Tunisie – AUDIO : Quel coût financier pour la grève générale de deux jours ?    Porto Farina : Quand Brahim Letaief nous rend le cinéma qu'on aime    Open d'Australie – Double : Malek Jaziri et son partenaire éliminés en huitièmes de finale    Un fort séisme frappe le nord du Chili    Hella Ben Youssef Ouardani: Un nécessaire sursaut patriotique !    Mokhtar el khlifi: L'heure de la vérité amère a sonné pour tous.    Coupe de la CAF: le programme de dimanche    Mondial Hand 2019 : la Tunisie affronte la Hongrie    Ligue des champions : le classement et les résultats de la deuxième journée    Tunisie – Le gouverneur de la banque centrale refuse de se présenter devant le parlement ?    Les Femmes américaines s'insurgent contre le président Donald Trump à Washington    Syrie: Des blessés lors d'une forte explosion à Damas    France : VIDEO : Incendie mortel dans une station de Ski à Courchevel    Une responsabilité collective à assumer    La confiance de retour    Bientôt les soldes d'hiver    Indestructible la volonté générale, et sans violence…    Coupe de la CAF (16èmes de finale bis-aller) : Formation probable du CSS contre Vibers (OUG)    Programme TV du dimanche 20 janvier    Panache et intelligence    Tunisie – Il n'est pas question de lever les subventions sur les médicaments    Grève générale dans la fonction et le secteur publics, les 20 et 21 février prochain    Les objectifs de la révolution non encore réalisés    Quand l'analphabétisme gagne du terrain    Retour sur la collision entre un train du TGM et une voiture légère à Carthage Byrsa    Gagner la confiance des régions    Le cinéma de la cité arrive !    Le parcours et l'empreinte d'une infatigable cinéaste    En attendant Vénus...    La Tunisie affronte ce soir la Hongrie 2ème du groupe D    Tunisie: Vers l'imposition de taxes sur les produits d'artisanat contrefaits    Le ministre des Affaires étrangères représente le Président de la République au 4ème Sommet arabe du développement économique et social à Beyrouth    Tunisie: Arrestation d'un agent de l'aéroport Tunis-Carthage ayant volé la valise d'un voyageur    Des députés Européens appellent la Tunisie à cesser les arrestations et la torture des gays et à abolir l'article 230 du Code pénal    Rafik Darragi: Le nombre 9 dans la littérature internationale (Italie & Angleterre)    Météo: Prévisions pour dimanche 20 janvier 2019    Le Portugal vise plus de coopération dans le domaine de l'environnement avec la Tunisie    Officiel : nouvel appel à la grève les 20 et 21 février par l'UGTT    Une facture assez lourde pour Tunisair et des voyageurs mécontents    Youssef Chahed, sera le leader du nouveau projet politique    De partout… De partout…    Quand des Tunisiens recréent le "Casse-Noisette" de Tchaikovski    Entre haiku, haijin et satori    Une facture salée    Nouvelles nominations annoncées par le Ministère du Transport    En grande première : Une unité militaire aérienne tunisienne en mission de paix à l'étranger (Photo - Vidéo)    En Algérie, des citoyens transforment en potager une route que la municipalité tarde à aménager    Date des prochaines élections présidentielles algériennes fixée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





JTC 2018: «Contrebande» de Taieb Mlaiki.. Le monde impitoyable du commerce parallèle
Publié dans Le Temps le 16 - 12 - 2018

Pour sa première production, le Centre d'art dramatique et scénique de Kasserine a choisi de traiter la contrebande, un phénomène qui ronge la région du sud et sa jeunesse.
Jouée à l'espace El Teatro, jeudi, dans le cadre de la section parallèle de la 20ème édition des Journées Théâtrales de Carthage (JTC), « Contrebande « de Taieb Mlaiki dénonce les ravages de la contrebande et le commerce parallèle dans la société en particulier dans le sud du pays.
A travers un décor sombre, une musique apocalyptique, une odeur de carburant, et des visages cachés derrière un maquillage noir et blanc, Taieb Mlaiki s'emploie à mettre en scène l'univers impitoyable d'un monde caractérisé par la violence, la cupidité, l'absence d'humanité et la mort.
Interprétée par des acteurs issus de la région de Kasserine à savoir Riadh Missaoui, Alid Khadhraoui, Karim Rouafi, Jamai Al Maamari, Chaima Mbraki et Sami Amri, la pièce « Contrebande « se veut un miroir du quotidien d'une population régie par la peur où « pour vivre il faut arrêter de rêver ».
Même si dans le synopsis, l'action se déroule dans les années quatre-vingt-dix dans une usine désaffectée où «Si Cherif» un personnage présent absent gère avec une main de fer les activités de la contrebande avec la complicité de sa femme et de ses ouvriers, « Contrebande « reste dans son traitement au niveau du texte et de la mise en scène une pièce contemporaine. La contrebande ou « la machine « comme la nomme les ouvriers s'alimente du côté sombre de la nature humaine. Ainsi quand le pouvoir de « Si Cherif « s'effrite face aux conflits entre les tenants de ce commerce, la machine de la contrebande ne tombe pas et continue à prospérer grâce au maintien de la peur, de la corruption et la montée de nouveaux chefs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.