QNB – La BCE est sous pression pour réajuster sa politique monétaire    BCT: Les recettes touristiques ont augmenté de 86%    Gabes: Augmentation de 90% de la production des crevettes royales    Covid: Lancement d'une campagne de sensibilisation à la vaccination    Météo: Pluies éparses et temporairement orageuses, ce lundi    Un vendeur se pend, un citoyen s'immole, la période électorale démarre… Les 5 infos du week-end    Italie : Elections : Le gouvernement bascule à l'extrême droite    Manifestation et vives tensions à Douar Hicher    D'où viennent les Tunisiens ? Les révélations de la génétique…    La liberté d'expression en Tunisie selon Dilem    L'OTE appelle les établissements bancaires à faciliter les flux financiers des Tunisiens à l'étranger    Des associations et des organisations solidaires avec la militante Myriam Bribri    Tunisie – Suicide d'un commerçant à Mornag : Audition du maire de la ville    Bientôt, la création d'un village artisanal à Sfax    Hand – Championnat arabe des clubs (H) : L'Espérance en finale et attend le Zamalek ou Kuweït SC    Hand – 43e Championnat d'Afrique des Clubs Champions : Programme complet du 1er tour    Saisies de produits alimentaires : le ministère du Commerce publie son bilan    Par Jawhar Chatty : Le sucre, les révolutions de demain    France : Un avion rate son atterrissage et finit dans un étang    Covid-19 - Campagne de sensibilisation pour achever la vaccination    BRICS : Tebboune jette un pavé dans la mare à 2 semaines d'une importante visite    Samir Dilou : l'affaire de l'expédition des jeunes est politique et vindicative    Danemark-France, les compos probables des adversaires de laTunisie    La BCE est sous pression pour reajuster sa politique monétaire    Législatives : L'attelage présidentiel écrase tout et passe, tous réduits au silence dès aujourd'hui    Isie - Démarrage de la période électorale    Ukraine : Pékin brise les rêves de Poutine au nom de ses "intérêts"    Gabes : hausse de la production des crevettes royales de 90%, à fin août 2022    Ligue des Nations: le programme de ce dimanche    CONDOLEANCES    EXPATRIES: Quatuor précieux    ESS—une série de matchs amicaux concluante: La saison peut bien débuter    Hand-ball—Championnat Arabe Tous les chemins mènent au derby !    Noor Arjoun (chanteuse) et Selim Arjoun (musicien) à La Presse: "Le concert du Festival de Carthage était la célébration de toute la jeunesse tunisienne"    Portrait — Dr Hayet Ketat-Guermazi, ministre des Affaires culturelles    L'isolement social prend de l'ampleur: Rompre avec la solitude    Décret-loi n° 55, vu par le magistrat Mohamed Laarbi : « Une grande pression sur les magistrats administratifs »    Nahj El Bacha: Quand l'espace incite au rêve et débride les fantasmes...    L'Institut national du patrimoine précise que le badigeonnage à la chaux n'altère en rien la Feskia de Kairouan    Mhamed Slaheddine Chérif, Hammadi Redissi, Jocelyne Dakhlia et Olga Lizzini, lauréats de Prix du Forum Insaniyyat    Ahmed Ounaïes: La Palestine et le double standard    Film Gadeha , Une seconde vie d'Anis Lassoued : Un film immersion dans la pré-adolescence    Amical : Le Brésil bat le Ghana 3-0    La Foire nationale du livre tunisien 2022 , reportée    Tunisie-Bangladesh : Vers le renforcement des échanges commerciaux    Lorsque le président Ukrainien Volodymyr Zelenskiy évoque la Tunisie    Guerre en Ukraine : Faut-il craindre une attaque nucléaire ?    Zarzis-Migration clandestine: Trois cadavres rejetés par la mer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Foule immense aux funérailles d'un islamiste radicaliste
Publié dans Le Temps le 23 - 11 - 2020

Des foules immenses se sont rassemblées hier à Lahore (est) pour les funérailles du fondateur d'un parti islamiste radical, dont la rhétorique incendiaire a attisé ces dernières semaines au Pakistan la colère à l'encontre de la France au sujet des caricatures du prophète Mahomet.
Les autorités n'ont pas donné le nombre de participants, qui, selon des observateurs locaux, s'élevait à plusieurs centaines de milliers, la plupart ne respectant pas le port du masque obligatoire pour stopper une seconde vague de l'épidémie menaçant le Pakistan.
Khadim Hussain Rizvi, 54 ans, qui avait fondé en 2015 le Tehreek-e-Labbaik Pakistan (TLP), un influent mouvement extrémiste, est mort jeudi dans un hôpital de Lahore, après des difficultés respiratoires et une forte fièvre. Les causes de son décès ne sont pas connues et aucun test pour le Covid-19 ou une autopsie n'ont été pratiqués.
«Avez-vous déjà vu des funérailles aussi importantes pour une figure politique ou religieuse?» relevait un participant, Farhad Abbasi. «Bien sûr que le mouvement va lui survivre».
Rizvi était en large partie derrière les manifestations anti-françaises, souvent houleuses, qui ont agité le Pakistan depuis septembre, après la republication des caricatures du prophète Mohamad par l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo.
Sa mort survient quelques jours seulement après que le TLP a mobilisé plusieurs milliers de personnes aux portes d'Islamabad pour protester contre les déclarations du président français, Emmanuel Macron, défendant le droit à la caricature au nom de la liberté d'expression lors de l'hommage à un enseignant tué après avoir montré de tels dessins à sa classe.
Le message de Rizvi pourrait aussi avoir inspiré Zaheer Hassan Mahmoud, le Pakistanais accusé d'avoir grièvement blessé au hachoir deux personnes près des anciens locaux de Charlie Hebdo en septembre à Paris. Ce dernier «regardait abondamment» ces derniers temps les vidéos du TLP, selon la justice française.
Plusieurs hauts responsables gouvernementaux, dont le Premier ministre Imran Khan, ont présenté leurs condoléances à la famille du religieux, ce qui témoigne de son influence sur la société pakistanaise.
Rizvi «a compris qu'au Pakistan, le vrai pouvoir peut venir de la rue, où vous n'avez pas besoin d'avoir le plus grand nombre d'électeurs, mais simplement le plus grand nombre de partisans armés», ajoute-t-il.
Pendant longtemps, Rizvi est resté inconnu au Pakistan. Mais en quelques années seulement, le charismatique religieux, cloué à un fauteuil roulant depuis un accident de voiture, a mobilisé les foules et est devenu l'une des personnalités les plus craintes du pays.
Avec ses discours parsemés d'obscénités et ses gesticulations théâtrales, il a instrumentalisé la question du blasphème, brûlante au Pakistan, où même des allégations non prouvées d'offense à l'islam peuvent entraîner assassinats et lynchages.
Le TLP avait été à la manœuvre derrière les manifestations violentes dans tout le Pakistan après l'acquittement fin octobre 2018 de la chrétienne Asia Bibi, qui avait passé plus de huit ans dans les couloirs de la mort pour des accusations de blasphème qu'elle a toujours niées.
Un an auparavant, des manifestations anti-blasphème à l'appel du TLP avaient paralysé Islamabad pendant plusieurs semaines. Les manifestants ne s'étaient dispersés, après de violents affrontements, qu'à la suite de la signature d'un accord controversé avec l'armée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.