Covid-19 : la Banque Africaine de Développement mobilise 180 millions d'euros pour soutenir la Tunisie dans sa réponse à la crise sanitaire    Equipe nationale : 26 joueurs pour débuter le stage de préparation    Ligue 2 : l'Olympique de Béja en préparation pour les matches barrages face à l'EO Sidi Bouzid    L'ibuprofène, un traitement contre le Covid-19 ?    Le PDL a promis de l'argent aux signataires de sa motion    La KfW met à la disposition du Gouvernement Tunisien un prêt à taux concessionnel s'élevant à 100 M€    Où est passé la neutralité légendaire de la Tunisie?    Ça sent la privatisation et l'assainissement social    Où est passé l'argent? demande Nabil Karoui    Deux scénarios pour boucler la coupe de la Ligue Africaine et celle de la CAF    Aujourd'hui, verdict du TAS sur l'affaire EST-WAC    Aujourd'hui, la reprise avec un effectif de 37 joueurs    Reprise de la circulation entre les régions    Bravo ! Les respirateurs fabriqués par les étudiants produits en série    Suspension de la production dans les champs de Nawara et El Waha    Tunisie [Vidéo]: Le ministre du Tourisme dévoile les tarifs des hôtels durant le confinement pour les rapatriés    Précisions de l'INP sur les pièces du patrimoine tunisien en vente aux enchères à Paris    Report de la 56ème session pour 2021    Le ténor Italien Cristian Ricci dédie sa dernière vidéo filmée à Venise au peuple Tunisien (vidéos)    Faouzi Mahfoudh (Directeur de l'Institut National du Patrimoine)    Tunisie [Vidéo]: Une plénière de perte de temps et aucun député ne peut remplacer Rached Ghannouchi, Selon Seifeddine Makhlouf    Plateforme [email protected] d'AMEN BANK    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 3 juin à 11H00    ARP : Le débat continu sur le déroulement de la séance et son ordre du jour    La députée Olfa Terras s'élève contre «le populisme en appelant à placer l'intérêt de la Tunisie au-dessus des surenchères stériles et des antagonismes simulés»    Projet PRACTICE-JAWDA PAQ-DGSU de l'Université de Carthage 2020-2024    Arrestation du syndicaliste sécuritaire Walid Zarrouk : Deux versions et des contradictions    FARK : Professeur Mohamed Taher KHALFALLAH    COVID-19 | Coopération Tuniso-Coréenne face à la pandémie    Prolongation de la validité des certificats de visite technique    Reprise du secteur touristique : Le sauvetage est-il encore possible ?    Suppression puis réactivation de comptes d'« influenceurs » tunisiens : La mystérieuse affaire Facebook !    Tribune | Statut de l'artiste en Tunisie : Supprimons cette censure que l'on ne saurait voir !    Boutar rafle le Golden YouTube Creator Rewards    Tarek Kahlaoui - L'opportunité diplomatique en Libye: Combler le vide de médiation crédible!    Tunisie – VIDEO : Ghannouchi doit partir… Il sera, même, incapable de répondre aux accusations    CSS | Reprise des entrainements ce vendredi : On rechausse les crampons !    Reprise des activités de l'espace B7L9 : Un programme «phygital»    «Les Âmes fortes» de Jean Giono : L'œuvre qui met à nu l'âme humaine    Campagne #AfricaTogether contre la Covid-19 par la Croix-Rouge, Facebook et Plusieurs artistes    Coronavirus | Gafsa : Premier cas de décès à Métlaoui    Météo : temps partiellement voilé    Parlement : Ouverture d'un débat autour de la diplomatie parlementaire, le refus de toute intervention étrangère en Libye et rejet d'une base logistique en Tunisie    L'Ambassade de Suisse à Tunis recrute    Bizerte : Saidani demande de prendre en charge les travaux du stade 15 octobre    Tunisie: Après le tollé, Imed Khemiri annonce le rejet par Ennahdha de toute ingérence étrangère en Libye    Ghanouchi : La neutralité négative n'a pas de sens    Libye: L'ONU annonce l'acceptation de la reprise des pourparlers pour un cessez-le-feu par les parties en conflit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des travailleurs palestiniens refoulés
Publié dans Le Temps le 03 - 04 - 2020

Aux premières heures de la crise, le nouveau coronavirus a favorisé un rare rapprochement entre Israéliens et Palestiniens. Mais plus la pandémie progresse, plus les tensions remontent à la surface, et certains, côté palestinien, se demandent si ce rapprochement ne tenait pas du mirage.
