Les Tunisiens de France rapportent à l'Etat 3807.9 MD    Wassim Boukhris : retour à la normale des prix des volailles    Inauguration officielle de la Chaire ALECSO pour l'arbitrage commercial international (Album photos)    Ce qu'a dit le Ministère de l'Infrastructure de l'Ukraine sur la Tunisie    Moncef Dhouib : quel sort réserve-t-on à l'église de Sfax après l'arrêt des travaux ?    Kristalina Georgieva : les négociations avec la Tunisie ont atteint un stade avancé    Mziou : le président doit interdire par décret les poursuites de civils devant les tribunaux militaires    La dette publique est passée de 25 à 106 milliards de dinars en 2022, selon Mohamed Salah Souilem    Zarzis | Affluence des africains subsahariens : La situation risque de dégénérer    LC Europe (Poules / 3è J) : les matches de ce mardi    Conflit FTF - Croissant Sportif Chebbien : longues réflexions sur une courte décision    Météo en Tunisie : Ciel peu nuageux à partiellement nuageux    Tunisie-Accidents: 11 morts et 372 blessés en 24h    Le Groupe BNA signe des conventions de partenariat avec le SPOT    Tunisie : Retour à la normale pour les prix de la viande de volaille ?    Manifestation sportive de sensibilisation aux avantages du dépistage précoce du cancer du sein : 20.000 nouveaux cas au cours de l'année 2020-2021    Services de proximité : Séparer le bon grain de l'ivraie    Entreprises citoyennes et gouvernance locale : Le grand défi de Saïed    37eme édition du festival international du film francophone de Namur | « ASHKAL » de Youssef Chebbi : Du réel à l'abstrait    Les indiscrétions d'Elyssa    Ce qu'a dit la directrice du Fonds Monétaire International sur la Tunisie    Contrepoint | Où en sommes-nous ? Où allons-nous ?    Tunisie: 10911 infractions économiques du 23 août au 1er octobre 2022    Ils ont dit…    Mondial 2030 : En Ukraine, Espagne et Portugal !    Météo du mardi 4 octobre 2022    Le neurologue Tunisien Riadh Gouider élu membre correspondant à l'Académie française de médecine    Ballon d'or 2022 : Podium de KB9, Mané et Vinicus !!    Classement WTA : Ons Jabeur, 2e mondiale, pour la 4e semaine d'affilée    Législatives en Tunisie: Vers une Assemblée atypique    Essia Jaïbi, metteuse en scène et dramaturge, à La Presse : «J'aime que le théâtre soit le sujet et l'outil»    Des héros anonymes    DECES : Leïla DEHAIMI    CONDOLEANCES : Feu Ali TABOUBI    Ambition Africa : renforcer les liens économiques et commerciaux avec l'Afrique    L'insupportable arrogance des Occidentaux    Tunisie Telecom et Huawei : ensemble pour la création de l'avenir    Ukraine : Des canons français que même l'armée de Macron n'a pas, l'Allemagne suit    Jasmin Open Monastir : Sur quelle chaine regarder les matches de Ons Jabeur ?    Run In Carthage a vécu sa 6ème édition après deux ans d'interruption due à la Covid : Comme on se retrouve !…    Des pays européens ont l'intention de restreindre les transferts de fonds des résidents étrangers, selon l'OTE    Jean-Pierre Elkabbach reprend la plume    Création "Wahm" de Marwen Errouine avec Le Ballet de l'Opéra de Tunis    L'affaire FTF-CSChebba au crible | Entre bonne guerre et mauvais procès...    Burkina Faso : Des manifestants s'en prennent aux intérêts français dans le pays    Hédi Bouraoui élevé Académicien à vie à la Société Royale du Canada    Monde-Daily brief du 30 septembre 2022: Guerre en Ukraine : Poutine officialise l'annexion de quatre régions occupées    Spectacle Mallasine Story interprété par Bilel Briki au 4ème art    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mouna Kraïem - Le président de la République dans le projet de constitution : Un président qui peut tout faire mais qui ne peut mal faire
Publié dans Leaders le 01 - 07 - 2022

Par Mouna Kraïem, Maître de conférences agrégée en Droit public. Les articles relatifs à la « fonction exécutive » font l'objet du chapitre 4 du projet de constitution. Ledit chapitre est divisé en deux sections relatives respectivement au président de la République et au gouvernement. Il s'agit, par conséquent, d'un exécutif structurellement bicéphale, déséquilibré au niveau des attributions.
Une lecture rapide des dispositions du projet de constitution relatives au président de la République nous permettent de dégager une multitude de remarques quant à son statut ainsi qu'à ses attributions.
1/ Le statut du président de la République
Nous examinerons tour à tour les conditions d'élection du président de la République ainsi que son irresponsabilité.
A/ Les conditions d'élection
Le président de la République est le Chef de l'Etat. Sa religion est l'Islam.
Il est bien clair que le projet de la constitution consacre à travers la condition d'islamité du président de la République, une inégalité entre les Tunisiens puisque les citoyens tunisiens non musulmans sont privés de se porter candidats à la magistrature suprême. Il s'agit encore une fois d'un privilège accordé à la religion musulmane en méconnaissance du principe de l'égalité et notamment du caractère civil de l'Etat dont on ne trouve aucune trace dans le projet proposé.
