Tunisie – Nadia Akacha : La présidence n'est pas obligée de répondre aux questions des députés    Moncef Rajhi: Les répercussions de Covid-19 sur les systèmes d'observation météo    Le «Terrorisme environnemental», au prétoire    Tunisie-Hassouna Nasfi: "Le Parlement est l'institution législative la plus pauvre dans le monde"    Tunisie – Ghezala : Un chauffard percute deux motards et prend la fuite    Le médecin de Diego Maradona visé par une enquête pour homicide involontaire    La Tunisie remporte le premier championnat d'Afrique virtuel d'aviron en salle    ARP : Mechichi propose un dialogue économique et social pour réaliser des projets de développement régional    PLF2021 : Des députés critiquent le rendement du gouvernement Mechichi dans le traitement des dossiers sociaux brûlants    ARP : Examen du budget pour l'année 2021    ARP : Des députés mettent en garde contre la recrudescence des mouvements sociaux dans plusieurs régions du pays    Budget de l'ARP 2021 : Les députés estiment que le buget du parlement est en deça de ses tâches législatives et de contrôle    MERCATO : Bouslimi passe à l'ESM    Club Africain : les supporters en colère suspendent le match amical contre l'olympique de Béja    Etoile du Sahel : Jorvan Vieira nouvel entraîneur    Tunisie-Gabès: Communiqué des représentants du sit-in de "Résilience 2"    Présidence du Gouvernement : Limogeage de la directrice de la communication    Conjoncture : le CIPED se prononce    C1 – 1er TOUR ALLER | MLANDEGE – CLUB SPORTIF SFAXIEN (0-5): Le CSS imperturbable !    FINALE DE LA LIGUE AFRICAINE DES CHAMPIONS: Al Ahly : l'immense exploit !    MEMOIRE: Bouthayna KHADZNAJI    Présentation du Projet de loi de finances 2021: Les indispensables réformes économiques    Rencontres Africa 2020: Le Covid-19 pousse la France à relocaliser son industrie vers la Tunisie    Rencontres Africa 2020: Retour sur la success story de Proxym-IT    Mes odyssées en Méditerranée | Ecoles internationales et «discrimination positive»: Le cas de l'école italienne de Tunis «G.B. Hodierna»    Combien coûtera-t-il? où se faire vacciner? qui doit payer? : Qu'en sera-t-il du futur vaccin Covid-19 ?    Kairouan — Faits divers: Les mésaventures de deux éleveurs    Bac français : Une marotte contemporaine ?    Les Césars 2021 « Révélation féminine » : Najla ben Abdallah en lice !    Edition spéciale du festival audiovisuel «Intercal»: Place à la musique expérimentale et à l'art digital    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie [Vidéo]: En direct de Sfax, commémoration de la Journée de solidarité avec le peuple Palestinien    HUAWEI WATCH FIT pour tous    Habib Touhami : C'est déjà demain    En vidéo : Dhafer L'Abidine très bien entouré pour son anniversaire    La libre expression dans tous ses états    C'était le temps des fables    Hommage à la stylisticienne, poète et cavalière, Laurence Bougault : Mourir à l'insu de ses rêves    Abiy ordonne l'offensive finale contre les autorités du Tigré    Téhéran libère la chercheuse australo-britannique Kylie Moore-Gilbert    Le ''dernier souhait'' formulé par Maradona dans son testament ''étonne'' ses proches    Festival Intercal: Une édition Spéciale en ligne proposée par l'IFT et Echos Electrik (Programme)    Le long métrage tunisien "Le Disqualifié" de Hamza Ouni remporte la mention spéciale du jury du BIAFF Doc    Damas dénonce encore une fois des frappes israéliennes    [TRIBUNE] Deux siècles après, Haïti redevient le plus peuplé de la Caraïbe    Les derniers mots de Maradona dévoilés par une chaîne de télévision    Plus de la moitié des Tunisiens ayant obtenu la nationalité italienne ont rejoint la France    Times: L'ère de Poutine touche à sa fin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La glaise nostalgique de Ferdaws Chamekh
Publié dans Le Temps le 27 - 10 - 2020

"Dans la peau de ma maison" est le titre de la nouvelle installation de Ferdaws Chamekh. Cette artiste visuelle qui réside à Médenine se distingue et poursuit ses recherches sur le signe et le sens.
C'est au Salon international de la céramique contemporaine que j'ai pu découvrir les textures qui naissent des mains de Ferdaws Chamekh. La troisième édition de ce salon organisé par l'Union des artistes plasticiens se poursuit jusqu'à la fin du mois et offre de nombreuses découvertes.
Une artiste en pleine quête
Si cette vaste exposition révèle une vérité, c'est bien celle qui affirme la vitalité d'un art en profonde mutation. Plusieurs artistes se sont ainsi emparés de ce jeu de la main et de l'argile pour accoucher d'oeuvres d'art parfois envoûtantes.
Dans cet esprit, Ferdaws Chamekh est une artiste en pleine quête. D'abord sur le plan philosophique car elle pense son matériau dans son ontologie et sa prolongation par le geste des artistes. Quête esthétique aussi car cette artiste originaire de Médenine sait que toute argile se sublime et que toute tradition de dépasse. Quête technique aussi grâce à l'usage du verre et au recours à des fours qui ont leur part de secret dans les fusions que réalise cette artiste née.
