La bourse de Tunis entame une étape de crash amorti    Grève des agents de l'ATTT - Le report des dates de rendez-vous des visites techniques se fera gratuitement    Le conseil national de l'ordre des médecins souligne le droit des médecins d'exprimer leurs avis et opinions    Le PNUD TUNISIE et Attijari bank organisent le Hackathon Tekصح vers une santé plus connectée en Tunisie    Exclusif – Etude : L'immobilier en Tunisie, un secteur hors contrôle...    Marouen Abbassi présente les états financiers de l'année 2020 à Hichem Mechichi    Espace | Vol d'un hélicoptère sur Mars    Décès de Amor Latiri    Tunisie: Hanen Ftouhi renonce à sa nomination à la tête de Shems Fm    Mood Talent organise sa 36e édition à Dar El Marsa du 23 au 25 avril    Une foire commerciale tuniso-libyenne à Tripoli en mai prochain    Tunisie: kais Saied présente ses condoléances à son homologue égyptien    L'alimentation en Tunisie a désormais une revue dédiée, " BROUDOU "    "Covid'Art Espoir" s'engage pour CoviDar    Dans sa lettre de l'autre rive à Hannah Arendt : Le J'accuse de Sophie Bessis    Ooredoo lance une édition limitée de 4G Boxes aux couleurs de PSG    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 19 Avril 2021 à 11H00    Surpopulation carcérale, torture et risques de contamination par la Covid-19 | Jamel Msallem, président de la Ligue tunisienne des droits de l'Homme (LTDH), à La Presse : «Les conditions de détention dans les prisons tunisiennes sont illégales»    Un aperçu de quelques produits Huawei de la nouvelle stratégie 1+8+N    Tunisie: Le point sur l'état d'avancement de la campagne nationale de vaccination    Tunisie – Coronavirus: Nouvelles mesures du 18 au 30 avril, que risque-t-on en cas d'infraction?    Tunisie: Kais Saied, commandant suprême des forces armées "militaires et sécuritaires": La foire aux arguments    Tunisie-Neji Jmal: Kais Saied nous pousse vers l'inconnu [Vidéo]    Tunisie : Le mois du patrimoine en ligne du 18 avril au 18 mai    Classement WTA : Ons Jabeur grimpe à la 25ème place, historique !    Tunisie – météo : Légère hausse des températures avec quelques pluies    Réunion de la commission scientifique ce lundi 19 avril 2021    Les indiscrétions d'Elyssa    Handball | Nationale A – 1ère journée play-off : Le CA piège l'ESS    Volleyball | Championnat d'Afrique des clubs – 1er tour : A la portée de l'EST et du COK    Tunisie [Vidéo]: Distribution de couffins du Ramadan à Sfax par l'Association de la continuité des générations    Néjib Chebbi : Kaïs Saïed dirige un coup d'Etat soft !    Naoufel Saïed : Pourquoi avoir peur du président ?    One Tech Holding propose la distribution de 0,250 dinar par action    Première sportive tunisienne et africaine à être sacrée dans le JIU-JITSU brésilien : Hajer Jelili, une championne-née    Le président de la République présente ses condoléances à son homologue égyptien suite à un accident du train    Des mesures contre les contrevenants qui ne se conforment pas à la décision d'interdiction de la circulation des véhicules    Qui y a-t-il derrière les catastrophes en Egypte et à qui profitent-elles ?    Tunisie-Ligue 1 (J19 - matchs en retard): le programme de ce dimanche    Foot-Europe: le programme du jour    Mes odyssées en Méditerranée: Cachez-moi ces images que je ne saurais voir…    «Le Cadeau» de Farah Nabulsi: Court simple et très émouvant    Exposition «States of Exception», du 25 Mars au 2 Mai, à la station d'art B7L9 (Bhar Lazreg): Les œuvres de Thameur Mejri annonciatrices d'une nouvelle ère    Par Henda Haouala – La série TV « Ken ya Makenech » : délicieuse, grave et soignée    La prochaine mission habitée vers la Lune se fera dans un vaisseau de chez SpaceX    La Russie interdit l'entrée sur son territoire de responsables de l'administration Biden    Sfax | 3 migrants clandestins secourus et 21 corps repêchés    Tunisie: Vers l'inscription de deux sites Tunisiens dans le patrimoine mondial de l'Unesco    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Noces de jasmin» de Hella Feki: le roman de la révolution tunisienne
Publié dans Leaders le 18 - 11 - 2020

Par Slaheddine Dchicha - Bientôt dix ans et toujours le déni. Tout le long de cette décennie, malgré l'avalanche de témoignages, de documentaires, d'archives…, les négationnistes de tout poil, n'ont cessé de s'adonner à leur passion triste, nier la révolution tunisienne : elle serait d'après leur dire et délire au choix: un complot américain, un coup d'état qatari, une manipulation de la CIA, une conspiration d'Al Jazeera, un putsch numérique financé par le milliardaire George Soros…,
A tous ces sceptiques invétérés, «Noces de jasmin»* le beau roman de la franco-tunisienne Hella Feki, vient administrer un cinglant démenti. Ce roman polyphonique, à la composition savante et à la narration sophistiquée, raconte par le menu les neuf jours qui ont précédé et précipité la chute de la dictature de Ben Ali et l'avènement d'une révolution. Véritable.