Par ailleurs, le droit de se porter candidat est ouvert aux seuls citoyens à l'exclusion des citoyennes comme cela était clairement indiqué dans la constitution de 2014.
Le candidat à la présidence doit être de nationalité exclusivement tunisienne, âgé de 40 ans au moins et il est élu pour une période de cinq années renouvelable une seule fois. Le projet n'indique pas un âge maximum pour la candidature à la magistrature suprême.
Le président de la République est élu au suffrage universel, libre, direct et secret durant les trois derniers mois du mandat présidentiel. Il prête le serment devant le parlement et devant le conseil national des régions et des districts.
Il convient de préciser que le projet dans son article 89 renvoie à la loi électorale pour la fixation des conditions et des modalités de présentation des candidatures.
B/ L'irresponsabilité du Chef de l'Etat
L'article 110 du projet fait bénéficier le président de la République d'un statut d'irresponsabilité perpétuelle est absolue. En effet, selon les termes mêmes de cet article, le président de la République jouit tout au long de son mandat d'une immunité. Cette immunité couvre tous les actes qu'il a accomplis à l'occasion de l'exercice de ses fonctions même après la fin de son mandat.
Contrairement à la constitution de 2014, aucune exception n'est prévue à cette irresponsabilité. Il convient de rappeler à cet égard, que l'article 87 de la constitution de 2014 prévoyait une responsabilité du président de la République en cas de violation manifeste de la constitution. De ce fait, nous assistons à un retour à la constitution du premier juin 1959 dans laquelle le chef de l'Etat était totalement irresponsable et au-dessus de tout reproche. Ceci est en flagrante contradiction avec l'idée selon laquelle il n'y a pas de pouvoir sans responsabilité. Le président dans la nouvelle constitution ne peut, à l'instar d'un monarque, mal faire !
Qu'en est-il maintenant de ses pouvoirs ?
2/ Les « prérogatives » du président de la République
Le président de la République est le véritable maître de l'exécutif.
Il exerce des fonctions constituantes, des fonctions législatives et autres fonctions.
A/ Maître de l'exécutif
L'exécutif n'est plus un pouvoir mais une fonction. Sa structure est bicéphale. Il se compose d'un président et d'un Chef de gouvernement. Il est totalement dominé par le président de la République.
• Le président de la République est le Chef de l'Etat. Nous serions même tentés de dire qu'il est le véritable Chef dans l'Etat. En effet, c'est lui qui détermine la politique générale de l'Etat et fixe ses choix essentiels et en informe l'Assemblée des représentants du peuple et le conseil national des régions et districts. Bien évidemment cela recouvre aussi bien les choix internes que ceux relatifs à la politique étrangère.
• Il désigne le Chef du gouvernement et nomme également les membres du gouvernement. Il met fin aux fonctions du gouvernement tout entier ou à l'un de ses membres de façon unilatérale ou sur proposition du chef du gouvernement. Nous sommes loin par conséquent de la logique du régime instauré par la constitution de 2014 selon laquelle le gouvernement doit obtenir la confiance du parlement. Ce dernier est responsable devant le président de la République. Mais il assume également une responsabilité politique devant l'Assemble à travers la technique de la motion de censure.
• Il exerce le pouvoir règlementaire général et peut le déléguer totalement ou en partie au chef du gouvernement.
• Le président de la République est le chef de la diplomatie. Il nomme les ambassadeurs et les ambassadeurs des Etats étrangers sont accrédités auprès de lui.
B/ Les fonctions constituante et législative
• Le président de la République dispose à l'instar du tiers des députés de l'initiative de proposition de révision de la constitution. Il peut même proposer au référendum tout projet de révision.
• Il dispose de l'initiative législative et ses projets sont prioritaires. Il convient de signaler à cet égard que le président de la République dispose de la compétence exclusive de présenter les projets de lois d'approbation des traits ainsi que les projets de lois de finance.
• Le président de la République prend des décrets -lois pendant la vacance parlementaire en cas de dissolution du parlement.
• Il peut renvoyer tout projet de loi pour une deuxième lecture. Il promulgue les lois et ratifie les traités.
• Le président de la République peut proposer au référendum de façon directe et sans l'intermédiaire du parlement tout projet de texte législatif ou constitutionnel et tout projet de loi relatif à l'organisation des pouvoirs publics.
C/ Autres prérogatives
Le président de la République préside le conseil de la sécurité nationale. Il accorde le droit de grâce. Il nomme les magistrats sans être lié par l'avis du Conseil supérieur de la magistrature.
Le magistrat suprême peut dissoudre l'Assemblée des représentants du peuple. Ce pouvoir est discrétionnaire alors qu'il était lié dans la constitution de 2014.
En guise de conclusion, le constat préliminaire qui se dégage d'une lecture diagonale du projet de constitution conforte l'idée selon laquelle le régime préconisé par les rédacteurs de ce texte est un régime fortement présidentialisé dans lequel le Chef de l'Etat serait la clef de voûte de toutes les institutions et le gouvernement n'est qu'un organe assistant le président. Il marque ainsi au niveau de la répartition des pouvoirs ainsi que la nature du régime politique, une rupture radicale avec la constitution de 2014 et un net retour à la constitution de 1959 en espérant qu'il n'est pas de même pour les libertés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.