des températures    Dialogue national- Noureddine Tabboubi appelle à la participation des partis politiques    Foot Tunisie : Programme des matches de samedi    La Grenade de Gabès avec label AOC débarque sur les marchés de la région    Processus politique : L'ONU confiante en la Tunisie    Le comité de défense de Mehdi Ben Gharbia dénonce les violations à son droit à la santé    Abdelaziz Kacem: L'intelligentsia ou la ménopause du cogito    Migration clandestine Mahdia : mandat de dépôt contre les passeurs    Le ministère des Affaires culturelles rend hommage au scénographe Kais Rostom    Ephéméride – 20 octobre 2011 : Les rebelles islamistes assassinent Mouammar Khadafi    Monde- Daily brief du 21 octobre 2021: La Turquie menace d'expulser 10 ambassadeurs occidentaux    Vient de paraître - Un nouveau recueil poétique de Abdelaziz Kacem : «Quatrains en déshérence»    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    "Rouhaniyet" Nefta sous le signe "Hanin" du 4 au 7 novembre 2021    Ministre des Affaires culturelles: La situation sociale des artistes est notre priorité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Hatem Kotrane: Bon rétablissement... la Tunisie !
Publié dans Leaders le 01 - 07 - 2019

La Constitution du 27 janvier 2014 est-elle à ce point mal rédigée pour placer la Tunisie dans un état d'agonie suite à la maladie subite du Président Béji Caïd Essebsi?
L'interrogation est légitime et nous rappelle que la Constitution du 1er juin 1959, alors même qu'elle a été jugée responsable de cinquante-cinq ans de mauvais souvenirs des régimes personnels qui ont gouverné la Tunisie, lui aura tout de même permis d'être gouvernée et de bénéficier d'une relative stabilité de ses institutions.
Or, ne voilà-t-il pas qu'à peine cinq ans après son adoption, la nouvelle Constitution vient, à la suite d'un malaise dit «aigu» du Président, révéler toute sa fragilité. Se voulant Constitution modèle et présentée comme exemple de ce qu' un pays peut faire de mieux dans toute la planète pour asseoir durablement ses institutions, la Constitution se révèle être une constitution creuse et confuse au point de susciter autant d'angoisse et de désarroi auprès du peuple qui assiste à tant de manœuvres subalternes maniant l'intrigue à la conspiration et agissant de façon si éhontée contre la sûreté et la sécurité du pays et du peuple.
Commençons tout d'abord par souhaiter un prompt rétablissement à notre «Bajbouj» national auquel tous les Tunisiens patriotes espèrent qu'il retrouvera, rapidement, sa bonne santé.
Espérons, ensuite, que la République et ses institutions sauront se dresser contre toutes les velléités de ces conspirateurs hypocrites, qui sont allés vite en besogne en vue de tirer profit de difficultés réelles suscités par la question de l'interprétation de l'article 84 de la Constitution traitant de la question de vacance provisoire ou définitive de la Présidence de la République.
Convient-il de rappeler, ici, que deux cas de figure sont prévus par ledit article 84 de la Constitution:
* Le premier est celui d'une vacance provisoire pour des raisons liées à des cas d'empêchement provisoire, rendant impossible pour le Président la délégation de ses pouvoirs au Chef du Gouvernement dans les conditions fixées à l'article 83 de la Constitution, et ce, pour une période n'excédant pas trente jours, renouvelable une seule fois;
* Le deuxième cas de figure est celui d'une vacance définitive, et ce, pour des raisons liées au fait d'une vacance provisoire qui excède les soixante jours, ou en cas de présentation par le Président de la République de sa démission écrite au Président de la Cour constitutionnelle, de décès ou d'incapacité permanente ou, ajoute le même texte, «pour toute autre cause de vacance définitive».
Dans le premier, comme dans le deuxième cas de figure, la Cour constitutionnelle se réunit immédiatement et fait un constat de la situation:
* celle d'une vacance provisoire, le Chef du Gouvernement est alors immédiatement investi des fonctions de Président de la République, sans que la période de vacance provisoire ne puisse dépasser soixante jours;
* ou bien celle d'une vacance définitive, pour l'une des raisons précitées, la Cour constitutionnelle se devant alors d'informer le Président de l'Assemblée des Représentants du Peuple qui est immédiatement investi des fonctions de Président de la République de manière provisoire, pour une période allant de quarante-cinq jours au moins à quatre-vingt-dix jours au plus.
Tout cela est aujourd'hui bien connu et a été rappelé par d'éminents constitutionnalistes dans différentes chaînes de télévision, avec plus ou moins d'objectivité et de pertinence!
