Rapport – BCT : Les risques des crédits de l'Office des céréales pèsent lourdement sur le secteur bancaire    Nigeria – Tunisie : Sur quelle chaîne et à quelle heure regarder le match en direct – 23 janvier 2022    Hand – J05 Elite Homme : résultats des matches en retard    Tunisie – Nigéria : en photos, la conférence d'avant-match    Etude – Le changement climatique diminuera la production céréalière de 30 à 50% par an    Le CSM refuse de communiquer son avis sur le projet de réconciliation pénale de Kaïs Saïed    Saïed a parlé à Macron, a donné des gages mais droit dans ses bottes    Entretien téléphonique entre Kaïs Saïed et Emmanuel Macron    Steg : plusieurs quartiers à Sousse, Monastir et Sfax sans électricité dimanche    Meurtre du commandant Houimli : 3 condamnations dont une peine de mort    Mahdia : il assassine son papa avec une batte de baseball    STEG : Des coupures à Sousse, Monastir et Sfax ce dimanche    Meurtre d'un policier à Bizerte: Les peines vont de quatre ans d'emprisonnement à la peine capitale    Bilan Covid-19: 9.892 nouveaux cas et dix décès    Tunisair : Les revenus du transport augmentent de 24,7%, en 2021    REMERCIEMENTS ET FARK : Nejiba AMMAR    Rapport sur les entreprises publiques : Les factures non réglées pénalisent la Steg    Antonio Guterres espère un rétablissement des institutions démocratiques en Tunisie    Semaine boursière : Le Tunindex en mauvaise posture    Foot-Europe: le programme du jour    CONDOLEANCES    Tunisie – Nigeria : Un arbitre sénégalais au sifflet    CAN 2021 | Une défaite amère : Pas de quoi être fiers    CAN 2021 | L'équipe de Tunisie passe aux huitièmes : Qualification «miséreuse» !    Billet | Ils font peine à voir !    Le CSM ne plie pas : Un problème de plus pour Kais Saied    Pourquoi? | Du respect des citoyens    Fermeture des établissements scolaires : Une polémique stérile    Mouhiba Chaker, romancière : «Ecrire en français n'est pas pour moi un choix réfléchi !»    Projet Fourousyet : La belle épopée du cheval et de l'homme    «Streams» de Mehdy Hmili : La vie côté démons !    Industrie : Les obstacles n'ont pas freiné le développement du secteur aéronautique en Tunisie    Tunisie-Coronavirus [VIDEO] : Zakaria Bouguira met en garde contre la virulence d'un nouveau variant mutant d'Omicron    Banques islamiques : Résultat net en hausse de 265% en 2020    BNA Bank réalise un PNB en hausse de 20% en 2021    Evènement "Les Nuits de la lecture" en ligne: 6ème édition sous le thème de l'AMOUR    11 Tunisiens meurent noyés dans le naufrage de leur embarcation    Le chanteur hip-hop Balti et Elyanna réunis dans une chanson tuniso-palestinienne (vidéo)    Syrie: Daech attaque une grande prison et libère plusieurs terroristes    Sculpture sur un minéral ancestral, le lapis specularis    Russie-Ukraine : Poutine monte d'un cran, un danger imminent pour l'Europe, les USA, le monde    Gabès Cinéma Fen 2022: les inscriptions pour les films sont ouvertes    Tunisie-La Marsa : Kobbet Lahoua classé monument historique national    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Avec la verve d'un conteur iconoclaste
Publié dans Le Temps le 30 - 12 - 2017

Un nouveau roman de Taoufik Ben Brik vient de paraître chez Sud Editions. Mots ciselés, soliloque en spirale et style débridé sont au rendez-vous d'un texte savoureux qui épingle bien des conventions. A découvrir pour apprendre comment un écrivain devient un "bandit des lettres"...
