Bundesliga : Didier Deschamps critique le huis-clos    Hong Kong tente de rassurer les investisseurs étrangers    Six quartiers de Bagdad reconfinés    Dahmen, Ben Hassen et Dagdoug rempilent jusqu'au 30 juin 2023    Bac 2020… Limite de 12 élèves par salle    La Tunisie et la France sur la même longueur d'onde au sujet de la Libye    Création sous peu d'une agence de gestion des biens confisqués    Actes criminels ou accidents ?    Dix personnalités et la relance culturelle    Le long parcours d'un auteur prolifique    "je ne suis pas d'ici, pas d'ailleurs non plus… »    ICheck.tn pour virer les fake news    Tunisie [vidéo] : Les agriculteurs à Jendouba protestent    Des manifestants bloquent le train de phosphate à Menzel Bouzaiane    Les hommes sont plus créatifs que les femmes, selon Samir Agrebi    Tunisie Telecom dévoile les gagnants du "Grand Jeu Marbou7a"    ESET découvre l'utilisation de Gmail comme C&C par le groupe de cyberespionnage Turla (également appelé Snake)    Les marques Tunisiennes de produits laitiers et les médias sociaux : Délice numéro 1 sur le Web en Avril 2020    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 27 mai à 11H00    Tunisie: Elyès Fakhfekh réitère son hommage aux acquis de la lutte contre le Covid-19 dans le pays    L'association Nous Tous prépare un programme de célébration de l'œuvre d'Albert Memmi    Kaspersky milite pour mettre fin aux cyberattaques contre les organismes de santé    Allocution de Kais Saied dans un paysage politique complexe et fragmenté Des vœux, des messages et des lignes rouges !    Accident mortel à Jendouba    Le CSS s'apprête à reprendre : Ce sera le 4 juin…    EST | Nouveaux règlements du quota des joueurs Nord-africains : Le syndrome algérien !    A cause de l'alcool, Mekki n'est pas allé à Kairouan    Zarzis : Mieux vaut tard que jamais !    Les Showrooms d'Economic Auto de nouveau ouverts jusqu'à 17h    Tribune | A peu de gens convient le diadème !    Francesca Bellino, journaliste et romancière, à La Presse : «Inventer de nouveaux espaces où la diversité peut coexister»    Libye : Les Etats-Unis accusent la Russie de transférer des avions de chasse en Libye pour aider ses mercenaires de “Wagner”.    CAB | Infrastructure sportive : Ça grogne !    Etoile du Sahel : la date de reprise des entraînements fixée    Le conflit israélo-palestinien est-il condamné à s'éterniser ?    CONDOLEANCES : Med Moncef ZBOUNA    MEMOIRE : Mama Sia Hadjja Aroussia SOULA LIMAM    La Banque Zitouna recrute plusieurs profils    Tunisie: Poursuite par le ministère de la Défense des recherches de migrants clandestins naufragés au large de Sfax    MEMOIRE : Sadok BEN SEDRINE    Tunisie: Le principe de la prise en charge du coût de l'hébergement par les personnes mises en quarantaine,retenu    Tunisie – Environnement: Amélioration de la qualité de l'air de 40%    Pour L'UGTT, il faut en finir avec la précarité    Football : Le technicien tunisien Nabil Kouki donnerait la priorité à l'ES Sétif    Tunisie – Météo : Températures stationnaires    Conversation téléphonique entre Kais Saïed et Faïez Sarraj    Palestine : aux origines étaient les Philistins    VIDEO : Korchide explique la gravité de la prise de la base militaire d'Al Watya par les turcs sur la sécurité nationale tunisienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Olivier Poivre d'Arvor: Leïla Menchari, ma reine de Carthage
Publié dans Leaders le 06 - 04 - 2020

Une très grande Tunisienne est partie ce samedi 4 avril. J'ai connu Leila Menchari, à Paris, alors qu'elle était la décoratrice attitrée d'Hermès, fidèle aux quatre rendez vous annuels de la vitrine la plus magique de la capitale, celle du 24 Faubourg Saint Honoré. Je l'ai invitée à la radio, alors que je dirigeais France Culture, j'ai partagé des moments avec elle et Jeanne Moreau, alors même que Josée Dayan réalisait un étonnant entretien entre les deux femmes: M par M, ou Jeanne Moreau et Leila Menchari. La veille de mon départ comme ambassadeur en Tunisie, fin août 2016, j'ai passé la soirée chez Azzedine Alaïa, à ses côtés, à boire et à l'écouter longtemps. Amoureux sans réserve.