Faut-il le souligner? C'est de sa mère, femme des terroirs du sud-est, que Ferdaws Chamekh a reçu ses premières initiations. Enfant, elle modelait déjà des objets et sera toujours sensible à la magie de la création, à la capacité de faire passer un matériau d'un état à un autre. Sa pratique empirique la mènera tout droit à l'école des Beaux-arts de Tunis. Elle y recevra sa formation puis, tout en continuant à créer, elle se consacrera à l'enseignement. De l'Institut des Arts et métiers de Sidi Bouzid à l'Institut des métiers du patrimoine à Tunis, elle transmettra son savoir.
Médenine, Sidi Bouzid, Tunis
Convaincue qu'on ne finit jamais d'apprendre, le contact des étudiants et des artistes la poussait toujours vers l'avant. Puis ce fut le retour à Médenine où elle enseigne désormais à l'Institut supérieur des sciences humaines.
Enracinée dans la terre natale, Ferdaws Chamekh ne pouvait que profiter de ce retour aux sources en bonifiant son rapport au patrimoine de toute une région. Artiste visuelle mais d'abord céramiste, elle allait se confronter à une tradition ancestrale en la sublimant de ses propres mains. Comme en témoigne l'oeuvre intitulée: Traces" avec laquelle elle participe au Salon international de la céramique contemporaine. Dans un carré presque parfait, elle quadrille de motifs carrés l'espace et le sature de signes. Parfois, elle laisse un fragment dénudé, solitaire, comme pour suggérer une évaporation. Ou alors c'est une touche de ce vert qui ne va jamais sans ocre, qui instille une tache subreptice.
Quand la caresse devient un seuil interdit
Cette oeuvre "Traces" préfigure l'installation intitulée "Dans la peau de ma maison". En fait, dans les deux cas, il s'agit du même dispositif à une variante près. Le support diffère mais l'approche modulaire et le récit fragmentaire découlent de la même esthétique. L'installation est non seulement spectaculaire mais aussi tissée d'une métaphore tactile. Car pour Ferdaws Chamekh, ce canevas qui porte des signes d'argile et de verre, n'est rien d'autre qu'un épiderme, une peau.
La fulgurance qui a porté l'artiste est venue d'un constat d'impuissance. Depuis la pandémie, le toucher est relégué à la périphérie des sens. Comme une malédiction, on ne se touche plus; une caresse devient un seuil interdit dans un monde qui a aboli ses lexiques d'amour. Ainsi, c'est la nostalgie du toucher qui est représentée dans cette installation. Taraudée par cette perte, l'artiste compense en considérant sa maison comme une autre peau, une sorte d'épiderme protecteur et rassurant.
Un corps vivant, inanimé et pétrifié
Procédant par une mise en abyme, l'artiste induit ensuite que la terre comme matériau instaure un contact peau contre peau qui évolue de la main de l'artiste à la virtualisation de ce qu'elle construit. Toucher est essentiel: cette vérité saute aux yeux et structure l'argument de l'artiste. Il faut donc entrer dans la peau de la maison et l'habiter de ses propres rêves. Dans l'oeuvre de Ferdaws Chamekh, les pores respirent le souvenir et aussi les peines accumulées. Des traces de vies antérieures se glissent dans les pièces d'argile où sont celés les regrets, les nostalgies et les seuils d'une vie. Cette maison lourde est tout sauf amnésique. Elle vit de ce qui l'habite comme un corps vivant inanimé et pétrifié au sens étymologique du terme.
Cette maison pétrifiée sur laquelle pèse comme un interdit tactile se transforme dès lors en une puissante métaphore du confinement. Sous nos yeux, une peau virtuelle qui ne peut se métamorphoser et reste comme suspendue dans un temps arrêté. Polyphonique, cette installation se prête à tant d'interprétations mais par essence échappe à nos mains.
Une peau-maison d'argile et de talismans
Actuellement exposée à la station d'art de Bhar Lazreg, cette installation est forte d'une signification globale car chacun de ses fragments est à la fois autonome et captif des autres dans une interaction fatale à laquelle nul ne peut échapper. C'est le jeu auquel nous invite le rébus que l'artiste place devant notre regard, espérant bien que nous participerons à la dissémination de l'oeuvre. C'est sur le toit de sa propre demeure à Médenine que Ferdaws Chamekh a d'abord installé "Dans la peau de ma maison". De là, elle entreprend une transhumance métaphorique à l'image des poètes de la Jahiliya. Car cette peau-maison, cet assemblage d'amour, de cendres et de talismans, nous dit aussi le lent ébranlement des caravanes, le fameux "rahil" des Mualaqats. Assurément, Ferdaws Chamekh a fait de nouveaux pas en avant dans sa pratique artistique. Au point de convergence du sens, du signe et de la forme fût-elle aberrante, cette artiste parfait son dispositif et se prépare pour sa première grande exposition personnelle.
Jeune artiste de trente ans, participant à définir une vulgate artistique ancrée dans les terroirs sudistes, Ferdaws Chamekh a l'avenir devant elle.
H.B


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.