Tunisie – Annulation du festival international de Sfax    Tunisie – Condoléances de Kaïs Saïed au président libanais    Tunisie – Conférence de presse concernant la situation épidémiologique du covid    Explosions à Beyrouth : 50 morts et 2 750 blessés    Drame à Beyrouth : prés de 30 morts et 3000 blessés dans deux fortes explosions    Phosphate : Accord pour lever les sit-in à Redeyef    Encore 11 cas de عدوى محلية contamination locale de Coronavirus et 8 cas importés enregistrés à Tunis, Ariana, Ben Arous, Beja, Sousse, Sfax et Médenine    Tunisie : Ces «compétences» partisanes que l'on souhaite ne plus voir au gouvernement...    Par Hadi Sraïeb : Je hais les indifférents !    Mohamed Meddah: Qui était Hassouna Klibi, père de Chédli Klibi?    Bilel Aloui revient avec son tricycle ‘'pédagogique''    Cybermenaces : 10 conseils pour vous protéger pendant vos vacances    En vidéo : Elyes Fakhfakh annonce des nouvelles mesures contre le Covid-19    Football : Iker Casillas annonce sa retraite    Mondial 2022 – Aucun arbitre tunisien n'est convoqué !    Espagne: Le roi Juan Carlos décide de s'exiler après des soupçons de corruption par la justice    Tunisie – Bac 2020 : Inscription au service SMS dès le 5 août pour obtenir les résultats de la session de contrôle    Ligue 1 : Programme TV de la 18ème journée    Scope of Work : Third Party Inspection for Crushers and Sifters    Situation épidémiologique à l'aéroport Tunis-Carthage : Faut-il craindre le pire ?    SNJT : Appel pour la libération immédiate de Taoufik Ben Brik    Seifeddine Makhlouf : « Le prochain gouvernement doit être composé de partis et formé sur la base de quotas partisans »    Pétrole : Les cours du Brent en hausse de 5% sur l'ensemble du mois de juillet 2020    Mohsen Hassan, expert en économie et ancien ministre du Commerce, à La Presse : «Pas de sortie de crise en l'absence de visibilité politique»    TOPNET: Le leader qui s'emploie à démocratiser l'internet et innover utilement    INDISCRETIONS D'ELYSSA    Les unités de la protection civile effectuent 114 interventions pour éteindre les incendies    Le CAB concède le nul face à l'USBG au Bsiri : La situation devient alarmante !    En marge de EST-Assoliman : Ces Capbonais qui forcent le respect    Les Aghlabides ratent la reprise : La JSK touche le fond    Danse contemporaine à «Sahriyet été 2020 A Hammamet» : Des œuvres riches et subtiles...    Météo : Températures en baisse    Canon et Climatepartner Célèbrent Dix ans de Partenariat    Nouveau comité sur les affaires réglementaires : placer les lois et régulations au cœur de la compétitivité de l'Afrique    226 nouveaux cas de coronavirus en Libye    Tunisie: Reprise du transport du phosphate vers le complexe chimique après un mois de suspension    Drogba candidat aux élections de la fédération ivoirienne de football    Des signes annonciateurs d'un début imminent de la guerre en Libye ?    Tunisie : Discours de Kaïs Saïed à Mahdia et Sfax sur l'émigration illégale    Lutte contre la migration irrégulière : Pour une coordination plus grande entre les forces sécuritaires et armées    Les Emirats à la Turquie : Ne vous immiscez pas dans les affaires arabes    Success Story : Mohamed Abid, un tunisien à la conquête de Mars    Mohamed Abid, le Tunisien à la conquête de la planète Mars    Gisèle Halimi, une autre icône de la diaspora tunisienne disparait    Le coronavirus, un choc traumatique(1)    Kaouther Ben Hania à la Mostra de Venise    Pièce de théâtre "La conférence des oiseaux" à Sahriyet été 2020 à Hammamet    Ciné-Drive en Tunisie : Le cinéma autrement au temps du Coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Portrait poignant de deux afghanes sous le joug masculin
Publié dans Le Temps le 09 - 07 - 2020

Un roman bouleversant sur deux destinées. Deux femmes meurtries dans le Kaboul des Talibans. L'Histoire de ce pays en guerre racontée par Leila et surtout Mariam. Des victimes de la violence et de la misogynie des hommes (plus précisément leur mari). L'auteur nous montre l'horreur de la guerre, ses conséquences, le désespoir de tous ces civils, cette nation dévastée. Mais il a fait naître aussi la lumière, un soleil brillant faiblement autour d'une histoire d'amour sortant des décombres. Et qui amène aussi la reconstruction. On le souhaite si fort.
La tragédie se déroule sous nos yeux larmoyants et nos gorges nouées. C'est le genre de livres qu'on ne peut lire d'une traite. Car l'histoire est bouleversante.
Un roman vibrant et un bel hommage aux femmes afghanes.
Sur fond de chaos et de violence dans un Afghanistan déchiré par cinquante ans de conflits, l'histoire de deux femmes dont les destins s'entremêlent, un chant d'amour poignant à une terre sacrifiée et à une ville : Kaboul.
