Nissaf Ben Alaya : prés de 17 mille tests Corona sont effectués par semaine    Investissements directs étrangers : Une dynamique recrudescente    En Tunisie, le secteur informel compte 1,5 million de travailleurs (INS)    Volley-ball | Play-off (9e journée) : Duels à distance    Handball | Demi-finales de la Coupe de Tunisie : Pronostiqueurs, s'abstenir !    Cyclisme | Grands prix de la BH et de la municipalité du Bardo : Participation massive en vue    Météo : ciel nuageux et températures en légère hausse    Tunisie: Les réserves en devises équivalent à 141 jours d'importation    Tunisie: 79 infections au coronavirus enregistrées à Monastir    Portraits | Paco et Katybon, l'instrumentiste et le rappeur : Les deux font la paire    Forum des journées cinématographiques de Carthage : Les JCC, avenir et devenir !    Mise au point de la Banque mondiale à propos de l'article sur le financement des entreprises en Tunisie    Tunisie: Trois élèves du collège Boustane à Soukra infectés au coronavirus    Renforcement de la coopération et du partenariat et soutien des investissements dans le domaine de la Santé entre la Tunisie et l'Arabie saoudite    Université tuniso-allemande : Précisions de l'Ambassade de la RFA    Tunisie | Covid-19 : Hausse du nombre de décès et de cas de contamination    Club Africain : Abdessalem Younsi veut se débarrasser de Hichem Zahi    Khaled Kaddour - Développement du Sahara : Un levier de croissance et de création d'emplois pour la région de Tataouine    Baromètre de popularité des 3 présidents – Vague 7 : Mechichi entre en lice et charme 60% des répondants.    La Tunisie (26 ème), gagne une place    Margini succède à Faouzi Benzarti    Le président de la Fédération italienne veut introduire un «Final 8»    Ligue 1 : La réserve de la JS Kairouan rejetée    Le vent en poupe !    Plusieurs artistes avaient brillé par leur absence    Exposition/Confinement/Coronavirus : Trois pièces archéologiques tunisiennes retrouvent le sol tunisien    Libye: Haftar annonce la reprise de la production et de l'exportation du pétrole après 7 mois de blocus    L'approvisionnement du marché en livres et cahiers subventionnés est assuré à 80%    Tunis abrite une session d'information, le 23 septembre, sur le programme Europe Créative    Ooredoo Tunisie – Rentrée scolaire : Mansour Rashid Al-Khater se déplace en personne dans une école à Béja    La création dune université tuniso-allemande est toujours d'actualité, selon le MERS    Un enfant de 4 ans et 4 autres personnes testés positifs à Grombalia    L'UTICA appelle a réviser le projet de loi relatif à la redynamisation de l'économie    Principe de l'alternance au pouvoir à Ennahdha : Ghannouchi rappelé à l'ordre    Tunisie: Dysfonctionnements majeurs dans le mouvement des magistrats de l'ordre judiciaire    150 millions d'enfants plongés dans la pauvreté à cause du coronavirus    Nescafé Comedy Show : Mohamed Barakati, lauréat de la 6e édition    L'INP et l'Amvppc célèbrent la journée internationale de la paix" Façonner la paix ensemble"…contre le coronavirus    Nette amélioration des indicateurs de la production des primeurs géothermiques à Gabès    Transferts d'argent en Tunisie : le nouveau Convertisseur de Devises en ligne de Monisnap vous simplifie le quotidien !    NOUVEAU SUV PEUGEOT 2008    Météo : ciel nuageux sur l'ensemble du pays    Ghaza théâtre de frappes de représailles israéliennes    France : Près de 10 000 nouvelles contaminations en 24 heures    Un nouveau né dans la région MENA n'atteindra à l'âge adulte que 57% de ses capacités productives    La reprise économique mondiale pourrait prendre 5 ans    Programme de formation militaire tuniso-américain en matière d'extinction des incendies et d'évacuation sanitaire aérienne    Israël scelle son entente avec les Emirats et Bahreïn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Re (lire) Histoire de ma vie de George Sand
Publié dans Le Temps le 11 - 08 - 2020

Lorsqu'en 1847 George Sand, qui a déjà fait paraître ses plus grands romans, entreprend à quarante-trois ans son Histoire de ma vie, elle définit ainsi son futur livre°: "°C'est une série de souvenirs, de professions de foi et de méditations dans un cadre dont les détails auront quelque poésie et beaucoup de simplicité. Ce ne sera pourtant pas toute ma vie que je révélerai.
