REMERCIEMENTS ET FARK: M'Hamed Ben ALYA    REMERCIEMENTS: Professeur Moncef CHENOUFI    DECES: Dr Mokhtar JELILI    Monsieur Mahmoud Zani:LES ENTREPRISES MULTINATIONALES : QUELLES NORMES DE REGULATION ? QUEL TYPE DE CONTROLE ?    Analyse sociologique du discours de Mechichi    Et Kaïs Saïed ne jouit plus de la même popularité    PERMIS DE CONDUIRE: Tout ce qu'il faut savoir    Interview AHMED BOUZGANADA : Favoriser la mise en place d'outils d'optimisation des processus de production    La crise accélératrice de changements : Les enseignements qui peuvent guider les orientations futures    NEWS: Le Sahel SC engage Hichem Dali    Point de vue: Qu'est-ce qui pourrait changer ?    Mondial Hand 2021 – Autriche vs Maroc : sur quelle chaîne voir ?    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie [Vidéo]: Démarrage de campagne "Azima" de prévention contre le coronavirus à Médenine    Six conditions pour être un vrai 'Houmani' !    Moez Cherif, Président de l'Association de défense des droits de l'enfant à La Presse «La fermeture des établissements scolaires est la preuve de l'échec de notre politique sanitaire»    Programmes confinés: Savoir adapter le vivant au numérique    Club Africain : vers le règlement de tous les dossiers auprès de la FIFA    Tunisie-Ligue 1 : programme de la 9e journée    Ahmed Friaa - Tunisie: Deux hypothèses possibles (Vidéo)    Réunion constitutive du groupe d'amitié parlementaire Tunisie-Espagne-Portugal    Tunisie : Le 2ème pays sur le plan africain en matière de création d'entreprises en ligne    Coronavirus: Fermeture d'un bureau de poste à Mahdia    Sonia Ben Cheikh rassure les Tunisiens    USA: Le message d'adieu de Melania Trump    Météo: Prévisions pour mercredi 20 janvier 2021    Mouvements de protestation des jeunes en colère | Appel à trouver des solutions urgentes    Tunisie-CPG : Reprise des activités après plus de 40 jours de grève    L'efficacité du 2ème vaccin russe anti-Covid est de 100%    Le ''patient zéro'' de l'épidémie pourrait ne jamais être retrouvé    Le comité directeur du Festival de la chanson tunisienne dévoile les grandes lignes de l'édition 2021    Centre 13 août, le nombre de demandeurs d'emploi en hausse    Le digital au féminin; Une exposition de Olfa Dabbabi à WeCode Land    STIP : Un chiffre d'affaires en augmentation de 43%    Hand – Mondial 2021 : La Tunisie, la victoire et rien que la victoire !    USA: Joe Biden serait-il capable d'offrir la citoyenneté à des millions d'immigrants?    Foot-Europe: le programme du jour    Anissa ben Hassine, universitaire, auteure de « C'était un 14 janvier 2011 à Tunis », paru chez Leaders à La Presse: «On ne met pas sa propre vie de côté quand on vit une révolution»    Quid de la culture    Contrepoint | Populisme, trumpisme : nul génie qui vaille...    L'INDUSTRIE 4.0 POUR STOPPER LA DESINDUSTRIALISATION DE LA TUNISIE    AI Africa Week : Quel(s) futur(s) pour l'intelligence artificielle ?    Tunisie – Quand les présidents comprendront-ils que l'intérêt de la Tunisie est en jeu et qu'il est prioritaire ?    Le cinéma tunisien présent à la 18ème édition du FCAPA en ligne    Un virus asiatique dont le taux de mortalité atteint 75% préoccupe les chercheurs    Tunisie : Nouvelle session du programme "Octopus" de la FKL    Sombre fin de règne pour Trump Un ministre démissionne et dénonce les discours post-élection    Bruits et chuchotements    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Y aurait-il une dernière chance pour le pays ?
Publié dans Le Temps le 30 - 11 - 2020

p class="p1" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 13px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"Le Temps - Mouldi MBAREK p class="p2" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 11px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"La coupe est pleine et on attend, tout juste, la goutte qui fera déborder le vase. La Tunisie est en danger grave. L'Etat est dépassé par ces mouvements de contestation, de grogne et de colère de plus en plus incontrôlables. Soigneusement commandités, les manifestants avancent désormais à visage découvert : leurs revendications sont d'ordre politique ! Qui se cache derrière ces mouvements occultes et opaques !?
Le président de Ennahdha n'a pas eu froid aux yeux pour soutenir voire encourager les sit-ineurs d'El-Kamour en estimant que la charité n'est valide que si les ayant-droits ont eu leurs parts ! En d'autres termes, chaque région doit être la première bénéficiaire de ses richesses naturelles. Et tant pis pour les régions sans richesses naturelles ! Et tant pis pour le pays !