Les derniers jours de la dictature
Deux jours après la mort de Mohamed Bouazizi, à travers la fenêtre de sa cellule, au sous-sol du Ministère de l'Intérieur, Mehdi, un jeune journaliste sfaxien de 28 ans assiste et nous fait assister aux évènements historiques qui se déroulent sur l'avenue Bourguiba :malgré les policiers armés jusqu'aux dents et les snipers postés en haut des immeubles, des milliers de manifestants font trembler le cœur battant de la Capitale par leurs chants, leurs revendications, leurs slogans…bravant ainsi leur peur : «On a toujours eu peur dans ce pays : peur des représailles, peur des répressions, peur de la torture, peur de la mort, peur des regards, peur des paroles. Ces peurs nous ont réduits au silence.» (p.28)
Le journaliste-prisonnier nous décrit aussi ses conditions de détention à travers le témoignage de sa cellule, car la cellule est un véritable personnage du livre…«Je le sais, parce que j'entends tout, je vois tout, je sens tout» (p.44), un véritable témoin oculaire des exactions de l'ancien régime que certains nostalgiques tentent de gommer et voudraient faire oublier: La torture, la cruauté, l'humiliation, les viols.
Exactions mais aussi prédations, corruption, arbitraire dont souffre le pays tout entier et que rapporte le récit qui se déploie en dehors de la cellule de Mehdi et au-delà de l'Avenue Bourguiba. A Tunis où le pharmacien Yacine possède une officine. A Monastir où le même donne des cours à la Faculté de pharmacie et où il a des vues sur Amel, une de ses étudiantes. A Sfax où résident sa mère Mama Aïssa et la famille de Mehdi.
L'amour au temps de la Révolution
On l'a compris, il s'agit de la grande Histoire, l'Histoire collective, mais incarnée par et dans des histoires individuelles « L'étincelle se met à éclairer les ténèbres de l'histoire et ravive les petites intrigues singulières, individuelles, qui ressurgissent comme une brûlure vive » (p.187). Et ces êtres de chair et de sang vivent, se rencontrent, entretiennent des relationset nouent des liens…Ainsi ce compte à rebours des derniers jours du régime de Ben Ali, qui organise le livre en trois parties : neuf jours, six jours et trois jours avant… est en même temps une cantate en trois mouvements et à quatre voix : Mama Aïssa, la mère de Yacine; Yacine, le père de Essia; Essia, l'amoureuse de Mehdi.
Mehdi et Essia la fille de Yacine se sont rencontrés à peine un mois avant les événements et ce fut le coup de foudre, l'amour fou : «Je fais naître la lune dans son regard. Je vois dans ses yeux que je l'habite déjà. C'est un amour si fort, dès cette première fois…» (p.19). Mais depuis l'arrestation de Mehdi, les amoureux séparés languissent chacun de son côté. Et Essia pour s'assurer de la réalité de son amour, ne cesse de revivre leurs ébats par le souvenir donnant ainsi à lire des scènes d'une liberté érotique et sexuelle rare dans la littérature tunisienne et encre plus sous la plume d'une écrivaine. Le lecteur pourrait en juger par les passages torrides des pages 18, 52,64, 66, 97. pourvu qu'il ne perde pas de vue que cette liberté érotique et féminine n'est qu'un aspect de la liberté sociale et sociétale émergeante.
Vérité polyphonique
« Noces de Jasmin » est un objet métisse à l'image des protagonistes Essia et son père Yacine mais aussi comme l'auteure Hella Feki, sont tous les trois franco-tunisiens. Le livre est à la foisune enquête journalistique sur la révolution tunisienne comprenant à la fin ses «repères historiques», un conte où les objets s'animent et parlent ( la cellule et la chemise de Mehdi) mais aussi un roman d'amour et un essai où il est question d' Albert Memmi, de Marguerite Duras et plus implicitement par allusion de Gilbert Naccache, l'auteur de «Cristal», d'Atiq Rahimi, l'auteur de Syngué sabour, de Halfaouine de Férid Boughedir et de la chanteuse Emel Mathlouthi…Métissage des origines, des cultures, des genres…
Dernière petite remarque sur le titre avant de laisser le lecteur apprécier par lui-même. Pour «les noces de Jasmin», il faut 66 ans de mariage. En 1945, Mama Aïssa a eu une relation amoureuse extraconjugale avec un soldat français dont Yacine, le grand aux yeux bleus, est le fruit : «Tu as gardé le silence pendant soixante-six ans, dissimulant ce secret glissé dans les étoffes du passé, laissant au temps la responsabilité des blessures, des traumatismes, de la solitude chaleureuse, de l'éclosion saine des abîmes» (p187). Nous sommes en 2011, faites le calcul… «Noces de Jasmin»!
*Hella FEKI, Noces de Jasmin, JC Lattès, 2020, 210 pages, 18.00 €


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.