Tunisie: Le maire du Kram interdit la commercialisation des produits israéliens    Tunisie-Tunisair: Avis aux passagers à destination de l'Allemagne    Le chef du gouvernement participe à un sommet virtuel sur le terrorisme en ligne    La Tunisie poursuit ses contacts pour une mobilisation internationale en faveur de la cause palestinienne    La Tunisie n'a pas sollicité une restructuration ou un allégement de sa dette    Tunisie – Sousse : Pas de décès au covid durant le jour de l'Aïd    Fathi Laayouni interdit la vente de produits israéliens dans la commune du Kram    Hichem Mechichi : La lutte contre la cybercriminalité, un des défis majeurs pour notre pays    Covid-19 | 34 décès et 457 nouvelles contaminations recensés le 13 mai    « La Tunisie n'a pas présenté une demande pour bénéficier du cadre commun du traitement de la dette des pays pauvres »    VIDEO : Afflux de centaines de jordaniens vers la frontière avec la Palestine    Para Athletics – Grand Prix de Nottwil: Walid Ktila remporte la course des 800m et bat son record d'Afrique    Mechichi, ce soir avec Macron, la Première ministre de Nouvelle Zélande, Boris Jhonson et Trudeau en sommet virtuel contre le terrorisme    INS : Augmentation des importations du phosphate de 35,1%    La situation dans les territoires occupés au centre d'un entretien téléphonique entre Ghannouchi et des dirigeants de Hamas    La Tunisie en crise : La diaspora vole à son secours    Chaos sur les routes de la Tunisie à cause de l'ambiguïté des mesures gouvernementales    SNCFT : Reprise, à partir de vendredi, du trafic ferroviaire desservant les grandes lignes    Sonede - Un sabotage à l'origine des perturbations dans la distribution de l'eau potable    Israël abat un palestinien qui allait commettre une attaque au couteau    La régularité des vols Tunisair dépasse les 94%    Hafedh Zouari : L'échange de vœux de l'Aïd entre les trois présidences est un message positif    Après avoir annoncé le contraire, l'armée israélienne nie être entrée dans Gaza    Et pourtant...notre pays est riche en compétences !!    Vrai ou faux Docteur Louzir ?    Origines du Covid-19 : l'hypothèse de l'accident de laboratoire écartée à tort ?    Washington fait appel à l'Egypte et la Tunisie pour désamorcer la crise en Palestine    Mechichi se rend à la salle centrale des opérations au ministère de l'Intérieur    Banque mondiale : Hausse de 2,5% des transferts d'argent vers la Tunisie en 2020    Expatriés : Aissa Laidouni élu joueur de l'année en Hongrie    Le chef du gouvernement annonce une série de mesures au profit des victimes de la pandémie    JO de Tokyo : « Impossible » d'organiser les Jeux, selon un syndicat de médecins japonais    Coupe de Tunisie : on connaît la date du tirage au sort    La récolte de blé 2021 sera meilleure que la précédente, dixit Kraïem    Football : Programme TV de ce jeudi 13 mai 2021    Palestine - Israël: Le fer et par le feu    Chedli Klibi : un an déjà    JO-2020 (TQO) – Basketball : Le Cinq national en stage à partir de lundi à Monastir    Tunisie: Covid-19 : Le chant de l'espoir et des retrouvailles (clip et spot)    Tfanen organise des tables rondes digitales sur la contribution de la culture au développement durable    L'UTAP met en garde contre un éventuel effondrement de la filière laitière    Judo : 18 judokas tunisiens au tournoi qualificatif à Dakar pour les JO de Tokyo    Foot-Europe: le programme du jour    Willis from Tunis: 10 ans et toujours vivant    Dreams Chebeb, 2e édition: 15 projets artistiques voient le jour malgré la crise    Décès du doyen de l'ophtalmologie Ridha Mabrouk    " De la Casbah de Mazara del Vallo à la Petite Sicile de La Goulette " : La longue histoire des échanges entre l'Italie et la Tunisie    Covid19 : Report de la manifestation théâtrale "Semaine pour le théâtre tunisien"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





« Où allons-nous ! »
Publié dans Le Temps le 27 - 03 - 2020

Ce n'est pas une question posée. Mais nous reprenons, en l'occurrence, l'exclamation dépitée et rageuse exprimée, avant-hier, par le ministre de la Santé dans son point de presse pour fournir aux Tunisiens ce bulletin quotidien sur l'état des lieux. Le Covid-19 continue sa progression satanique vers ce pic dont personne ne pourra prévoir l'ampleur. Une courbe exponentielle, irrépressible avec le peu de moyens logistiques dont disposent nos unités hospitalières. Cafouillages, par-dessus le marché, dès lors que des soldats de la noble armée des blouses blanches sont, eux aussi, contaminés, et c'est là la catastrophe.