Nous découvrons, au passage, que la pièce charnière de tout le dispositif de constatation et de passage des pouvoirs du Président de la République, à savoir la Cour constitutionnelle, fait terriblement défaut, du fait qu'à ce jour, ses douze membres ne sont pas encore désignés, les partis politiques au sein de l'Assemblée des Représentants du Peuple ayant tout fait pour empêcher un accord en vue de la désignation des quatre membres dont l'ARP est chargée, étape incontournable en vue de la désignation des huit autres membres, à raison de quatre membres par le Président de la République et quatre membres par le Conseil supérieur de la magistrature (Article 118 de la Constitution).
Fait fortuit, de force majeure? Nous ne le pensons point, car un évènement comme la malaise du Président, de surcroît d'un âgé aussi avancé, n'est certainement pas un fait imprévisible. Tout porte alors à croire que la maladie du Président, quelle que soit sa gravité, est un fait longuement souhaité, sinon prévue, par les conspirateurs qui, à la première difficulté de santé, ont révélé au grand jour leur dessein machiavélique visant à s'emparer du pouvoir dans des conditions qui échappent, en grande partie, aux mécanismes définis par la Constitution.
En témoignent ceux qui sont très vite montés au créneau et fait appel aux dispositions de l'article 50 du Règlement intérieur de l'Assemblée des représentants du peuple conférant au Premier adjoint du Président de l'ARP le pouvoir de se substituer à ce dernier en cas d'incapacité à assumer ses charges, y compris celles découlant de l'article 84 de la Constitution: le remplacement du Président de la République en cas de vacance définitive de la Présidence!
Ainsi donc, M. Abdelfattah MOUROU serait investi de la charge de Président de la République sur la base d'un document – le Règlement intérieur de l'ARP– en oubliant que le seul règlement intérieur qui vaille pour la Tunisie et sa République est bien sa CONSTITUTION, non celui de l'ARP qui ne vaut qu'aux alentours de la maison du Bardo, sans plus!
Mettre fin au travers de la deuxième République!
Comment mettre fin à ces conspirations aussi subalternes que dangereuses et rappeler à chacun son rôle, ainsi que vient de l'exprimer, au nom à tous les Tunisiens, le Président de l'ARP, dans sa prompte réaction, face aux intrigues des uns et des autres, en rappelant immédiatement qu'il veille à la stabilité des institutions de la deuxième République?
Comment pallier cette situation afin d'avoir un pays fort, donc uni, en mesure d'être gouverné de façon stable, y compris en cas de difficulté liée à une vacance de pouvoir, sans pour autant suivre la voie d'extrêmistes appelant à renverser la République au profit d'une nouvelle dictature?
Comment garder confiance à l'approche des prochaines échéances électorales, législatives et présidentielle, qui doivent impérativement débuter le 6 octobre et dont une première étape de la procédure, l'appel des électeurs par le Président de la République, doit être décrété le 6 juillet, dans moins d'une semaine?
Puissent les Tunisiens demeurer unis
Pour faire échec aux manœuvres de bon nombre d'acteurs politiques et de figures indignes de la confiance, qui donnent un exemple, jour après jour, de ce que la malhonnêteté et l'indécence peuvent faire de pire à la politique et dont le comportement, face aux risques qui guettent le pays, leur vaudra probablement, auprès du peuple, solde de tout compte;
Pour reprendre, enfin, l'initiative de leur destin et donner un exemple de ce qu'un peuple peut faire de mieux pour défendre, dans l'unité, ses aspirations à la liberté, au développement et à la dignité, et participer à la reconstruction de la Tunisie pour tous autour des valeurs de la justice, de l'égalité et de la primauté du droit!
Pour permettre à la jeunesse tunisienne de réinscrire éternellement la Tunisie dans sa confiance!
Alors tous ensemble : Bon rétablissement... la Tunisie!
Hatem Kotrane
Professeur à la Faculté des Sciences juridiques, politiques et sociales de Tunis
Lire aussi:
La Tunisie à l'épreuve du malaise de Caïd Essebsi : la fragilité des institutions et la voracité des charognards
Béji Caïd Essebsi : Vers une bonne convalescence
Le président de la République victime d'un malaise aigu
Caïd Essebsi: Etat stationnaire, ne pas céder aux rumeurs, affirme Carthage
La porte-parole de la présidence : le malaise du chef de l'Etat n'a aucun rapport avec les attentats terroristes
Pourquoi Macron devait appeler Caïd Essebsi jeudi dernier
Caïd Essebsi : état de santé en amélioration et entretien téléphonique avec Zbid


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.