Le nœud de ces tensions est le statut des quelque 70.000 Palestiniens qui ont un permis pour travailler en Israël, sans compter les illégaux: que faire d'eux lorsque l'économie israélienne plonge brutalement? Que faire d'eux s'ils sont malades?
Dans un premier temps, les deux camps se sont entendus sur une formule: ces travailleurs allaient soit, retourner dans leur famille, soit, rester en Israël jusqu'à la fin de la crise.
Le but était de limiter les mouvements de population dans l'espoir de minimiser la propagation du virus, alors que plus de 6.000 cas de contamination ont été recensés en Israël et plus d'une centaine en Cisjordanie, territoire palestinien occupé depuis 1967 par Israël.
Mais la population palestinienne a ensuite été choquée par une vidéo, devenue virale, montrant un travailleur palestinien qui aurait été abandonné à un checkpoint par les autorités israéliennes parce que soupçonné d'être atteint de la maladie du Covid-19.
Le Premier ministre palestinien Mohammed Shtayyeh a dénoncé un traitement "raciste" de la part d'Israël et demandé le retour de tous les travailleurs.
Mais selon la police israélienne, il s'agit d'un travailleur sans permis, qui s'est présenté à l'hôpital pour des soins.
"La police l'a escorté au point de passage", résume un porte-parole de la police, soulignant qu'il avait été testé négatif au Covid-19 avant d'être escorté.
La tension est encore montée d'un cran, les autorités palestiniennes ayant révélé que le premier décès dû à la maladie côté palestinien était celui d'une sexagénaire qui avait été récemment en contact avec son fils travaillant en Israël.
En dépit des appels à rentrer chez eux, de nombreux ouvriers palestiniens préfèrent rester en Israël, en raison notamment des salaires plus élevés.
Mais ils préfèrent aussi ne pas bouger de peur de subir un sort similaire à celui de l'ouvrier au checkpoint.
Comme Faraj, 26 ans, qui se terre avec quatre collègues dans une chambre mise à disposition par son employeur en Israël plutôt que de rentrer en Cisjordanie.
"Après avoir vu la scène éprouvante (de l'ouvrier) au point de passage, je me suis dit qu'il était préférable de rester ici", dit-il.
Outre l'accord initial sur les travailleurs, Israéliens et Palestiniens s'étaient entendus notamment sur la création d'un comité conjoint, pour tenter de juguler ensemble la progression du virus.
L'Autorité palestinienne a accusé Israël d'avoir "anéanti" ses "efforts" de confinement, en laissant des ouvriers palestiniens travailler dans des colonies israéliennes en Cisjordanie.
"La décision d'Israël de laisser entrer les travailleurs est une tentative de protéger l'économie israélienne, aux dépens de la vie de nos travailleurs (...) Qu'Israël nous laisse tranquille", a lancé le Premier ministre Shtayyeh.
La coopération initiale contrastait avec les menaces du président palestinien Mahmoud Abbas de cesser la coordination sécuritaire avec Israël, après l'annonce fin janvier d'un plan américain pour un règlement du conflit israélo-palestinien.
Ce plan propose notamment l'annexion par Israël des colonies juives qu'il a établies en Cisjordanie occupée, alors que la colonisation est illégale au regard du droit international.
Walid Assaf, chargé du suivi des colonies pour le gouvernement palestinien, s'attendait à ce que la pandémie entraîne un gel de la colonisation.
"Mais au contraire (...) (les Israéliens) utilisent le corona pour créer un nouvel état de fait sur le terrain", critique-t-il.
Ainsi, l'armée israélienne a continué de mener des raids en Cisjordanie, démoli des maisons de Palestiniens qu'elle dit construites sans permis et confisqué des tentes qui devaient servir à une clinique médicale.
hier, Israël a annoncé qu'il suspendait certaines démolitions en Cisjordanie occupée pendant la crise du nouveau coronavirus. Les détails de cette annonce n'étaient pas clairs dans l'immédiat.
La "coordination (avec l'Autorité palestinienne) demeure très étroite", affirme en revanche Yotam Shefer, un responsable du Cogat, l'organisme israélien chargé des activités civiles dans les Territoires palestiniens, citant des échanges sur les questions sanitaires.
Et pour Ofer Zalzberg, chercheur au centre de réflexion International Crisis Group (ICG), la "solide coopération" est dans l'intérêt de chacun.
"Les deux populations sont fortement liées, endiguer le virus dans un camp seulement est impossible car l'autre le contaminera à nouveau", dit-il


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.