Elle m'a parlé cette nuit-là de sa mère, Habiba Menchari, féministe accompli, qui savait aller plus loin dans ses engagements que Bourguiba, d'Abderrahman, son père juriste, de ces années trente à Tunis, à l'école des sœurs missionnaires d'Afrique à Carthage, dans la médina, lorsque naissant, la petite Leïla découvre un pays fait de murmures, d'ombres et de lumière. Une enfance et des voyages sur la côte, les parfums des fleurs d'oranger du cap Bon et comme elle le raconte à Michèle Gazier dans le très beau livre «Leïla Menchari, la Reine Mage», un monde contes et de légendes «les histoires que nous racontaient ma tante, le soir, pour nous endormir, étaient parfumées d'ambre et de tabac».
Sa Tunisie natale était présente à chaque moment de sa vie et de sa création: l'amour des artisans tunisiens, les chansons à la mode, les forgerons du boulevard Bal El-Menara, les plages de la banlieue sud, alors les plus belles, où, sublime de beauté, elle va nager, puis l'Ecole des Beaux-arts de Tunis où elle est la première femme étudiante.
A peiné arrivé en Tunisie à l'automne 2016, je suis allé sur ses indications au Jardin, à Hammamet, où elle avait sa maison. Dans ce paradis végétal, dans la mémoire des grands visiteurs de la Tunisie d'avant, les Flaubert, Gide, Wilde ou Klee, elle allait rencontrer, pendant les vacances scolaires, Jean Cocteau, Serge Lifar, Man Ray, Cecil Beaton, Luchino Visconti… chez celui qui allait devenir un ami très cher, Jean Henson, et chez qui elle apprendra le dessin, l'amour des bouquets, des compositions, des couleurs. Une maison, un Jardin, qui inspireront fortement Michel Tournier lorsqu'il écrira ses Météores.
La Tunisie, c'était son pays. Mais pour elle, les frontières n'existaient plus, elles étaient devenues des cicatrices de l'histoire. Elle se savait également française. Ferida, sa grande sœur, l'avait précédée sur la rive nord de la Méditerranée, elle l'avait naturellement suivie, pour rejoindre l'Ecole des Beaux Arts de Paris où elle restera quatre ans, sans rejoindre la Tunisie, sans son Jardin, sans les amis Eyquem, Zehrfuss… Leïla deviendra rapidement, par sa beauté et son élégance, l'égérie de Guy Laroche, et son mannequin préférée. Sa rencontre avec Annie Beaumel, la décoratrice d'Hermès, sera déterminante. Elle lui succèdera dans les années 70, et réalisera des dizaines de vitrines, dont l'exposition «Les Mondes de Leïla Menchari» nous rappellera à l'automne 2017 au Grand Palais l'extrême beauté.
Mon dernier souvenir, alors que je veux rendre un hommage affectueux à cette très grande Tunisienne, c'est cette soirée, à Aix en Provence, le 6 juillet 1998, lorsque dans la programmation du festival d'art lyrique, le metteur en scène, Marcel Bozonnet monte «Didon et Enée» d'Henry Purcell. Leila Menchari est là, dans les coulisses, elle a fait les costumes de la reine Didon, sa compatriote, une robe magnifique en étamine de laine brodée, comme ceux de tous les chanteurs et acteurs du spectacle. Un petit verre réunit les artistes à la fin de cette bouleversante représentation. Je vois, sans la rencontrer, pour la première fois, Leila Menchari, rayonnante. Je la dévore des yeux. Elle m'aimante. De ce jour, tu resteras, Leïla, ma plus belle tunisienne, ma reine de Carthage.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.