" Son modèle n'est pas Rousseau, ni d'ailleurs les Mémoires d'outre-tombe qui vont commencer à être publiés et où elle voit trop de pose et de drapé. Son ambition n'est pas d'inscrire sa vie dans le mouvement de l'Histoire, mais d'offrir le récit d'une existence de femme et d'écrivain qui côtoie rapidement Balzac et Sainte-Beuve, l'abbé de Lamennais et le socialiste Pierre Leroux - et bien sûr Musset et Chopin. Le lecteur trouvera ici le tiers, environ, de cette œuvre immense dont les vingt volumes commencent à paraître en 1854 et qui occupe une place essentielle dans l'histoire de l'autobiographie. Car si d'autres femmes, avant Sand, ont écrit des mémoires, la singularité de son Histoire de ma vie est qu'on y découvre pour la première fois le récit de formation d'une jeune fille qui a voulu être artiste - mais un récit sans égotisme parce que au miroir de sa propre existence elle désire que se retrouvent tous les autres enfants du siècle : "° Ecoutez°; ma vie, c'est la vôtre.°
Voilà achevée cette histoire de ma vie de l'édition "stock" de 2004. Dans ce volume-ci, on y trouve largement peinte, celle de son enfance, dominée par la formidable personnalité de sa grand-mère, fille du maréchal de Saxe, et à qui sa mère a confié l'éducation ; celle de son voyage en Espagne avec sa mère, en pleine guerre d'Espagne pour suivre son père, officier des armées de Napoléon jusqu'à Madrid. Une grande partie du livre relate ses années de couvent et nous renseigne admirablement sur ses sentiments religieux empreints de pitié et de charité humaine et où un moment elle se crut la vocation religieuse. Après ces 3 années qui n'ont pas transformé la sauvageonne en jeune fille du monde qu'espérait sa grand mère, c'est le mariage avec Dudevant et la naissance des enfants, juste évoquée, le divorce, à peine davantage et l'impérieuse nécessité de vivre indépendante pour laquelle elle s'installe à Paris où débutera sa carrière d'écrivain.
Par contre ce livre ne nous apprend rien, ou très peu, sur ses amours dont elle semble vouloir taire délibérément toute confidence et c'est en amis qu'elle les évoque ici, Musset, Chopin, ou en ami et confrère, Jules Sandeau...
Somme toute nous sommes ici davantage en présence d'un roman d'une vie que d'une biographie, mais où se mêlent vérité, sensibilité et poésie. Les dates sont largement absentes, les évènements sont comme choisis et racontés comme il lui plaît (mais cela me plaît) ; et j'en reste un peu sur ma faim car elle est bigrement attachante la George. Je vais donc satisfaire ma curiosité par la lecture des autres compilations de sa bio, car en plus l'époque le vaut bien.
Extraits du livre ...
Je n'approuve pas du tout Rousseau de vouloir supprimer le merveilleux, sous prétexte de mensonge. La raison et l'incrédulité viennent bien assez vite, et d'elles-mêmes ; je me rappelle fort bien la première année où le doute m'est venu, sur l'existence réelle du père Noël. J'avais cinq ou six ans, et il me sembla que ce devait être ma mère qui mettait le gâteau dans mon soulier. Aussi me parut-il moins beau et moins bon que les autres fois, et j'éprouvais une sorte de regret de ne pouvoir plus croire au petit homme à barbe blanche. J'ai vu mon fils y croire plus longtemps ; les garçons sont plus simples que les petites filles. Comme moi, il faisait de grands efforts pour veiller jusqu'à minuit. Comme moi, il n'y réussissait point, et comme moi, il trouvait au jour le gâteau merveilleux pétri dans les cuisines du paradis. Mais pour lui aussi la première année où il douta fut la dernière de la visite du bonhomme. Il faut servir aux enfants les mets qui conviennent à leur âge et ne rien devancer. Tant qu'ils ont besoin de merveilleux, il faut leur en donner. Quand ils commencent à s'en dégoûter, il faut bien se garder de prolonger l'erreur et d'entraver le progrès naturel de leur raison.
