La Tunisie rembourse une échéance d'un emprunt international de 503,5 millions de dollars    Contestation féminine au mouvement Ennahdha    Autocritique au sein d'Ennahdha : Poudre aux yeux ou véritable révolution?    La Conect réitère son appel pour accélérer la mise en place d'un gouvernement    Le Salon de l'innovation dans l'artisanat se tiendra en octobre 2021 au Kram    Mohamed Goumani : On refuse le putsch au sein de l'Etat et du parti    Mechichi fait une déclaration de patrimoine à l'occasion de la fin de ses fonctions    Ligue 1 : Les entraîneurs de la saison 2020-2021    Tunisie-8 août: L'UGTT appelle ses adhérents à se faire vacciner massivement contre le Covid-19    Tunisie: Noureddine Taboubi appelle à organiser des élections anticipées    Kairouan Nasrallah : lacrymogène et jet de projectiles    Amical : l'ES Sahel bat l'ES Hammam-Sousse (4-1)    L'agence de notation PBR Rating attribue la Note A à la CDC Gestion    Houcine Dimassi : Kaïs Saïed devra laisser la personnalité qu'il choisira former son gouvernement seule    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 05 Aout 2021 à 11H00    La fédération nationale de la santé appelle a contribuer à la réussite de la journée nationale de vaccination    Béja-8 août: Transports publics gratuits vers les centres de vaccination [Vidéo]    Jeux Olympiques – Handball : L'Egypte éliminée la tête haute    Rapport : Valeur insignifiante des investissements directs étrangers, au premier semestre    CONDOLEANCES: Radouane DAADOUCHA    Le CSS en proie à des difficultés financières: Une reprise controversée...    Tunisie – Bahreïn : Entretien téléphonique Jerandi-Zayani    25 juillet, et après: L'heure des réformes a bien sonné    COOPERATION TUNISIE-JICA: Un soutien pour relancer l'économie    Moez Kamoun – Partner Consulting Leader à PwC PricewaterhouseCoopers : Des projets d'envergure prévus en Tunisie    News: Radhi Jaïdi arrive enfin !    Tribune | Education: La triche, une fatalité ?    «Titane» de Julia Ducournau, palme d'or à la 74e édition du festival de Cannes: Arrêt sur une controverse    Tfanen Takwin | Démarrage des stages en Tunisie après les 6 mois de cours: Renforcer des compétences de leadership culturel    «Semaine panafricaine de la critique d'art »: Réfléchir et dynamiser un métier    Météo: vents forts avec des phénomènes de sables    Tunisie : L'avertissement de Kaïs Saïed à ceux qui veulent instrumentaliser le ministère à des fins personnelles    Ligue 1 – Espérance : Anice Badri opéré au dos    Amical : Le FC Barcelone perd 2-1 à Salzbourg    Ephéméride – 4 août 2013 : Affrontements avec des terroristes à Tunis    Monde-Daily brief du 4 août 2021: Beyrouth, triste anniversaire un an après l'explosion du port    L'ONU choisit Tfanen – Tunisie Créative comme success story de mise en œuvre des ODD    Abdellatif Aloui à Kaïs Saïed : Rendez-moi mes livres que je vous ai offerts !    Hechmi Louzir : Le pic épidémiologique relève du passé    Urgent – USA : Une fusillade du Pentagone    Festival Carthage 2021 et Festival Hammamet 2021, finalement reportés    Erdogan à Saïed : Il est important de poursuivre les travaux de l'ARP en Tunisie    Festival Hammamet 2021 : Spectacle "Rboukh" du musicien Hatem Lajmi attendu en ligne    Un musée virtuel du patrimoine tunisien voit le jour    Jake Sullivan : Les Etats-Unis sont prêts à redoubler d'efforts pour aider les Tunisiens    [TRIBUNE] : Pour un état-major de l'économie    208 migrants clandestins secourus au cours des dernières 48 heures    17 migrants retrouvés morts à bord d'un bateau en route vers les côtes italiennes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'impossible débat : l'héritage des femmes en islam
Publié dans Leaders le 21 - 06 - 2021

Par Rafik Darragi - Dans un sondage lancé le 9 mars 2018 à l'occasion de la journée de la femme tunisienne, par la revue Leaders à l'intention de ses lecteurs sur la question de savoir, «êtes-vous pour ou contre l'égalité́ entre l'homme et la femme en matière d'héritage? », (www.leaders.com.tn.), les lecteurs se sont prononces à 24,62% pour et à 75,38% contre.
Comme le prouve ce résultat effarant, à l'heure où tout, ou presque tout, relève de l'urgence, à l'heure où la pensée n'est que modalité́ de l'action, il nous faut donc scruter les replis les plus noirs de notre conscience, et extérioriser ce que De la croix appelait «ce vieux levain, ce fonds tout noir» que tout homme possède, inconsciemment, au plus profond de lui-même. C'est à ce prix, c'est-à-dire, pénétrer dans le tréfonds de notre pensée, pour revoir nos jugements et apprécier à leur juste valeur le «poids de vérité́ humaine», de toutes ces manifestations variées, tous ces articles scientifiques écrits en vue de développer la culture d'égalité́ entre hommes et femmes.