Après "New York, banlieue de Tunis", Sud Editions vient de publier un nouveau roman de Taoufik Ben Brik. En fait, ce livre est une réédition d'un ouvrage paru en 2004 sous le titre "The plagieur" chez Exils éditions. Ce texte reparait ainsi sous un nouveau titre, dans une édition tunisienne qui permettra certainement au public de découvrir cette oeuvre peu connue d'un auteur qui a fait ses preuves littéraires et iconoclastes en langue française et aussi en arabe.
Né en 1960 à Jérissa, Ben Brik est en effet l'auteur d'une dizaine d'ouvrages dont plusieurs sont parus chez Sud Editions. Citons notamment en arabe "Kawasaki" et "Ikhwan Hamlet" respectivement publiés en 2014 et 2016. Avec "Le Bandit", nous retrouvons la plume déliée et le style lapidaire et toujours enthousiaste de Ben Brik qui joue avec les mots, jongle avec les expressions et plante un décor improbable peuplé d'êtres imprévisibles. Le personnage central de ce roman est un bandit des lettres, une sorte de voleur de paragraphes qui combat un pouvoir injuste à travers la littérature et la justesse des mots.
Comme un Don Quichotte en goguette
Ici c'est l'imagination au pouvoir, à l'image du verbe fleuri et parfois outrancier d'un Charles Bukowski ou d'un Cavanna. Introduit par une préface de Edward Said intitulée "Le Bandit arabe", le livre se déguste comme on lirait un San-Antonio ou un Chester Himes. Dans le registre de la Série noire, avec un vocabulaire qui va dans tous les sens, Ben Brik laisse aller sa plume dans un délire verbal jubilatoire. Rien ne semble pouvoir l'arrêter et il parvient à vite entraîner son lecteur dans une spirale de mots, entre imprécations et jurons. Dans sa préface, Edward Said écrit: " Autour de Ben Brik, les bouteilles volent, les coups pleuvent. Ah! comme il se bat bien! et surtout comme il aime se battre".
Comme un Don Quichotte en goguette, l'auteur multiplie les clins d'oeil et les digressions, cultive un parler voyou qui peut heurter mais se trouve au coeur du propos. Car, malgré sa légèreté apparente, ce livre est un pamphlet qui reste d'actualité, une diatribe qui pourfend les pouvoirs usurpés et un texte qui se croque savoureusement. A chaque page son envolée! Et voici un lyrisme des tréfonds qui s'impose et banalise le verbe majeur, celui qui établit les pouvoirs, celui de la norme et de la convention.
Un sublime trafiquant d'alphabet
Très oulipien, Ben Brik joue à faire de la littérature et n'adopte en aucun cas la morgue de certains auteurs. De fait, il place l'anticonformisme comme matrice de sa démarche et ne marchande pas avec le mot qui jaillit. Il en découle un flot verbal irrépressible qui peut être assimilé au cri sans fin de tous les opprimés. Mieux, dans une verve célinienne, Ben Brik semble s'amuser à faire renaître ces brigands de grand chemin de la poésie arabe qui avaient le verbe haut et téméraire. Poussant le lecteur dans ses derniers retranchements, l'auteur confesse: "Je parle mal. J"écris mal. Ma phrase est invalide, morne, lugubre, sans ailes". Toutefois, c'est le contraire qu'on découvre au fil des pages de ce soliloque impertinent qui cherche à retrouver le livre de la vraie vie de son auteur.
Bourré de références, écrit comme un journal à vif, "Le Bandit" est un régal pour qui aime être surpris et ne ressemble à aucune autre oeuvre tunisienne contemporaine. L'auteur y flirte avec le vide, s'y oppose à un dictateur et revient toujours vers les lettres dont il s'avère être un sublime trafiquant. En 130 pages, Ben Brik nous balade dans "une vie sans sel" où l'on retrouve coincés entre les pages de l'histoire des visages connus et de vagues profils fuyants. Au fond, ce livre révèle un auteur tourmenté par l'écriture et ses finalités mais pour lequel la langue qui voltige, décrit et se recrée est bel et bien l'arme ultime pour faire vaciller des piédestals toujours illusoires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.