Médecins contaminées, personnel paramédical, personnel en charge de la maintenance et de la salubrité : un seul cas, et toute la chaine de la pandémie se met en branle. Ce qui s'est produit au CHU Habib Bourguiba à Sfax, à l'hôpital la Rabta, l'hôpital Charles Nicolle et la clinique de la Soukra révèle, à n'en pas douter, de monstrueuses carences organisationnelles. On a même vu-nécessité et désarroi obligent-un tube d'oxygène acheminé à un patient souffrant d'insuffisance respiratoire acheminé à travers une fenêtre aux urgences du CHU Sfax….
Dans la psychologie des sapeurs-pompiers
En aucun cas, il ne s'agirait là, d'incriminer le ministère de la Santé, dès lors que le système de la Santé publique est ainsi fait qu'il ne pourrait réellement faire face, avec ses latentes carences structurelles, à un fléau d'une telle ampleur. En l'occurrence, redécouvre-t-on ce que l'on savait déjà. A savoir, très peu de CHU dans le pays, un nombre honteux de lits de réanimation. Il est évident que la poussée démographique de la population n'a pas induit l'implantation d'hôpitaux capables d'assurer une couverture sanitaire adéquate. Plutôt, une concentration d'hôpitaux dans la capitale, un seul CHU dans la capitale du sud, rien à Béja, rien dans le Nord-ouest et rien au sud du pays.
Le Covid-19 vient confirmer cette déchirante réalité. Parce que le nombre d'hôpitaux est resté le même depuis Bourguiba, et parce qu'avec Ben Ali ça aura été l'excroissance des cliniques privées. C'est, là, le drame d'une santé à deux vitesses. Comme c'est le cas pour l'enseignement. Les plus nantis se font soigner, tandis que le bon peuple doit faire la queue, stresser le personnel médical, affluer du Nord au Sud et de l'Est à l'Ouest vers les hôpitaux spécialisés dans certaines pathologies (comme l'hôpital Salah Azaïez pour les tumeurs, ou encore l'hôpital d'enfants de Bab Sâadoun, idem pour la polyclinique de la CNSS qui, elle seule, dans le pays fournit les médicaments aux patients porteurs de pathologies lourdes et de maladies chroniques). Il est tout à fait normal, dans un tel contexte, que le parcours du patient doive être redessiné, que l'on procède au tri et que l'on préserve les services de réanimation et son personnel contre toute forme de contamination. Le cri de détresse des internes du CHU Habib Bourguiba à Sfax et qui travaillent au service de réanimation en constitue une forte alerte. Toute une nouvelle organisation. Une nouvelle approche. Et, déjà, l'hôpital Abderrahmane Mami de l'Ariana a été « réquisitionné » pour y installer un vaste service de réanimation, encore qu'il faille le pourvoir en nombre de lits suffisant et en nombre de respirateurs. Pour autant, le ministère de la Santé publique est, maintenant, dans la psychologie des sapeurs-pompiers qui voient le feu se déclarer partout et qui ne savent plus où donner de la tête.
Relents daéchiens…
Mais le « Où allons-nous ! » n'est, en aucun cas, un aveu d'impuissance de la part d'Abellatif El Mekki. Il tient à la rébellion d'une bonne frange de la population. Rébellion, c'est, en effet, le mot. A Oued Ellil, à Jebel Lahmar, des manifestations se sont dressées contre le confinement total, narguant le couvre-feu, narguant les forces de sécurité et les dispositifs de l'armée. Ils scandaient : « Allahou Akbar » dans le pur style du champ sémantique daéchiens. Une vidéo venant d'Egypte, mise en ligne par une secte obscurantiste et véhiculant des « fatwas » d'un autre âge a largement circulé sur la toile, impliquant Dieu dans une espèce de déni à l'endroit de la science.
La religion musulmane, révélée au Prophète, avec ce premier commandement « Iqraâ », c'est-à-dire « Lis » est une aumône faite au savoir. Nulle autre religion que l'Islam ne glorifie autant le Savoir.
Or, il n'y a pas que ces jeunes endoctrinés et, pour le moins écervelés. Bon nombre parmi nos concitoyens sont dans la superstition : « Dieu a créé ce virus en signe de rédemption pour l'Humanité. Et c'est lui qui va l'éradiquer ! ». Voilà ce que l'on déverse sur cette satanée toile. Et cela explique leur désinvolture, leur tendance marquée à la promiscuité, leurs attroupements dans les rues, leur non-respect des consignes les plus élémentaires et la violation systématique du couvre-feu.
Les forces sécuritaires ont certes sévi : pas moins de mille infractions ont été enregistrées. Mais, c'est peu par rapport aux dépassements dont on s'imagine qu'ils sont légion dans les quartiers chauds du pays. Il y a donc deux aspects dans cette rébellion : l'un de type daechien et, l'autre, tenant à l'incivilité.
A ces deux aspects s'invite un troisième : la superstition dont Victor Hugo dit qu' « elle porte malheur ». Au diable le Covid-19. Au diable la science. Au diable la médecine.
Oui, « Où allons-nous ! »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.