Le ministre tunisien de la Santé s'entretient à Milan avec son homologue irakien Dr Hassan Mohamad Abbas Tamimi    Tunisie : VIDEO : Kourchide : Oui pour défendre le prophète mais pas en coupant des têtes !    Football | Liga : Le Real Madrid s'impose devant le Barca    Poutine : Ces pays sont en route pour devenir des futures superpuissances mondiales …    Handball : Wael Jallouz fait son retour et signe à l'AS Hammamet    La France rappelle son ambassadeur à Ankara    Quel passeport est le plus puissant ? Marocain ou Algérien ou Tunisien ?    Des avocats palestiniens poursuivent Londres en justice    Le patriarche et le diable : diviser pour mieux régner...    Macron détient la clé des négociations sur la pêche    Retour à la normale    Pourquoi Rachida Ennaïfer a rendu le tablier ?    Plaidoyer pour la culture...    Accord de «cessez-le-feu permanent» avec «effet immédiat»    Quand pèse l'incertitude    Photo du jour : La Médina de Tunis ravagée...    Tunisie : 157 athlètes infectés au Coronavirus    Club Africain : une nouvelle recrue quitte l'équipe    Démantèlement d'un réseau spécialisé dans les fouilles et le trafic de pièces archéologiques    Tunisie | Covid-19 : 35 nouveaux décès enregistrés le 22 octobre    Tunisie : Le prix de vente maximum des masques multi-usages non médicaux, maintenu à 1,850 dinar    La Manouba : Récupération d'une terre domaniale de 626 ha    Appui de l'Etat à l'investissement des PME : 18 nouveaux dossiers adoptés    USA : Qui est Joe Biden le candidat démocrate qui défie Trump ?    Tunisie: Un décès à Sfax et 160 infections au coronavirus    Les biens liquidés du RCD rapportent plus d'un milliard à l'Etat    1,5 millions de dinars de marchandises saisies par la garde douanière cette semaine    Tunisie: Yassine Ayari dénonce la discrimination religieuse en France et appelle à instaurer des relations internationales fondées sur le respect mutuel    Les systèmes de santé de certains pays risquent de s'effondrer, met en garde l'OMS    Non, Wadii Jari ne soutient pas la candidature de Ahmed Ahmed    DECES : Pr Farouk Benna    En vidéo : Mon limogeage a été une mauvaise décision, déclare Abdellatif Mekki    Travail : La robotisation pourrait détruire 85 millions postes d'emploi dans le monde, d'ici 5 ans    CONDOLEANCES : Mohamed JAMALI    Sarra Tounsi, élue plus belle apparition à El Gouna sur Twitter    Coronavirus: 135 nouvelles rémissions à Kairouan    L'accord pour un cessez-le-feu permanent en Libye, un important pas vers le règlement politique dans ce pays (Affaires étrangères)    Lutte contre le Coronavirus : Le numérique, efficace à condition d'être largement utilisé...    Commentaire | Un modèle de développement essoufflé    Projet de budget de l'état 2021 : L'étau se resserre autour des entreprises    Vient de paraître | Nouveau Dictionnaire Général Bilingue, Français-Italien et Italien-Français de Giovanni Dotoli : «A tous ceux que la belle Italie intéresse»    Tunisie: 59 nouvelles infections au coronavirus à Béja    Officiel : La France retirera la Tunisie de la Liste Verte    En Iran, une explosion dans une usine pétrochimique suivie d'un incendie    Night in Tunisia, une création musicale signée Yacine Boularès, bientôt sur scène    Ammar Mahjoubi: Mythologies proche-orientales et récits bibliques    La poésie en questions | Dans l'atelier de la langue    Budget de l'Etat : Le volume de la dette publique estimé à 92,7% du PIB, à fin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les houris de Salwa Ben Saïd
Publié dans Le Temps le 15 - 09 - 2020

Opérant à l'image d'une miniaturiste, Salwa Ben Saïd recrée des univers féminins qui sont un clin d'oeil esthétique aux traditions tunisiennes.
Le monde pictural de Salwa Ben Saïd se trouve quelque part, à mi-chemin de Hedi Khayachi et Jalel Ben Abdallah. Empruntant au registre de ces deux artistes, Ben Saïd installe son monde propre sur lequel règnent des figures joyeuses et toujours émouvantes.
"Regards b style="font-family: "times new roman", times, serif; font-size: 16px;"de femmes"
Pour présenter sa nouvelle collection intitulée "Regards de femmes", Ben Saïd ouvrira son atelier au public le 25 septembre prochain. La journée durant, en plein coeur de la médina de Tunis, l'artiste exposera ses oeuvres les plus récentes ainsi que ses classiques. C'est à Tourbet el bey que Salwa Ben Saïd travaille inlassablement à recréer des univers féminins qui sortent autant de sa mémoire que de son imaginaire. Ces visages de femmes ou ces scènes de la vie d'antan qu'elle recompose, ont quelque chose de foncièrement éternel.
Par une subtile mise en abyme, ces personnages qui peuplent les toiles semblent renaître dans le patio de la demeure traditionnelle où l'artiste vit et travaille. On dirait ainsi que les oeuvres interpellent la maison où elles ont vu le jour. Un peu comme si le geste de l'artiste générait un temps suspendu et propice à la réminiscence.
Cet exercice de remémoration/sublimation, beaucoup d'artistes s'y sont prêtés. On peut ainsi évoquer aussi bien les scènes de la vie quotidienne recréées par Yahia Turki que les personnages figés dans l'éternité par Foued Zaouche. C'est dans cette matrice classique que Salwa Ben Saïd installe son dispositif. Elle apporte ensuite ses propres variations qui sont une technique de miniaturiste, une palette de couleurs vives, un sens inné du détail et des modules évolutifs dont elle a le secret.
À première vue, Salwa Ben Saïd est une digne élève de Jelal Ben Abdallah dont elle se sent très proche. Vues de plus près, les oeuvres de cette artiste sont tout à fait autonomes et porteuses d'une esthétique propre qui établit synthèse et convergences avec une longue tradition. De différentes manières, tous nos artistes ont sublimé la femme et les intérieurs féminins. De Aly Ben Salem à Abdelaziz Gorgi en passant par les peintres naïfs, tous ont sacrifié à cette inspiration.
Un art classique et vivifiant
Salwa Ben Saïd s'inscrit dans cette lignée, la vivifie d'une touche féminine et produit des oeuvres qui cherchent d'abord à être belles. Comme le ferait une brodeuse, notre artiste remet en permanence l'oeuvre sur le métier au point où sa griffe est désormais incontournable et reconnue.
Chaque année ou presque, Salwa Ben Saïd revient avec une nouvelle collection. Cette fois, ce sont les regards insondables qu'elle privilégie, des regards de femmes, plus précisément des yeux de houris aussi célestes qu'évanescentes. Des oeuvres a découvrir et à insérer à leur juste valeur dans le mouvement général des oeuvres tunisiennes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.