Dans le monde musulman cette culture d'égalité́ laisse à désirer. Il en est ainsi, par exemple, du système successoral qui y est pratiqué. Il est devenu aujourd'hui l'éternel débat qui ne manque pas d'interpeller tout un chacun. Les voix dans le monde arabe réclament haut et fort l'égalité de droits. Elles dénoncent ce dangereux privilège de masculinité qui reste toujours d'actualité, et réclament une réforme de ces règles de succession totalement inadaptées aux réalités sociales actuelles.
Un ouvrage, en ce sens, L'héritage des femmes en islam : Exemple du Maroc, vient tout juste de paraître aux éditions L'Harmattan. Fruit de la collaboration de 23 experts dans des disciplines variées (théologie, sciences juridiques et politiques, sciences humaines et sociales), il pose directement les questions suivantes :
«Quels sont les fondements idéologiques de telles oppositions? Quel est le réel enjeu et qu'est-ce qui est en jeu ? L'égalité de droits dans l'héritage entre les citoyennes et les citoyens musulmans est-elle à jamais impossible?» (4e de couverture).
L'ouvrage est dirigé par Siham Benchekroun. Elle est médecin, psychothérapeute et écrivaine, ayant à son actif de nombreux ouvrages, nouvelles et romans de société, dont le best-seller marocain Oser Vivre. Militante associative, consciente de l'enjeu moderne, engagée dans la cause des femmes, elle avait obtenu l'hommage d'Amnesty International au Maroc en 2018.
Disons-le tout de suite : l'entreprise est de taille, le sujet offrant ample matière à réflexion qu'on ne peut résumer en quelques pages. Dans son introduction, Siham Benchekroun le présente en ces termes :
«Ce travail collectif et pluridisciplinaire procède d'une volonté de regards croisés. Ses auteurs n'ont pas toujours des opinions identiques, mais ils sont tous convaincus, cependant, qu'il y a injustice envers les femmes et que cette injustice n'est plus tolérable». (p.13
L'ouvrage, volumineux (342 pages), est constitué de trois grandes parties portant sur le Maroc comme base de travail: Approches théologiques, Approches Politico-juridiques et Approches sociétales. Outre l'introduction et la conclusion de Siham Benchekroun, il inclut également deux contributions, à propos du Liban par Carine Lahoud-Tatar et à propos de la Tunisie par Naîla Silini Radhaoui, professeure de l'enseignement supérieur et présidente de l'Unité de recherche : 'La Jurisprudence dans les Codes du Statut Personnel des Pays Arabes' (Faculté des lettres et sciences humaines, Université de Sousse).
Sa contribution, intitulée 'Les successions dans le Code du Statut Personnel tunisien: Problèmes et solutions', est une longue analyse (19 pages) de «deux questions fondamentales : les lois relatives à l'héritage telles qu'elles sont établies dans le CSP ; et la possibilité d'une nouvelle lecture des successions, répondant aux réalités des sociétés actuelles.» (p.294)
En Tunisie bien que le Code du statut personnel ait été promulgué dès le 13 août 1956, l'égalité dans l'héritage n'a toujours pas été votée, la loi actuelle s'appuyant uniquement sur le droit islamique. Certes, le président Béji Caïd Essebsi avait bel et bien manifesté son désir d'inscrire l'égalité successorale dans la loi. Il avait à cet effet créé une commission pour les libertés individuelles et l'égalité (Colibe) et ce, malgré la farouche hostilité des conservateurs, mais sa mort prématurée en a décidé autrement.
Dans sa contribution, rédigée initialement en arabe et traduite en français par Mohamed Khmassi, Naila Silini Radhaoui, n'évoque pas ce détail assez récent, de la vie politique tunisienne mais elle note toutefois, avant d'entrer dans le vif du sujet, que «chez les Marocains au moins, une partie de la société civile s'exprime publiquement sur ce sujet et certains jurisconsultes, ayant pris conscience, ont commencé à dépoussiérer les traditions qui ont tué toute pensée libre… Notre malheur à nous, c'est que chaque fois que nous souhaitons soulever la question de la réforme de la pensée religieuse, on se dresse pour mettre en garde contre le risque d'éloignement de la religion. Les gens prennent alors peur et se rétractent en refusant même de s'inspirer des autres sociétés musulmanes.» (p.294)
En visant à faire le point sur la question de l'héritage des femmes en islam, cet ouvrage scientifique redonnera sans aucun doute de l'actualité à cet interminable, voire impossible débat, à propos des valeurs de laïcité et de séparation du politique et du religieux, qui ne cesse d'agiter les milieux intellectuels musulmans.
L'héritage des femmes en islam. Exemple du Maroc. Sous la direction de Siham Benchekroun
L'harmattan, Paris 2021.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.