Tunisie- Sadok Jabnoun: Jabnoun: Si Nabil Karoui s'avère innocent il pourra réclamer à l'Etat 10 millions de dinars    La souche britannique du SARS-Cov-2 fait son apparition en Tunisie    Avis aux innovateurs et Start-up Tunisiens : Postulez au Concours National de l'Innovation 2021    Tournoi de Doha : Ons Jabeur passe en huitièmes de finale    Zouheir Maghzaoui : Rached Ghannouchi est responsable de la crise !    Tunisie-Kef: Deux individus arrêtés pour le vol de 120 moutons    Plus de 400 parlementaires européens appellent à la mobilisation    6,23%    Menace d'une famine à grande échelle au Yémen    Les manifestations anti-junte en Birmanie    Les vaccins de la discorde...    «Dialogue des cordes» pour un Orient et un Occident tout en communion    Appel à la tolérance et à la solidarité    On tourne «le» page    Lancement d'un e-service de déclaration des investissements agricoles    Présidence de la CAF : la FIFA veut un consensus autour d'une candidature unique    Changements climatiques : Premier guide pédagogique publié en braille    Signature d'une Convention BH Bank / CNRPS    Booker international du roman arabe 2021 : les tunisiens Amira Ghenim et Habib Selmi demi-finalistes    Covid-19 | 164 cas confirmés d'infection en milieu scolaire du 23 au 28 février 2021    Tunisie – Coronavirus : Suspicion d'apparition d'une nouvelle souche à Kasserine    Ali Kooli : nous avons échappé à une notation plus sévère    Nouvelles révélations choquantes autour de la réception des vaccins    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 02 MARS 2021 à 11H00    Yassine Ayari : Kais Saied n'est pas un Dieu    Abir Moussi à Béja cette semaine    Belgacem Tayaa, de nouveau administrateur délégué de Tunisair    Concert Mozart par les musiciens et les choristes du Carthage Symphony Orchestra le 13 mars    OMS : Il est prématuré et irréaliste de penser vaincre le Covid-19 d'ici la fin de l'année    Badreddine Gammoudi : D'autres parties ont reçu des vaccins et des hauts cadres ont été vaccinés !    CONDOLEANCES    Le marché boursier clôture la séance sur une baisse de 0,31%    Ooredoo Tunisie lance le bouquet OSN Streaming App    Audition des membres du gouvernement : Sur fond d'instabilité généralisée    Les nouvelles dates du festival Gabès Cinéma Fen 2021    Contrepoint | Inégalités...    News | Adel Chedli rejoint Willy Sagnol    Mini-foot | Super league Elite ( 6e journée ) : Arriadh toujours imbattable    Ligue 2 | 5e journée ­- Groupes 3 et 4 : L'ES Djerba, solide leader    Tunisie [Audio]: Un député d'Ennahdha dément que Rached Ghannouchi ait reçu un vaccin du coronavirus    Ligue 1 : programme de la 15e journée et les arbitres    Météo | Pluies éparses dans quelques regions et températures stables    Les dirigeants ont oublié qu'ils ont des comptes à rendre    Sadok Jabnoun compare le scandale des vaccins au Watergate    Ephéméride : Le 1er mars 1924, Mohamed Daghbaji lança la révolte contre l'occupation française    Le jeune YouTubeur Fekrinho retrouvé mort à Oran    Officiel en Algérie : Le parlement sera dissous aujourd'hui    Aucun site classé patrimoine mondial depuis 1997, Habib Ben Younes tire la sonnette d'alarme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie: Bis repetita?
Publié dans Leaders le 18 - 01 - 2021

Par Slaheddine Dchicha - Impatients, certains Tunisiens, exigent de leur révolution au bout d'une décennie qu'elle accouche d'une société, d'un système, d'un personnel politique et de citoyens parfaits! Ils la pressent de venir à bout de tous les obstacles et de toutes les difficultés économiques, sociales, sanitaires…. Et comme ils ont le sentiment que rien n'a changé, ils répudient la Révolution en la niant et par désespoir tombent dans la nostalgie de la dictature. Humain, trop humain!
La Révolution confisquée
Mais, n'en déplaise à ceux qui en doutent et à ceux qui la nient, il y a eu en janvier 2011 bel et bien une révolution. Mais une révolution qui a été vite confisquée et dévoyée. Alors qu'elle a été déclenchée par et pour des revendications sociales, des opportunistes et des révolutionnaires de «la vingt-cinquième heure» l'ont déviée vers des buts politiques et en ont fait un instrument de conquête du pouvoir.
Et depuis trois présidents se sont succédé à Carthage et neuf gouvernements à la Kasbah et aucun n'a réussi ou n'a songé à améliorer les conditions de vie des damnés de la terre, ceux qui ont fait tomber la dictature parfois au prix de leur vie. Que l'on juge: aujourd'hui, 15% des Tunisiens vivent sous le seuil de pauvreté; le pouvoir d'achat a reculé de – 4%; le chômage qui est de 16% frappe 35% des jeunes!... Ajoutons la pandémie de coronavirus (177 231 cas dont 5 616 décès): un cocktail explosif!
Malgré ce bilan catastrophique, malgré les signes annonciateurs et malgré les avertissements divers et variés, la classe politique persiste dans son aveuglement et continue à faire la sourde oreille, une preuve supplémentaire, s'il en est, de son incompétence et de sa rupture avec le peuple au nom duquel elle ne cesse de prétendre agir et parler. Ainsi un couvre-feu et un confinement ont été décrétés pendant quatre jours afin d'éloigner ce peuple de l'espace public le jour anniversaire de la révolution (Voir notre article sur le confinement ici même) et croyant ainsi avoir la paix , le 1er Ministre s'est tranquillement mis à remanier son gouvernement!
La réponse du berger à la bergère
Mais, c'est compter sans l'esprit de révolte des jeunes défavorisés. Ces minots qui, en 2010 avaient 4, 7 ou 10 ans, sont sortis la nuit de l'annonce du remaniement, défiant le couvre-feu et le confinement et bravant la police et les forces de l'ordre. Des centaines de jeunes des. quartiers populaires de Tunis, Bizerte, Menzel Bourguiba, Sousse, Nabeul, Siliana, Kef… sont sortis narguer la police, brûler des pneus, forcer des portes, casser des vitres et se servir dans les magasins. Manifestations qui ont dégénéré? émeutes? Insurrection?
Pour l'instant silence radio des autorités mis à part les réflexes policiers et les méthodes répressives qui reviennent au galop, ainsi en est-il des déclarations du porte-parole de la Direction Générale de la Sûreté Nationale, Walid Hkima qui se contente de criminaliser ces événements et annonce l'arrestation de 247 jeunes en majorité mineurs.. Cependant, étant donné la simultanéité des troubles dans plusieurs villes, certains sur les réseaux sociaux évoquent l'hypothèse d'un encadrement et d'un commanditaire pour l'instant inconnus, mais oublient ainsi la spontanéité et l'intelligence collective de 2010.
Cela a déjà été dit, la plupart des observateurs, économistes, sociologues, politistes, experts placent la Tunisie devant cette alternative: une deuxième révolution ou le retour à un régime autoritaire. Cette répétition fait penser à Karl Marx, qui en 1852, dans son livre «18 Brumaire de Louis Bonaparte» adressait à Hegel le reproche suivant: «Hegel fait quelque part cette remarque que tous les grands événements et personnages historiques se répètent pour ainsi dire deux fois. Il a oublié d'ajouter: la première fois comme tragédie, la seconde fois comme farce.»
A qui des deux les événements en cours donneront-ils raison?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.