« Que ce soit éducation, insufflation ou prédisposition, il est certain que l'amour du roman s'empara de moi passionnément avant que j'eusse fini d'apprendre à lire. Voici comment : je ne comprenais pas encore la lecture des contes de fées, les mots imprimés, même dans le style le plus élémentaire, ne m'offraient pas grand sens, et c'est par le récit que j'arrivais à comprendre ce qu'on m'avait fait lire. De mon propre mouvement, je ne lisais pas, j'étais paresseuse par nature et n'ai pu me vaincre qu'avec de grands efforts. Je ne cherchais dans les livres que les images ; mais tout ce que j'apprenais par les yeux et par les oreilles entrait en ébullition dans ma petite tête, et j'y rêvais au point de perdre souvent la notion de la réalité et du milieu où je me trouvais. »
« Je vis enfin, pour la première fois depuis notre séparation décisive, le soleil entrer dans cette chambre déserte où j'avais tant pleuré. Les arbres étaient en fleur, les rossignols chantaient et j'entendais au loin la classique et solennelle cantilène des laboureurs, qui résume et caractérise toute la poésie claire et tranquille du Berry. Mon réveil fut pourtant un indicible mélange de joie et de douleur. Il était déjà neuf heures du matin. Pour la première fois depuis trois ans, j'avais dormi la grasse matinée, sans entendre la cloche de l'angélus et la voix criarde de Marie-Josèphe m'arracher aux douceurs des derniers rêves. Je pouvais encore paresser une heure sans encourir aucune pénitence. Echapper à la règle, entrer dans la liberté, c'est une crise sans pareille dont ne jouissent pas à demi les âmes éprises de rêverie et de recueillement.
J'allai ouvrir ma fenêtre et retournai me mettre au lit. La senteur des plantes, la jeunesse, la vie, l'indépendance m'arrivaient par bouffées ; mais aussi le sentiment de l'avenir inconnu qui s'ouvrait devant moi m'accablait d'une inquiétude et d'une tristesse profondes. Je ne saurais à quoi attribuer cette désespérance maladive de l'esprit, si peu en rapport avec la fraîcheur des idées et la santé physique de l'adolescence. Je l'éprouvai si poignante que le souvenir très net m'en est resté après tant d'années, sans que je puisse retrouver clairement par quelle liaison d'idées, quels souvenirs de la veille, quelles appréhensions du lendemain,j'arrivai à répandre des larmes amères, en un moment où j'aurais dû reprendre avec transport possession du foyer paternel et de moi-même. »
« Que de petits bonheurs cependant, pour une pensionnaire hors de cage ! Au lieu du triste uniforme de serge amarante, une jolie femme de chambre m'apportait une fraîche robe de guingan rose. J'étais libre d'arranger mes cheveux à ma guise sans que madame Eugénie ne vînt observer qu'il était indécent de se découvrir les tempes. Le déjeuner était relevé de toutes les friandises que ma grand'mère aimait et me prodiguait. Le jardin était un immense bouquet. Tous les domestiques, tous les paysans venaient me faire fête. J'embrassais toutes les bonnes femmes de l'endroit, qui me trouvaient fort embellie parce que j'étais devenue plus grossière, c'est-à-dire, dans leur langage, que j'avais pris de l'embonpoint. Le parler berrichon sonnait à mon oreille comme une musique aimée, et j'étais tout émerveillée qu'on ne m'adressât pas la parole avec le blaisement et le sifflement britanniques. Les grands chiens, mes vieux amis, qui m'avaient grondée la veille au soir, me reconnaissaient et m'accablaient de caresses avec ces airs intelligents et naïfs qui semblent vous demander pardon d'avoir un instant manqué de mémoire.
Un soir que nous avions dîné chez Balzac d'une manière étrange, ... il alla endosser une belle robe de chambre toute neuve, pour nous la montrer avec une joie de petite fille, et voulut sortir ainsi costumé, un bougeoir à la main, pour nous reconduire jusqu'à la grille du Luxembourg. Il était tard, l'endroit désert, et je lui observais qu'il se ferait assassiner en rentrant chez lui. « Du tout, me dit-il ; si je rencontre des voleurs, ils me prendront pour un fou, et ils auront peur de moi, ou pour un prince, et ils me respecteront ». Il faisait une belle nuit calme. Il nous accompagna ainsi, portant sa bougie allumée dans un joli flambeau de vermeil ciselé, parlant des quatre chevaux arabes qu'il n'avait pas encore, qu'il aurait bientôt, qu'il n'a jamais eus, et qu'il a cru fermement avoir pendant quelque temps. Il nous eût reconduits jusqu'à l'autre bout de Paris, si nous l'avions laissé faire. »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.