Rached Ghannouchi va plus loin ! Il verse encore de l'huile sur le feu en annonçant au petit peuple que la Tunisie est un pays riche, mais son peuple est pauvre. Le président d'Ennahdha veut distribuer les terres domaniales aux Tunisiens pour faire de la Tunisie une Malaisie qui, selon lui, s'était enrichie grâce au partage de la terre !
La boite de Pandore !
Le message est clair, net et ne souffre d'aucune incohérence : Tunisiens, suivez l'exemple des sit-ineurs d'El-Kemour !
Les résultats ne se sont pas fait attendre : chaque région suspend ses vannes ! Plus de pétrole, plus de phosphate, plus de gaz, plus d'eau, plus d'électricité, plus de blé...
En fait, les sit-ineurs d'El-Kamour n'ont été que le point de départ pour ouvrir la boîte de Pandore des mouvements dans toutes les régions du pays, de Gabès à Jendouba, de Kébili au Kef, de Kairouan à Kerkennah, de Sfax à Béja, du Kef à Kasserine...
Le but des commanditaires est clair : un effet de contagion partout dans le pays pour que le chaos s'installe, le gouvernement capitule et l'Etat s'écroule. Mission accomplie !
Certes, le président d'Ennahdha est cohérent et logique avec lui-même : le projet obscurantiste vise à détruire l'Etat, à cultiver la division, à semer le chaos et à appauvrir la population pour instaurer l'Etat islamique.
Mais là où le bât blesse c'est le silence du chef de l'Etat, symbole de l'unité de la nation, de la souveraineté nationale et de l'autorité de l'Etat. Lui, qui ne cesse de répéter que la Tunisie n'a qu'un seul président à l'intérieur comme à l'extérieur, le voilà absent à l'appel ! Son mutisme est loin d'être innocent !
Une stratégie commune !
En fait, le projet de Kaïs Saïed s'inscrit parfaitement dans le modèle de l'accord d'El-Kamour. C'est ainsi que le peuple, qui veut, prend le pouvoir à l'échelle locale, au détriment du pouvoir central, pour décider, en toute liberté, de son propre développement local.
Kaïs Saïed vise, également, à affaiblir le chef du gouvernement qui s'approche de plus en plus d'Ennahdha et de Qalb Tounès.
En somme, ces mouvements de contestation et de protestation, qui se déchaînent les uns après les autres embrasant toutes les régions du pays, répondent aussi bien à la stratégie islamiste qu'au projet flou et naïf de Kaïs Saïed.
Le chef de l'Etat joue vraiment avec le feu en croyant pouvoir mettre, à son profit, la crise actuelle qui menace sérieusement l'existence même de la Tunisie, sa souveraineté et son unité.
Kaïs Saïed semble être inconscient de l'ampleur des mouvements soigneusement orchestrés, dirigés et planifiés par les forces occultes et opaques des contrebandiers, de la corruption et des pays qui soutiennent la confrérie islamiste. Le chef de l'Etat risque d'être balayé par ces mouvements commandités et solidement financés par notamment la Turquie, le Qatar et les Frères musulmans pour faire du monde arabe de petits califats à la solde de la Turquie...
La dernière chance...
Alors que le pays est confronté à la plus grave crise de son existence, des voix s'élèvent, ici et là, pour proposer une réconciliation nationale. D'abord, Sidi Cheikh est très mal placé pour réconcilier les Tunisiens qu'il n'a cessé de diviser. Le président d'Ennahdha est incapable de réconcilier son propre mouvement. Dans ces conditions, comment oserait-il unir et rassembler les Tunisiens !?
Mais Kaïs Saïed peut-il, lui, vraiment réconcilier les Tunisiens alors que la Tunisie est en train d'être morcelée, ébranlée et menacée !? Peut-il réussir de recoller les morceaux d'un Etat qu'il a consciemment ou inconsciemment largement et gravement affaibli et clochardisé !?
Le professeur de droit constitutionnel oublie-t-il que l'Etat est l'acquis le plus précieux et le plus sacré des nations !? Est-il conscient que l'Etat, son autorité et sa souveraineté qu'il est censé incarner, défendre et protéger, est plus que jamais menacé, affecté et morcelé !?
La récréation a trop duré et souhaitons que le chef de l'Etat cesse de jouer au professeur et au commentateur pour enfin redonner à l'Etat son autorité, sa force, sa souveraineté et ses lettres de noblesse ! C'est la dernière chance pour Kaïs Saïed !
p class="p2" style="text-align: justify; text-indent: 8.5px; font-variant-numeric: normal; font-variant-east-asian: normal; font-stretch: normal; font-size: 11px; line-height: normal; font-family: "Myriad Pro";"


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.