Forcée d'épouser un homme de trente ans son aîné, Mariam ne parvient pas à lui donner un fils. Après dix-huit années de soumission à cet homme brutal, elle doit endurer une nouvelle épreuve : l'arrivée sous son propre toit de Laila, une petite voisine de quatorze ans. Enceinte, Laila met au monde une fille.
D'abord rongée par la jalousie, Mariam va finir par trouver une alliée en sa rivale. Toutes deux victimes de la violence et de la misogynie de leur mari, elles vont unir leur courage pour tenter de fuir l'Afghanistan.
Mais parviendront-elles jamais à s'arracher à cette terre
afghane sacrifiée, et à leur ville, Kaboul, celle qui dissimulait autrefois derrière ses murs "mille soleils splendides"?
Stigmates de la perversité
« Mille soleils splendides », ce roman de Khaled Hosseini trace le destin tragique de deux femmes; Mariam, mal aimée de sa mère, reniée par son père Jalil, un homme fortuné, se voit contrainte d'épouser à quatorze ans, un veuf de quarante cinq ans, sans la moindre délicatesse. Ne pouvant lui donner le fils espéré, pour Mariam le début d'un long calvaire ne se fait attendre. Humiliée, battue, soumise à cet homme machiavélique, Mariam voit une rivale en la personne de Laila, jeune rescapée des bombardements de Kaboul. Sauvée et recueillie par Rachid, ce dernier fonde tous ses espoirs en Laila pour lui donner enfin ce fils tant souhaité. Entre Mariam et Laila, la cohabitation s'avère plutôt houleuse. Fou de rage à la naissance de la petite Aziza, dont il n'est pas le père, la hargne de ce mari perfide n'épargne désormais plus les deux femmes que la violence de leur époux rapproche. Désormais complices, unies pour le meilleur et le pire au coeur de la guerre Afghane, elles vont tenter de fuir ce mari démoniaque dont elles portent les stimagtes de la perversité.
L'Afghanistan, de 1959 à 2003, à travers cinquante ans d'une histoire dramatique, agitée par le conflit contre les Russes, les guerres civiles incessantes, et pour finir le régime taliban, qui a fait de ce pays ce qu'il est aujourd'hui.
Ce roman époustouflant conquit le lecteur du début à la fin. Le parcours de Mariam et Laila remarquablement décrit nous fait vibrer et l'on ne peut qu'admirer la bravoure de ces deux femmes. Mais pas seulement. L'auteur nous plonge avec une grande lucidité dans les affres d'une guerre sans merci, et sans épargner le lecteur de l'étendue de son désastre. Au cours de notre lecture, on entend le bruit des bombes, les cris, les pleurs, on lit la terreur dans les yeux et sur les visages d'innocents. On voit la famine, les fuites hallucinées, le sang versé, le port de la burqua dans une chaleur étouffante, les sanctions, les coutumes, l'espérance, le désespoir et... au coeur d'un pays on ne peut plus dévasté, ...
Un roman coup de coeur, coup de poing, coup de gueule à la fois, " solaire " si tant est que l'on puisse employer ce terme lumineux dans le sombre de combats incessants de l'Afghanistan. Un récit intense, violent, riche émotionnellement, que l'on referme en mesurant notre chance de vivre dans un pays où les enfants ne marchent pas en tenant un biberon dans une main et une arme à feu dans l'autre...
Extraits du livre ...
« Mariam regarda les flocons de neige tournoyer devant la fenêtre en se rappelant les paroles de Nana: chaque flocon était en réalité un soupir poussé par une femme accablée, quelque part dans le monde. Toutes ces plaintes silencieuses montaient au ciel et y formaient des nuages de plus en plus gros, jusqu'au moment où ils se brisaient en minuscules fragments qui tombaient sans bruit sur la terre.
"C'est pour rappeler aux gens ce que toutes les femmes comme nous peuvent endurer, avait-elle ajouté. Sans jamais se plaindre, en plus »....
« Je sais que tu es encore jeune, (...), mais je veux que tu comprennes une chose dès maintenant : le mariage peut attendre. Pas l'éducation. Tu es une fille très, très intelligente. Vraiment. Tu pourras faire ce que tu veux plus tard, Laila. Je le sais. Et je sais aussi que lorsque cette guerre sera terminée l'Afghanistan aura besoin de toi autant que de ses hommes, et peut-être même davantage. Parce qu'une société n'a aucune chance de prospérer si ses femmes ne sont pas instruites, Laila. Aucune chance. »...
« Devant la grimace de Tarik, Laila comprit que les garçons différaient des filles. Eux ne faisaient pas étalage de leurs sentiments. lls n'éprouvaient aucun besoin de s'avouer ce genre de chose. Elle supposa que ses frères avaient été pareils. Pour eux, l'amitié était comparable au soleil : son existence était irréfutable, mais si on appréciait sa lumière, on ne la regardait pas en face. »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.